Annatar78

La Taverne de Socrate, venez débattre !

Messages recommandés

Citation

Oui j'ai du mal à comprendre, mais j'ai un soucis de base avec le terme "extrême" qui généralement plonge un débat dans la plus grande confusion parce que personne n'y met la même chose dedans.

Je peux comprendre la difficulté que tu as avec ce mot, c'est quelque chose qui m'arrive aussi. Sans l'employer, alors :

Contrer le fait de rire de tout sans se soucier des conséquences - voire en s'en fichant royalement - par l'interdiction de rire de ces choses. Je ne crois simplement pas que l'interdit soit une solution.

 

Citation

Mais peux tu voir que si on t'affirme que ta liberté de, par exemple faire des blagues racistes, va impacter la vie d'autre personne qui souffrent d'une oppression dont l'idéologie va être appuyée par ta liberté de faire des blague racistes ?

Même en prenant ça d'un point de vue utilitariste, comment fais-tu la balance entre les deux ?

J'ai un peu de mal à comprendre ta première phrase. Mais de ce que j'ai saisi, tu me demandes si ma liberté de faire des blagues racistes va avoir un impact sur la vie de personnes concernées par ces même blagues ?

 

Je dirais que non. Ce n'est pas la liberté de faire ces blagues qui aura un impact, c'est le fait d'en faire ou non.

J'ai, d'une certaine façon, la liberté de faire des plaisanteries racistes devant un parfait inconnu (ou quelqu'un que je connais mal, ou quelqu'un que je connais mais que je sais que je blesserais, etc) à l'ethnie correspondante. Mais je ne vais pas le faire. Déjà parce qu'il risque de m'en retourner une belle, mais surtout parce que ce serait lui manquer de respect, l'humilier, le blesser ou que sais-je encore. Et aussi parce que même si cette blague était susceptible de me faire rire en d'autres circonstances, je n'oublie pas qu'il s'agit d'une blague et non de ce que je pense réellement.

 

En fin de compte si j'attends des autres qu'ils prennent mon humour avec du recul, je crois devoir faire de même en faisant attention à l'utilisation que j'en fais, et garder en tête que ça n'est pas parce que je peux faire quelque chose qu'il est bon de le faire.

Ce n'est pas parce que l'on a une liberté que l'on doit en user.

 

Et je n'ai rien à ajouter sur ce que tu as écrit au sujet de la science dans tes premiers paragraphes, je crois être globalement de ton avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites