GambierBae

Uploader
  • Content Count

    772
  • Joined

  • Last visited

About GambierBae

  • Birthday 10/14/1997
  • Gender
    Homme
  • Interests
    -Jeux Video
    -Manga, Comics
    -Films de science-fiction
    -Serie Télé
  1. GambierBae

    Sengoku Basara X Cross

    Sengoku Basara X est un spin-off de la série Sengoku Basara, développée par Arc System Works (bien connu à l'époque pour la série Guilty Gear) à la manière de leurs jeux de combat en face à face. Il s’agit d’une mise à jour du jeu d’arcade du même nom proposant un mode défi et des personnages nouvellement jouables, Kojūrō Katakura et Hanbei Takanaka, anciennement réservés au support.
  2. GambierBae

    Daytona USA 2001

    Avec Daytona USA, SEGA avait un but clair et précis : mettre une énorme claque technique à toute la concurrence (Namco notamment). En effet, d’un point de vue strictement technique, le jeu explosait tout : 3D texturée, shading pour commencer, sensation de vitesse grâce à une formidable animation pour continuer, bande son tout aussi incroyable qu’inoubliable et enfin une gestion de la caméra tout simplement monstrueuse !!! Nous sommes bien à des années lumières d’un Virtua Racing, les voitures de Daytona ont de jolies décorations qui ornent leurs carrosseries qui en plus sont bien moins anguleuses, quand aux décors, ils sont plus réalistes et fourmillent de détails (y a même la tour indiquant le classement de la course en temps réel du speedway !!!). Ajoutez à cela que la borne vous permet d’affronter jusqu’à 39 adversaires (contrôlés par le CPU) simultanément… Bref, Daytona USA en arcade, c’était LE hit, un hit qui a marqué toute une génération de joueur. Alors que la version arcade ne proposait qu’une seule voiture (la Hornet), cette version Dreamcast en propose pas moins de 10 (dont la mythique Hornet bien sûr ^^), mais seulement 4 sont sélectionnable de base, à vous de débloquer les 6 autres. Comme a sa grande habitude pour ses jeux d’arcade, Sega privilégie la boite manuelle : si pour chaque voiture on a le choix entre boite automatique et boite manuelle, les versions en boite manuelle sont plus rapide (l’écart étant de 9-10 mph). Naturellement, les voitures ont des caractéristiques et ne se différencient pas uniquement par leur carosserie, ces caractéristiques sont l’accélération, la vitesse maximale et l’adhérence… rien de plus, rien de moins (on notera tout de même que vous pouvez changer les pneus pour adhérer plus ou moins). Daytona USA aura connu des conversions sur Saturn et PC, mais aucune n’a été techniquement à la hauteur de l’original. Sur Dreamcast nous avons enfin cette adaptation tant attendu : une animation en 60 images par secondes sans aucun ralentissement ni clipping et ce, malgré les 40 voitures présentes sur la pistes !!! Et je ne vous parle même pas des musiques. Pourtant, tout n’est pas rose, en effet, les graphismes n’ont pas subit de rajeunissement et Daytona fait pale figure à côté d’un F355 Challenge ou d’un Metropolis Street Racer. Ce qui était superbe à une époque ne s’avère plus aujourd’hui que moyen. Mais, le gros problème de ce Daytona, c’est ça jouabilité qui date d’une époque trop lointaine pour que les jeunes joueurs puissent prendre du plaisir à jouer. Cela peut paraître paradoxale avec ce que j’ai dit plus haut, mais il faut rester réaliste : seul les nostalgique et ceux qui ont connu Daytona USA a l’époque de sa gloire sauront savourer son gameplay dans toute sa splendeur. Cela fait que la jouabilité de Daytona semblera mauvaise pour les « jeunes » alors que les « anciens » retrouveront avec plaisirs leurs marques.
  3. GambierBae

    mednafen

    Salut ! Appuis sur F1 pour avoir une affiche sur tout les commandes de Mednafen, j'utilise rarement l'émulateur (je l'utilise seulement pour tester les jeux Saturn dont je upload) donc j'ai oublié la commande de configuration des controls.
  4. GambierBae

    Rayman 2 : The Great Escape

    La BIOS Dreamcast qui est sur Demul est la BIOS US/NTSC, c'est pour ça que quand tu lance un jeu PAL/EU il est en Anglais.
  5. GambierBae

    Rayman 2 : The Great Escape

    C'est en verité la version Royaume Unie.
  6. GambierBae

    Silhouette Mirage

    Au début du xxie siècle, sur la Terre, dans le contexte d'un futur post-apocalyptique, les expériences génétiques des scientifiques d'Edo ont abouti. De ces expériences mené sur un enfant portant le nom d'Armageddon (aussi connu sous le nom de Clod), deux notions particulières sont ressortis : la Silhouette et le Mirage. À la fois complémentaires et opposés, ces deux attributs divisent le jeune Armageddon en deux personnes distinctes : Megido et Har, respectivement à la tête de la Silhouette et du Mirage. Un problème survint sur l'ordinateur d'Edo, ce qui provoqua une explosion biologique qui contamina la structure génétique de toutes les entités sur Terre. Bien que de nombreux êtres périrent, les quelques survivants ne présentèrent alors qu'un seul des deux attributs, tandis qu'une autre race apparut qui, quant à elle, présentait encore les deux attributs. On les appelait les Proteans. En réponse à ce cataclysme, l'ordinateur Gehena créa la Messagère de la Justice, Sinna Neutlarva Sinner, afin de neutraliser toutes les entités dotés d'un attribut unique et réparer Edo. Le joueur incarne Sinna, la Messagère de la Justice, dans un gameplay à défilement multidirectionnel. Comme Sinna est à la fois Silhouette et Mirage, elle est alors capable d'utiliser, selon le sens dans lequel elle se déplace à l'écran, le pouvoir de l'attribut correspondant. Si elle rencontre un ennemi Mirage, elle doit utiliser ses pouvoirs de Silhouette et réciproquement. À l'inverse, une attaque du même type que l'ennemi est, dans ce cas, absorbée. La version japonaise contient de très nombreuses allusions à la Bible, en particulier en ce qui concerne les noms des personnages et des lieux. La plupart d'entre eux ont été modifiés afin que le jeu puisse être porté sur le marché américain.
  7. GambierBae

    Sega Rally Championship

    Sega Rally Championship est un jeu de courses disponible sur Saturn. Le jeu propose 8 authentiques modèles de voitures à travers 3 modes de jeu (Course Rapide, Arcade et Championnat). Faites la course dans le désert, dans les canyons, ou à la campagne et battez tous les records. Le gameplay de Sega Rally Championship est à la fois accessible et technique. Le jeu propose quatre circuits à la difficulté croissante et trois véhicules de rallye. Les circuits sont très soignés et proposent de nombreuses difficultés avec des caractéristiques variées (types de revêtements, animations sur les bas-côtés, environnements rencontrés...). La conduite est très typée arcade. C'est d'ailleurs un des points forts du jeu ; en effet, l'AM5 a réussi le pari audacieux de mêler conduite arcade et précision extrême. Ainsi, les voitures glissent exagérément au moindre appui sur une touche directionnelle ; cependant, la finesse est de mise pour réaliser de bons temps sur des circuits dont la modélisation propose de nombreux passages fins et demandant une grande précision (on peut citer le passage dans le village sur le circuit Mountain ou la dernière partie du circuit Forest en exemple, sans parler du circuit Lake Side, dont l'exigence de concentration reste un des grands souvenirs de bon nombre de joueurs.
  8. GambierBae

    Elevator Action Returns

    Une bande de terroristes s’est mis en tête de faire exploser la terre entière afin de détruire l’ancien ordre et instaurer un règne de terreur sur la planète. Une seule solution : la manifestation ! Heu… non, faire appel à une bande d’agents surarmés pour récupérer les plans des vilains et ainsi pouvoir désamorcer les innombrables bombes qu’ils ont planquées derrière des portes rouges aux quatre coins du globe. Elevator Action Returns nous propose d’incarner trois agents pour mettre fin à la menace terroriste : Kart Bradfield, Edie Burret et Jad the Taff. Remake d’un jeu sorti en 1983 (Elevator Action), le principe est simple : il faut entrer dans toutes les portes rouges d’un niveau afin de désamorcer la bombe qui se trouve derrière, si jamais on en loupe une l’écran se bloque et nous empêche de continuer. L’action se déroule sur plusieurs étages et le seul moyen de pouvoir monter ou descendre est d’utiliser les divers ascenseurs qui se trouvent dans le niveau. Ces derniers ne se contrôlent que de l’intérieur, il faudra donc faire attention à ne pas se faire écraser lorsque l’on passe en-dessous ou au-dessus. Il y a évidemment une grande variété d’ennemis qui tenteront d’entraver votre progression : divers fous de la gâchette, chiens de garde, robots de sécurité, hommes en jet-pack ou encore les terribles terroristes en gilets pare-balles et munis de boucliers. Il y a bien d’autres pièges comme des mines ou des faisceaux électriques qui vous compliqueront encore plus la tâche. Pour faire face à tout ce beau monde l’agent de notre choix possède des balles infinies dans son flingue et un nombre limité de grenades (que l’on envoie en appuyant simultanément sur la touche de tir et de saut) pour pouvoir dézinguer du vilain par dizaines dans la joie et la bonne humeur. En plus des portes rouges on peut également entrer dans les portes de couleur bleue derrière lesquels se trouvent divers bonus comme de la nourriture pour regagner de la santé, quelques grenades supplémentaires ou tout simplement des objets qui servent à gonfler le sacro-saint score. Les portes, bleues comme rouges, permettent aussi de se planquer afin d’éviter les tir ennemis en toute sécurité sans a avoir à sauter dans tous les sens. Les portes vertes, quant à elle, ne sont pas utilisables par le joueur. Elles servent aux ennemis qui en sortent par légions entières. Les interactions avec les décors sont nombreuses il est ainsi possible de tirer sur des barils pour les faire rouler puis les faire exploser quelques mètres plus loin en décochant dessus quelques bastos supplémentaires. Toujours dans la même optique il est possible de renverser des cartons remplis d’explosifs pour provoquer une déflagration gigantesque. Il est également possible de détruire différentes sources lumineuses ce qui est plus gênant pour vous que pour l’ennemi. Et enfin, cerise sur le gâteau, certaines caisses ou sacs de sables contiennent des armes spéciales (avec munitions limitées) comme la mitrai
  9. Je ne suis pas familier avec ce jeu, désolé.
  10. Souvenez vous, en 1995 sortait la première adaptation console du jeu adulé par tous les fans des salles d’arcade, j’ai nommé Daytona USA. Ce titre, malgré un aspect graphique largement perfectible et l’absence d’un mode deux joueurs, avait su par sa maniabilité intuitive, sa prise en main immédiate et l’incroyable restitution de la sensation de vitesse s’attirer les bonnes grâces d’une grosse majorité des joueurs, infligeant ainsi un sévère coup à la concurrence. Cependant, conscient des limites techniques de son titre, Sega-AM2 sort un an plus tard une version revue baptisée Daytona USA Championship Circuit Edition Le plus gros point faible du jeu sorti en 1995 était sans conteste la réalisation graphique qui se situait largement en dessous de celle de la version arcade du jeu. Les développeurs se sont employés à résoudre ce problème pour nous livrer un jeu attrayant graphiquement. Et force est de constater que la mission a été menée à bien avec brio puisque le titre s’avère beaucoup plus beau que son prédécesseur. En effet, les voitures sont beaucoup moins carrées et ont fait l’objet d’un soin particulier de la part des développeurs. Les textures bavent beaucoup moins et la pixellisation se fait moins flagrante donnant ainsi une impression de finesse remarquable en comparaison des véhicules taillés à la hache du premier opus. La déformation de votre véhicule sous les chocs, bien qu’assez primaire et purement esthétique, sera prise en compte, chose rare pour un jeu se voulant résolument axé sur l’arcade. Enfin, la quasi-totale disparition du clipping vous permettra d’admirer sans limites les magnifiques décors et de mener vos courses plus efficacement (il était très pénible dans le premier épisode de voir parfois la route apparaître à peine quelques mètres devant sa voiture). Malheureusement, la contrepartie de ce lifting est la rapidité du titre légèrement inférieure qui vous offrira une impression de vitesse un peu moins bluffante que dans le jeu d’origine, même si le tout reste malgré cela très fluide, et ce même avec quarante concurrents à l’écran. Mais étant donné le bond graphique effectué entre les deux versions, le prix à payer est plus que raisonnable puisque le niveau visuel atteint flirte avec celui de la borne d’arcade.
  11. GambierBae

    DonPachi

    Le joueur incarne un pilote dont la mission est de survivre à un exercice grandeur nature d'une durée de huit ans. Les pilotes participant à cette épreuve ont pour but de prouver leur valeur afin de se montrer digne d'entrer dans le futur escadron d'élite DonPachi. L'exercice est toutefois rendu difficile aussi bien physiquement que psychologiquement car les ennemis du pilote sont ses propres camarades, se sacrifiant pour permettre aux pilotes les plus doués de survivre et réussir l'épreuve.
  12. GambierBae

    Tout sur l'Upload

    Les jeux Left 4 Dead, Counter-Strike ect… n'était pas téléchargeables, c'était juste une fonction qui permet d'importer les jeu vers RomStation si tu les a installer sur Steam et ça permet de les jouer en Multi dans la section Multijoueurs de RomStation.
  13. La ROM n'est pas défectueuse, c'est juste que MAME à toujours des problèmes en émulant les jeux Sega Model 2 (la machine Arcade du jeu). Si tu veux joueur au jeu, utilise Model 2 Emulator, dont voici le lien de téléchargement : http://nebula.emulatronia.com/descargas.php
  14. GambierBae

    Akai Katana

    CAVE met le paquet ces temps-ci sur les shoots horizontaux. Après Deathsmiles 2 qui était en 3D, CAVE revient avec un shoot 100% 2D. La première chose qui frappe, c'est la similitude avec Progear No Arashi : un avion à hélice (un peu plus moderne pour Akai Katana (katana rouge), les décors militaires néo/rétro, les gros tanks, etc...), ceux qui connaissent Progear ne vont pas être dépaysé… enfin jusqu’à l’utilisation de l’"hyper". J'ai mis une journée à comprendre et commencer à utiliser la transformation pour scorer. Mais je vais y revenir après, passons à la présentation des éléments du jeu. Une fois le jeu lancé, on arrive sur la page titre classique des jeux CAVE. On a le choix entre 3 personnages/avions, chacun possède un "module" qu'on dirige autour de l'avion. C'est très similaire à DeathSmiles avec ses petits animaux de compagnie. Suivant l'avion choisi, le module est fixe ou mobile, en tirant en continu ou en alterné. Puis vient le choix entre 2 types de commandes. Le bouton A, comme dans beaucoup de jeux CAVE permet d'avoir 2 tirs, avec la concentration du tir et déplacements ralentis quand on laisse appuyé, le bouton B permet de bomber, le bouton C sert d'autofire et le bouton D permet de passer en mode "hyper". Comment scorer dans Akai Katana : Un petit module est attaché à votre avion par une ligne d'une longueur fixe. Quand le module est en contact avec un ennemi et que vous tirez, cela génère des bonus verts. La distance avec le module étant assez courte, cela demande un petite prise de risque. Les bonus verts remplissent une jauge verte. Quand vous activez la transformation, la jauge verte se vide doucement. Une bulle de protection se forme autour de vous, et fait rebondir les tirs ennemis. Cette bulle n'est protectrice qu'en mode de tir automatique, tir très peu puissant (impossible de détruire des ennemis de taille moyenne). En restant appuyé sur le tir, vous obtenez un laser très puissant mais de courte portée. En tuant les ennemis ainsi, vous accumulez des points, mais vous n'êtes plus protégé par la bulle et n'importe quel tir ennemi peu vous toucher, vidant d'un coup votre jauge verte. Même si le jeu tourne en 15kHz, les graphismes sont absolument magnifiques et d'une finesse jamais atteinte dans un jeu cave. Les couleurs et les dégradés sont superbes. Le niveau 1 nous fait survoler une ville du type industriel pour finir sur les quais avec le boss. Le niveau 2 se passe de nuit : on traverse des forêts, des plans d'eau, des voies ferrées avec le middle boss et on finit dans un ciel au clair de lune. Le niveau 3 se passe dans un décor enneigé de toute beauté. Le niveau 4 se passe sous l'eau !!!!! Pour commencer, puis au dessus d'un port militaire pour finir dans les airs. Le stage 5 se passe dans une base militaire.
  15. GambierBae

    DoDonPachi Dai-Fukkatsu Black Label

    Après la tourmente provoquée par l'assaut de Lunapolis qui a déclenché la "guerre de la mort heureuse", la paix semble s'être rétablie, le légendaire corps de Don Pachi se retirant dans son quartier général dans l'espace-temps. Six ans plus tard, des anomalies sont détectées dans la structure espace-temps, mais les tests ne révèlent aucune anomalie, les portails fonctionnant régulièrement pour la téléportation et les voyages dans le temps. le chef de l'escadron DonPachi, le colonel Godwin Longhener, écarte l'affaire du fait de l'absence de danger réel. Néanmoins, un technicien approfondit l'anomalie, découvrant que quelque chose a infiltré les systèmes informatiques du siège et utilise les portails pour envoyer de grandes quantités de matériaux et de données au passé, se répandant comme un virus et évoluant rapidement. Ironiquement, on découvre que le virus est le programme initialement installé dans Element Dolls il y a six ans. Il dépasse maintenant la programmation du DonPachi Corps et cherche à anéantir la race humaine en représailles de son "asservissement" (après la guerre, mort assez cruelle aux mains de leurs propres créateurs humains) en menant la guerre dans le passé plutôt que dans le présent: indécis, le colonel autorise le dernier navire de transport à faire un saut temporel afin de repousser l’invasion avant les changements à venir. Cependant, il déclare: "Recommencez du passé ... je n'y ai jamais pensé", faisant écho aux idées de l'imperfection de l'humanité, qui a toujours été un thème récurrent dans la série. Et encore une fois, les trois pilotes remontent dans le temps jusqu'en 2008 et rentrent dans la mêlée, le navire de transport étant ciblé dès sa sortie du portail: les Element Daughters, gigantesques évolutions des Dolls, attendent...