TheDisciple

Membre actif
  • Compteur de contenus

    15
  • Inscription

  • Dernière visite

  1. Peut être NEDS ? Je l'ai vu il y a un moment (film de 2011) http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=178366.html
  2. TheDisciple

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Non c'est ça que je trouve être un manque de recul, j'aurais pas due citer la phrase entière mais juste la partie qui décris un certains comportement, ça portait à confusion, my bad 🙂 Si, c'est justement le but de la science. De pouvoir faire des constat en se détachant de toute autorité qui aurait dit "c'est comme ci, alors il faut faire comme ça" sans étayer. La science n'a rien à faire dans le domaine éthique, et inversement. Mais si on veut avoir un comportement éthique rationnel, on doit s'appuyer sur les constat fait par la science. Juste parce que jusqu'à maintenant, on a rien trouvé de mieux pour pouvoir faire des constat sur le réel observable. Ces deux domaines ne sont pas antagonistes, mais complémentaires. Après comme partout il peut y avoir des incompréhensions, des "hooligans" pro science qui vont affirmer sans sourciller "machin est comme ça parce que la science le dit" sans prendre en compte que "la science" c'est tout le contraire de ce genre de comportement. La science est là pour remettre en question, on admet qu'un truc est vrai, jusqu'à preuve du contraire, après qu'une affirmation ai résisté suffisamment longtemps à tout essais de contradiction pour en arriver à un consensus. Oui j'ai du mal à comprendre, mais j'ai un soucis de base avec le terme "extrême" qui généralement plonge un débat dans la plus grande confusion parce que personne n'y met la même chose dedans. Est-ce que tu pourrais reformuler sans utiliser la mot "extrême" ? Est-ce que le soucis que tu vois c'est juste "quelqu'un veut m'imposer une interdiction morale" ? Je comprend que ce soit préjudiciable de ton point de vue de voir ta liberté limitée par cette interdiction. Mais peux tu voir que si on t'affirme que ta liberté de, par exemple faire des blagues racistes, va impacter la vie d'autre personne qui souffrent d'une oppression dont l'idéologie va être appuyée par ta liberté de faire des blague racistes ? Même en prenant ça d'un point de vue utilitariste, comment fais-tu la balance entre les deux ? En fait je ne vois pas deux extrêmes. Juste : Soit on rie de tout. Soit on ne rie pas de tout.
  3. TheDisciple

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Perso c'est plutôt ça que j’appellerais "avoir du mal à prendre du recul". Les études scientifiques, faites à postériori, en multipliant et en reproduisant les différents cas étudier sans prendre en compte l'affecte, c'est prendre du recul. Après que certains militants puisse asséner ces études scientifique avec une certaines véhémece et un manque cruel de pédagogie ans prendre de recul sur un évènement X, ça existe aussi. Perso j'essaye toujours de critiquer les idées, jamais les personnes. Tu pourrais définir ce que tu entends comme "extrême" et par rapport à quoi ?
  4. TheDisciple

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Pour ce qui est de ma première question, à savoir "comment" et non pas "si", c'est que c'est déjà bien documenté. L'humour à une influence sur la société et les idées qu'il véhicule. Par exemple grâce au bias de simple exposition : https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_de_simple_exposition Je ne sais plus où j'ai vu ça, mais il y a des personnes qui étudient par exemple l'impacte des site satiriques. Même si on sait qu'un site est satirique et donne de fausses infos, on a plus tendance à y croire la deuxième fois qu'on voit passer la même fausse info. Entretiens entre Mendax de la tronche en biais et Sardoche, juste ces 30seconde où Mendax explique l'influence de ce qu'on dit par l'humour, m'ironie whatever avec des sources : Du coup personnellement je pense que même (et surtout) entre amis on doit faire attention. En limitant l'humour oppressif à un petit cercle réduit qu'on sait d'avance complaisant à ce genre d'humour, on ne s'expose jamais à la remise en question de ce genre d'humour.
  5. TheDisciple

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Tchou les z'amis ! Je ne sais pas encore bien comment fonctionne le topic mais il me semble que le dernier sujet n'intéresse plus des masses. Puis j'aimerais en proposer un autre si ça convient à tout le monde : Comment l'humour influence-t-il notre façon de pensée ? Doit-on en se sentir responsable de notre humour, de son impactes et du contexte (entre ami.e.s, famille, dans les média, en live sur un stream, etc...). Merci d'avance, tchou !
  6. TheDisciple

    La Taverne de Socrate, venez débattre !

    Salut à tous, je ne sais pas si mon message à bien sa place ici ayant eut un cursus plus scientifique que philosophique (d'ailleurs on pourrait débattre d'avoir un système éducatif qui met autant ces deux notions en opposition...) mais j'espère pouvoir apporter quelques pistes sur le sujet : Pour démarrer un vidéo de Christophe Michel sur les deux vitesse de la pensée (système1/système2 ou heuristique/analytique). Le peur provoque un mécanisme de survie qui nous fait réagir en système 1, heuristique, très rapide pour réagir à un danger potentiel donc. Je ne pense pas qu'il faille plus regarder du coter de "vaincre sa peur", mais plutôt d'aborder le sujet du coter de "déterminer quand la peur est mauvaise conseillère, et qu'il vaut mieux passer en système2, analytique, plus lent mais plus fiable". Ainsi la peur va influencer notre comportement, indirectement, à cause de la réaction rapide et du manque d'analyse. Vaincre sa peur peut donc revenir à savoir prendre le recul nécessaire pour passer en mode analytique. Ça ne reviens pas au même que de ne plus avoir peur, mais plutôt à savoir quand prendre le temps d'analyser plutôt que de réagir dans l'urgence. Je dirais donc qu'en se débarrassant de nos peur on ne devient pas quelqu'un de différent, mais quelqu'un qui peut faire des choix différents. A condition de bien garder en tête que le doute est un art... des fois il vaut mieux céder à la peur et réagir le plus vite possible quand il est question de survie immédiate 😉 Mais la peur est aussi un outil de manipulation utiliser pour nous convaincre rapidement, dans l'urgence et faire croire à la personne à convaincre qu'elle n'a pas le temps d'analyser l'argumentaire et qu'il faut qu'elle régisse au plus vite... "Vaincre sa peur" peut nous aider à être moins influençable, donc pas forcément à devenir une personne différente, mais au contraire nous laisse le temps de na pas céder aux influences et de pouvoir nous révéler nous même 🙂 Voilà j'espère avoir aidé et apporté mes idées pour compléter certains élément soulevés par Itachiaurion.
  7. TheDisciple

    Tu joues trop à [jeu] quand...

    Tu joues trop à "Tu joues trop à" quand tu joues trop à "Tu joues trop à".
  8. TheDisciple

    [Suggestion] Émulateur PC-98

    Intéressant, ça me donne envie de découvrir cette machine, mais du coup, les jeux sont aussi tous en japonnais ? Est-ce qu'il existe une communauté de traducteurs amateurs pour les jeux de cette machine ? Au moins en anglais ?
  9. TheDisciple

    [Suggestion] Ajout des jeux Sharp X68000

    Salut 🙂 J'ai réussi à bidouiller sur retroarch pour joueur au remake de castlevania sur cette machine en faisant un fichier qui réuni / link les deux disquette mais il me semble que ça pause soucis pour les jeux avec trois disquettes et plus, je veux bien un tuto pour la config du coeur retroarch, parce que là j'ai suivi des instructions, mais sans comprendre ce que je faisais 😛
  10. Bibi reviens souvent mais faut reconnaitre il est bien plus émouvant / attachant que charismatique. Pour moi celui qui se rapproche le plus de la définition du charisme dans les FF c'est Balthier, il est même la motivation du "héro" de cet opus : Vaan. Vaan veut lui ressembler parce qu'il pète la classe, il fait se qu'il veut sans dieux ni maitre, sans tomber dans le cliché du nihiliste, on lui découvre aussi un passé touchant et une relation complexe avec son père.
  11. TheDisciple

    L'univers Végétarien/Végétalien.

    Tchou les z'amis Je passais par là me renseigner sur le retro gaming, ayant envie de commencer à faire des vidéos sur des jeux rétros aux-quels je jouais avant qu'ils ne soient rétros. Et, de parler véganisme mais en parlant le moins possible de véganisme, quels ne fut donc pas ma joie de voir ce sujet abordé ici de manière bienveillante et je loue la patience de la personne qui gère le topic. Pour la petite histoire je suis végane depuis 6 ou 7ans et j'ai eut un an de passage par le végétarisme. Mais ma plus grande évolution en lien avec le véganisme ne vient pas du véganisme, car je me suis rendue compte que ce n'est pas le véganisme la cause de mon passage au véganisme, mais plutôt la déconstruction logique des arguments pro omni et/ou anti véganes. Ce qui fait que pour "militer" pour le véganisme, les ressources qui m'ont servies viennent plus du milieu zététique/esprit critique que du véganisme en lui même. Le fait est que le véganisme se suffit à lui même comme argument : c'est possible. Histoire de ne pas venir les mains vide je poste une vidéo d'une conférence de Martin Gibert ( présentation du gars, dont "Voir son steak comme un animal mort " : https://martingibert.com/ ) où il parle de psychologie morale, en particulier de la dissonance cognitive, mais pas que : https://www.youtube.com/watch?v=X84kriT8dQQ Tchou !