BigBoss95

Modérateur
  • Compteur de contenus

    1 519
  • Inscription

  • Dernière visite

  1. BigBoss95

    La Suite de Mots

    @akumasan C'est un post par jour, merci. Autonomie => Indépendance
  2. BigBoss95

    Mise à Jour des Jeux

    Bonsoir, Merci pour l'info 😉
  3. BigBoss95

    Mission: Impossible

    Vous jouez le rôle de Ethan Hunt, agent secret et membre de l'IMF : Impossible Mission Force. Vos compétences hors du commun seront fortement requises pour effectuer le scénario de Mission: Impossible qui vise à mettre hors d'état de nuire le grand vilain du jeu : Basil Prokosh, vil personnage cherchant à vendre des ogives nucléaires à des terroristes fanatiques. C'est sur cette toile de fond que l'aspect très scénario de film (ou de série) s'enchaîne, reliant les missions par leur but final. Au début de chacune d'entre elles, pour respecter tout de même l'esprit de la série, Jim Phelps réceptionne un message sur CD dans des endroits toujours aussi incongrus pour l'espionnage et lui expliquant le but de la mission. Ensuite c'est au tour de votre briefing où on vous énoncera tous les objectifs de la mission à venir ainsi que ses difficultés etc. Il ne vous restera plus qu'à prendre connaissance de votre matériel et des agents qui vous épauleront durant les opérations. Ethan aura donc à son entière disposition 16 gadgets pour l'aider la plupart du temps à éviter de se faire repérer plutôt qu'à tuer ses adversaires. Ainsi, le Facemaker permet de prendre n'importe quelle identité mais vous avez aussi des fumigènes, prismes antilaser, lunettes à infrarouges, copieur d'empreintes digitales etc. etc. Quand la force deviendra vraiment nécessaire, l'agent secret pourra disposer de 16 armes assez meurtrières, du classique pistolet silencieux au Canon d'aviso-torpilleur en passant par la gomme explosive.
  4. BigBoss95

    Mission Impossible

    Mission: Impossible est un jeu d'action/tir sorti sur NES basé sur la deuxième série télévisée Mission: Impossible. Votre mission, si toutefois vous l'acceptez, consiste à sauver le scientifique bien connu le Dr. O et Shannon Reed un autre agent de l'IMF, des sales pattes des Sinistres Sept aussi rapidement que possible. Lorsque vous vous battez dans chaque zone, vous devez obtenir des informations et des cartes d’identité vitales. Votre progression est bloquée à chaque tour par les flammes acides, les eaux usées, la vapeur brûlante, l’électricité à haute tension et le gaz toxique. Vous pouvez choisir parmi les trois agents, Max, Grant et Nicholas, en fonction de la situation. Chacun est équipé de deux types d’armes pouvant être inter-changées en fonction de l’environnement. Si la jauge de vie d'un agent est épuisée, le prochain agent en ligne prendra sa place. Si vous complétez une zone avec succès, les agents KO rejoindront l'équipe au début de la zone suivante. Le jeu est composé de six zones, la première et la dernière comprenant deux étapes. Deux des zones défilent automatiquement avec les trois agents en même temps.
  5. BigBoss95

    Mission: Impossible

    Vous jouez le rôle de Ethan Hunt, agent secret et membre de l'IMF : Impossible Mission Force. Vos compétences hors du commun seront fortement requises pour effectuer le scénario de Mission: Impossible qui vise à mettre hors d'état de nuire le grand vilain du jeu : Basil Prokosh, vil personnage cherchant à vendre des ogives nucléaires à des terroristes fanatiques. C'est sur cette toile de fond que l'aspect très scénario de film (ou de série) s'enchaîne, reliant les missions par leur but final. Au début de chacune d'entre elles, pour respecter tout de même l'esprit de la série, Jim Phelps réceptionne un message sur CD dans des endroits toujours aussi incongrus pour l'espionnage et lui expliquant le but de la mission. Ensuite c'est au tour de votre briefing où on vous énoncera tous les objectifs de la mission à venir ainsi que ses difficultés etc. Il ne vous restera plus qu'à prendre connaissance de votre matériel et des agents qui vous épauleront durant les opérations. Ethan aura donc à son entière disposition 16 gadgets pour l'aider la plupart du temps à éviter de se faire repérer plutôt qu'à tuer ses adversaires. Ainsi, le Facemaker permet de prendre n'importe quelle identité mais vous avez aussi des fumigènes, prismes antilaser, lunettes à infrarouges, copieur d'empreintes digitales etc. etc. Quand la force deviendra vraiment nécessaire, l'agent secret pourra disposer de 16 armes assez meurtrières, du classique pistolet silencieux au Canon d'aviso-torpilleur en passant par la gomme explosive.
  6. Désolé j'ai eu d'autres jeux à upload sur le coup, merci de me l'avoir rappeler le jeu sera réupload très prochainement 😉
  7. BigBoss95

    Tom Clancy's Splinter Cell: Pandora Tomorrow

    Tom Clancy's Splinter Cell: Pandora Tomorrow est un jeu d'infiltration disponible sur GameCube. Incarnez l'agent Sam Fisher qui part sur les traces d'un groupe de terroristes afin de percer les secrets de l'opération Pandora Tomorrow. Faufilez-vous dans les ombres pour surprendre vos adversaires et éviter de vous faire repérer. Les nombreux gadgets de notre agent lui sauveront la mise plus d'une fois. En 2006, les États-Unis installent une base temporaire dans le Timor Oriental pour entraîner le développement d'une force de défense pour la "plus jeune démocratie du monde". En Asie du Sud-Est, la résistance à la présence militaire américaine est vive et importante, mais la menace indonésienne qui pèse sur la démocratie Timorienne est jugée suffisante à l'occupation. La haine anti-américaine se développe et le chef des guerilleros, Suhadi Sadono, agissant avec le support officieux de l'état-major corrompu de l'Indonésie, en prend la tête. Les hommes de Sadono attaquent et occupent l'ambassade américaine de Dili, Timor Oriental, prenant en otage plusieurs dizaines de militaires et de civils. Sam Fisher doit défendre et assister l'armée américaine, à la fois localement et à distance, jusqu'au renversement du système de Sadono. Le gameplay reprend en grande partie celui de "Tom Clancy's Splinter Cell", et ajoute de nouveaux mouvements, plus fluides, de nouveaux décors, et une remise à neuf de l'inventaire ainsi que de l'interface. Une nouveauté ; la possibilité de pouvoir ouvrir les portes avec un coup d'épaule ou de pouvoir utiliser certains gadgets à l'approche de certains objets (par exemple, utiliser la fibre optique à l'approche des portes).
  8. BigBoss95

    Need for Speed: Underground 2

    Need for Speed: Underground 2 sur GameCube est un jeu de courses faisant la part belle aux capots rutilants et autres phares bleutés au xénon. L'aspect frime a ici au moins autant d'importance que les résultats dans les courses. À vous de faire en sorte que votre caisse soit la plus belle et la plus rapide, dans des environnements urbains, à la recherche de rivaux. Need for Speed: Underground 2 n'a pas de scénario complexe, bien que le personnage que le joueur incarne a une raison spéciale de venir à Bayview. En effet, il est considéré comme un pilote urbain talentueux et respecté de tous. Cependant, un homme va vite lui tendre un piège, craignant sans doute qu'il devienne rapidement le Roi du bitume de sa ville. Il donne rendez-vous au héros dans une ruelle sombre. Dans le noir complet, un 4x4 noir qui parait invisible, envoie valser la Nissan Skyline qui n'est autre que la voiture du héros. Tout ceci est un coup monté… Il reste pendant plusieurs mois en convalescence et à son réveil, il décide de partir à Bayview pour éviter les représailles et prendre un nouveau départ. Il doit vite se faire connaitre dans le milieu de la course et devenir le meilleur pilote dans les 5 manières de courir. Rachel, son amie, aide le joueur durant tout le jeu. Le jeu propose de disputer des courses urbaines au volant de voitures tout droit sorties de l'univers du tuning. En effet, ce jeu de Need for Speed est le plus développé au niveaux de la customisation. Le jeu propose une ville divisée en quatre quartiers reliés entre eux : le Centre ville, Beacon Hill, Jackson Height et Coal Harbor (2 parties à débloquer, l'Ouest et l'Est).
  9. BigBoss95

    [PC] School Of Dragon

    On évite les chamailleries s'il vous plait, merci. Badjet, ta demande sera prise en compte le moment venu, ne t'inquiètes pas, pas la peine de relancer à chaque fois. Je vérifierai par la suite si le jeu peut être upload ou pas.
  10. BigBoss95

    Batman: Rise of Sin Tzu

    Largement servis en jeux vidéo ces dernières années, les fans de Batman voient aujourd'hui débarquer un nouveau titre consacré au héros encapuchonné, Batman : Rise of Sin Tzu. Situé bien sûr à Gotham City et doté du plus récent design, très sombre, le titre met en scène un esprit diabolique inédit, Sin Tzu, qui mû par une haine tenace va tout mettre en oeuvre pour supprimer Batman et enrôle pour cela l'Epouvantail, Clayface, Bane et tout un tas de sbires insignifiants. Épaulé lui aussi par trois compères (Robin, Batgirl et Nightwing), l'homme chauve-souris peut compter sur ses poings, et deux ou trois gadgets, pour taper tout le monde et ramener la paix sur la ville. Dans cette optique, Batman : Rise of Sin Tzu s'éloigne du correct Batman Vengeance et du médiocre Batman Dark Tomorrow pour nous proposer un beat'em all bourrin et aussi simple que classique dans son gameplay, dont les similitudes étonnantes avec le tout premier Final Fight ne sont que très légèrement altérées par un système de combo tout droit venu des Deux Tours. Les situations varient peu, les cadavres s'empilent sans transition et la richesse tactique d'un Dynasty Warriors brille par son absence. De fait, la petite palette de coups proposée pour chaque personnage est vite oubliée : l'enchaînement de base est facile à sortir tout en étant très efficace et on passe ainsi son temps à frapper tout ce qui bouge avec les deux poings sans véritablement se poser de questions, mais sans beaucoup s'amuser non plus. On a déjà vu bien mieux et surtout plus défoulant dans le genre, mais la présence d'un mode coopératif et une réalisation très réussie parviennent tout de même à sauver les meubles.
  11. BigBoss95

    Samurai Warriors

    Grand raconteur de faits historiques, le studio japonais Koei s'est spécialisé durant ces dernières années dans la fresque médiévale chinoise, permettant au moins érudit d'entre nous de se cultiver tout en abattant des centaines d'ennemis. Respectant dans la mesure du possible les trames déchirantes émaillant les années de guerre de cette civilisation imposante, la série des Dynasty Warriors a su s'imposer dans le coeur de nombreux guerriers en herbe. Ayant sans doute épuisé le filon d'Asie Centrale, la société se décide de se focaliser sur un autre pays, le Japon, plongé aux temps obscures des samurais. Le grand archipel connaissait en cette fin de 16ème siècle une gangrène notable, miné par des conflits fratricides et l'émergence d'une puissance militaire qui allait s'emparer de tout le pays, conduite par Oda Nobunaga, que les férus d'histoire japonaise et les adeptes d'Onimusha doivent connaître. Déployant sa vaste cape pourpre sur un mode à l'équilibre plus que précaire, il allait imposer une nouvelle ère. Était-ce une bonne chose ? La réponse réside dans l'appartenance à tel ou tel camp. Toutefois ce n'est pas un tout jeune officier comme vous qui possède le recul nécessaire pour résoudre ce questionnement. Votre but est l'éradication, votre leitmotiv, la bataille. Après avoir sélectionné un futur héros ou héroïne, parmi cinq prétendants (le nombre de personnages disponibles augmente au fil de l'aventure), vous pénétrez dans l'enfer du combat. Recrue de choix dans le marasme ambiant, votre commandant, différent selon votre histoire personnelle, vous confie la tête d'un petit groupe d'hommes afin d'injecter un peu de dynamisme au sein de troupes au courage éméché.
  12. BigBoss95

    Guilty Gear Isuka

    Il fallait avoir du cran, ou être carrément inconscient, pour oser imaginer une version de Guilty Gear XX jouable à quatre, sans la moindre concession faite à son gameplay élitiste. Ce fut pourtant le pari fou osé par Arc System Works avec Guilty Gear Isuka, un titre qui, tout en surfant sur la vague Guilty Gear, se devait de populariser l'Atomiswave, la carte arcade relativement bon marché de Sammy. Un pari insensé, verdict implacable : il ne restera rien de GG Isuka, seulement de la bouillie pour bébé. Beaucoup trop complexe pour être jouable à quatre, fût-ce sur deux plans distincts à la Fatal Fury, Isuka n'est rien d'autre qu'un jeu de combat illisible mis en morceaux par quelques idées mal intégrées. Contrairement aux modes Dramatic Battle des Street Fighter Alpha, le personnage ne se tourne pas automatiquement vers l'adversaire le plus proche ; un bouton Turn sert à le recadrer manuellement, ce qui ne fait qu'ajouter à la confusion dans ce tsunami graphique. Evidemment, à quatre larrons, trahisons et alliances se font et se défont à la vitesse d'un 20-hits combo appris par coeur, ce qui pourra amuser quelques après-midis. Mais à quoi bon prendre la peine d'apprendre un jeu de combat aussi hasardeux, surtout lorsque l'impeccable version #Reload traîne dans les rayons ? En solo, le mode Arcade, sorte de Survival travesti, est de surcroît beaucoup trop bancal pour distraire, tandis que le GG Boost inspiré des beat'em all d'antan devient répétitif dès le deuxième niveau. Reste la présence d'A.B.A, un nouveau personnage aussi complexe qu'amusant à jouer, et des décors enfin inédits dans la série. Maigre butin.
  13. BigBoss95

    Fur Fighters: Viggo's Revenge

    Après avoir sévi sur Dreamcast et PC, les petites bêtes de Fur Fighters remettent le couvert dans une version PS2 revue et corrigée pour l'occasion. Pas de réelle surprise, le scénario et le concept du jeu sont les mêmes. Échappé de prison, le méchant général Viggo a décidé de s'en prendre à l'unité d'élite animale des Fur Fighters en kidnappant leurs familles. En mode solo, le joueur doit donc prendre le contrôle en alternance des six protagonistes pour délivrer leurs proches dans une aventure mélangeant plate-forme, tir et résolution d'énigmes. Outre leur habileté à utiliser un grand nombre d'armes à feu, chaque animal possède des compétences propres (sauter, nager...) qu'il est indispensable de savoir gérer pour mener à bien l'entreprise. Un mode multijoueur est également présent et permet à quatre joueurs de s'affronter dans des deathmatches endiablés. Cette version se distingue principalement des deux précédentes par ses graphismes en "Cel-shading", un procédé utilisé également dans Jet Set Radio, qui confère à l'ensemble un côté dessin animé fort agréable, ainsi que par l'ajout de véritables voix lors des dialogues. Les niveaux sont vastes et la difficulté apparaît bien plus relevée qu'on pourrait le croire car, en dépit de graphismes "mignons", Fur Fighters n'est pas un jeu pour les tout-petits, mais un titre adulte qui rappelle les Conker's Bad Fur Day et Jet Force Gemini de la N64 par son humour et sa jouabilité. L'ensemble pèche toutefois un peu par son action répétitive et quelques problèmes de caméra, qui rebuteront certains joueurs. Ni véritable hit, ni mauvais jeu, Fur Fighters: Viggo's Revenge mérite le coup d'œil pour son originalité.
  14. BigBoss95

    Turok Evolution

    Il n'y a pas que sur Xbox, GameCube ou la PS2 que l'on peut shooter du dino. A grand coup de tomahawk, le héros de Turok Evolution est parvenu à faire tenir les créatures du Monde Perdu dans une console portable. Alors que la majorité des shoot'em up parus sur Game Boy Advance proposent de piloter un engin spatial, Turok Evolution, lui, reste ancré sur la terre ferme. Toujours piégé dans les Lost Lands, l'Indien Tal'Set se joint à Djunn, chef de la tribu de la rivière, dans sa lutte contre les armées de l'infâme Lord Tyrannus. Un scénario à l'image de l'univers de Turok, à savoir primitif, mais largement suffisant pour s'offrir une séance de blast au pays des dinosaures. Foncer en tirant sur tout ce qui bouge, voilà ce que propose la version portable de Turok Evolution. Pour cela, on a le choix entre deux persos : Tal'Set ou Djunn. Djunn est un tantinet plus résistant que son acolyte. Chacun possède sa propre arme de poing (Tomahawk pour Tal'Set, crochet fatal pour Djunn) et sa propre attaque spéciale. En bref, la différence est vraiment minime. Fusil, mitrailleuses, laser, lance-roquettes, etc. pour ce qui est des flingues, on n'a pas à se plaindre, d'autant que la majorité d'entre eux existent en deux versions (humain et alien). A cette artillerie vient bien sûr se greffer les habituels items et power-ups (munitions, armures, bonus de santé, etc.) qui permettent d'évoluer sans avoir à griller ses neurones. A la différence des épisodes récemment parus sur Xbox et PlayStation 2, la bonne surprise de la version GBA se situe essentiellement au niveau du graphisme. Jungles, ruelles, métro désaffecté, etc. Les niveaux sont variés, leur design coloré et assez fin. Le visuel des explosions et des déflagrations est également du plus bel effet. Pour ce qui est du camp adverse, on regrette que les soldats s'apparentent à un défilé de clones , par contre tanks, aliens et créatures préhistoriques en tout genre sont particulièrement réussis. Si l'intérêt du jeu n'était pas aussi limité et la durée de vie précaire, ce Turok Evolution s'en sortirait mieux que ses homologues sur consoles de salon.
  15. Oui mais je crois que le jeu est uniquement en Anglais, il est certes sorti en France mais seulement en Anglais, en tout cas mieux si ils se lance pour vous deux. Oui pour ton erreur, est ce que tu as eu cette fenêtre qui s'est affichée ? Si c'est le cas ne t'inquiète pas j'ai trouvé un patch qui permet de régler l'erreur en fait c'est un problème de manette, si tu as cette erreur c'est parce que ta manette était branchée sur ton PC normalement mais si tu l'as débranche, tu n'auras plus cette erreur 😉 Donc du coup, je réupload le jeu avec le patch en question. Alors normalement pour les graphismes ça devrait être exactement la même chose normalement, regarde sur le lien d'abandonware France que j'ai mis plus haut, il y a une explication par rapport aux couleurs lors du lancement et qu'il faut régler la compatibilité. Oui je pense que le jeu est sorti uniquement en Anglais, d'ailleurs le jeu est bien sorti en Europe mais sous le nom original d'Atomic Bomberman.