1

Nintendo 64Turok : Dinosaur Hunter

Turok : Dinosaur Hunter

Console : Nintendo 64

Language : English

Genre : FPS

Multiplayer : 1 player

Year : 1997

Developer : Iguana Entertainment

Publisher : Acclaim

Weekly games : 11 Growing popularity

By RomStation :

rating

5 /5

The Earth is separated by an invisible barrier from the Lost Land, a realm in which time has no meaning, and which is inhabited by ferocious dinosaurs and aliens. For many generations, the mantle of Turok has been bestowed upon those who saw the protection of the barrier as their sacred duty. But an evil lord named Campaigner is seeking for an artifact that is capable of destroying the barrier, striving to dominate the entire universe. This artifact, known as the Chronoscepter, was broken into pieces which were then hidden away. Tal'Set, a Native American and the last Turok, must find the scattered pieces of the Chronoscepter, and stop the Campaigner from obtaining them.

Turok: Dinosaur Hunter is a first-person shooter with platforming and light puzzle-solving elements. Much of the game is set in outdoor environments, and requires the player to explore them by finding various paths, jumping, swimming, and climbing. The game's most notable enemies are dinosaurs of various sizes, though the levels also include human and demonic enemies, as well as wildlife. The player gradually gains access to thirteen weapons (plus the Chronoscepter, assembling which is the game's main objective); these include a knife, a bow, as well as high-tech firearms such as a rocket launcher and an atomic fusion cannon.

There are no images in this album yet

In the same series




User Feedback


j'ai toujours préféré Turok à Golden eyes. Le jeu est tellement plus vaste et demande beaucoup plus de ruse et d'inteligence pour arriver au bout alors que golden eyes est beaucoup plus petit et bourrin. Turok a plus d'armes différentes et beaucoup plus de types d'enemis différents. Arriver au bout est un vrai casse tête car il faut parfois revenir en arriere dans d'ancien niveau pour débloquer de nouveau chemin grâce à de nouvelles compétences. Pour arriver au bout il faut une vraie gestion de ses munitions et de ses points de vie. De plus il est possible de nager et  aussi de conduire certains véhicules. Certains passages nécessite aussi beaucoup de dextérité avec les jump. Tout est calculé au poil de pixel près dans Turok. Les niveaux sont de vrais labyrinthes immenses, tous très différents les uns des autres, plein de secret, de routes dérobées, d'armes cachées et souvent terminés par des boss grandioses et très originaux. Peu de joueurs peuvent se vanter d'avoir terminé turok mais tous y ont pris beaucoup de plaisr. Golden eyes doit son succés surtout à son mode multi-joueur mais en solo il est battu par son successeur chez Acclaim : perfect dark. Celui là sans jeux de mot est parfait. Duke Nukem lui aussi en solo est sublime tout comme turok 1 et 2. Ce jeux, turok,  a une vraie esthetique unique et élaborée avec finesse tant au plan visuel que musical. Il est basé sur une histoire de science fiction, de monstre, d'indien, de dieux et de races éteintes. Cet univers si captivant sait nous emporter à la rencontre d'un guerrier indien du future lointain, il combat les hommes lézard dans les antiques cités cyclopéennes. Là ou règne la folie et le chao dans un cosmos régit par des dieux guérrier, des insectes géants, les robot psychopathes, les dinausores mutant. Il y a aussi des races si évoluées et si pacifiques qu'elle ont oublié comment se battre. Elles ont alors du faire appel a l'indien de l'espace, l'ultime guerrier sauvage de cet univers, celui qui ne renonce jamais et qui répond au cri de TUROK : I'M TUROK !!!

Share this comment


Link to comment
Share on other sites

  • Filter games

    • Console
    • Language
    • Genre
    • Type
    • Exclude
    • Sort order