Search the Community

Showing results for tags 'linux'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • RomStation's Feedback
  • RomStation's Tutoriels
  • RomStation's Problèmes techniques
  • RomStation's La Taverne
  • Uploads's Forum
  • La Rédac''s Let's Play, Playthrough et Walkthrough
  • La Rédac''s Forum général
  • Tournois Multijoueur's Événements et tournois
  • Live Stream's Forum
  • Informatique générale's Général
  • Informatique générale's Sécurité
  • Informatique générale's Windows
  • Informatique générale's Linux
  • Informatique générale's Mac
  • Anime & Manga's Forum
  • Gaming's Forum
  • 14 Rue de l'Imagination's La pause café
  • 14 Rue de l'Imagination's L'Espace Création
  • 14 Rue de l'Imagination's L'Espace RP
  • Musiques & sons's Forum
  • Musiques & sons's F.A.Q
  • Musiques & sons's Musiques, sons, créations.
  • Notices & Livrets - Booklets's Topics
  • Monster Hunter's Forum

Calendars

  • Live Stream's Événements live

Blogs

There are no results to display.




Filter by number of...

Found 10 results

  1. Bonjour à toutes et à tous, Aujourd’hui je vais vous parler de la nouvelle fonctionnalité de Steam sous Linux : Steam Play ! Qu’est-ce que Steam Play ? Si vous ne suivez pas les actualités, Steam Play est une API basée sur Wine permettant de lancer des jeux initialement conçu pour Windows sur Linux. Comment l’activer ? Pour activer cette fonctionnalité, il faut se rendre dans les paramètres de Steam puis dans la section Steam Play et de l’activer (un redémarrage de Steam sera nécessaire). Est-ce fonctionnel ? L’outil est fonctionnel sur une petite sélection de jeux (environs 1 000 selon Steam). Néanmoins il est possible que des jeux non répertorié par Steam Play soient compatibles avec ce dernier. Gardez à l’esprit que tous les jeux ne sont pas compatibles et que vous pouvez tester les jeux par vous-même. Voici un exemple avec Ori and The Blind Forest qui n'est pas un jeu répertorié : Doit-on installer Wine ou faire des réglages ? Non, Steam s'occupe de tout. On y retrouve les dossiers et fichiers de configurations dans ~/.steam/steam/steamapps, ainsi le système ne se transforme pas en "cave à vin informatique". Bon jeu !
  2. EDIT du 13 mars 2019 : Les images ISO du mois de mars corrigeront la gêne, une solution officiel a été publié par un mainteneur (Frédéric Bezies), dont vous trouverez la solution dans la vidéo publiée sur Peertube : https://peertube.pcservice46.fr/videos/watch/54749a89-c430-4d53-8cb4-9f6646163742 Edit 2 : Après avoir testé la solution de la vidéo, les AUR helpers autres que pamac-cli ne sont pas pris en charge. Si vous utilisez un autre AUR helpers (trizen, yay,...), vous pouvez appliquer la correction ci-dessous. Bonjour à toutes et à tous, Lors de l'installation de quelques programmes venant du dépôt AUR nécessitant des clés GPG sur Manjaro, je me suis aperçu que le dispositif exclusif aux éditions Tux 'N' Vape (avant que Pamac fasse le job tout seul) permettant d'ajouter automatiquement les clés GnuPG requises n'était pas pleinement fonctionnel. Après avoir fait quelques recherches sur le forum de Manjaro, j'ai fini par trouver la solution. Voici un exemple d'erreur avec le navigateur Tor : On peut ajouter la clé à la main avec la commande sudo pacman-key -r, mais c'est dommage de le faire alors qu'on dispose de quelque chose pour gérer les clés automatiquement. L'origine du problème est qu'il manque un second serveur pour récupérer ces dernières. Pour les ajouter, il faut éditer les fichiers ~/.gnupg/gpg.conf et ~/.gnupg/dirmngr.conf avec un éditeur de texte (ici nano) pour ajouter la ligne keyserver hkps://hkps.pool.sks-keyservers.net. gpg.conf : dirmngr.conf : Une fois que les fichiers sont mis à jour, on peut relancer l'installation de notre logiciel sans problème : C'est tout pour ce mini SAV 🙂 Si vous avez une Manjaro autre que l’édition Tux 'N' Vape (ou TNV installée avec l'iso du mois de mars), vous pouvez ajouter le dispositif manuellement en suivant ce poste, seulement si vous ne comptez pas utiliser pamac en CLI.
  3. Bonsoir à toutes et à tous, Je vous fais part d'un problème d'affichage que j'ai depuis un petit moment... Depuis quelques temps j'ai de légères bandes blanches à l'écran, comme des scintillements, ce qui est à terme bien désagréable à l’œil. Pour caricaturer en gros les bandes sont similaires à l'image ci-dessous, mais plus fines, blanches et plus ou moins légères (un peu comme un "filtre") : J'ai un écran iiyama Prolite E2282HV que j'utilise depuis que j'ai ma tour, à savoir 2 ans et qui est malheureusement en VGA (faute de moyen pour de l'HDMI à l'époque). Comme la sortie vidéo de ma carte graphique est en HDMI, j'utilise un convertisseur HDMI/VGA de la marque Aukey. J'ai changé le convertisseur, le problème est toujours présent, que ce soit sous Linux ou Windows 10. Voici mes réglages d'affichage pour Windows: Et pour Linux : Dans les deux cas, la résolution est de 1920x1080 @60Hz, soit le maximum que peut fournir l'écran. Si je baisse la fréquence à 59Hz, c'est pire. Pour ce qui est des réglages de NVidia, les deux systèmes utilisent les réglages par défaut. Les bandes blanches sont plus visibles au lancement d'un certains nombres de jeux PC. En activant la VSync, cela fait disparaître ces bandes ou les atténues pour certains. Sur Linux ça me le fais que sur les jeux PC (sur Steam), donc pas avec un émulateur (Dolphin snes9x, etc) ni en faisant de la virtualisation ou autre. Sous Windows, ça me le fais sur le bureau et en jeu (hors émulation). J'ai essayé plein de chose comme : - brancher l'écran en VGA puis en HDMI (avec le convertisseur) sur le PC portable de ma mère : RAS - brancher la tour à une TV Tucson de 19" qui gère le 1080i en HDMI pur puis avec le convertisseur : RAS, hormis les couleurs plus agressives. - brancher la tour à une TV Philips de 49" qui gère le 1080p en HDMI pur (pas de port VGA pour tester avec le convertisseur) : RAS hormis la mise à l’échelle pas terrible Je me demande donc si le problème vient de l'écran ou de la carte graphique. Si vous avez des idées, je suis preneur. Cordialement.
  4. Bonjour à toute et à tous, je créer ce sujet pour réunir des tutoriels ou astuces en tout genre qui seront disponibles seulement au format PDF ou ePUB. Si vous ne possédez pas de lecture ePUB en voici un pour Windows : https://www.pcastuces.com/logitheque/telechargement.asp?num=1955 Note : Ce poste est donc mené à être éditer à plusieurs reprise, afin d'y inclure des nouveautés. Aussi, certains topics ont été supprimés pour être distribué de cette sorte. Pourquoi j'utilise le format ePUB pour certains sujets au lieu du PDF ? -> Le format PDF ne supporte pas les images GIF parfois utile pour mieux illustrer. Les fichiers sont sous licence selon les conditions de Creative Commons. Administration générale Gestion des données
  5. Bonjour à toutes et à tous, Après un long moment de réflexions, je me suis dit que je devais reprendre les sujets sur Linux... Dans un autre sujet, j'expliquais comment obtenir différents émulateurs sous Linux. Ici je vais montrer comment connecter des manettes sur votre distribution. Manettes filaires Dans 99% des cas, il suffit de brancher la manette en question et c'est tout. Manettes sans fils Le cas des manettes sans fils ça devient un peu plus compliqué... Voici une liste de configurations de manettes qui s'agrandira en fonction des retours d’expériences. Logitech F710 Microsoft XBOX 360 Wireless Controller for Windows XBOX ONE Wireless Controller for Windows Nintendo Adaptateur GameCube Wiimote (officiel) / Wii U Pro Controller Sony DUALSHOCK 3 DUALSHOCK 4 -------------------------------------------------------- Historique des mises à jour :
  6. Bonjour tout le monde, Afin de vous guider au mieux dans le choix d'une distribution GNU/Linux, je vous propose de découvrir deux principal méthode de mise à jour : les Fixed-releases et les Rolling-releases. Il en existe d'autres mais ces deux méthodes restent à la porter des débutants. 1 - Les Fixed-releases Le principe des Fixed repose sur la stabilité pure. Il n'y a pas (ou très peu) de montée en version d'un programme ou d'un pilote en dehors des mises à niveau. En effet, un programme ou un pilote restera toujours sur une version donnée jusqu'à ce que les développeurs de la distribution souhaitent passer à une version plus récente. Une nouvelle version s'installe dans une intervalle moyenne de 2 à 3 ans avec une mise à niveau du système. Toutefois, les pilotes ou les programmes en question ne sont pas laissé tel quel pour autant entre chaque mises à niveau : ils reçoivent constamment que des mises à jour de sécurité et résolution de bugs. On les qualifies souvent de version "LTS" (support à long terme). Prenons Ubuntu comme exemple, avec Libreoffice : Ubuntu 16.04 est sortie en avril 2016 (soit maintenant 2 ans au moment où je rédige ce sujet). La version que propose Ubuntu est la v5.1.6 alors que la dernière version stable en date est la version 6 (v6.0.x). La version 5 (5.4.x) continu d'être maintenue pour les personnes qui cherchent la stabilité pure avant les nouveautés et donc dit LTS (support à long terme). Ubuntu 16.04 est livrée avec Libroffice 5.1, elle reste donc sur la version 5. Mais c'est pas pour autant qu'elle fait passer Libreoffice en 5.4. Cette dernière version du programme arrivera avec sa future nouvelle version : la Ubuntu 18.04. Ce qui fait qu'en 2020, Ubuntu 18.04 sera encore sur du 5.4 alors que la branche de Libreoffice 5 sera peut-être en 5.7 et la branche 6 en 6.3. Le noyau ? il est en version 4.4 LTS et la dernière version LTS est la 4.14. Quant à la dernière version stable du noyau, au moment où j'écris ces mots, le 4.16 ne devrait pas tarder à sortir dans les jours qui viennent... Pour des personnes aimant les nouveautés, ce n'est pas terrible... Il existe l'option d'ajouter des PPA (Personal Package Archives), des dépôts tiers mais encore construire à partir des sources pour avoir les dernières versions ou des nouveaux logiciels mais ça rompt le principe de la stabilité pure. Avantages : - Les serveurs (ces derniers n'ont pas spécialement besoin d'être au pointe de la technologie) - Personnes dont la connexion Internet est constamment instable / ayant un débit très lent - PC dont la fréquence d'utilisation est irrégulière Inconvénient : - Le support matériel récent - Pouvoir être constamment sur les dernières nouveautés logiciels/pointe de la technologie du monde du libre - Mise à niveau pouvant entraîner une réinstallation complète dû à l'ajout de dépôts tiers 2 - Les Rolling-releases À l'inverse de la Fixed, la Rolling est toujours à la pointe de la technologie du monde du libre et proposent les dernières versions de logiciels en date. Les mises à jour sont quotidienne et de ce fait, les mises à niveau sont moins lourdes à télécharger et également moins longues à installer. Le principale argument de la Rolling est "on installe, on réinstalle jamais". Prenons le même exemple qu'Ubuntu avec Manjaro Linux : Libreoffice est disponible dans sa version 6 par défaut sur les Edition TNV mais la 5.4 est disponible pour ceux qui préfèrent (par défaut sur Manjaro International). Le noyau ? On peut choisir sa versions, on peut aussi bien utiliser le 4.14 LTS que le 4.16. Niveau version récente c'est le pied. À ceci on y ajoute le fait que le dépôt officiel et AUR (Arch User Repository), un dépôt communautaire rendent la logitech beaucoup plus complète que celle d'Ubuntu. Avantages : - Le support matériel récent - Pouvoir être constamment sur les dernières nouveautés logiciels/pointe de la technologie du monde du libre - Bon rapport entre stabilité et nouveauté Inconvénient : - Personnes dont la connexion Internet est constamment instable - PC dont la fréquence d'utilisation est irrégulière J'espère que ça vous aidera à mieux comprendre les différente méthode et de bien choisir entre Fixed et Rolling.
  7. Bonjour, à défaut de poster mon sujet sur la virtualisation, je vous fourni la version PDF de ce dernier... En effet, l'import d'image semble buguer pour faire la version "forum". Dès que l'ajout d'image fonctionnera, j'éditerai ce poste pour y mettre l'article en entier... Version PDF : La virtualisation
  8. Hello tout le monde, Fût un temps où il existait un sujet qui avait pour but de guider les débutants dans le monde du libre dans l'installation de divers émulateur sur leur système Linux. Hors, ce dernier s'est volatilisé avec la refonte du forum qui a eu lieu fin 2016 ~ début 2017. Depuis, le néant total. Bien que le sujet n'était plus maintenu, il n'en restait pas moins intéressant pour les personnes venant du site et qui sont passé... par la fenêtre pour rejoindre le monde d'un certain manchot. Vous l'avez donc compris, ici va se trouver une liste d'émulateur par ordre alphabétique des constructeurs de console disponible sous GNU/Linux, ainsi que leurs installation sous Ubuntu et dérivé mais également sur Manjaro Linux pour diversifié les choses. À noter que le sujet sera maintenu à jour régulièrement en cas de changement mineur ou majeur sur les méthodes d'installation indiquées, mais aussi pour l'ajout éventuel d'un émulateur supplémentaire. AVERTISSEMENT : Installer des programmes hors des dépôts officiels peut rendre votre système instable, je ne suis pas tenu responsable en cas de pépin. Voici un bref résumé : Sur Manjaro, il faut se fier à la popularité du paquet lorsque se dernier vient du dépôt AUR (en général) sinon il y a des chances qu'il y est de la casse Sur Ubuntu (et dérivé), les paquets fournit avec les PPA peuvent poser problème lors d'une mise à niveau du système et donc possible qu'il y est de la casse Note : Pour de meilleurs performances, il est recommandé d'avoir installer les pilotes Nvidia ou AMD propriétaire sur votre distribution. En cas de doute sur votre configuration matériel pour Dolphin et PCSX2, vous pouvez demander un avis sur le topic concerné. Je montre uniquement la partie installation. Pour la configuration généraliste* (graphique, manette, dossier de roms/isos, etc.) c'est à vous de le faire. *Sauf exception. D'autre part, je propose que les versions en 64 bits, à l’exception de certains qui sont encore disponible qu'en 32 bits. Enfin, un minimum de connaissance sur la gestion des lignes de commande est requis (créer un dossier ou un fichier, éditer un fichier et se déplacer d'un répertoire à un autre entre autre). Vous pouvez vous initier en cherchant le sujet concerné à cette adresse. Note pour les utilisateurs/utilisatrices de Manjaro : il faut activer le support d'AUR depuis Pamac sainsi que de configurer le répertoire de compilation afin d'éviter de remplir inutilement "/var/tmp", par exemple, en créer un dossier ".compils" dans votre "/home" : _______________ DIVERS _______________ Phoenix Multi-console, ce dernier prend en charge les jeux de 3DO, ColecoVision, la Master System et la Game Gear de SEGA mais aussi de la Jaguar d'Aari, bien que pour les consoles de SEGA, il est préférable d'utiliser Kega Fusion. Note : N'étant pas en français, il existe une traduction ici. Pour l'installer, il suffit de remplacer le fichier d'origine par celui contenu dans l'archive. Installation sous Manjaro Linux : L'émulateur n'est pas dans les dépôts officiel, toutefois il est disponible dans le dépôt AUR, il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : L'émulateur n'est pas dans les dépôts et il n'existe pas de PPA... Il suffit de le télécharger sur le site officiel : Version 64 bits Procédure d'installation : M.A.M.E Ce dernier est aussi présent sous Linux. Cependant, contrairement à la version MS-Windows, il est disponible qu'en ligne de commande par défaut. Il faut donc juste lui ajouter une interface graphique. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel, il est possible d'installer M.A.M.E et son interface via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : L'émulateur est disponible dans les dépôts mais incompatible avec l'interface graphique "QMC2", il faut alors installer le tout depuis des PPA. Dans un terminal il faut entrer : Mednafen Mednafen est un émulateur multi-console, ce dernier prend en charge les consoles dont la liste complète est disponible sur le site officiel, mais ne dispose pas d'interface graphique par défaut sous Linux. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel, mais pas son interface graphique : elle est sur AUR. Il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande avec un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Mednafen est disponible dans les dépôts. Pour l'interface graphique (mednaffe) c'est une autre histoire... il va falloir l'installer "à la main". Bien que Mednafen soit dans les dépôts, il faut le compiler pour qu'il soit compatible avec mednaffe. Compilation de mednafen : Pour la compilation de l'interface : Une fois l'installation de l'interface graphique est terminée, il suffit de lancer mednaffe : _______________ NINTENDO _______________ Nestopia UE Il s'agit d'un fork du célèbre émulateur Nestopia qui n'est plus développé . Installation sous Manjaro Linux : Nestopia est disponible dans les dépôts officiel. il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Ce dernier est disponible dans les dépôts. Il est possible de l'installer via synaptic ou en ligne de commande dans un terminal : Higan Émulateur multi-console, ce dernier est plus recommandé pour émuler les jeux de Super Nintendo. Contrairement à Snes9x, ce dernier est légèrement plus gourmand en ressource mais a pour avantage d'avoir un gain de performance. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel. il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Disponible dans les dépôts officiel. il est possible de l'installer via synapticc ou en ligne de commande dans un terminal : Snes9x Sans doute l'un des meilleurs émulateur de Super Nintendo. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel. il est possible d'installer la version GTK via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Il n'est pas présent dans les dépôts officiel. Il est toutefois possible de l’obtenir depuis un PPA : Dolphin Emulator Dolphin est l'unique émulateur de Nintendo GameCube mais également de Wii. Tout comme sur MS-Windows, il faut une configuration solide pour faire tourner les jeux. Il est possible de jouer en réseau avec des personnes qui ont la même version de l'émulateur assez facilement. Installation sous Manjaro Linux : Dolphin est disponible dans les dépôts officiel. il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Si vous aimez changer fréquemment de version, vous pouvez utiliser ce PKGBUILD. Pour compiler, créer un répertoire dolphin-emu dans votre dossier de compilation habituelle (si vous en avait pas créer en un dans votre home) et glissez-y le PKGBUILD. Ensuite, ouvrez un terminal dans le dossier en question et entrer : Si vous souhaitez passer vers une version plus récente, ré-exécuter la commande-ci dessus, toujours au même emplacement. Installation sous Ubuntu et dérivé : /!\ Installation ou compilation destinée pour Ubuntu 16.04 et ultérieure uniquement Une vieille version de l'émulateur est disponible dans les dépôts (4.0.2). Il est possible de l'installer via synaptic ou en ligne de commande dans un terminal : Il est heureusement possible d'obtenir une version plus récente via un PPA : Puis, pour installer la version stable, taper : Si vous aimez changer fréquemment de version, vous pouvez installer la version de développement à la place en tapant : Note : Sur Ubuntu 16.04 et dérivé (comme Linux Mint 18.x par exemple), il y a un bug avec la version de de glibc qui entraîne donc un énorme soucis de performance (même avec un i7 6700k avec 8 Go de ram et une GTX 1060 6Go de mémoire vive les jeux rament; je le sais par expérience...). Il faut donc migrer vers les versions non LTS du système, pas terrible si on veut garder un système assez longtemps. Source : launchpad de dolphin Je vous propose donc d'installer Dolphin par compilation, à partir des sources. En effet, il est peut-être possible que les performances soient un peu plus meilleur pour certains PC. Testé avec un Dell N7110 - i5 2410M @2.3GHz + 6 Go de RAM + Nvidia GT525M 2Go avec pilote propriétaire sur Ubuntu 16.04.3, les performances lors des cinématiques sont pas terribles. contrairement à Manjaro où tout fonctionne bien. Toutefois, le Gameplay a de bonne performance. /!\ Ne pouvant pas tester sur la dernière version LTS d'Ubuntu (18.04) car ce PC est HS suite à une chute, donnez vos retour pour voir si les jeux lag encore ou non. Note : La compilation de Dolphin prend un certain temps. Mupen64Plus Unique émulateur opérationnel de Nintendo 64 sur Linux (du moins pour le moment), ce dernier est livré sans interface graphique par défaut. Cependant, il existe des interfaces graphique. Je vous propose donc Mupen64Plus-qt qui est convivial. Installation sous Manjaro Linux : Mupen64Plus est disponible dans les dépôts officiel tandis que l'interface graphique est sur le dépôt AUR. Ils peuvent être installé via pamac ou en ligne de commande depuis un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Pour installer Mupen64Plus, ouvrir un terminal et taper (il est également possible de l'installer avec synaptic) : Pour ce qui est de l'interface graphique , la version disponible dans les dépôts est vieille (v.1.8 datant de 2015) et qui plus est n'est pas en français... je vous propose donc de compiler la dernière version qui, en dehors des améliorations type correction de bugs etc., est en français. Si vous préférez la vieille version de 2015 qui est dans les dépôts officiel (l'installation peut également se faire depuis synaptic) : Si vous préférez obtenir la dernière version : Compilation de Mupen64Plus-qt : mgba Cette émulateur venu de retroarch/libretro émule un grand nombre de jeux GameBoy, GameBoy Color ainsi que ceux de GameBoy Advance. Avec le temps, il est devenu une référence. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel, il est possible de l’installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : L'émulateur n'est pas présent dans les dépôts. Il faut télécharger l'archive depuis Github correspondant à votre version d'Ubuntu. Extraire l'archive *.tar.xz puis installer le paquet *.deb qui se trouve dans le dossier obtenu à l'aide de Gdebi (en double cliquant sur "mgba-qt.deb) ou de la ligne de commande suivante : Note : bien qu'il y est une version SDL fourni, la version QT reste plus complète... Si vous voulez gdebi, il faut l'installer : Note : Ce dernier est pré-installé sur Ubuntu Mate. VBA-M Suite du projet VBA (VisualBoy Advance) abandonné en 2004, ce dernier prend en charge le jeu en réseau, permettant également entre autre la connectivité avec Dolphin pour "connecté une GBA" sur certains jeux, dont le plus populaire Pokémon Colosseum et sa suite, bien que la manipulation à faire reste très minutieuse (et demande au PC plus de puissance). Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel, il est possible de l’installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Il n'est pas présent dans les dépôts. Pour l'obtenir, il faut passer par un PPA : DesMume Émulateur de Nintendo DS de référence, ne disposant pas d'option de jeu en réseau. Développé à la base exclusivement pour Windows, la qualité de sont portage sous Linux reste moyen en raison de diverses options en moins par rapport à la version Windows... Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel, il est possible de l’installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Il es possible d'installer la dernière version depuis un paquet *.deb à cette adresse. Il suffit de choisir votre version d'Ubuntu et l'architecture, à savoir : - amd64 = x64 (64 bits) - i386 = x86 (32 bits) Installer le paquet avec gedebi ou en ligne de commande avec la commande suivante : Si vous voulez gdebi, il faut l'installer : Note : Ce dernier est pré-installé sur Ubuntu Mate. MelonDS Cet émulateur a été créé par un ancien développeur de DesMume suite à divers conflits dans le projet. Plus complet en option que DesMume, il faudra tout de même utiliser le BIOS de la DS pour le faire fonctionner (à placer directement dan le dossier contenant l’exécutable). L'archive de l'émulateur est à télécharger à cette adresse. Aucun lien vers le téléchargement des fichiers BIOS sera fourni. Décompressez l'archive et rendez l'émulateur exécutable avec la commande suivante : _______________ SEGA _______________ Kega Fusion Émulateur qui regroupe de multiple console SEGA (Master System, Mega-Drive, GameGear, Mega-CD et 32X). Il n'est plus dévelopé mais il reste néamoins une excellente référence. Installation sous Manjaro Linux : Présent dans le dépôt AUR uniquement. Il est possible de l’installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : L'installation se fait à partir d'un paquet *.deb disponible à cette ici. Avant de procéder à l'installation du paquet, il faut au préalable rendre compatible le système avec l'architecture 32 bits : Mednafen est un émulateur multi-console, ce dernier prend en charge les consoles dont la liste complète est disponible sur le site officiel, mais ne dispose pas d'interface graphique par défaut sous Linux. Il dispose d'une compatibilité très élevé pour la Saturn. Installation sous Manjaro Linux : Voir le paragraphe sur la PC-Engine Installation sous Ubuntu et dérivé : Voir le paragraphe sur la PC-Engine Yabause Émulateur de Saturn qui reste beaucoup moins performant que Mednafen. Il n'en reste pas moins un bon programme pour les configurations vieillissantes. Installation sous Manjaro Linux : Présent dans les dépôts officiel. Il est possible de l’installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Yabause est disponible dans les dépôts. Pour l'installer il suffit de taper la commande suivante dans un terminal ou de le chercher dans synaptic : Reicast Émulateur de Dreamcast qui émule de nombreux jeux, dont le développement s'est bien ralenti depuis fin 2016. Installation sous Manjaro Linux : Disponible sur le dépôt AUR, il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande avec la commande suivante : Installation sous Ubuntu et dérivé : Il faut le compiler à la main comme il n'est pas disponible dans les dépôts. Un PPA existe mais n'est pas très bien "entretenu". Compilation de Reicast : Configuration : Pour ajouter le bios nécessaire au fonctionnement de l'émulateur chercher et télécharger les fichiers "dc_bios.bin" et "dc_flash.bin" -> Aucun lien vers ces fichiers sera fourni. aller dans ~/.locale/share/reicast et créer un dossier data. Il ne reste plus qu'à y glisser les deux fichiers fraîchement télécharger. Ensuite, passons à la configuration de la manette. Il faut ouvrir avec un éditeur de texte le fichier de configuration de reicast qui se trouven dans ~/.config/reicast/emu.cfg. Dans la partie des commandes nous avons ça : Il faut remplacer la valeur de evdev_device_id_1 par le numéro d'ent de votre manette. Pour connaître son numéro, entrez ceci dans un terminal : ls -l /dev/input/by-path Il devrait y avoir une ligne se terminant par : event-joystick -> ../eventXX où XX correspond à un numéro. C'est ce dernier qu'il faut mettre en valeur à la place du zéro. Enfin, pour lancer un jeu, il suffit de se rendre dans le dossier de votre jeu et de taper dans un terminal : reicast nom_du_jeu.cdi Note : Si vous êtes chanceux, vous pouvez également tenter votre chance avec les émulateurs disponible sous MS-Windows, à savoir Demul et NullDC. _______________ SONY _______________ ePSXe Émulateur de bonne qualité qui reste donc une référence. Il utilise un système de plugin. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans le dépôt AUR, il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande avec la commande suivante : Installation sous Ubuntu et dérivé : Il faut télécharger l'archive de l'émulateur depuis le site officiel comme ce dernier n'est pas présent dans les dépôts ni depuis un PPA. Puis il faut installer les dépendances nécessaires pour le faire fonctionner : Enfin, il ne faut pas oublier de rendre exécutable l'émulateur. Ouvrir son dossier dans un terminal puis taper : Mednafen Mednafen est un émulateur multi-console, ce dernier prend en charge les consoles dont la liste complète est disponible sur le site officiel, mais ne dispose pas d'interface graphique par défaut sous Linux. Contrairement aux apparences, il possède une très bonne compatibilité avec la PlayStation, c'est pourquoi il est dans cette liste. À l'inverse de ePSXe et de PCSX-R, ce dernier n'utilise pas de plugins. Installation sous Manjaro Linux : Voir le paragraphe sur la PC-Engine Installation sous Ubuntu et dérivé : Voir le paragraphe sur la PC-Engine PCSX-R PCSX-R est un fork de PCSX qui n'est plus développé depuis que ses développeurs ont basculé sur le développement du célèbre émulateur de PlayStation 2, à savoir PCSX2. La compatibilité reste médiocre par rapport à ePSXe et Mednafen mais reste tout de même fonctionnel sur pas mal de jeux. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel, il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande avec la commande suivante : Installation sous Ubuntu et dérivé : Il est disponible depuis un PPA. La version du dépôt officiel correspond à l'émulateur d'origne (PCSX). PCSX2 Unique émulateur de PS2, ce dernier est développé par l'équipe qui avait donné naissance à PCSX. Tout comme Dolphin, il faut une configuration solide pour faire tourner les jeux. Installation sous Manjaro Linux : Disponible dans les dépôts officiel, il est possible de l'installer via pamac ou en ligne de commande avec la commande suivante : Installation sous Ubuntu et dérivé : Disponible dans les dépôts à partir d'Ubuntu 16.04, il est possible de l'installer via synaptic ou en ligne de commande depuis le terminal : PPSSPP Sans doute le meilleur émulateur de PlayStation Portable. Il dispose d'une bonne compatibilité et simple d'utilisation. Installation sous Manjaro Linux : Présent dans les dépôts officiel. Il est possible de l’installer via pamac ou en ligne de commande dans un terminal : Installation sous Ubuntu et dérivé : Il est possible de l’obtenir depuis un PPA. ------------------------------------------- Historique des mises à jour -------------------------------------------
  9. /!\ Ce sujet n'a pas pour but d'enchainer des débats pour savoir quelle est la meilleure distribution mais juste faire découvrir quelques distribution intéressantes à l'emploi. /!\ Pour les novices en informatique, les distributions Linux sont des systèmes d'exploitation au même titre que MS-Windows ou MacOS. Comme tout système informatique, ces dernières utilise un noyau. Pour Windows, c'est le noyau Windows NT, pour MacOS le noyau Mach. Pour les distributions Linux, le noyau est donc Linux. Pourquoi voit-on "GNU/Linux" dans certains cas ? On utilise le terme "GNU/Linux" par rapport à la fusion au projet GNU né dans les années 80 au noyau Linux dans les années 90. Les deux termes peuvent être utilisé, mais les puristes utiliseront toujours le terme GNU/Linux. Pourquoi "distribution" ? On appel les systèmes d'exploitation Linux "distribution Linux" car il existe un grand nombre de système, à l'inverse de Windows qui reste Windows et MacOS reste MacOS. Parmi les distributions, on y retrouve des "maisons mère" et des dérivées. Les dérivés ont souvent pour but de facilité l'utilisation du système pour l'utilisation... ou dans pas mal de cas, reprendre une base et la faire "à sa sauce", selon une idéologie précise. Les cinq grande maison mère sont : Arch Linux depuis 2002 Debian depuis 1992 Gentoo depuis 2000 (anciennement Enoch jusqu'en 2002) RedHat depuis 1994 Slackware depuis 1993 Note : Cliquez sur le nom de la distribution pour accéder au site Internet. Des distributions il y en a beaucoup. On en compte plus de 200 en 2017. Je vous propose donc un listing des distributions qui valent la peine d'être testé au moins une fois ainsi que les plus connus du grand public sans oublier les maisons mère. 1 - Liste de distribution pour les débutants sous Linux et/ou en informatique : 2 - Liste de distribution intermédiaires, pour les connaisseurs ayant l'envie d'approfondir leur connaissances : 3 - Liste de distribution pour les utilisateurs avancés 4 - Liste de distribution basé sur la sécurité informatique : Liste de distribution orientée serveur : Il existe également des distributions Linux "inutiles". Pourquoi "inutile" ? Car elles n'apportent rien de nouveau en soi. Vous voulez des exemples ? Très bien en voici : C'est la fin de mon listing. J'entends déjà râler : "Oui mais tu n'as pas mentionné Mageia ou OpenMandriva,..." et autre. Les deux projet ne sont pas une valeur sûr en se moment pour du long terme. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Si vous avez des choses à ajouter pour les descriptions des distributions listées, je les ajouterai. ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------ Liste des modifications :
  10. /!\ Ce sujet n'a pas pour but d'enchainer des débats pour savoir quel est le meilleur environnement de bureau mais juste faire découvrir quelques environnements sous Linux /!\ Dans le sujet où je vous ai présenté différente distribution Linux (GNU/Linux pour les puristes), je parlais d'environnement graphique où je citais "Cinamon". Mais... qu'est-ce qu'un environnement graphique, appelé aussi environnement de bureau ? La réponse est simple : c'est ce qui permet d'utiliser un système d'exploitation visuellement, avec une souris, des fenêtres, effets visuelles... en somme, tous l'inverse de la ligne de commande qui s'utilise avec un écran noir et du texte avec seul accessoir : le clavier. Illustration : Sous un système Linux, il existe plusieurs environnements, contrairement à Windows et Mac. Il en existe des "légers", des "semi-léger" et des "lourds". La différence ? Plus l'environnement est légé, plus il est rapide. En contre-parti, il sera un peu moins agréable visuellement avec également moins de fonctions. Il n'en reste pas moins qu'ils sont customisables à souhait comme les autres. Et oui ! Sous Linux tout est personnalisable : de l'arrière plan en passant par le tableau de bord (barre des tâches sous MS-Windows), l'apparence des fenêtre, leurs effets, les docks comme sur MacOS et bien plus encore ! Cependant, pour pousser le bouchon très loin, il faut avoir des connaissances. Bien évidement, les environnements lourds restent plus léger qu'un environnement MS-Windows... GNOME Le deuxième environnement graphique apparu sous les systèmes Linux en mars 1999, soit presqu'un an après l'arrivé de KDE. Cet environnement se voulait simple à la base mais a fini par changer de fusils d'épaule en 2011 avec GNOME 3 pour s'orienté vers une utilisation plus... tablette. Sont côté complet le rend lourd à charger. Mate-Desktop (Mate se pronnonce Maté) Fork de Gnome 2, cet environnement graphique est la continuité direct de GNOME 2, délaissé par les développeurs de GNOME au profit de la version 3 qui a prit un autre chemin. Il reste traditionnel, très personnalisable et complet, bien qu'il soit bien gourmant en ressource que KDE ou GNOME : en moyenne 500 à 600 Mo au démarrage. KDE Plasma L'environnement historique de Linux. En effet, c'est le premier environnement graphique apparu pour les distributions en juillet 1998. C'est un environnement lourd puisqu'il se veut être le plus complet possible et un design moderne. "Plasma" à été ajouté au nom suite à une refonte interne en 2011. XFCE XFCE est un environnement de bureau qui se veut léger (en moyenne 200 à 300 Mo au démarrage). Il reste traditionnel et reste aussi bien personnalisable que Mate-Desktop, bien qu'il se retrouve limité dans la personnalisation des thèmes. En effet, ce dernier a un développement très lent par rapport au autres et ne bénificie pas toujours des dernières bibliothèque graphique. J'aurai pu également proposer Cinamon et LXQT mais je ne le fait pas pour les raisons suivantes : Cinamon, fork de GNOME 2 créé par l'équipe de Linux Mint en 2011 pour son système, ne propose pas assez d'outils qui lui sont propre : il repose encore sur de nombreux outils de GNOME 3 LXQT est un environnement qui manque encore de maturité, je conseil donc plus XFCE La présentation des environnements s'arrête ici. Il existe d'aures environnement de bureau, certains font plus "joujou pour geek" qu'autre chose. Sur ce à plus tard sur un autre sujet