Search the Community

Showing results for tags 'fantasy'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Official forums
    • Feedback
    • Technical issues
    • Uploads
    • Multiplayer
    • Creations
    • The Tavern

Categories

  • General
  • Online
    • Multiplayer
  • Games
  • Emulators
  • Data

Blogs

  • Le Bazaar de la Liche
  • Pax
  • MaiffaInes
  • Meliw
  • Les Tests d'un Chat Simiesque
  • Lurcal
  • Blankaquatique
  • EdwardCarnby96
  • CRk31
  • Annatar78
  • Rrrrufus
  • Lightstar
  • NickHarwitt
  • MacLeeraw
  • shertigan
  • Nnamhock
  • Whiskybar
  • Bremmus
  • NIMAI
  • battleman45
  • Slurpcanon
  • Grumpyon
  • Twin
  • Hugod
  • Vinlange
  • Tongpall
  • Lighto
  • Virus91
  • Absalon
  • Vaylis
  • Akihiro
  • Sylvana
  • geextah
  • Quazarn
  • avare
  • Shak
  • cedric
  • Problèmes graphique FF X-2
  • Mancave
  • les chronique d'un fan de star fox
  • Arka354
  • Devblog
  • Le domaine du Chat Geek
  • Multi joueurs
  • Les Archives de la Rédac'
  • Anima
  • Probleme d'ouvrage avec les jeux GC
  • Le Roi des Koopas, Bowser
  • retrogix
  • Match Super smash bros 64
  • GAME JACKETS
  • GAIDEN 62
  • TheDarkGamer
  • Aider moi sur kh2fm
  • jeux Pc
  • Le Capharnaüm du Chat Simiesque
  • morou1989
  • penichon
  • Game all
  • Celle qui manipula le Destin
  • Heroes & Heroes Reborn
  • Heroes
  • L'Ere des Wyvernes
  • Charmed
  • Sliders Les Mondes Parallèles
  • jeggkf2
  • obscure the aftermath fr recherche multi et conseil
  • Les Chroniques De Sarah Connor
  • la chronique du croiser
  • Fan de How To Train Your Dragon
  • d4rw4
  • je suis en stream venez dicuter
  • live twitch
  • super smash flash 2
  • pourquoi il n'y apas de jeux de wii ou de DS ?
  • écran noir
  • Emulateur Dolphin x64 ne s'ouvre pas
  • pourquoi que a chaque fois que je active un jeu gamecube sur mon emulateur dolphin? (mettez un guide de comment faire svp)
  • angeldeath
  • Inktober 2019
  • RetroGameBan
  • aventure pokemon argent saison 1 episode 1
  • Volo
  • Le Frigo De PenPen
  • Sonic Robo Blast 2 v2.2
  • lag emulateur dolphin
  • Mais qui est donc ...
  • xicor
  • téléchargement beuguer
  • THE STORM
  • Sondages
  • Euh... a quoi sert l'abonement déja -_-
  • les critique du croiser
  • Ice et les jeux ppsspp
  • Team zozo64
  • Marie héno
  • bon vieux temps
  • PREDATOR avec Scharzy
  • TRON LEGACY
  • A quelle jeu vous jouez en multijoueur
  • A quelle jeu jouez vous en multijoueur
  • Naruto: The Nine Tails Form
  • l'entraineur 2000-2001
  • POKEMON
  • cannabis medical spiritualité
  • fire emblem
  • Test images
  • LaMaladie
  • Hunter guild
  • LeMondeduLetsPlay
  • pokemon argent soluce saison 1
  • NENZOX
  • L'avis du Phatir



Filter by number of...

Found 2 results

  1. Loupalo

    Quizz Skyrim

    • Graded Mode
    • 20 minutes
    • 10 Questions
    • 190 Players
    Ceci est un quizz sur l'un de mes jeux préférés, et celui ou j'ai passé le plus de temps dessus, vous aussi ? Nous allons bien voir..
  2. Aronaar

    La Voleuse de Visages

    1. Le Moine Brisé De loin, les vêtements de la silhouette suggéraient qu’il s’agissait d’un pèlerin. De près, le coup de pied peu amène qu’elle assena à la personne prostrée laissait entendre que si c’était bien le cas, la compassion n’était pas la plus apparente de ses vertus. Eussiez-vous, ami Lecteur, formulé ce jugement à portée d’oreille de la silhouette encapuchonnée, vous n’auriez reçu qu’un rire indulgent en retour… Katrya n’était pas née du dernier changement de gouverneur de l’Aventurie : feindre la faiblesse sur la route était une tactique banale, mais suffisamment efficace pour profiter de la bienveillance naturelle (quelle idée !) de certains voyageurs. Il fallait pourtant dire que le site ne s’y prêtait guère : la victime supposée avait décidé d’échouer sa masse inerte au pied d’un arbre solitaire, lui-même perché au sommet d’une petite colline dominant une étendue de plaines verdoyantes. A moins d’utiliser des moyens d’une ampleur qui serait surprenante pour les bandits du coin, il n’y avait aucun moyen de se cacher, et les feuillages de l’arbre n’étaient guère assez épais pour cacher plus d’une personne- à condition que la personne en question soit amatrice de cures d’amincissements extrêmes. Mais Katrya n’avait pas survécu jusqu’ici, et dans un état plutôt satisfaisant, sans prendre des précautions nécessaires. Bien entendu, il aurait pu être tout aussi simple d’ignorer purement et simplement l’homme – pour autant qu’elle pouvait en juger – et poursuivre sa route. Toutefois, son voyage avait été exceptionnellement dépourvu d’évènements intéressants jusque-là, et un brin de curiosité contrôlée ne pouvait lui nuire. Et puis, autre chose avait attiré son attention : un couteau fiché en plein milieu du tronc, le bras de l’humanoïde donnait l’impression d’être tendu vers lui. Même pas un beau couteau, notez bien. Le manche était en os jauni par le temps (et peut-être bien certains liquides), gravés avec ce qui semblait être des runes à moitié effacées. Qu’importe, cela pouvait posséder quelque valeur. « Kunasaï, si vous êtes conscient et avec de mauvaises intentions, et si vous ne vous relevez pas maintenant, je vais devoir utiliser une méthode encore plus douloureuse pour vérifier votre état. » Aucune réaction. Evidemment, Katrya n’avait formulé l’avertissement que par pure courtoisie, et sortit un couteau de lancer d’une de ses bottes, qu’elle utilisa pour piquer franchement la peau du cou, jusqu’à ce qu’une minuscule perle de sang s’échappe de la peau. Pas le moindre frémissement. Le pèlerin se détendit légèrement, puis prit l’autre par l’épaule pour le mettre sur le dos, révélant les traits d’un Aëlf encore jeune. Ses vêtements, s’ils étaient salis par le voyage, ne laissaient apparaître aucune trace de combat ; le poing fermé entouré de la Soleil – le symbole des moine-guerriers Stelkh – brodé au milieu, absolument intact. Voilà qui est bien étonnant ! songea-t-elle avec une pincée de dérision mentale. Katrya avait raison, possédant un jugement plutôt sûr. L’ordre militant des Stelkh croyait fermement que la vertu s’enseignait d’autant mieux que l’on avait la possibilité de contraindre physiquement ceux qui n’en faisaient pas preuve, et les moines étaient fort doués pour ce genre de leçons pratiques. Avec ou sans armes, leur maîtrise martiale était réputée sur tout le Monde Scindé, s’adjoignait à cela une magie protectrice accordée par leur divinité tutélaire. Voir un de leur représentant affalé et mort comme s’il avait subi une bête crise cardiaque était donc tout à fait surprenant. La région était un patchwork autant au niveau de sa géographie que de ses habitants et de ses pratiques, aussi elle pouvait imaginer un de ces moines se retrouver ici, encore qu’avec peu de chances d’y trouver beaucoup de sympathie. Les Aventuriens s’accordaient généralement à ne pas apprécier une organisation si pieusement dévouée à éradiquer le « Mal »- un concept étriqué que les moines Stelkh appliquaient de manière large. Peut-être devenaient-ils arrogants ? Avec le grand rôle qu’ils avaient joué en tant qu’un des bras armés de l’Inquisition Œcuménique, pendant les guerres de la Résurgence, leur ordre avait pris plus d’importance, après tout. Katrya haussa les épaules. Peu importe le motif de la présence de ce moine-ci : le teint cireux indiquait clairement qu’il avait composté son billet pour rejoindre les Limbes. Elle pensa un moment à le dépouiller de ses effets, puis se ravisa. Depuis la Résurgence, l’emprise des Dieux sur Aznhurolys s’était allégée, provoquant bonheur et malheur parmi les habitants de la planète. Autant ne pas risquer un quelconque courroux cosmique ! Du moins, pas avec autant d’incertitude… Le havresac du moine paraissait aussi plat que les plaines alentour. Le couteau, par contre, serait tôt ou tard fauché par quelqu’un, ou finirait oublié dans l’herbe sous l’arbre. Autant que cela soit elle qui en profite ! Sans oublier une dernière précaution. Elle rangea son arme de lancer et sortit une paire de lunettes d’une des poches de sa ceinture, puis les chaussa afin d’examiner l’objet fiché dans l’écorce. Elles permettaient simplement de détecter des traces d’Energie, mais c’était bien suffisant pour savoir si l’ustensile était ensorcelé, par exemple. On voyait des choses bien plus bizarres en Aventurie- et sur le reste de l’Hémipangée. Néanmoins, le couteau ne dégageait pas de couleur différente à travers les verres, il semblait même plus… Terne ? Oui, c’était bien cela. Affadi. Satisfaite, Katrya mima le symbole de la Sphère en passant à côté de la dépouille abandonnée, et tira sur le manche en os d’un coup sec. Le couteau vint sans résistance dans sa main, et elle l’examina plus avant : la lame s’élargissait rapidement après le manche, se terminant par un bout beaucoup, beaucoup plus pointu que ne le voudrait la raison, puisqu’elle était quasiment certaine de tenir là un couteau à beurre. Etait-ce une fantaisie d’une région où l’on consommait le beurre sous forme de bloc gelé ? Elle s’apprêtait à le jeter de dépit, lorsqu’elle remarqua une pierre incrustée sur le côté du manche qu’elle n’avait pas vu. Bizarre, on dirait qu’elle a été rajoutée ensuite. Enfin, cela pourrait valoir quelques triangles d’argent en ville… Elle en était là de ses réflexions lorsqu’elle sentit une poigne fébrile se refermer autour de sa cheville droite. Instinctivement, elle fit volte-face, une dague apparaissant dans sa main gauche aussi soudainement qu’un éclair. « Il faut leur dire… éructa l’Aëlf d’une voix sourde où ne perçait que la plus infime étincelle vitale. - Leur dire quoi, cadavre qui ne l’est pas assez ? » demanda poliment Katrya en retirant son pied. Le regard du moine partit dans deux directions différentes, ce qui était plutôt dérangeant. « Le commandant… Une braise au milieu d’une mer d’herbe sèche… La sphère d’entre les étoiles… - Génial. Non seulement tu ne dois plus avoir beaucoup de temps, mais en plus tu le gâches en métaphores brumeuses. Ecoute, je veux bien prévenir quelqu’un que tu as mordu la poussière, mais il me faut un nom ! » Une cascade d’émotions parvint à animer le visage du moribond- frustration, inquiétude, colère et une sorte de désespoir las. « Les mots d’ombre… Stelkhânos… Protège. » Son menton s’affaissa aussi rapidement que si on avait coupé une ficelle invisible le retenant, et les yeux prirent aussitôt un aspect laiteux. Avec d’infinies précautions, Katrya prit son pouls- aussi inexistant que lorsqu’elle l’avait examiné il y a quelques minutes. L’Aêlf ne présentait pas de coloration différente à travers le verre des lunettes- du moins, pas de coloration différente pour quelqu’un dont les cellules ne pouvaient plus abriter d’Energie, si ce n’est la noire, et elle n’en décelait aucune trace. Elle examina machinalement les environs, puis, n’ayant repéré personne, rangea dague et lunettes dans les endroits appropriés. « Ce n’est pas pour être irrespectueuse, sauf qu’on dirait que ton Dieu ne t’a pas assez protégé, bel inconnu, déclara-t-elle rêveusement. Je ne sais pas où peut se trouver ton commandant, et très franchement, je n’ai pas envie de me retrouver embarquée dans une quelconque histoire mystérieuse. Les baldgruns se feront les dents sur toi, à moins que quelqu’un d’autre avec plus de temps que moi ne te fasse un petit enterrement privé. Salut ! » Elle allait partir aussi sec, avant de se rendre compte qu’elle serrait toujours le couteau à beurre dans sa main. L’intermède aurait pu être plus distrayant, mais peut-être l’objet s’était-il déchargé de sa magie et avait causé, elle ne savait comment, le trépas du moine-guerrier. Avec un accès de prévenance, elle creusa rapidement un trou et y inhuma l’ustensile, puis reprit sa route en chantonnant un cantique (très personnalisé) de l’Eglise Universelle. La Soleil commençait sa descente dans le ciel, irisant ce dernier d’une teinte orangée que la marcheuse aurait certainement trouvé sublime si elle avait eu l’âme à s’attarder sur ce genre de choses (ce qui n’est pas le cas, comme vous l’aurez déjà deviné). Katrya sortit sa montre à gousset et constata avec satisfaction que son pas était toujours aussi vigoureux : elle était arrivée en avance sur ses prévisions à la cabane-sanctuaire. On trouvait celles-ci un peu partout sur les routes de l’Hémipangée, tradition pluriséculaire supposée rapprocher les croyants de différentes obédiences. Quel que soit votre Dieu, aux alentours de la majorité, vous deviez en effet accomplir votre pèlerinage civique : sous la direction de votre diocèse de rattachement, partir avec d’autres jeunes pour un voyage d’intérêt général. Entretenir les routes… Construire et réparer les cabanes, vérifier leur approvisionnement en matériel de première nécessité… Escorter d’autres voyageurs, répandre la bonne parole itinérante… Déboiser, planter et soigner les arbres à pèlerins… Accomplir des missions de charité diverses lorsqu’on s’arrêtait dans les hameaux, villes et villages… Les taches étaient variées, avec l’intention de développer un esprit de solidarité, tolérance et de vie en groupe chez les jeunes pèlerins. En plus de découvrir d’autres coins du monde. C’était également un moyen pour les autorités locales de pratiquer un recensement, aussi bien que de détecter des vocations ou de possibles éléments à problèmes dans les nouvelles générations. Ça, bien sûr, c’était la théorie toute pétrie de bonne volonté. Dans les faits, il était impossible de s’assurer que tout le monde effectuait le périple, que ce soit par manque de moyen ou absence de volonté ; quant aux familles aisées, il arrivait régulièrement qu’une faveur opportune ou une généreuse donation les dispense du pèlerinage, ou le rende bien moins astreignant ! Quant aux cabanes et aux routes, leur état différait grandement d’une région à une autre. Katrya, pour sa part, n’avait pas participé à ces tribulations (ce qu’elle ne regrettait pas) mais ne pouvait que reconnaître l’utilité du système, et la tradition était tellement bien ancrée que globalement, les logis étaient en bon état- même en Aventurie. Elle s’approcha du bosquet d’arbres à pèlerins, heureuse de constater qu’il était en pleine forme. C’était la contribution des Aëlfs : des végétaux robustes capables de fournir des fruits en toute saison, même pendant les froids les plus atroces et les sécheresses les plus arides. Elle cueillit un des fruits oblongs et le croqua goulûment. La chair n’était pas des plus savoureuses, enfin, son estomac s’en accommoderait fort bien. Elle continua à le dévorer plus lentement en scrutant les environs, la méfiance lui collant comme une seconde peau. Les cabanes-sanctuaires étaient généralement sûres, mais elle avait appris que les généralités avaient de quoi vous emmener vers des ennuis très spécifiques. Elle repensa au moine décédé, songeant qu’il aurait bien été le genre à admonester les personnes ne respectant pas ces refuges. C’était tout aussi bien qu’il soit mort, il n’aurait probablement pas apprécié de connaître sa véritable profession, et traîner un blessé aux abords de la ville de Walgormoth était une invitation à traîner à ses côtés d’une manière ou d’une autre. Katrya finit le fruit et se désaltéra lentement à la fontaine jouxtant la construction de bois, appréciant son eau pure. Voilà qui est un peu trop propre… estima-t-elle en entrant dans la cabane. Le plan de travail était recouvert en partie d’ustensiles parfaitement en ordre, l’étagère comportait quelques ouvrages génériques alignés au garde-à-vous, le sol était exempt de tout débris ou saleté incommodante. Même le lit était préparé comme s’il provenait d’une hostellerie. Curieuse, elle regarda en-dessous du meuble à sommeil, et sourit en découvrant tout le fatras qui y avait été accumulé. Il était bien étonnant que ce genre de choses n’arrive pas… Rassérénée, elle plaça un dispositif basique d’alarme sur la porte et la fenêtre dont les rideaux restèrent tirés pour préserver son intimité. Elle posa ses affaires sans hâte, se déshabilla puis se plaça avec bonheur sous les draps rustres. Demain, cette vieille branche aura sa commande spéciale. Et après… Après… Mais « après » était un mot possédant souvent une consistance nuageuse dans l’esprit de la fausse pèlerine, et comme pour conforter cette idée, le sommeil faucha le fil de ses pensées. Ce sommeil fut remplacé par un autre, ses yeux ne s’ouvrant que pendant quelques battements de cœur après qu’un chiffon ait été plaqué contre sa bouche…