BigBoss95

Modérateur
  • Compteur de contenus

    1 515
  • Inscription

  • Dernière visite

  1. BigBoss95

    Need for Speed: Underground 2

    Need for Speed: Underground 2 sur GameCube est un jeu de courses faisant la part belle aux capots rutilants et autres phares bleutés au xénon. L'aspect frime a ici au moins autant d'importance que les résultats dans les courses. À vous de faire en sorte que votre caisse soit la plus belle et la plus rapide, dans des environnements urbains, à la recherche de rivaux. Need for Speed: Underground 2 n'a pas de scénario complexe, bien que le personnage que le joueur incarne a une raison spéciale de venir à Bayview. En effet, il est considéré comme un pilote urbain talentueux et respecté de tous. Cependant, un homme va vite lui tendre un piège, craignant sans doute qu'il devienne rapidement le Roi du bitume de sa ville. Il donne rendez-vous au héros dans une ruelle sombre. Dans le noir complet, un 4x4 noir qui parait invisible, envoie valser la Nissan Skyline qui n'est autre que la voiture du héros. Tout ceci est un coup monté… Il reste pendant plusieurs mois en convalescence et à son réveil, il décide de partir à Bayview pour éviter les représailles et prendre un nouveau départ. Il doit vite se faire connaitre dans le milieu de la course et devenir le meilleur pilote dans les 5 manières de courir. Rachel, son amie, aide le joueur durant tout le jeu. Le jeu propose de disputer des courses urbaines au volant de voitures tout droit sorties de l'univers du tuning. En effet, ce jeu de Need for Speed est le plus développé au niveaux de la customisation. Le jeu propose une ville divisée en quatre quartiers reliés entre eux : le Centre ville, Beacon Hill, Jackson Height et Coal Harbor (2 parties à débloquer, l'Ouest et l'Est).
  2. BigBoss95

    [PC] School Of Dragon

    On évite les chamailleries s'il vous plait, merci. Badjet, ta demande sera prise en compte le moment venu, ne t'inquiètes pas, pas la peine de relancer à chaque fois. Je vérifierai par la suite si le jeu peut être upload ou pas.
  3. BigBoss95

    Batman: Rise of Sin Tzu

    Largement servis en jeux vidéo ces dernières années, les fans de Batman voient aujourd'hui débarquer un nouveau titre consacré au héros encapuchonné, Batman : Rise of Sin Tzu. Situé bien sûr à Gotham City et doté du plus récent design, très sombre, le titre met en scène un esprit diabolique inédit, Sin Tzu, qui mû par une haine tenace va tout mettre en oeuvre pour supprimer Batman et enrôle pour cela l'Epouvantail, Clayface, Bane et tout un tas de sbires insignifiants. Épaulé lui aussi par trois compères (Robin, Batgirl et Nightwing), l'homme chauve-souris peut compter sur ses poings, et deux ou trois gadgets, pour taper tout le monde et ramener la paix sur la ville. Dans cette optique, Batman : Rise of Sin Tzu s'éloigne du correct Batman Vengeance et du médiocre Batman Dark Tomorrow pour nous proposer un beat'em all bourrin et aussi simple que classique dans son gameplay, dont les similitudes étonnantes avec le tout premier Final Fight ne sont que très légèrement altérées par un système de combo tout droit venu des Deux Tours. Les situations varient peu, les cadavres s'empilent sans transition et la richesse tactique d'un Dynasty Warriors brille par son absence. De fait, la petite palette de coups proposée pour chaque personnage est vite oubliée : l'enchaînement de base est facile à sortir tout en étant très efficace et on passe ainsi son temps à frapper tout ce qui bouge avec les deux poings sans véritablement se poser de questions, mais sans beaucoup s'amuser non plus. On a déjà vu bien mieux et surtout plus défoulant dans le genre, mais la présence d'un mode coopératif et une réalisation très réussie parviennent tout de même à sauver les meubles.
  4. BigBoss95

    Samurai Warriors

    Grand raconteur de faits historiques, le studio japonais Koei s'est spécialisé durant ces dernières années dans la fresque médiévale chinoise, permettant au moins érudit d'entre nous de se cultiver tout en abattant des centaines d'ennemis. Respectant dans la mesure du possible les trames déchirantes émaillant les années de guerre de cette civilisation imposante, la série des Dynasty Warriors a su s'imposer dans le coeur de nombreux guerriers en herbe. Ayant sans doute épuisé le filon d'Asie Centrale, la société se décide de se focaliser sur un autre pays, le Japon, plongé aux temps obscures des samurais. Le grand archipel connaissait en cette fin de 16ème siècle une gangrène notable, miné par des conflits fratricides et l'émergence d'une puissance militaire qui allait s'emparer de tout le pays, conduite par Oda Nobunaga, que les férus d'histoire japonaise et les adeptes d'Onimusha doivent connaître. Déployant sa vaste cape pourpre sur un mode à l'équilibre plus que précaire, il allait imposer une nouvelle ère. Était-ce une bonne chose ? La réponse réside dans l'appartenance à tel ou tel camp. Toutefois ce n'est pas un tout jeune officier comme vous qui possède le recul nécessaire pour résoudre ce questionnement. Votre but est l'éradication, votre leitmotiv, la bataille. Après avoir sélectionné un futur héros ou héroïne, parmi cinq prétendants (le nombre de personnages disponibles augmente au fil de l'aventure), vous pénétrez dans l'enfer du combat. Recrue de choix dans le marasme ambiant, votre commandant, différent selon votre histoire personnelle, vous confie la tête d'un petit groupe d'hommes afin d'injecter un peu de dynamisme au sein de troupes au courage éméché.
  5. BigBoss95

    Guilty Gear Isuka

    Il fallait avoir du cran, ou être carrément inconscient, pour oser imaginer une version de Guilty Gear XX jouable à quatre, sans la moindre concession faite à son gameplay élitiste. Ce fut pourtant le pari fou osé par Arc System Works avec Guilty Gear Isuka, un titre qui, tout en surfant sur la vague Guilty Gear, se devait de populariser l'Atomiswave, la carte arcade relativement bon marché de Sammy. Un pari insensé, verdict implacable : il ne restera rien de GG Isuka, seulement de la bouillie pour bébé. Beaucoup trop complexe pour être jouable à quatre, fût-ce sur deux plans distincts à la Fatal Fury, Isuka n'est rien d'autre qu'un jeu de combat illisible mis en morceaux par quelques idées mal intégrées. Contrairement aux modes Dramatic Battle des Street Fighter Alpha, le personnage ne se tourne pas automatiquement vers l'adversaire le plus proche ; un bouton Turn sert à le recadrer manuellement, ce qui ne fait qu'ajouter à la confusion dans ce tsunami graphique. Evidemment, à quatre larrons, trahisons et alliances se font et se défont à la vitesse d'un 20-hits combo appris par coeur, ce qui pourra amuser quelques après-midis. Mais à quoi bon prendre la peine d'apprendre un jeu de combat aussi hasardeux, surtout lorsque l'impeccable version #Reload traîne dans les rayons ? En solo, le mode Arcade, sorte de Survival travesti, est de surcroît beaucoup trop bancal pour distraire, tandis que le GG Boost inspiré des beat'em all d'antan devient répétitif dès le deuxième niveau. Reste la présence d'A.B.A, un nouveau personnage aussi complexe qu'amusant à jouer, et des décors enfin inédits dans la série. Maigre butin.
  6. BigBoss95

    Fur Fighters: Viggo's Revenge

    Après avoir sévi sur Dreamcast et PC, les petites bêtes de Fur Fighters remettent le couvert dans une version PS2 revue et corrigée pour l'occasion. Pas de réelle surprise, le scénario et le concept du jeu sont les mêmes. Échappé de prison, le méchant général Viggo a décidé de s'en prendre à l'unité d'élite animale des Fur Fighters en kidnappant leurs familles. En mode solo, le joueur doit donc prendre le contrôle en alternance des six protagonistes pour délivrer leurs proches dans une aventure mélangeant plate-forme, tir et résolution d'énigmes. Outre leur habileté à utiliser un grand nombre d'armes à feu, chaque animal possède des compétences propres (sauter, nager...) qu'il est indispensable de savoir gérer pour mener à bien l'entreprise. Un mode multijoueur est également présent et permet à quatre joueurs de s'affronter dans des deathmatches endiablés. Cette version se distingue principalement des deux précédentes par ses graphismes en "Cel-shading", un procédé utilisé également dans Jet Set Radio, qui confère à l'ensemble un côté dessin animé fort agréable, ainsi que par l'ajout de véritables voix lors des dialogues. Les niveaux sont vastes et la difficulté apparaît bien plus relevée qu'on pourrait le croire car, en dépit de graphismes "mignons", Fur Fighters n'est pas un jeu pour les tout-petits, mais un titre adulte qui rappelle les Conker's Bad Fur Day et Jet Force Gemini de la N64 par son humour et sa jouabilité. L'ensemble pèche toutefois un peu par son action répétitive et quelques problèmes de caméra, qui rebuteront certains joueurs. Ni véritable hit, ni mauvais jeu, Fur Fighters: Viggo's Revenge mérite le coup d'œil pour son originalité.
  7. BigBoss95

    Turok Evolution

    Il n'y a pas que sur Xbox, GameCube ou la PS2 que l'on peut shooter du dino. A grand coup de tomahawk, le héros de Turok Evolution est parvenu à faire tenir les créatures du Monde Perdu dans une console portable. Alors que la majorité des shoot'em up parus sur Game Boy Advance proposent de piloter un engin spatial, Turok Evolution, lui, reste ancré sur la terre ferme. Toujours piégé dans les Lost Lands, l'Indien Tal'Set se joint à Djunn, chef de la tribu de la rivière, dans sa lutte contre les armées de l'infâme Lord Tyrannus. Un scénario à l'image de l'univers de Turok, à savoir primitif, mais largement suffisant pour s'offrir une séance de blast au pays des dinosaures. Foncer en tirant sur tout ce qui bouge, voilà ce que propose la version portable de Turok Evolution. Pour cela, on a le choix entre deux persos : Tal'Set ou Djunn. Djunn est un tantinet plus résistant que son acolyte. Chacun possède sa propre arme de poing (Tomahawk pour Tal'Set, crochet fatal pour Djunn) et sa propre attaque spéciale. En bref, la différence est vraiment minime. Fusil, mitrailleuses, laser, lance-roquettes, etc. pour ce qui est des flingues, on n'a pas à se plaindre, d'autant que la majorité d'entre eux existent en deux versions (humain et alien). A cette artillerie vient bien sûr se greffer les habituels items et power-ups (munitions, armures, bonus de santé, etc.) qui permettent d'évoluer sans avoir à griller ses neurones. A la différence des épisodes récemment parus sur Xbox et PlayStation 2, la bonne surprise de la version GBA se situe essentiellement au niveau du graphisme. Jungles, ruelles, métro désaffecté, etc. Les niveaux sont variés, leur design coloré et assez fin. Le visuel des explosions et des déflagrations est également du plus bel effet. Pour ce qui est du camp adverse, on regrette que les soldats s'apparentent à un défilé de clones , par contre tanks, aliens et créatures préhistoriques en tout genre sont particulièrement réussis. Si l'intérêt du jeu n'était pas aussi limité et la durée de vie précaire, ce Turok Evolution s'en sortirait mieux que ses homologues sur consoles de salon.
  8. Oui mais je crois que le jeu est uniquement en Anglais, il est certes sorti en France mais seulement en Anglais, en tout cas mieux si ils se lance pour vous deux. Oui pour ton erreur, est ce que tu as eu cette fenêtre qui s'est affichée ? Si c'est le cas ne t'inquiète pas j'ai trouvé un patch qui permet de régler l'erreur en fait c'est un problème de manette, si tu as cette erreur c'est parce que ta manette était branchée sur ton PC normalement mais si tu l'as débranche, tu n'auras plus cette erreur 😉 Donc du coup, je réupload le jeu avec le patch en question. Alors normalement pour les graphismes ça devrait être exactement la même chose normalement, regarde sur le lien d'abandonware France que j'ai mis plus haut, il y a une explication par rapport aux couleurs lors du lancement et qu'il faut régler la compatibilité. Oui je pense que le jeu est sorti uniquement en Anglais, d'ailleurs le jeu est bien sorti en Europe mais sous le nom original d'Atomic Bomberman.
  9. Salut, Pourriez-vous testé cette version et me dire si il fonctionne de votre côté svp ? Je viens d'avoir un retour d'un possesseur d'une version 64 bits sous W10. https://www.abandonware-france.org/ltf_abandon/ltf_jeu.php?id=2773 Téléchargez bien la version automatique.
  10. BigBoss95

    David Beckham Soccer

    Nous retrouvons donc ici David Beckham dont Rage a su acquérir les droits. Pour les autres joueurs on retrouvera entre autres Thooram, Zidan, Leburf, Pitit ou encore Trezagay dont Rage n'a en revanche pas obtenu les droits. Quoi qu'il en soit on ne fera pas le procès de ce David Beckham Soccer pour une sombre histoire de patronymes et on se souviendra que Konami pendant longtemps n'a pas détenu la licence permettant de faire figurer les vrais noms des joueurs et que ça ne l'a pas empêché de nous sortir des hits. Au programme du calvaire qui attend le joueur on signalera donc des modes de jeu tout ce qu'il y a de plus classique avec les matches amicaux, les compétitions, l'entraînement ou encore les parties arcades qui témoignent de la plus grande originalité avec notamment un mode survie. Si le titre de Rage reste donc assez fidèle à ce que l'on rencontre d'ordinaire dans la catégorie c'est en revanche au niveau de son gameplay que celui-ci se démarque de ses rivaux d'une manière assez phénoménales. Et des arguments il en a ! Injouable, pas réaliste pour deux ronds, limite risible dans le comportement des joueurs et dans les trajectoires de balle, mal foutu au niveau des vues, même pas intuitif dans les commandes, bref autant dire qu'on tient un jeu qui ne fait semblant lorsqu'il s'agit de cultiver les défauts. Le reste du temps c'est finalement un sentiment de passivité qui frappe le joueur remplaçant l'agacement des premiers instants. On regarde ses joueurs se faire piquer le ballon, on assiste à de beaux buts adverses de temps en temps on reprend la manette pour faire relancer la balle par le gardien et on regarde ce qui se passe sans même avoir envie d'intervenir. Mais si David Beckham se distingue au niveau de son gameplay, il ne manque pas non plus de le faire au niveau de ses graphismes. Pour être clair on dira que sur PS2 ils sont à peu près dignes de ce que l'on est en droit d'attendre d'une PSX et que sur Xbox ils sont dignes d'on ne sait pas trop quoi... Dans cette version dédiée à la console Sony on constate de nombreux ralentissements même quand il n'y a pas lieu d'en avoir, un aliasing très marqué, des perspectives bizarres auxquelles viennent s'ajouter des animations lentes et des joueurs modélisés de façon plutôt grossière. Au niveau sonore, il y de quoi mourir de rire, les commentaires sont de purs chefs-d'oeuvre de nullité se payant même le luxe d'intervenir pour la moindre broutille gavant rapidement le joueur qui a déjà du supporter pas mal d'horreurs jusqu'ici. On l'aura compris, que l'on soit fan de David Beckham, de foot ou de tout ce qu'on veut, il y a tout intérêt à éviter ce titre à moins de vouloir se défouler en claquant du fric bêtement. David Beckham Soccer est en revanche le cadeau idéal à offrir pour un anniversaire auquel on n'a aucune envie d'aller quoi qu'encore attention, ce serait presque un coup à se faire définitivement un ennemi...
  11. BigBoss95

    Star Wars Battlefront

    Star Wars: Battlefront est un jeu vidéo de tir à la troisième personne et subjectif tactique, il s'agit d'un jeu de combat dans l'univers de Star Wars comparable au jeu Battlefield 1942. Le principe du jeu est de conquérir le terrain de bataille en capturant des postes de commandement (endroits d'apparition des unités), et en détruisant toutes les unités ennemies jusqu'à l'épuisement des tickets du camp adverse. Le joueur incarne un soldat lâché au cœur des grandes batailles qui agitent l'univers Star Wars durant deux époques distinctes : la Guerre des clones (qui voit s'affronter les clones de la République galactique et les droïdes de la Confédération des systèmes indépendants), et la Guerre Civile Galactique (qui voit s'opposer l'Empire galactique et l'Alliance rebelle). Le but d'un jeu de tir à la première personne est bien sûr de tuer le plus grand nombre de soldats adverses possible afin de faire remporter la victoire à son camp. Chaque camp dispose en effet d'un nombre de renforts prédéfinis (entre 200 et 250 en général), et chaque décès retire en point de renforts à l'équipe. L'équipe qui arrive la première à 0 points de renforts a perdu. Lorsque le nombre de renforts rejoint le nombre d'unités sur la carte. Sur la carte, l'ennemi est représenté en rouge, les alliés en vert, les indigènes en jaune, les véhicules ou postes inoccupés en blanc. Les indigènes peuvent constituer l'autre camp (dans certaines batailles de la campagne) ou alors être des alliés d'un des deux camps en fonction de la carte (par exemple si le joueur joue sur Kashyyyk, l'armée clone sera aidé de Wookiees qui apparaitront dans les postes de commandement clone) dans les autres modes de jeux. Mais tuer l'ennemi ne suffit pas, il faut aussi s'emparer des positions clefs du champ de bataille, appelées postes de commandement. Représentés par une cible à la couleur de leur possesseur, ces postes peuvent être pris par l'un ou l'autre camp pour peu qu'une unité d'infanterie (pas dans un véhicule) reste suffisamment dans le rayon du poste et qu'aucun ennemi ne s'y trouve. Les postes de commandement sont généralement fixes, mais certains peuvent être détruits (voir plus bas) ou mobiles. Ils sont très importants dans la mesure où les unités tués réapparaissent dans leur rayon. Une équipe ne disposant plus de postes de commandement ne peut plus faire réapparaître ses troupes, tandis qu'une équipe contrôlant tous les postes de commandement de la carte voit s'afficher un compte à rebours de vingt secondes jusqu'à sa victoire. Une équipe qui contrôle moins de postes de commandement que son adversaire voit ses renforts diminuer régulièrement, jusqu'aux alentours de la vingtaine de points de renforts restant. À ce moment, sa défaite prochaine est annoncée et elle ne perd plus de renforts automatiquement. Les joueurs et l'IA peuvent réparer et contrôler tous les véhicules et positions défensives d'une carte.
  12. BigBoss95

    Age of Empires II: The Age of Kings

    Suite de l'un des jeux de stratégie les plus populaires de tous les temps (3 millions d'exemplaires vendus à travers le monde). Age of Empires 2: The Age of Kings vous fait vivre des siècles d'Histoire, de la chute de Rome à la fin du moyen âge. Présidez au destin de l'une des 13 civilisations en bâtissant d'immenses cités, en mettant sur pied de puissantes armées et en découvrant de nouvelles technologies. Exploitation de ressources, exploration, commerce, diplomatie, conquête…, les voies qui mènent au pouvoir sont nombreuses mais il n'y aura qu'un seul vainqueur ! Débutant avec peu de ressources, les joueurs doivent relever le défi d’amener leur nation à un haut degré de civilisation. Ils ont plusieurs possibilités de gagner, soit par la force, soit en bâtissant des stratégies économiques et diplomatiques.
  13. Bonjour, Désolé, je ne savais pas que le jeu était incompatible avec les 64 bits étant donné que je suis en 32 bits, le jeu s'est lancé pour ma part. Ninja, la version Française est introuvable sur le net. Bon du coup c'est embêtant parce que le jeu ne fonctionne pas pour les 64 bits parce que je pense que la plupart des personnes sur RS doivent avoir une 64 bits donc je pense que je vais signaler le jeu pour qu'il soit retiré.
  14. BigBoss95

    Atomic Bomberman

    Atomic Bomberman est un remake sur PC du jeu culte sur SNES. Vous contrôlez un bomberman, un personnage possédant un stock infini de bombes qu'il doit déposer de manière à se débarrasser de 9 adversaires présents sur le terrain. Vous devez agir vite et intelligemment en faisant attention à ne pas vous faire avoir. Tout peut se jouer très vite ! Explosez tous vos ennemis avec vos bombes surpuissantes et évitez votre annihilation ! Jeu d’arcade typique, votre but est de tuer tous vos adversaires à l’aide de vos bombes, mais aussi des différents items disponibles dans l’arène (bombes supplémentaires, puissance de feu accrue, boost de vitesse, coups de pieds…) ou pas (têtes de mort). Le jeu contient de multiples arènes dont plusieurs avec des spécificités (téléporteurs, trampolines, tapis directionnels...). Il est aussi possible d’y jouer en réseau local, pour vous combattre en famille ou entre amis !
  15. BigBoss95

    Virtua Fighter 2

    Virtua Fighter est à Sega, ce que Street Fighter est à Capcom ou King of Fighters à SNK, c'est-à-dire une référence dans l'univers des jeux de combat. Un an après le très célèbre Virtua Fighter, Sega et AM2 ont sorti Virtua Fighter 2 et nombreuses furent les différences et améliorations par rapport au premier opus. Une année a passé depuis que huit des plus forts lutteurs du monde se sont affrontés au World Fighting Tournament. Lau Chan a certes remporté la victoire, mais les autres participants ne sont pas repartis les mains vides. Les défauts et limites de chacun sont devenus apparents. De nouvelles amitiés sont nées, des rivalités également. En quittant l'arène chacun de leur côté, les lutteurs avaient un peu plus d'expérience de combat qu'en y entrant. Après une année de dur entraînement, Akira Yuki est de retour, impatient de pratiquer des nouveaux coups sur son rival de fraîche date, Wolf Hawkfield. La star du cinéma de Honk Kong, Pai Chan, est venue dans le seul but de battre son père, Lau Chan, tandis que celui-ci s'apprête à défendre vaillamment son titre, avec des techniques qu'il a encore perfectionnées. Maître de Pancrace, Jeff McWild ne s'intéresse qu'à l'argent qu'une victoire pourrait lui rapporter. Le ninja Kage-Maru est ici pour des affaires officielles et officieuses : il veut profiter de l'occasion pour démasquer le mystérieux Syndicat qui tire les ficelles du World Fighting Tournament. Jack Bryant cherche à délivrer sa soeur, Sarah, qui a subi un lavage de cerveau et a été programmée pour l'éliminer. Shun-Di veut essayer l'efficacité de ses techniques du "Kung-fu de l'ivrogne" sur la jeunesse, tandis que le spécialiste du Tourou-Ken, Lion Rafale, combattra pour se libérer de ses obligations familiales. Qui remportera la victoire finale ?