Search the Community

Showing results for tags 'psp'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • RomStation's Annonces et Feedback
  • RomStation's Tutoriels
  • RomStation's Problèmes techniques
  • RomStation's La Taverne
  • Uploads's Forum
  • La Rédac''s Let's Play, Playthrough et Walkthrough
  • La Rédac''s Forum général
  • Tournois Multijoueur's Événements et tournois
  • Live Stream's Forum
  • Informatique générale's Général
  • Informatique générale's Sécurité
  • Informatique générale's Windows
  • Informatique générale's Linux
  • Informatique générale's Mac
  • Anime & Manga's Forum
  • Gaming's Forum
  • 14 Rue de l'Imagination's La pause café
  • 14 Rue de l'Imagination's L'Espace Création
  • 14 Rue de l'Imagination's L'Espace RP
  • Musiques & sons's Forum
  • Musiques & sons's F.A.Q
  • Musiques & sons's Musiques, sons, créations.
  • Notices & Livrets - Booklets's Topics
  • Monster Hunter's Forum
  • Sonic warriors's Topics

Calendars

  • Live Stream's Événements live

Blogs

There are no results to display.




Filter by number of...

Found 2 results

  1. Bonjour à tout le monde. Bien que "ppsspp" soit aujourd’hui un incontournable de l’émulation PSP, il fut un temps où il existait un autre projet qui, à son époque, était considéré comme très prometteur, mais qui malheureusement peinait à égaler les prouesses de son concurrent de scène. Il s’agit comme vous l’avez sans doute remarqué dans le titre, de "jpcsp". Pour la petite présentation, "jpcsp" est le premier émulateur PSP "open source" écrit en java à être disponible sur plusieurs systèmes d'exploitation allant de Windows et Mac OS jusqu'à l'agréable Linux. Le soft étant créé par une équipe cosmopolite dont les développeurs sont originaires de plusieurs nations comme la France, la Grèce, ou l’Espagne, Afin qu’on évite d’avance le jet de cailloux dans la paisible mare qu’est internet (pointe d’ironie spotted), "jpcsp" n’est pas un mauvais émulateur quoi qu’en disent les langues fourchues, mais tout bonnement un soft qui n’a pas su évoluer comme il se doit de l’être au fil des années. Vu que même aujourd’hui il est d’autant plus difficile de le faire tourner efficacement malgré une bonne configuration matérielle. Ce tutoriel aura cependant l’utilité de vous donner l’occasion d’utiliser cet émulateur à des fins expérimentales ou même de comparaisons. Il se pourrait même que "jpcsp" puisse donner un meilleur résultat sur certains jeux de votre ludothèque (comme c'est le cas actuellement pour Medal of Honor : Heroes). Mais pour cela il faudra tout d’abord l’installer sur votre ordinateur. Commençons notre tutorial. - Avant d’entamer la phase d’installation de l’émulateur, il faudra rappeler que pour que ce dernier fonctionne, il est de nécessité d'avoir "java runtime environment" installé sur votre ordinateur. Selon l’architecture qu’adopte votre système d’exploitation, vous avez la possibilité d’installer la version "32bits" ou "64bits". Voici le lien de téléchargement officiel : http://www.oracle.com/technetwork/java/javase/downloads/jre8-downloads-2133155.html Je vous conseille néanmoins de télécharger la version offline du soft pour des soucis de bienfaisance. Précisons que "jpcsp" requiert un minimum de configuration de la part de votre ordinateur, pour assurer un bon fonctionnement et une bonne fluidité de vos jeux. Selon plusieurs forums visités, la configuration requise est la suivante: Etre sous Windows vista/7/8 (32 ou 64 bit) * Avoir au minimum un CPU: Dual core @ 2.5 GHz. * Disposer d'une carte graphique qui supporte l'OpenGL 2.0 et plus (Il est préférable de mettre à jour les pilotes de votre carte graphique). * Avoir 2Go de RAM ou plus. Remarque : Si vous possédez un laptop et que vous disposez de deux cartes graphiques (genre INTEL HD GRAPHICS intégré avec une CG Nvidia, ATI/AMD, ou autre...), assurez-vous d'exécuter "java runtime environment" sur le processeur graphique le plus puissant, et ce, via les paramètres du pilote de votre GPU. - Je vous invite maintenant à télécharger la dernière version de jpcsp en vous rendant sur le site officiel. Voici le lien de téléchargement officiel : http://www.jpcsp.org/ Vous avez toutefois le choix entre la version "windows-x86-32" ou la version "windows-x86-64". A vous de faire le bon choix selon l’architecture de votre système. Extrayez le contenu de l’archive téléchargée dans votre bureau et renommez sobrement le dossier que vous venez d’extraire en "jpcsp". - Ouvrez le dossier "jpcsp" et créez dedans un nouveau document texte. Saisissez dans le document les paramètres suivants : executable = Emulation\Playstation Portable\jpcsp\jpcsp.exe parameters = /unzip() /unrar() "%game%" Enregistrez le document texte sous le nom de ‘’romstation_parameters.ini’’ dans le dossier de l’émulateur. - Vu que "jpcsp" utilise à la base un fichier bat pour être exécuté, et que Romstation n'accepte pas ce type de fichier on va devoir créer pour l'émulateur un fichier exécutable ''.exe" Pour ce faire, restez sur le même document texte que vous avez ouvert, et effacez tous ce que vous venez de saisir. Copiez à la place les paramètres suivants : @echo off "C:\Program Files\Java\jre1.8.0_112\bin\java.exe" -Xmx1024m -Xss2m -XX:MaxPermSize=128m -XX:ReservedCodeCacheSize=64m -Djava.library.path=lib/windows-x86 -jar bin/jpcsp.jar -u %1 -r Assurez-vous de bien indiquer le bon chemin vers l’exécutable "java.exe", sinon l’émulateur ne fonctionnera pas. Faites attention à ne pas effacer les différents guillemets et symboles de ces paramètres. Enregistrez le fichier sous le nom de ‘’jpcsp.bat’’, dans le dossier de l’émulateur. - Maintenant que le fichier jpcsp.bat est créé, on va pouvoir le convertir en fichier exécutable. Comme dans mon précédent tutorial je vous invite à télécharger le logiciel ‘’Bat To Exe Converter’’ via le site officiel http://www.f2ko.de/en/b2e.php et de l'installer sur votre ordinateur. Compilez ensuite le fichier jpcsp.bat en exécutable ‘’jpcsp.exe’’. L’enregistrement devra se faire automatiquement dans le dossier de l’émulateur. Déplacer enfin le dossier "jpcsp" vers le répertoire "Romstation/Emulation/Playstation Portable" et redémarrez Romstation. - Avant de terminer ce tutorial, il est préférable que vous fassiez une petite configuration interne de l'émulateur avant de commencer à l'utiliser pour améliorer son rendu. Accédez à l'interface de l'émulateur depuis le menu des paramètres de "Romstation" et appuyer sur la touche "config". Une fois l'émulateur exécuté, allez dans le menu "Options>Paramètres>Vidéo" et cocher l'option "Save Stencil to Memory" comme illustré dans l'image ci-dessous. Vous pouvez également définir la langue par défaut depuis le menu "Région" qui se trouve à côté de l'onglet "Vidéo". Vous n'aurez qu'à confirmer et fermez votre émulateur par la suite. Remarque : Si vous le souhaitez vous supprimez les fichiers "jpcsp.bat", "start-windows-amd64.bat"/"start-windows-x86.bat", et naturellement le nouveau document texte que vous avez ouvert dans le dossier. À présent vous devriez être en mesure d'utiliser "jpcsp" au bon côté de "ppsspp" sur vos jeux PSP, et d'enrichir un peu plus votre ludothèque.
  2. Bienvenue dans la seconde partie du dossier consacré à l'histoire du grand empire Sony. Ce chapitre sera principalement axé sur la PlayStation 2, ainsi que sur la PSP, qui symbolise par ailleurs la première incursion de la société sur le marché des consoles portables. Soyez prêt à pénétrer dans la troisième dimension ! |Dans l'épisode précédent... La cinquième génération de consoles fut le théâtre d'une bataille sanglante durant laquelle deux icônes autrefois incontestables du jeu vidéo, ont chuté de leur piédestal. Animé par la vengeance et la détermination, Sony Computer a réussi à s'imposer grâce à son hardware de rêve : la désormais célèbre PlayStation. SEGA est à présent synonyme de passé et la Saturn n'évoque plus qu'un vague souvenir parmi les mémoires... Dans les décombres de son bunker, Nintendo s'en tire plutôt bien. La N64 a su marquer les esprits, grâce à quelques licences fortes, mais elle est très loin d'avoir satisfait les comptes budgétaires du plombier rital. Cuisant échec pour la société, la machine n'a pas atteint les ventes de son illustre prédécesseur : la Super-Nintendo, symbole d'un âge d'or aujourd'hui bel et bien révolu. Le nouveau millénaire arrive et laisse présager l'aboutissement d'une guerre qui tend à mettre un terme définitif à une ère vidéo-ludique, dominée autrefois par le hardcore gamer. Hissé au sommet de la pyramide, le géant de la HI-FI ne compte pas céder son trône si durement acquis. La révolution est en marche, et la relève est d'ores et déjà assurée. Les infusions de pixels seront encore très nombreuses... Prenez garde, car cette fois il y aura des morts. |Dans l'envers du décor. Bien plus aisée que sa consœur dans son développement, la PlayStation 2 fut conçue avec amour et attention de la part de Sony Computer, entité désormais sous l'égide de Ken Kutaragi, le géniteur même du projet PlayStation. Ce dernier est plus que jamais déterminé à continuer sur sa lancée pour assurer une ultime consécration à sa société. Devant le succès très important de la PlayStation, la concurrence affûte ses armes et se tient prête à riposter. SEGA prend très vite les devants, en préparant déjà l'après Saturn. La Dreamcast arrive ainsi au Japon dès l'année 1998. Celle-ci attire beaucoup l'attention, et pour cause son hardware signe un véritable tournant technique dans l'industrie du jeu vidéo. La dame blanche séduit le 'core gamer avec des titres d'excellente qualité, et mise sur ses atouts online. SEGA attaque donc en premier pour avoir un terrain d'avance confortable par rapport à ses rivaux, et c'est plutôt réussi. Toutefois, la ténacité du hérisson bleu constitue une nouvelle menace pour Sony. La PS2, toujours en plein développement n'est pas encore prête, mais cela n'empêche pas Sony de communiquer dessus. Une myriade d'informations est divulguée par l'entreprise dès 1998, parmi lesquelles ressortent principalement la rétro-compatibilité avec les jeux de la génération précédente, ainsi que le fameux lecteur DVD qui équipera leur prochain système. A cette époque, ce nouveau média laisse rêveur la plupart des foyers, puisqu'il est destiné à remplacer la cassette vidéo classique. En effet, l'intention première de Sony est de faire de la future PlayStation numéro 2, une station multi-média capable de procurer un plaisir ludique à la fois au travers de la musique, mais aussi le cinéma et bien-entendu, le jeu vidéo ! Si l'architecture de la console est déjà bien entamée, son design lui, n'est pas encore déterminé. Après une série de prototypes jugés inintéressants ou trop proches de la concurrence, les ingénieurs décident de se baser sur un ancien modèle de console que la société Atari avait l'intention de sortir, alors qu'ils étaient encore constructeurs... Décidément, en terme de recyclage Sony détient la palme d'or. En plus d'un design récupéré pour être peaufiné, Kutaragi décide de garder le même pad que celui de la génération précédente, avec une nouvelle itération de la Dualshock. Cette dernière comporte désormais des touches entièrement analogiques. Techniquement, la PlayStation 2 embarque un bagage relativement alléchant et Sony va même jusqu'à déclarer que son nouvel hardware sera en mesure de proposer des graphismes dix fois meilleurs que chez la concurrence, grâce à ce qu'ils baptiseront "l'émotion engine", le processeur qui constituera le cœur même de la PS2. La Dreamcast est bien entendu directement visée par cette annonce, et ses ventes en pâtiront. |The world is yours La PlayStation 2 est dévoilée pour la première fois au public pendant le Tokyo Game Show de septembre 1999. Elle est suivie d'une sortie officielle sur l'archipel nippon le 4 mars 2000. Les États-Unis suivront avec un lancement programmé au 26 octobre de la même année et enfin chez nous, en Europe, le 24 novembre 2000. Le prix de vente en France et en Belgique est alors fixé à 450 euros. Maître dans l'art du marketing, Sony est parvenu à susciter l'engouement général dans le monde entier, assurant un lancement réussi dans la plupart des pays. Ces derniers n'hésiteront pas à jouer sur la pénurie, d'où leur fameux slogan "Elle sera à tous, mais tous ne l'auront pas". Cela aura vite fait de provoquer des émeutes plus ou moins importantes, comme au Virgin Store des Champs-Élysées, à Paris. En terme de ventes, le Japon est loin devant avec un total de 980 000 consoles vendues dès les deux premiers jours d'exploitation. Un excellent début qui procure un bon rythme de croisière à la PS2, mais signe d'ores et déjà la fin de la Dreamcast, complètement occultée par le succès retentissant de sa rivale. Le 23 mars 2001, Sony déclare avoir vendu plus de 10 millions de consoles à travers le monde. Face à ce bilan monstrueux, SEGA est contraint de jeter l'éponge une bonne fois pour toute, d'abandonner sa console, et de renoncer à son titre de constructeur. Définitivement trop endettée pour continuer la guerre, la société se reconverti en éditeur et développeur multi plate-forme. Il ne reste donc plus qu'un challenger sur le champs de bataille, à savoir Nintendo. Mais ce dernier reste tapi dans l'ombre et continue d'exploiter ce qu'il reste de sa Nintendo 64, pendent que Microsoft se prépare à entrer dans la danse... Sony va poursuivre sa campagne marketing et cela donnera naissance à des publicités pour le moins originales, parfois loufoques voire complètement glauques ou malsaines... Si la publicité a fait de la PlayStation 2 un véritable objet de culte, d'autres rumeurs ont contribué à son succès, comme celles qui laissait entendre que l'Irak avait commandé un lot assez important de consoles pour s'en servir à des fins terroristes, ou encore que la PS2 serait en mesure de simuler des explosions nucléaires ! Côté software, une dizaine de jeux sont disponibles au lancement de la console, dont le très aguichant Dead Or Alive 2, FIFA 2001, l'excellent SSX premier du nom ou encore Ridge Racer V... Si ces premiers titres sont bons, ils sont loin d'exploiter pleinement les capacités de la PS2. Il faudra attendre quelques mois avant d'avoir des softs plus intéressants. |Vous ne passerez pas !!! Décidément bien implantée, l'arrivée de la GameCube en juillet 2001 ne détrônera pas la PlayStation 2. Pourtant supérieure à cette dernière, Nintendo tente malgré tout d'aguicher le public. D'abord à l'aide de ses licences phares, puis en proposant sa console nouvelle génération à un prix très attractif (99 euros), ce qui fera de la GameCube la console la moins chère de cette génération. Mais en vain. Ces efforts ne suffiront malheureusement pas à faire oublier la PS2. Sony détient le monopole et de nombreux éditeurs tiers leur sont liés par contrats d'exclusivités. Le plombier rital se retrouve alors pratiquement seul à défendre son hardware, malgré une alliance très importante avec l'éditeur Capcom. En conséquence, la GameCube n'atteint même pas les ventes de la N64 ,et Nintendo vit à nouveau un cauchemar commercial. Effrayé par le potentiel des consoles de salon, Bill Gates décide d'investir le marché. Ce dernier craint en effet que les utilisateurs se détournent petit à petit des PC familiaux, pour favoriser les consoles de salon. La XBox arrive donc pour les fêtes de fin d'année, en 2001 et sera la machine de jeu la plus puissante de la sixième génération. Calquée sur la défunte Dreamcast, elle en récupère son principal atout : le jeu en ligne. Internet étant pleinement démocratisé, Microsoft a pu tirer son épingle du jeu avec un service online de grande qualité, et ainsi imposer son hardware. Mais son succès reste malgré tout très minime... Le Japon n'apprécie pas vraiment la console de l'oncle Sam et restera pro-PS2 tout au long de son mandat. En conclusion, Sony est très clairement le leader incontesté de cette sixième génération. La PlayStation 2 est devenue en quelques années seulement, la console de salon la plus vendue de l'histoire. Elle sera produite jusqu'au 30 novembre 2012, soit plus de 13 ans après sa sortie initiale. Les ventes totales de la console sont estimées à plus de 153, 68 millions d'exemplaires à travers le monde. La palme d'or du titre le plus vendu du support est Grand Theft Auto : San Andreas. Le géant de la Hi-Fi est au sommet de la gloire, mais le succès n'est jamais que provisoire, même pour les plus grands... ! |Piratage, modèles et autres joyeusetés. Le zonage est une excuse qui profite à beaucoup de monde, mais surtout aux pirates de l'industrie vidéo-ludique. En général, c'est dans l'optique de briser les frontières continentales imposées par les constructeurs, que l'on trafique sa console de jeu. Cela permet de profiter des jeux exclusifs à certains territoires. Mais c'est bien connu, l'homme a les yeux plus gros que le ventre, alors forcément, ça déborde souvent vers l'illégalité. Tout ce discours pour dire que la PS2, tout comme la plupart de ses consœurs, n'a pas échappé au piratage. Que ce soit par le biais d'une nouvelle lentille ou par un quelconque bidouillage, elle s'est faite rapidement "violer". Et cela fut d'autant plus simple, lorsque Sony lança une seconde itération de sa PlayStation 2 en 2004 : la PStwo. Aussi surnommée "PS2 slim", elle est beaucoup plus fine et dispose d'un couvercle classique, à l'instar de la première PlayStation. Le fait qu'elle soit dépourvue de son tiroir à disque a grandement facilité l'utilisation des "magic-swap", il n'était alors plus nécessaire de faire poser une puce par soudure. Une autre version très spéciale de la PS2 fut commercialisée exclusivement au Japon. Baptisée PSX, il s'agit en réalité d'une seconde itération de la machine qui comporte quelques atouts dont est dépourvue la console d'origine. Ainsi, on note la présence d'un graveur DVD, d'un tuner TV, mais aussi un disque dur de 160 GO. Elle passera presque inaperçue, sûrement à cause de son prix bien trop élevé. La production en est stoppée en 2005. Son aspect physique diverge totalement de la PS2 classique.La présentation des menus est aussi totalement revu, la PSX utilise en effet la "Xross barre" que l'ont retrouvera sur la futur PSP de Sony et même plus tard, sur la PS3. |Quelques titres marquants. Metal Gears Solid 3 Fini les gadgets en tout genre auxquels Kojima avait habitué les joueurs ! Cette fois nous sommes propulsé en 1964. Solid Snake part en randonnée pour apprendre les durs aléas de la vie, et surtout ce qu'est la notion même de la survie. Doté d'un gameplay riche et exigeant, MGS3 est sans conteste l'un des meilleurs épisodes de la licence. Gran Turismo 4 Toujours plus réaliste d'un épisode à l'autre, Polyphonie Digital tape très fort avec ce quatrième épisode de sa célèbre saga de simulation automobile. Le succès est à nouveau au rendez-vous avec plus de dix millions d'exemplaires de vendus. Final Fantasy X Dixième opus de l'éminent RPG de Square-Enix, Final Fantasy X marque un tournant scénaristique important, avec pour la première fois des personnages doublés vocalement par de vrais acteurs. C'est aussi le dernier volet de la saga à sortir des studios SquareSoft avant leur fusion avec Enix. Devil May Cry Développé par Capcom, c'est l'un des meilleurs beat'em all de la génération. Loufoques et complètement déjantées, les phases de combats endiablées se révèlent être exaltantes et inoubliables. Grand Theft Auto San Andreas Troisième volet de la trilogie lancée par GTA III, San Andreas est le jeu le plus vendu de la PS2. Jamais le terrain de jeu ne fut aussi vaste dans un jeu vidéo à monde ouvert, et les possibilités offertes aux joueurs, aussi nombreuses. SA profite également d'un gameplay très étoffé avec un côté RPG très jouissif. Ratchet & Clank C'est un peu le Crach Bandicoot de la PS2, mais en dix-fois mieux. Le jeu de plate-forme connaît une véritable révolution avec ce titre qui mélange humour, fun et innovations. |Aparté sur la PSP. S'il est un domaine dans lequel Nintendo excelle depuis toujours, c'est bel et bien dans le secteur des consoles portables. Depuis la GameBoy en 1989, aucune autre société ne fut en mesure de leur voler la vedette. A l'époque, SEGA et sa GameGear avait pourtant de quoi faire la différence : une console 3 fois plus puissante, un écran rétro-éclairé et des graphismes hauts en couleur... Mais aussi quelques défauts majeurs, dont sa faible autonomie et son prix excessivement élevé. Elle reste néanmoins le seul challenger sérieux des années 90. Suite au succès de la PS2, Sony décide de profiter de son image de marque pour attaquer Nintendo sur son terrain de prédilection. C'est ainsi que la PSP est annoncée par la société en 2003. Elle sera mise en vente au cours de l'année 2004 au pays du soleil levant, et en 2005 dans le reste du monde. Très puissante, c'est la première portable à proposer une qualité d'image avoisinant celle d'une console de salon classique. Le géant de la Hi-Fi ne se contente pas de proposer une simple portable destinée au jeu, et fait la PSP à l'image de la PS2 : un support multi-média que l'on peut emporter n'importe où. Dans le bus, dans le métro ou dans les WC (si vous êtes du genre constipé)... Bref, partout ! Elle est équipée d'un lecteur UMD (Universal Media Disc), format propriétaire de Sony qui permet non seulement de jouer, mais aussi de visionner des films. La PSP est un véritable concentré de technologies, puisqu'elle permet également de naviguer sur Google, grâce à son capteur wi-fi, d'écouter de la musique ou encore de regarder des images, discuter via Skype... Malgré toutes ces qualités et des capacités techniques impressionnantes, la PSP peine à décoller. Loin devant, la Nintendo DS pulvérise les ventes, alors qu'elle dispose d'un hardware très largement inférieur à la PSP. Ce dont Sony n'a pas encore pris conscience, c'est que ce n'est pas forcément les capacités d'une console qui en font sa renommée, mais bien la façon de jouer. Satoru Iwata l'a bien compris, et c'est pour cette raison qu'il a misé sur le double écran de la DS et son stylet ! La PSP trouvera néanmoins son public grâce à l'arrivée de titres majeurs qui ont pu lui sauver la mise, avec notamment Final Fantasy VII Crisis Core, Kingdom Hearts Birth By Sleep de Square-Enix ou encore la série des Phantasy Star Portable, et Project Diva de SEGA ! Toujours en vente, on dénombre pas moins de 75 millions de PSP vendues à travers le monde. Le jeu le plus vendu du support se trouve être GTA : Liberty City Stories. |Conclusion. Véritable phénomène de société, la PlayStation 2 a définitivement démocratisé le jeu vidéo dans le monde entier. Hissé au rang d'art, c'est même devenu une véritable industrie, avec des productions aussi coûteuses que celles des films d'Hollywood. L'époque des sprites est belle et bien révolue. Désormais, les jeux vidéos ont gagné en profondeur et en maturité. Et même si la PS2 est très loin d'être la console de jeu la plus puissante de sa génération, beaucoup d'éditeurs ont misé sur sa renommée pour créer des licences devenues aujourd'hui cultes. Si cette génération de consoles fut sans conteste un carton plein, force est d'admettre qu'elle ne comporte aucune innovation majeure. Si SEGA a réellement tenté de se démarquer avec un service online très prometteur, et d'autres idées originales autour de son hardware, telle que le VMU, les autres en revanche se sont contentés de créer un hardware qui mise avant tout sur la puissance brute. Certes Microsoft a su pleinement démocratiser le jeu online sur console de salon, mais leur image auprès du public nippon fut tellement mauvaise, que la XBox reste un échec pour la firme de Redmond. On observera également au cours de cette sixième génération, une hostilité croissante au sein des différentes communautés de gamers supportant tel ou tel constructeur, dont une arrogance plus développée chez les supporters Sony. Le nouveau millénaire fut placé sous une bonne étoile pour Sony, le futur laissait présager un avenir radieux pour la société nippone. Et pourtant, le vent va tourner dès l'année 2006 avec l'arrivée d'une certaine Wii... Quoi ? Mais c'est quoi ce jouet ? ... :right: By Lighto :right: Remerciement particulier à Littledeath, pour la correction des fautes d'orthographe ainsi que pour sa patience.