Annatar78

Membre actif
  • Compteur de contenus

    2 653
  • Inscription

  • Dernière visite

  1. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    La connaissance et l'ouverture d'esprit. L'un ne va pas sans l'autre dans ce cas précis car connaître une peur ne suffit pas pour la terrasser. Il paraît donc très important de remettre en cause la peur elle-même afin de comprendre les causes indirectes qu'elle procure à notre cerveau. Parfois, au contraire, l'ignorance est le meilleur moyen de ne pas céder à la peur. Par exemple, il n'est pas impossible qu'une chose qui procure la peur dans un pays situé à l'autre bout du monde, ne nous procurent aucune sensation particulière puisque nous ignorons son existence. De ce fait, je ne pense pas que ce soit l'ignorance telle que nous l'entendons ici qui est responsable de la peur. C'est d'autant plus la désinformation, la rumeur, qui est responsable, selon moi, de la peur. L'exemple qui me vient tout de suite à l'esprit est celui de l'araignée. Certaines personnes expriment une peur des araignées, causée par le dégout ou bien parce que l'on pense qu'elles peuvent piquer. On sait que celles-ci ne piquent pas (du moins pas celles que l'on trouve dans nos maisons^^). Notre esprit est trompé. Ce n'est pas de l'ignorance sur la réalité des faits, à savoir ici que les araignées ne piquent pas l'homme, mais plutôt une sorte de "mauvaise volonté" de notre cerveau à vouloir accepter la vérité, ce qui conduit à la peur.
  2. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    C'est intéressant ce que tu développe, Itachiaurion, et j'aimerai revenir sur « La nuit elle même est souvent une cause de peur ou d'anxiété en fonction des personnes surtout en absence de source de lumière qui est là pour résumé une peur de l'inconnu combiner avec toute la fiction d’horreurs et de peur qui fait travailler notre imagination. » La nuit modifie notre comportement car, d'une certaine manière, elle déstabilise notre perception de notre environnement. L'homme n'est pas habitué à vivre dans la nuit, tels que les animaux nocturnes, avec comme seule lumière, la lune. L'homme a peur de ce qu'il ne peut pas voir ou même, pour aller plus loin, percevoir ou ressentir. J'en viens à vous poser la question suivante : l'homme a-t-il peur de ce qu'il ne connait pas ?
  3. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Ne répondez pas à Zaito, il n'en vaut pas la peine. Je propose de rebondir au post de Doc avec ces questions : Nos peurs influent-elles sur notre comportement ? Se débarrasser de nos peurs peut-il faire de nous un être différent ?
  4. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Finalement, je pense que l'on peut dire que la vérité n'est qu'une question de confiance. Chercher la réalité, la vérité vraie, celle que certain emploie avec une majuscule, ne peut s'effectuer, je pense, que par l'enquête qui doit déterminer l'exactitude des faits. Les faits vérifiés par des preuves sont les uniques garants de la réalité. Si le réel est altéré, ta première question, seul le doute, la remise en question de la situation permet de comprendre, ou plutôt d'accepter la vérité proposée. Dans l'exemple, la vérité proposée par l'enfant. La réalité et la vérité peuvent vivre ensemble dans le cas où l'on accepte le mensonge par le pardon, ou l'ignorance de la situation. Proposer une vérité en désaccord avec la réalité peut aussi être employé dans une bonne intention. Dans certaines situations, connaître la réalité d'un fait peut faire plus de mal que de bien.
  5. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Zaito : Plutôt que de brasser de l'air avec tes réponses à rallonge sans intérêt, une simple phrase du type : "merci pour le conseil, je vais me renseigner" aurait suffit. "La vérité a toujours raison ? Est elle une réalité ?" Merci Doc pour ce sujet. Tout d'abord je pense qu'il n'y a pas une seule vérité mais bien une multitude. Pour chaque événement historique ou même chaque événement quotidien, plusieurs vérités existent. En effet, chaque individu interprète un fait de son point de vue propre. Il se crée, en quelque sorte, sa vérité. S'il s'agit d'un événement passé et dont cette personne n'a pas vécu, sa vérité sera alimentée par différents témoignages issus des personnes contemporaines des événements et qui, par la transmission de cette "vérité", formera la mémoire collective. Par exemple, aucun de nous n'a vécu au moment de la libération de Paris en 1944, mais l'on sait comment la ville a été libérée. Ce point de vue, cette vérité, nous est acquise. Pourtant il se peut que certains d'entre nous ont eut des membres de leur famille qui ont vécu la libération de Paris en direct et qui ne sont pas forcément d'accord avec la version des faits qui s'est perpétuée au fil des générations. Tout cela pour dire que ce qu'on entend par la "vérité" n'est qu'une version officielle, un point de vue neutre et général. Or, si l'on reste dans le thème de l'histoire, la "vérité historique" est perpétuellement remise en question. C'est le travail même de l'historien. De nouveaux documents sont continuellement retrouvés, ce qui permet de réactualiser des faits historiques traités par des générations d'historiens. Je pense que la vérité doit être systématiquement remise en question. De même, je ne pense pas que la vérité soit une réalité, du moins pas une réalité universelle. Un enfant qui va voler des bonbons et qui va mentir à sa mère en lui disant qu'il les a acheté, impose une vérité, la sienne. Celle-ci ne constitue pas pour autant la réalité des faits. Ainsi, chacun, en détournant la réalité, peut imposer sa vérité. Sans entrer dans le détail, c'est notamment ce qui s'est passé dans les sociétés fascistes (Italie, Allemagne, Espagne) du début du XXe siècle. Les populations ont cru à la vérité qu'on leur avait imposé. On sait aujourd'hui que cette vérité était erronée.
  6. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Oui donc c'est bien ce que je pensais, tu n'utilises pas des livres très pertinents. Quand on parle d'histoire grecque, c'est mieux de consulter des ouvrages écrits par des universitaires, des historiens spécialisés. Ce sont ceux là qu'il faut consulter. On est pas là pour faire un cours d'histoire, merci, donc si tu veux des "preuves" tu te renseigne un peu plus sur le sujet. Avec toi on doit limite s'excuser de te reprendre, ça commence à bien faire. « J'ai pas compris le "je me ferais un plaisir de te répondre ce genre de message, Zaito." » C'est pourtant simple. Tu ne vois pas le hors sujet dans nos propos ? Ce serait bien de relancer un nouveau sujet sans rapport avec la religion. Je n'ai pas le courage de prendre part à cette mascarade.
  7. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Ce n'est pas ce que je laissais entendre. Tu nous dis que tes sources sont des sites internet qui ne donnent pas tous la même version des faits. Soit. Maintenant si tu veux consulter des sources vérifiées par la communauté scientifique, lit des livres cela t'évitera de dire des bêtises et nous à te reprendre sans cesse sur la crédibilité de tes arguments. Tant que personne ne prendra la peine de relancer un sujet intéressant, inédit si possible, et sans le ramener sans cesse à la religion, je me ferais un plaisir de te répondre ce genre de message, Zaito.
  8. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Tu peux ouvrir des livres aussi, les informations sont fiables.
  9. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Merci Zaito pour ce cours d'histoire grec, j'ai beaucoup ri.
  10. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Il serait bien, et je ne dis pas cela en tant qu'auteur de ce topic, d'éviter de toujours ramener chaque sujet de débat à la religion. Chacun croit en ce qu'il veut et personne n'est là pour juger vos croyances, en revanche un minimum de recul sur ses propos et d'ouverture d'esprit est demandé. Dans le cas contraire tout débat ne peux pas avoir lieu. Si certains savent tout sur tout, pardonnez moi mais vous n'avez rien à faire ici ! Ça devient pénible.
  11. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Je suis d'accord avec vous, Greengoblin et Sharlugo, mais ne pensez-vous pas que l'éducation puisse influencer l'homme dans sa perception et son acceptation des langues étrangères dans son quotidien ? Par exemple, si dès l'école primaire on apprend aux enfants le français mais aussi le russe. Est-il possible que par le biais de l'éducation, la société française soit suffisamment influencée par cette langue étrangère, qu'elle puisse l'accepter au point de remplacer des mots français par des mots russes ? Finalement, l'éducation a t-elle une incidence sur notre sensibilité aux langues étrangères ? Et, selon vous, doit on encourager l'apprentissage d'une voir plusieurs langues étrangères dès l'enfance ?
  12. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Je ne me suis pas vraiment intéressé à l'espéranto donc je ne vais pas en dire grand chose. Je remarque simplement que si ce projet n'a pas fonctionné, peut-être est-ce parce que ce n'est pas la meilleure solution. La langue, et vous l'avez dit, fait partie intégrante de l'identité culturelle d'un individu. Le priver de sa langue maternelle pour une langue dite "universelle" effacerait, selon moi, une partie de son identité. Si les parents apprennent à leurs enfants, à la naissance, cette langue universelle plutôt que leur langue maternelle, c'est une sorte de reniement de l'héritage linguistique qui s'opère alors. A mon sens, pour que deux êtres qui ne parlent pas la même langue se comprennent, il faut que chacun d'eux fasse l'effort de s'intéresser à la langue de l'autre et non trouver une langue de substitution. Le partage culturel est d'autant plus grand s'il se réalise à travers la langue maternelle d'un individu. Par exemple, si je veux échanger avec une personne russe en utilisant l'anglais, les mots que j'exprimerai n'auront jamais le sens exact et la valeur réelle que je souhaite leur donner. L'anglais, que vous citez, est utilisé presque de façon "universelle" à l'échelle globale. Cette langue envahi notre quotidien au point que certains mots ont déjà remplacé leur équivalent français (ex : smartphone, e-mail, ect). Si on part du principe que la langue maternelle constitue une partie de l'identité d'un individu, ne pensez-vous pas que l'intégration d'un vocabulaire issue d'une autre culture puisse avoir des répercussions sur notre identité culturelle ?
  13. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Je pense que vous avez fait le tour du sujet et qu'il est temps de débattre sur un tout autre sujet. Emmily et Zaito, je n'ai rien contre vous mais surveillez vos propos. Parfois on ressent une point d’agressivité de votre part. Merci à vous.
  14. Annatar78

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Bon, j'arrive un peu tard mais vos derniers échanges ici ne m'ont pas trop plût. Ce n'est certainement pas pour voir ce genre de débat que j'ai ouvert ce sujet initialement. Vous êtes priés de régler vos différents en privé, à l'avenir, merci. Je vous soumet ce nouveau sujet : l'apprentissage de l'Histoire est-il nécessaire pour comprendre dans quel monde vivons nous ?
  15. Annatar78

    De quel film sort cette citation : ...

    The Clone Wars ?