Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Aujourd’hui
  2. ReallyZaii

    The Legend of Zelda : Ocarina of Time Master Quest

    Possible de jouez en fr ?
  3. Harley3651

    Lover Boy

    rape is cool. the game is awesome
  4. Hier
  5. non, sa c'est impossible!!!! au pire, transfert l'émulateur 1.8 sur la 2.0
  6. Xan4441

    La Suite de Mots

    Réparations -> Dédommagement
  7. Jerome59790

    Pokémon Version NEW Rubis - Multiverse

    Voila je viens de battre le conseil des 4 que dire de se jeu …. Une difficulté bizarre un coup je galère en arène puis l'arène suivant je l'explose avec 1 pokémon ( celle du feu et de l'eau trop lol ^^ ) par contre j'en es chier avec l'avant dernière arène de même contre les deux premier membre du conseil le reste facile j'ai fait pierre avec juste un pokémon ! Les fakemon sont pas mal du tout je me demande si on peut tous les avoir j'en es trouver que 2 par contre l'évolution de l'arsolourdo type dragon ma fait rire comment transformer un truc inutile en un pokémon badasse . Par contre j'ai pas compris comment marche les méga évolution j'ai beau les équiper quand il monte de lvl rien ne change . Et pour finir après le conseil pas de pokédex national , peut rien faire avec les frères de sang et surtout juste la tour combat de disponible . Je voudrais savoir si j'ai rater un truc ou lieux dans le jeu ? Et pour finir sa serait cool de mettre des objets clé qui ont la même utilité que les cs comme dans éclat poupre . Sinon bon petit jeu !
  8. Lorsque je démarre le jeu Def Jam FFNY sur PS2 le jeu ne lance pas et ca affiche "Veuillez insérer un disque au format PS ou PS2" avec le fond rouge comme pour les cd rayé sur vrai console. Ce jeu fonctionné jusqu'à présent je ne comprends pas . Tous mes autres jeu démarre normalement … Comment faire pour résoudre mon pb ? Dois je le désinstaller et réinstaller? Si je le fais est ce que je perds mes sauvegardes ? Je ne comprends pas pourquoi ca arrive d'un coup sans raison ! @ChatNoirRetro Aide moi STPL Aidez moi tous SVP si vous lisez mon message #solidarité #romstationcomunauté
  9. EugagaSeiker

    Pokémon Version Émeraude Distorsion

    un nouveau jeu c'est sympa 🙂 je n'ai pas fini votre jeu rouge feu mais celui là me tente beaucoup j'ai hate d'y jouer 😄
  10. ASYLUMCAVE

    La Guilde Wyvernienne

    Salut, superbe idée, en plus tu es géniale comme streameur. Pourquoi pas rejoindre ce petit groupe ^^ En plus j'adore les MH ! Donc j'adhère à ton idée. Bonne soirée/journée.
  11. BigBoss95

    Mise à Jour des Jeux

    Bonsoir, Merci pour l'info 😉
  12. SDF7

    Téléchargement de jeu

    Je rencontre un nouveau problème désormais. A un certain stade du téléchargement ça m'affiche un message d'erreur disant : Failed receiving data from disk\application (23)
  13. markus013

    Final Fantasy IX

    Bonjour. Voilà j'ai un soucis: j'ai téléchargé Final fantasy 9, le CD 1, et ça marche sans problème, nickel, parfait. Seulement voilà, impossible de télécharger les autres CD (le 2, le 3 et le 4). Pourquoi? )😥
  14. Olipe

    Objectif Rank S+ Leon Bis Hardcore

    Je vous propose cette fois ci pour ce live, de nous plonger avec Leon S. Kennedy en mode hardcore sur le scénario bis avec l'objectif de terminer le jeu en obtenant le rank S+ pour cela je devrais terminer le jeu en moins de 2h avec moins de 3 sauvegarde et les soins spray limité. Au temps vous dire que le défi sera relevé.
  15. j'ai essayée différente configuration mais ca ne marche pas.
  16. Juste pour signaler que le cd 2 de resident evil rebirth ne fonctionne pas. J'ai tout essayé, de le dézippé, de jouer en dehors de romstation, de le retélécharger plusieurs fois. Le jeu se lance puis coupe au bout de dix vingt secondes...
  17. En effet quand on appuie sur le bouton jouer de Romstation le jeu ne se lance pas. Pour y jouer il faut appuyer sur la loupe pour pouvoir accéder au dossier du jeu puis de là sélectionner le fichier ROSE.ico et de cliquer-glisser vers DOSBox.exe.
  18. EphisPaF

    Crash Bash

    Comment lancer le jeu ? Il y a le fucking crack qui est tout le temps présent !
  19. ChatNoirRetro

    Problème de publication de quiz

    De rien ^^
  20. Mr-Blonde

    Romstation n'accepte pas le .CSO pour PPSSPP ?

    Super merci à vous deux 😉
  21. GambierBae

    Bomberman Hero

    Princesse Millian et son robot se promènent à bord de leur vaisseau, quand ils aperçoivent un autre énorme vaisseau non identifié s'approcher au-dessus d'eux. La princesse se fait enlever par les extra-terrestres, mais elle a tout juste le temps de demander à son robot d'aller réclamer l'aide de Bomberman. Lorsque notre héros apprend la nouvelle, il part aussitôt à la recherche de la princesse avant qu'il ne lui arrive le pire. En résumé, c'est un kidnapping de princesse dans l'espace. Hudson décide de renier un temps l'héritage de sa franchise pour s'essayer au jeu de plates-formes. Vous devrez visiter 5 planètes, lesquelles comprennent 3 mondes, eux même décomposés en 4 à 8 courts tableaux. Certains niveaux proposent différents embranchements, bien que les routes finissent par se rejoindre assez rapidement. Pour vous défendre face à vos ennemis, vous disposez bien évidemment des fameuses bombes dont la zone d'effet tend à s'accroître, mais vous pouvez aussi compter sur 4 moyens de locomotion adaptés à différents terrains : le Bomber Jet (un avion), le Bomber Copter (un hélicoptère), le Bomber Marine (un sous-marin) et le Bomber Slider (un genre de snowboard).
  22. GambierBae

    Bomberman 64

    Chouette, un Bomberman sur Nintendo 64 ! Toutefois, le mode de jeu principal de ce Bomberman 64 ne sera pas forcément du goût des aficionados des versions PC Engine. Bomberman, c'est avant tout du multijoueurs, où on se retrouve à quatre ou cinq pour se foutre sur la gueule à grands coups de bombes. Sauf qu'au bout d'un moment, les petits gars d'Hudson Soft ont visiblement commencé à tourner en rond, et ont commencé à tenter de proposer de nouvelles choses quant à la licence Bomberman. Il faut reconnaître aussi qu'un Bomberman, tout seul, ça n'a jamais été la panacée. On s'y ennuyait assez vite et on finissait par appeler les copains pour recommencer à se foutre sur la gueule dans la joie et l'allégresse. Ce Bomberman 64 a l'avantage indéniable de proposer un vrai mode solo. Vous évoluez alors librement dans des niveaux en 3D que vous devrez nettoyer et surtout explorer afin de débloquer l'accès à la porte de sortie. On retrouve ce mélange d'action et de puzzle qui fait tout le sel de la série, le tout porté en 3D - et là, c'est déjà tout de suite beaucoup moins joli. De plus, les décors 3D nuisent régulièrement à la lisibilité de l'ensemble. Heureusement, le multijoueurs est toujours présent, avec des arènes dans lesquels jusqu'à quatre joueurs peuvent s'affronter. La Nintendo 64 proposant d'origine quatre ports manettes, c'était une aubaine ! Seulement voilà, le gameplay a sensiblement changé : exit les bombes qui explosent en croix. Ici, elles explosent plus naturellement en rond, dans des niveaux que l'on voit en 3D isométrique. Cela change beaucoup de choses, et on joue beaucoup plus à se lancer les bombes qu'avant. L'ensemble est beaucoup plus bordélique, et finalement moins technique que les précédents épisodes. Du coup, on rigole régulièrement avec, mais cela n'aura, une fois de plus, jamais la même saveur que les épisodes en 2D. Bomberman 64, outre le fait de tenter de proposer un mode solo digne de ce nom, modifie pas mal de choses sur son mode multijoueurs. Cela ne sera pas du goût de tous, mais on est loin de ratage que l'on aurait pu craindre.
  23. Aronaar

    Resident Evil 2 (REMake²)

    Désolé, Léon. On dirait que ta fête est encore une fois annulée ! Dans la gueule du renard au parapluie Là où on pouvait attendre au tournant le REmake², c’était bien au niveau de l’histoire. Il aurait été peu judicieux de rester dans le ton de série B du titre PS1, et dès les premières minutes, on sent avec bonheur que ce ne sera pas le cas. Le jeu s’ouvre avec le fameux camionneur obligeant Léon et Claire à se séparer, écoutant pour le moment une émission de radio où un quidam parle avec frayeur d’une femme au visage aussi pâle que la mort, attaquant les gens. Le présentateur en rit, mais le joueur sait de quoi il retourne. Le chauffeur routier heurte ensuite de plein fouet une piétonne, s’arrête et constate qu’elle ne bouge plus, se retourne, dévasté. Quelques instants après, la femme se relève, et là aussi, ce qui suit ne laisse pas de doutes… Plutôt que dans un restaurant, Léon et Claire se croisent pour la première fois dans une station-service, reprenant le moment classique où le policier demande à la jeune femme de se baisser pour aligner un beau tir à la tête. Les zombies étant nombreux, les deux s’enfuient naturellement, faisant connaissance dans la voiture de police conduite par mister Kennedy. Si, dans l’ensemble, tant les personnages que l’intrigue seront énormément plus vraisemblables qu’auparavant, je suppose qu’il faut fermer l’œil sur le fait que deux personnes sainement constituées, ayant échappé de peu à un destin funeste, se dirigent joyeusement vers Raccoon City tout en se demandant à voix haute si là-bas la situation est aussi horrible ! Personnellement, si j’étais Léon, je serai retourné à la ville la plus proche rendre compte de la situation et demander des renforts, surtout que le représentant des forces de l’ordre sait qu’il y a silence radio de la ville depuis plusieurs jours… Et vu ce qu’il vient de voir, y aller sans prévenir personne est juste aberrant. Ada lui dira bien à un moment « Bienvenue dans l’Amérique corporatiste ! Umbrella contrôle totalement Raccoon City » mais il demeure un énorme flou pas très artistique sur l’isolation de Raccoon dans cette crise- je rappelle qu’on parle d’une ville de 100 000 habitants ! Autant on peut parfaitement comprendre que l’affaire du Manoir Spencer ait été étouffée, notamment grâce à Irons, autant là, c’est très gros. Enfin ! Concentrons-nous un brin sur le positif : les efforts sont là pour plus de cohérence. Ce n’est pas forcément grand-chose, toutefois, apprendre que le commissariat est un ancien musée d’art justifie par exemple la tour au clocher, les statues, le fait qu’Irons ait pu transformer une salle en collection privée, les clés spéciales, si le labo a connu une catastrophe, c’est qu’il y a eu sabotage, etc. Ada se présente comme un agent du FBI (et agit donc plus comme une véritable espionne), le caractère psychopathe du chef de la police est mis en lumière avec plus de détails, Léon tient fermement à son idéalisme face à la catastrophe, Annette est présentée de façon moins unidimensionnelle, Sherry réussit à générer un véritable attachement émotionnel, Claire réagit de manière logique aux horreurs qu’elle rencontre, et ainsi de suite : une foule de détails favorisant grandement l’immersion. La patte graphique, la luminosité et l’aspect sonore y sont également pour beaucoup, la tension étant bien présente, sans avoir besoin des angles de caméra d’antan. Le fait que l’ennemi de base, le zombie toujours fidèle au poste, est encore plus persistant, y est pour quelque chose : plus d’une fois vous penserez en avoir abattu un, pour l’entendre pousser des râles et vouloir goûter un morceau de votre cuisse ! Vous serez très heureux d'avoir ces objets pour éloigner les colporteurs inopportuns ! J’aurai dû le tuer lorsque j’en avais l’occasion Comme c’est aussi lié à l’intrigue, causons aussi du système de scénarii A/B, qui fait également son retour. Ici, c’est clair : il faudra être plus que magnanime et dévoué pour y trouver une quelconque cohérence. Lors du scénario B, votre seconde session de jeu avec le personnage qui n’avait pas été choisi, vous trouverez bien des messages de votre partenaire comme s’il était passé là avant vous, ce qui est tout aussi ridicule que dans l’original. Lequel, au moins, avait la bonne idée de lier nos héros par des talkie-walkie ! Ici, avant la toute fin où l’autre personnage vous rejoint de manière tout à fait improbable, il n’y aura qu’une interaction entre Léon et Claire, et si Léon avait attendu deux minutes, Claire serait revenue avec une énorme pince pour couper la chaîne barrant l’accès au commissariat par une entrée secondaire. A titre personnel, j’ai trouvé cela fort décevant, car vu le prix affiché et tout le temps du monde pour réfléchir à des améliorations, je m’étais attendu à deux aventures vraiment différentes. Que nenni ! Oui, les sections avec les personnages secondaires sont plus robustes, chacune avec son gimmick : Ada possédant un outil pour hacker à distance, Sherry, sans défense, devant fuir Irons. Oui, la narration diverge suffisamment entre Léon et Claire pour insuffler de l’intérêt. Oui, il y a encore les différences d’armement : shotgun pour Léon, lance-grenade pour Claire. Et commencer, dans le scénario B, dans un autre endroit du commissariat, renouvelle les choses tout en les accélérant. Le jeu sait que vous l’avez déjà fini une fois, et adapte l’expérience… Au début. Les passages dans les égouts et dans le laboratoire sont tristement similaires (modifier la disposition correcte des fusibles dans les égouts, et changer deux combinaisons dans le labo n’a qu’un impact mineur), les combats contre Birkin peuvent être nettement moins satisfaisants lors du second round. On détecte une certaine pauvreté à voir qu’Ada et Sherry se retrouvent enfermées dans la même pièce (mais pas en même temps, bien sûr) verrouillée par un puzzle légèrement altéré. Surtout qu’Annette n’a aucune bonne raison de laisser sa fille ici, puisqu’elle sait très bien comment la soigner. Il y a bien sûr l’enjeu d’obtenir le mode « le quatrième survivant » et la fin entière, ce qui reste un peu faible, surtout après le final contre Birkin n’améliorant rien par rapport à l’original ! Il y avait pourtant amplement matière à avoir au moins une grande section du jeu complètement différente entre les deux personnages, Capcom n’a pas saisi l’opportunité. Cela gâche-t-il irrémédiablement le plaisir de jeu ? Non, bien sûr. Mais après le A en mode découverte, le scénario B est susceptible d’être ressenti comme beaucoup plus routinier, voire même une sorte de course d’obstacles contre la montre, puisque le « circuit » est déjà connu. Et commencer par Claire ou par Léon ne change pas grand-chose à cet état de faits. Dans les deux cas, le scénario B débute de manière « accélérée » (exit le prologue-tutorial dans la station-service, par exemple) et vous obtenez une arme de poing plus puissante, utilisant du .45 au lieu des munitions 9mm habituelles. Le constat sera donc le même que pour l’original : il y a tout juste de quoi justifier le scénario B, avec la remarque supplémentaire que Capcom n’a vraiment pas été aventureux. Il y avait largement la place, dans cette ville maudite, pour deux histoires réellement uniques, avec des moments de coopération entre les deux personnages, sans que cela dérange en quoi que ce soit la ligne des évènements déjà établis. RE ne serait pas RE sans son cortège de puzzles plus ou moins arbitraires. Ici, un exemple bénin. Suis mon conseil : arrête de poser des questions, et tire-toi d’ici. Quant au gameplay, pas de grosses surprises, c’est une reprise moderne de l’original : le syndrome kléportaïque où il faut courir d’objet-clé en objet-clé, le premier objectif étant de trouver trois statues et autant de médaillons pour débloquer une sortie secrète. Deux éléments font que cette mécanique éprouvée est toutefois plus agréable désormais. Le premier, c’est que si le backtracking est toujours à l’ordre du jour, il est rendu nettement moins fastidieux : d’une part, il est plus facile de déambuler les niveaux avec des raccourcis que vous débloquez progressivement. D’autre part, vous trouverez plusieurs ceintures à poches augmentant considérablement la taille de votre inventaire- ce qui n’est pas un luxe. Enfin, la carte devient beaucoup plus pratique : du moment que vous essayez de les ouvrir, les portes verrouillées s’affichent, ainsi que les points importants (mécanisme nécessitant une manivelle, coffre-fort, armoire sécurisée, etc.). De plus, les sections contenant encore un ou plusieurs objets seront en rouge, en bleu s’il n’y a plus rien à prendre ; si vous êtes passé devant un objet sans le prendre, la carte affichera de quoi il s’agit. On gagne du temps sans pour autant être assisté ! Et puisque l’on cause d’objets, prenons quelques moments pour développer le sujet. Il y a bien sûr les munitions et les soins : toujours les sprays, toujours les mélanges d’herbes. Petite nouveauté ici : si une herbe bleue soigne toujours du poison (état négatif qu’une seule créature inflige, cela dit) il sera beaucoup plus pertinent de la mélanger à une rouge et une verte, puisque cela vous apporte un bonus temporaire de défense. Très utile contre les boss ! Les couteaux, contrairement à l’original, trouvent ici une utilité, soit en objet d’autodéfense lorsqu’une créature veut un câlin trop rapproché, soit pour découper du zombie (contre un licker ou un rejeton de Birkin, ce serait trop risqué). Les couteaux finissent par casser, mais on en trouve assez pour que cela ne soit pas un problème. Très appréciables aussi pour vérifier qu’un zombie est bien mort-mort. Il existe deux autres objets d’autodéfense : les grenades flashbang et les grenades classiques. Quel plaisir d’échapper à l’étreinte d’un licker en lui fourrant un explosif dans la gueule ! Notez que vous pouvez aussi les utiliser manuellement si le cœur vous en dit. Il y a aussi des planches en bois pour barricader des fenêtres- élément purement anecdotique, valable uniquement pour le commissariat. Bien plus probant, le REmake² reprend le système de poudre qu’utilisait RE3 : avec les bons mélanges, vous pourrez ainsi obtenir du 9mm, des cartouches de fusil à pompe, des grenades acides ou des balles de magnum. Un intérêt supplémentaire pour l’exploration, de cette façon et en difficulté normale tout du moins, vous aurez de quoi plomber tout ce qui bouge, sauf un certain ennemi dont je parlerai tout à l’heure. Rajoutez l’absence des temps de chargement à chaque ouverture de porte et l’adieu aux rubans encreurs (sauf si vous désirez jouer en hardcore, qui annule aussi les sauvegardes automatiques) et vous obtiendrez une expérience de jeu savamment améliorée. La seconde raison adoucissant le syndrome kléportaïque est liée aux puzzles. Entendons-nous bien : ils n’ont souvent pas plus de sens. Placer un livre dans la main d’une statue située dans une salle d’art, afin qu’elle lâche un sceptre, sceptre doté d’un bouton faisant s’éjecter le rubis incrusté, rubis qui va dans une boîte à bijoux, boîte à bijoux contenant un badge-USB permettant d’accéder à une arme bonus, tout cela laisse présager de quelques araignées au plafond. Mais tout au moins n’est-ce pas pénible, comme le « puzzle » répété des caisses, ou des statues à placer sur des interrupteurs, lesquels (entre autres) étaient placés là de manière beaucoup plus artificielle dans le jeu sur PS1. Avec l’aide de la carte notamment, même si le Remake² demande plus de temps, la progression est plus fluide. On pourrait même songer à un moment qu’elle le devient trop, et le jeu vous offre une réponse toute trouvée : Mr X. Alors qu’auparavant il pouvait être carrément ignoré, ici, il devient une véritable menace. Pas tellement en lui-même, car sa vitesse de croisière est à peine plus élevée que celle de Scissors Man. Il fait certes mal s’il frappe, mais se laisser coincer supposerait un manque de mobilité de votre part. Par contre, son caractère implacable (vous pouvez gâcher des munitions pour le stopper… Au prix de quatre grenades incendiaires pour une vingtaine de secondes de répit, par exemple !), la musique stressante, le son massif de ses pas va probablement vous faire commettre des erreurs. Comme croire que vous avez le temps de compléter ce puzzle. Ou foncer pour lui échapper, tombant entre les griffes d’un licker que vous aviez oublié ! Devinez le point faible de Birkin. Hé, je t’avais bien dit que nous nous en sortirions vivants ! Pour revenir rapidement sur l’histoire, bien que l’ensemble soit plus prenant et travaillé, le studio a conservé des éléments perforant à gros trous la suspension d’incrédulité. Certes et pour illustrer, Ada n’est pas grièvement blessée par le Tyrant cette fois-ci, mais sa chute dans un abîme dont on ne voit pas le fond, suivie par sa réapparition éclair pour apporter fort opportunément un lance-roquettes à Léon, c’est gras. Clin d’œil à l’original, tout comme l’alligator, qui, de boss, devient une très courte séquence où il connaît une fin explosive ? Peut-être est-il futile, après tout, d’espérer quelque chose de solide en la matière (même RE VII a des manquements à ce niveau) et tout du moins nous ne sommes plus dans un nanar. Je ne m’étendrai pas sur le Quatrième Survivant- autant le jeu principal a été soigné, autant là, c’est vraiment juste une mise à jour du mode original, donc une course vers le toit en esquivant le plus possible. Pas une grosse récompense pour avoir fini le jeu deux fois. Capcom aura au moins eu la décence de ne pas transformer les costumes en DLC cosmétique, vous pourrez donc admirer Claire en tenue militaire, Léon en sheriff d’Arklay, les deux en détectives des années 40 (avec le filtre noir et blanc qui va avec !), etc. Le jeu « bénéficie » de RE.net, dont des challenges hebdomadaires- ce qui, à mon humble avis, ne va pas faire énormément pour contribuer à la longévité du titre. A titre informatif, j’ai mis environ 7h30 pour le finir avec Léon en scénario A, et un peu moins de 5h avec Claire en scénario B. Une dernière question à soulever avant de conclure : le REmake² est-il destiné plus à un public qu’à un autre ? Je serai porté à le croire. Le jeu ne peut être uniquement jugé sur ses propres mérites, puisque les bases ont été jetées il y a une vingtaine d’années. En ce sens et en tant que remake, si la transposition avec un gameplay moderne et des graphismes bien léchés est impeccable, la réutilisation du contenu aurait pu être diminuée. Un nouveau venu dans la série (ou simplement quelqu’un n’ayant pas approché les RE old-school), par contre, n’aura pas les mêmes points de de référence. Il y aura toujours des moments de l’intrigue faisant hausser les sourcils, des morceaux de gameplay répétés pas spécialement fringuant (les combats de boss sont moyennement stimulants) mais là, la découverte sera totale.
  24. GambierBae

    Pokemon Snap

    Après les multiples versions Gameboy des Pocket Monsters et seulement quelques mois après la sortie de Pokémon Stadium, Nintendo pousse une nouvelle fois ses créatures fétiches sur le devant de la scène grâce à Pokémon Snap. Mais cette fois-ci, le principe ne sera pas du tout le même que pour les précédentes versions, puisqu'il s'agira d'un safari photo. Vous incarnez Todd, un jeune chasseur d'images chargé par le professeur Chen de photographier un maximum de Pokémon afin de l'assister dans ses recherches. Pour cela, Todd devra parcourir l'île Pokémon dans ses moindres recoins à bord d'un chariot, et capturer le maximum d'images de Pokémon afin de les faire examiner par Chen. Une tâche qui peut paraître simple de prime abord puisque le chariot avance de lui-même et qu'il suffit d'appuyer sur un bouton pour prendre une photo. Vous devrez quand même garder à l'esprit que votre œuvre sera jugée par le professeur selon différents critères, et que ce seront la qualité et la pertinence de vos photos qui vous permettront d'accéder à d'autres lieux, et donc de découvrir d'autres espèces de Pokémon.
  25. GambierBae

    FIFA 99

    FIFA 99 est un jeu de football sorti sur Nintendo 64. Les professionnels de la balle au pied se retrouvent encore sur le gazon pour se disputer l'honneur d'être les premiers à mettre le cuir au fond du filet. Vous pourrez jouez avec vos amis en multijoueur.
  26. jimax

    Pokémon Ambre Rouge

    merci
  1. Charger plus d’activité