Search the Community

Showing results for tags 'saturn'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • RomStation's Annonces et Feedback
  • RomStation's Tutoriels
  • RomStation's Problèmes techniques
  • RomStation's La Taverne
  • Uploads's Forum
  • La Rédac''s Let's Play, Playthrough et Walkthrough
  • La Rédac''s Forum général
  • Tournois Multijoueur's Événements et tournois
  • Live Stream's Forum
  • Informatique générale's Général
  • Informatique générale's Sécurité
  • Informatique générale's Windows
  • Informatique générale's Linux
  • Informatique générale's Mac
  • Anime & Manga's Forum
  • Gaming's Forum
  • 14 Rue de l'Imagination's La pause café
  • 14 Rue de l'Imagination's L'Espace Création
  • 14 Rue de l'Imagination's L'Espace RP
  • Musiques & sons's Forum
  • Musiques & sons's F.A.Q
  • Musiques & sons's Musiques, sons, créations.
  • Notices & Livrets - Booklets's Topics
  • Monster Hunter's Forum
  • Sonic warriors's Topics

Calendars

  • Live Stream's Événements live

Blogs

There are no results to display.




Filter by number of...

Found 4 results

  1. Votre console d'enfance vous fait toujours autant rêver ? Vous voulez remettre tous ces bons souvenirs dans un seul panier ? Dans ce tutoriel, vous allez pouvoir configurer et ajouter l'émulateur des jeux Sega Saturn "SSF" à Romstation. Bonjour à tout le monde. Si le monde de l'émulation est aujourd'hui en plein essor, on ne peut s'empêcher de remarquer que certains projets développés ou encore en développement, ont mérité plus d'attention que d'autres. C'est le cas de la Sega Saturn qui a vu l'émergence de nombreux émulateurs élaborés par des passionnés, rien que pour notre plus grand plaisir. Mais parmi tout ce beau monde, on note "SSF", l'un des émulateurs les plus aboutis de sa catégorie en comparaison à d'autres candidats, avec un degré de compatibilité très important. Cependant ce petit bijou de la programmation ne fait pas dans l'émulation purement traditionnelle (lire directement les Roms) vu que pour émuler un jeu quelconque, il est nécessaire de passer par un lecteur virtuel comme "DAEMON Tools Lite" ou "VirtualCloneDrive". Et pour terminer, je ne vous cache pas que l'efficacité de cet émulateur repose principalement sur la performance de votre CPU plutôt que sur celle de votre carte graphique. La configuration recommandée est la suivante : CPU : Core 2 Duo series / Intel Core i7 or i5 series (Première génération ou celles d'après). AMD : FX series / Phenom II series / Phenom series RAM : 512 MB ou plus Mais cela n'empêche pas la possibilité de faire tourner l'émulateur sur d'autres processeurs. Commençons notre tutorial : 1- Tout d'abord avant de faire quoique ce soit, assurez-vous d'avoir installé la dernière version du DirectX sur votre ordinateur, sinon l'émulateur ne fonctionnera pas correctement. 2- Si tout est en règle, téléchargez le pack de l'émulateur SSF, et remplacez le dossier "Saturn" présent dans le répertoire de "Romstation/Emulation" par celui qui se trouve dans l’archive du pack. Voici le lien du pack : SSF Saturn.rar Remarque : Pas d'inquiétude concernant vos paramètres "Romstation", rien ne va changer. Vous allez continuer à utiliser l'émulateur "yabause", tout en ajoutant "SSF" à votre plate-forme. Ensuite téléchargez "DAEMON Tools Lite" (indispensable pour lire vos jeux sur "SSF") à partir du site officiel et installez-le. Voici le lien du site : https://www.daemon-tools.cc/fra/products/dtlite Je ne peux que vous conseiller de télécharger la dernière version ‘’10.5’’ de "Daemon Tools Lite" afin de vous assurer du succès de la manœuvre. Remarque : Si vous disposez déjà d’une version Ultra ou Pro installé sur votre ordinateur, vous pouvez l’utilisez pour ce tutorial et donc sautez l'étape de l'installation. Ouvrez "Daemon Tools Lite" et Créez un nouveau lecteur virtuel. Ensuite rendez-vous dans les paramètres du logiciel et sélectionnez l’option ‘’Monter dans un lecteur virtuel existant’’ comme montré ci-dessous. 3- Dès que vous aurez terminé le paramétrage et l'installation du logiciel, rendez-vous sur ‘’Romstation/Emulation/Saturn/SSF’’. Dans le dossier de l'émulateur, vous allez trouver deux fichiers d’exécution : * Le premier est "SSF.exe" destiné aux processeurs "intel". * Le deuxième est "SSFa.exe" destiné aux processeurs "amd". Selon votre processeur, ouvrez l'exécutable correspondant. Vous aurez droit à une toute petite fenêtre qui s'affichera sur votre écran. Ne vous inquiétez pas, c'est bien votre émulateur. Attendez juste quelques secondes et la fenêtre va s'agrandir d'elle-même. Maintenant que nous sommes face à l'interface de "SSF" nous allons pouvoir le configurer rapidement : - Premièrement accédez au menu OPTION(O) et sélectionnez OPTION(O) dans celui-ci. Appliquez ensuite la configuration suivante : Remarquez qu'il n'est pas obligatoire d'installer un bios pour faire fonctionner l'émulation puisqu'elle est déjà simulée par le soft. D'autant plus que si on en met un, on sera obligé de le changer selon la région du jeu. A noter aussi qu'il est important de sélectionner le lecteur virtuel de "DAEMON Tools Lite" dans "CD Drive". Dans le cas échéant c'est "DiscSoftVirtual". Pour la configuration du pad, il suffit sélectionner "redefine" et de définir les boutons correspondant en appuyant directement sur votre clavier ou manette. Remarque : Ce n'est pas la peine de définir les boutons "Rapid". Zappez-les en appuyant répétitivement sur une même touche. Appuyez sur "ok" et confirmez aussi par "ok" sur la fenêtre avec le message "SSF???????", puis fermez tout. 4- Maintenant que l'émulateur est prêt, on va pouvoir l'ajouter à RomStation, et justement c'est la partie la plus intéressante. Comme je vous l'ai dit au début de ce tuto, l'émulateur "SSF" n'émule les jeux qu'à partir d'une lecture virtuelle. En l’occurrence on est systématiquement obligé de monter manuellement chaque image de jeu. C'est pour cette raison qu'on va créer un script tout simple qui va faire le travail à notre place (ça veut dire monter et démonter automatiquement l'image d’un jeu lors de l'ouverture et de la fermeture de l'émulateur. Pour ce faire, ouvrez un nouveau document texte "bloc-notes" et insérez-y le code suivant : @echo off "C:\Program Files\DAEMON Tools Lite\DTAgent.exe" -mount dt, 0,' %1 "C:\RomStation\Emulation\Saturn\SSF\SSF.exe" "C:\Program Files\DAEMON Tools Lite\DTAgent.exe" -unmount dt, 0 Remarque : Dans le code ci-dessus, la seule chose que vous allez changer, ce sont les chemins d'exécution de vos deux logiciels "DAEMON Tools lite" et "SSF". Surtout faite attention à ne pas effacer des guillemets lorsque vous indiquez le chemin. Enregistrez le document texte sous le nom de ‘’SSFlauncher.bat’’ dans votre bureau. 5- Pour la dernière étape nous allons convertir le fichier ‘’SSFlauncher.bat’’ en fichier exécutable pour pouvoir utiliser l’émulateur dans Romstation. Je vous invite tout d’abord à télécharger le programme suivant ‘’ Bat To Exe Converter‘’. Voici le lien du site officiel : http://www.f2ko.de/en/b2e.php Vous êtes libre cependant de télécharger n’importe quel autre convertisseur. Extrayez ensuite le logiciel de son archive et installez-le tout en l'exécutant. L’utilisation du logiciel est très simple. Vous n’aurez juste qu’à sélectionner le fichier ‘’bat‘’ que nous avons créé tout à l'heure et cliquer sur ‘’compiler’’, comme c’est montré sur l’illustration suivante. Une fois votre fichier "SSFlauncher.exe" compilé, déplacez-le vers le dossier "Romstation/Emulation/Saturn/SSF". Vous voilà arrivé(e) à la fin, vous n'aurez plus qu'à démarrer "Romstation" et importer vos jeux à l'interface "Mes jeux" en sélectionnant l'émulateur désigné. Votre jeu devra démarrer automatiquement. Remarque : Quand vous démarrez un jeu, attendez juste quelques secondes le temps que le script monte l'image et que l'émulateur l'initialise.
  2. Lawsama

    Bannière Sega-Saturn

    From the album: Tutorials

  3. Bonjour, Je vais vous proposer une petite explication pour agrementer votre RomStation avec de nouvelles plateformes. RomStation est formé de manière à simplifier l'ajout de plateformes d'émulation. On va donc utiliser cette avantage pour nous. Je vais d'abord vous proposer une explication général de la manière à suivre, puis vous expliquer ce que j'ai fait pour ajouter 3DO, Jaguar, Virtual Boy, Saturn, Wiiware, PSP, Jeux DOS et Win9x. Pour plus de facilité on va dire que le dossier de RomStation est à l'adresse ROMDIR. Donc le dossier des emulateurs : ROMDIR\Emulation. Et celui des jeux ROMDIR\Games. _______________________________________________________________________________ Afin de rajouter une plateforme sur RomStation, il vous suffit de créer un dossier du nom de votre plateforme (on dira CONSOLE) dans les dossiers ROMDIR\Emulation. Vous y installez votre émulateur, une icone 16x16 'console.ico' pour l'icone dans RomStation, et un fichier 'config.ini' dans lequel vous écrivez (avec votre blocnote préféré) : default = NOM_DU_DOSSIER_DE_L_EMULATEUR extensions = type_fichier1|type_fichier2|type_fichier3 Bien évidement, NOM_DU_DOSSIER_DE_L_EMULATEUR est le nom du dossier contenant votre emulateur, et chaque type_fichierX est un type de fichier de ROM lu par l'emulateur. Dans le dossier de l'emulateur, vous créez un fichier 'romstation_parameters.ini' dans lequel vous écrivez : executable = Emulation\CONSOLE\NOM_DU_DOSSIER_DE_L_EMULATEUR\emulateur.exe parameters = PARAMETRES /unzip() /unrar() "%game%" 'emulateur.exe' est l'executable de l'emulateur. PARAMETRES sont les paramètres d'execution que l'on veut utiliser. /unzip() /unrar() sont là pour decompresser les fichiers compresser, attention cependant pour certains emulateurs il faut enlever ces arguments qui peuvent gener. Ensuite, on ajoute un dossier CONSOLE dans le dossier ROMDIR\Games dans lequel on enregistre les ROMs et les images correspondantes. ________________________________________________________________________________ Voilà pour une explication général. Maintenant des exemples et cas particuliers. Donc pour la 3DO par exemple, j'ai crée les dossiers ROMDIR\Emulation\3DO et ROMDIR\Games\3DO. J'ai installé dans ROMDIR\Emulation\3DO l'emulateur 4do_1.3.1.0. J'ai placé mon l'icone que j'ai crée avec Image2Icon Converter. Puis j'ai crée le 'config.ini' : default = 4do_1.3.1.0 extensions = cue|iso|mdf|nrg|bin|img|dump|zip|rar Et dans le dossier de l'emulateur le fichier 'romstation_parameters.ini' : executable = Emulation\3DO\4do_1.3.1.0\4DO.exe parameters = /unzip() /unrar() -StartLoadFile "%game%" Pour la Jaguar, j'ai choisi l'émulateur Project Tempest 0.95 Fr avec PTWrapper pour pouvoir être compatible avec RomStation. Le 'config.ini' : default = Project Tempest 0.95 Fr extensions = iso|mdf|nrg|bin|img|dump|zip|rar|jag|rom|cdi Le 'romstation_parameters.ini' : executable = Emulation\Jaguar\Project Tempest 0.95 Fr\PTWrapper.exe parameters = /unzip() /unrar() "%game%" Pour la Saturn j'ai utilisé SSF_012_beta_R3 avec DeamonToolsLite et produit un fichier .BAT : ".\DAEMON Tools Lite\DTLite.exe" -add dt ".\DAEMON Tools Lite\DTLite.exe" -get_count dt set /a lect = %errorlevel% - 1 set file=%1 set filecue=%file:~0,-4%cue" ".\DAEMON Tools Lite\DTLite.exe" -mount dt, %lect%, %filecue% SSF.exe ".\DAEMON Tools Lite\DTLite.exe" -unmount dt, %lect% ".\DAEMON Tools Lite\DTLite.exe" -remove dt, %lect% Comme l'executable est un .BAT, dans le 'romstation_parameters.ini' il faut indiquer l'adresse complete de l'executable : executable = "ROMDIR\Emulation\Sega Saturn\SSF_012_beta_R3\SSF.bat" parameters = /unzip() /unrar() "%game%" Pour la VirtualBoy j'ai choisi rdragon38, pour la PSP jpcsp. Pour les jeux Wiiware, j'utilise toujours Dolphin, mais pour le 'romstation_parameters.ini' je met : 'parameters = /unzip() /unrar() -e "%game%"'. Enfin, pour les cas les plus particuliers, pour les jeux DOS j'installe DOSBox. Je produit 'config.ini' : default = DOSBox-0.74 extensions = xml|lnk|exe|bat|com|zip|rar|pif et le 'romstation_parameters.ini' : executable = Emulation\PC Dos\DOSBox-0.74\DOSBox.exe parameters = /unzip() /unrar() "%game%" -noconsole -fullscreen exit Mais ce n'est pas tout. La suite continue dans les jeux. J'installe les jeux dans le dossier de jeux, je copie aussi l'iso s'il y a besoin du CD, et je crée un fichier .BAT. Avec mon blocnote, je produit le fichier BAT, s'il n'y a pas besoin du CD : cd DOSSIER_JEU JEU.EXE s'il y a besoin d'un CD : imgmount d JEU.iso -t cdrom -fs iso cd DOSSIER_JEU JEU.EXE Par exemple, pour Day Of The Tentacle : cd DOTT TENTACLE.EXE pour GTA : cd GTA GTA.BAT pour Ascendency : imgmount d ASCEND.iso -t cdrom -fs iso cd ASCEND ASCEND.EXE Autre cas particulier, pour des jeux Windows. Ce que j'ai fait ne permet pas de faire tourner des jeux non compatible avec le windows que vous utilisez mais ça permet de faire le montage et demontage automatique d'ISO, et ça permet pour les vieux jeux de les inclures dans votre RomStation. J'ai installé PowerISO (qui peut être controlé en ligne de commande) dans le dossier ROMDIR\Emulation\PC Win 9x\Windows. J'ai produit le 'config.ini' : default = Windows extensions = xml|lnk|exe|bat|com|zip|rar|pif le romstation_parameters.ini' : executable = /unzip() /unrar() "%game%" parameters = Et là encore, il faut encore faire des choses dans le dossier des jeux. Pour les jeux ne nécessitant pas de CD, copier un racourci (fichier .LNK) est suffisant. Pour les jeux nécessitant un CD, il faut copier l'ISO et creer un fichier .BAT : ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe setvdnum 1 for /F "tokens=2 delims=[]" %%a in ('"..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe listvd | FINDSTR \[[A-Z]\:\]"') do set lect=%%a ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe mount ".\jeu.iso" %lect% "DOSSIER_DU_JEU\jeu.exe" ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe unmount all ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe setvdnum 0 Exemple, pour Diablo : ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe setvdnum 1 for /F "tokens=2 delims=[]" %%a in ('"..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe listvd | FINDSTR \[[A-Z]\:\]"') do set lect=%%a ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe mount .\Diablo.iso %lect% "Diablo\diablo.exe" ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe unmount all ..\..\Emulation\PC\Windows\PowerISO\piso.exe setvdnum 0 Voilà, j'espère que les explications sont claires. Et que ça vous aidera à personnaliser votre RomStation.
  4. Considéré comme un objet culte par les gamers, elle est encore à ce jour perçue comme l'une des meilleures consoles de l'histoire du jeu vidéo. Synonyme de déclin pour la marque SEGA, elle marque aussi un tournant décisif dans l'industrie du jeu vidéo telle que nous l'avions connue. Après un dossier très édifiant sur la Dreamcast, on retourne cette fois au cœur des années 90's sur la planète Saturn. - INTRODUCTION - Avant d'entamer le dossier, faisons un petit bilan de la génération 16-bit. Reprenons les principaux acteurs de cette ère et faisons un rapide résumé de celle-ci. La génération 8-bit fut très largement dominée par Nintendo et sa NES avec 95% des parts de marché en sa possession. Dans l'idée d'inverser la tendance en sa faveur, SEGA lance au Japon son premier système 16-bit en 1989, baptisé la MegaDrive. En 1992, la Super Nintendo riposte contre la console de SEGA sans toutefois se montrer capable de renverser la tendance. En effet, et contre toute attente, la Megadrive dominera la première partie de cette génération avant que la SNES ne reprenne de l'avance grâce à des licences fortes et incontournables telles que Super Mario World 2, The Legend Of Zelda : A Link To The Past ou encore Final Fantasy VI qui ont assuré la prospérité de Nintendo. À coté, les micro-ordinateurs sont définitivement à l'agonie, et certains constructeurs échouent devant la supériorité des consoles de Nintendo et SEGA. La GameBoy fait un véritable tabac, pendant que la GameGear de SEGA perd en crédibilité malgré ses capacités techniques largement supérieures à celle de sa rivale. - HANDICAP ET PROBLEME DE TIMING - Dès la conception de la MegaDrive, il fut décidé bien à l'avance qu'elle serait en mesure de supporter d’éventuelles extensions capables d'étendre la puissance de son hardware, si le besoin en était. Sortie en 1992, Le MEGA-CD (ou SEGA-CD) fut le premier add-on développé pour la console. Elle avait pour principal caractéristique de proposer des scènes cinématiques dans les jeux vidéo, et une amélioration considérable du son (le point faible de la MD). Toutefois, le support CD n'étant pas encore au point, le manque de jeu cruel sur la plate-forme ainsi que son prix relativement excessif auront eu raison de cette révolution technologique. Vient ensuite la seconde extension qui a pour mission de transformer la MegaDrive en console de jeu 32-bit. Surnommée "Le projet Mars", elle fut développée par les équipes de SEGA Of America et prendra le nom définitif de "32X". Cette dernière subira la concurrence directe de sa consœur, la Saturn (conçue par SEGA Japon), puisqu'elle sortira dans une période approximative à cette dernière. Entre un simple périphérique et une toute nouvelle console de jeu, le choix fut rapidement fait par le public. Ce qui aura pour conséquence de précipiter le 32X dans l'omission la plus totale. Ces deux projets d'extension au coût de production plus que prohibitif ont eu raison des fonds monétaire récoltés par le succès de la MegaDrive. Pire encore : SEGA perd en crédibilité sur les marchés américain et européen, autrement dit, un pourcentage relativement important des joueurs, tout en sachant que la MegaDrive n'a jamais rencontré le succès escompté dans son pays d'origine, le Japon. C'est avec une situation financière des plus précaires que SEGA lancera donc la Saturn, sans compter l'opposition des concurrents, et tout particulièrement l'arrivée de Sony dans la bataille avec une console qu'ils annoncent comme étant révolutionnaire. - LA SATURN - La Saturn est sortie le 22 novembre 1994 au Japon, suivie d'une sortie en terre américaine le 11 mai 1995 et enfin, le 8 juillet de la même année dans les différents pays d'Europe. Celle-ci fut appelé edans un premier temps la "GigaDrive" dans l'idée de poursuivre la chronologie lancée par la MegaDrive. Une idée qui fut plus ou moins reprise par Nintendo (dans un premier temps) avec la future N64, alors surnommée "Ultra 64". Ayant basé les noms de code attribués à leurs projets de console sur notre système solaire, SEGA baptisera son nouvel hardware "Saturn". Cette dénomination fait également écho au fait qu'elle soit la sixième console de jeu produite par la société et commercialisée dans le monde entier (tout en tenant compte, bien évidemment de la Game Gear). L'étendard de la machine est tout naturellement représenté par une logo qui s'apparente à la planète Saturne. D'où la fameux slogan publicitaire "On n'est pas sur la même planète". Il s'agit aussi de la première (et seule) console de jeu de SEGA qui gardera son nom de code en tant qu’appellation officielle. Sur le papier, le statut de la machine est des plus alléchants. La bête est équipée entre autres de deux processeurs 32 bits Hitachi SH2 cadencés à 28,6 Mhz chacun, de deux chips graphiques 32 bits (le VDP 1 pour les effets 3D et le VDP 2 pour tout ce qui concerne la 2D), d'un processeur sonore Motorola 68EC1000 disposant de 32 canaux et enfin d'une mémoire centrale de 2 Mo. Par ailleurs, elle est capable d'afficher une résolution maximale de 704 x 480 et dispose d'un lecteur de CD-Rom double vitesse. À noter que la qualité sonore de la Saturn est supérieure à celle de la PlayStation. La Saturn disposait également d'un côté multimédia puisqu'elle est capable de lire des films compressés au format MPEG ainsi que des fichiers musicaux et des images, via le l'accessoire VCD card qu'il fallait enficher dans la machine. http://www.youtube.com/watch?v=y_kMkJ7XqCA Il était aussi possible de booster les ressources de la Saturn grâce à des RAM que l'on pouvait insérer dans un petit port cartouche situé en amont de la console. Ce dispositif permettait au joueur d'avoir des jeux presque aussi parfaits que leur homologue en arcade. La Saturn permettait également de se connecter à l'Internet grâce à un accessoire (le NetLink) permettant ainsi de jouer à certains softs en local. - Sony Versus SEGA - Avec la Saturn, la priorité de SEGA était d'investir pour de bon le seul territoire qui leur résistait encore depuis leur début : le Japon. Aussi ironique que cela puisse paraître et malgré leur emprise totale sur le marché de l'arcade, aucune des consoles de salon produite par l'entreprise ne fut capable de rencontrer le succès sur le territoire nippon. Ainsi, pour le lancement de son nouvel hardware, SEGA s'appuie fortement sur un catalogue de jeu issu directement de l'arcade avec des titres réputés tel que Virtua Fighter et Daytona USA. Si Nintendo continue d'exploiter la Super Famicom avec des hits tels Donky Kong Country ou encore Chrono Trigger, un nouveau challenger fait son apparition avec la ferme intention de s'imposer comme le nouveau leader du jeux vidéo. Après un partenariat douteux avec Nintendo, Sony s'apprête à lancer sa première console de jeu : la PlayStation. Le géant de la Hi-Fi se veut confiant et affirme que sa machine sera une révolution en terme de jeu en 3D. Devant l'inexpérience de Sony dans l'univers du jeu vidéo, les analystes du marché proclament d'ores et déjà SEGA vainqueur de ce premier duel, la marque étant plus que bien implantée en Europe et surtout aux États-Unis qui représente le marché le plus important en terme de bénéfices. Ainsi, SEGA joue de ses meilleurs atouts en proposant les conversions arcade de Virtua Fighter 2 et celle de Daytona USA afin de promouvoir la sortie de la Saturn. Les premiers chiffres de vente sont assez concluants puisque la Saturn trouve foyer chez plus de 500 000 Japonais entre son lancement et la période de Noël. Au Japon, les spots publicitaire sont assurée par un personnage très charismatique que l'on pourrait comparer à Chuck Noriss : Segata Sanchiro, mais jugez plutôt par vous même ! Le 3 décembre 1994 arrive également au Japon la PlayStation. Alors que la Saturn propose seulement 5 jeux depuis son lancement, la console de Sony en dispose du double. Dès lors on constate que les exclusivités Sony tel que Ridge Racer ou Tekken offre techniquement plus de finition contrairement à ce que propose la console de SEGA. Très vite, celle-ci va souffrir à tord d'une comparaison graphique qui fut mal interpréter par la presse et ce, tout au long de sa carrière. Les magazines spécialisés vont profiter de cette brèche pour favoriser la propagande anti-Saturn et valoriser les jeux de la PlayStation auprès du public. Hors le véritable défaut de la Saturn était son incapacité à gérer les transparences. Des titres tel que SEGA Rally, V-Rally ou encore Panzer Dragoon prouvent que la Saturn est aussi puissante que sa concurrente. Sur le papier l'hardware de la Saturn est équivalente aux capacités de la PlayStation. Plusieurs mois s'écoulent, il est désormais temps pour SEGA de préparer le lancement de la Saturn aux États-Unis. Afin de ne pas se laisser distancer par leur nouveau rival, la société avance la date de sortie de la Saturn pour le 11 mai 1995, soit 4 mois avant la sortie de la PlayStation. Saisis de cours par cette annonce, les développeurs et les éditeurs sont contraints de conclure rapidement les jeux destinés au lancement de la machine. Par conséquent, beaucoup de titres vont être bâclés ou tout simplement être annulés. Encore une erreur marketing de SEGA qui aura de graves répercussions sur sa stratégie pour la suite et surtout sur son image auprès des joueurs ainsi que des éditeurs tiers. De plus, son prix est beaucoup trop élevée contrairement à celle de la PlayStation (299 $ contre 199$) beaucoup plus abordable. Enfin, le catalogue de jeu de la Saturn est une fois de plus trop pauvre pour contrer celle de la PlayStation. Alors que SEGA continue d'aguicher les hardcore gamers a coup de Shoot them'up et de conversion arcade, Sony séduit les joueurs du monde entier avec une campagne publicitaire des plus agressives et fait même usage de l'auto-dérision. Ils démocratisent ainsi davantage le jeu vidéo à travers le monde. La tendance étant clairement en faveur de Sony, SEGA se voit affublé petit à petit par l'image du perdant... Une image dont ils voudraient se défaire le plus rapidement possible. SEGA va donc placer la barre très haute avec : Shining Force 3, Panzer Dragoon Saga, Nights Into Dreams, Last Bronx ou encore Virtua Cop et Deep Fear ! D'autres éditeurs apportent également leur soutien à la Saturn, comme Treasure avec le mythique Guardian Heros, DoDonPachi de Cave mais aussi de nouvelles licences rendues cultes telles que Grandia ainsi que Sakura Taisen 1 & 2... Des softs exceptionnels qui valent largement les exclusivités de la PlayStation. Mais il est déjà trop tard pour la Saturn, sans compter que très peu de ces jeux sont portés en Occident, et encore moins traduits dans la langue de Molière. N'omettons pas la politique de Berni Stolar (président de la branche américaine de SEGA à cette époque) qui ne voit aucun intérêt à exporter les RPG aux States, sous prétexte que les gamers préfèrent les jeux de sport avant tout. Si la situation de la console est catastrophique en Occident, au Japon la Saturn fait match égal avec sa rivale jusqu'en 1997. Cette date sera fatidique pour la console de SEGA puisque cette même année arrive en exclusivité Final Fantasy VII sur PlayStation. Le hit de SquareSoft rencontre un énorme succès ce qui scellera à jamais le destin de la Saturn au Japon. Ce septième épisode va non seulement booster les ventes de la PlayStation mais aussi faire beaucoup d'ombres à la N64 de Nintendo... la seule rivale qui va résister au rouleau compresseur de Sony, ce dernier ayant désormais le monopole sur la génération 32-bit. C'est donc en 1998 que la production des jeux Saturn cessera officiellement, avec un dernier titre officiel paru en 2000. Devant ce cuisant échec SEGA pose le bilan et s'offre une remise en question quant à son avenir... Vous avez dit la Dreamcast ? - Conclusion - Le début de la fin - déclin - Concrètement comment en sommes-nous arrivé là ? Beaucoup de facteurs sont impliqués dans cet échec. Il faut d'abord prendre en compte l'architecture de la Saturn qui était un véritable casse tête pour les développeurs. Ces derniers se sont naturellement tournés vers la facilité et donc la PlayStation. Ensuite arrive la communication de SEGA totalement déplorable, voire inexistante face à la puissance marketing de Sony. Mais aussi une façon de penser dépasseée... Pendent que SEGA cherchait le hardcore gamer, Sony est allé séduire le grand public. Vient après le prix de la console trop cher à son lancement et enfin un catalogue de jeu trop pauvre pour son line-up. Ho ! Et j'oubliais l’absence d'un véritable Sonic ? Oui... Mais ceci est une autre histoire ! Avec l'arrivée de Sony dans le jeu vidéo, la guerre des consoles a pris un tout autre visage. Jamais auparavant une marque n'a eu autant d’influence sur le grand public. Avec la PlayStation, Sony va étendre sa domination vidéo-ludique sur plus de 15 ans. Mais surtout, anéantir la notion de mascotte lancée par Nintendo et SEGA. Qui aurait pensé que la trahison de Nintendo mènerait indirectement SEGA à sa perte ?.. Merci à Jimmy51 pour l'orthographe.