GambierBae

Uploadeur
  • Compteur de contenus

    735
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par GambierBae

  1. GambierBae

    romstation est mort

    Je sais pas, les téléchargements fonctionnent bien chez moi.
  2. GambierBae

    romstation est mort

    Salut ! RomStation devient très vivant durant les vacances au faite. En plus, quels uploads ? On refuse des uploads quand il sont imparfait (Description trop court ou n'explique pas du tout le jeu, jaquette de mauvaise qualité, jeu ne fonctionne pas ect…) ou quand l'upload est corrompu (ce problème va bientôt être réglé).
  3. GambierBae

    Street Fighter II Movie

    Un amateur de la série Street Fighter va penser au premier regard sur le titre de cette page que l'on va parler de ce médiocre titre en graphismes digitalisés qui est Street Fighter : The Movie. Puis, vous remarquerez que quelque chose cloche et vous vous direz "Mais pourquoi avoir ajouté un 2 ? Aurais-je ignoré l'existence de ce jeu ?". Effectivement, la réponse est claire comme de l'eau de roche : Steet Fighter The Movie et Street Fighter II Movie sont deux jeux diamétralement opposés. Ici, nous allons vous parler du deuxième jeu, dont le principe risque fort de vous étonner à un détail près : Street Fighter II Movie. Rien d'anormal en ce qui concerne les personnages présentés puisque l'on reconnait sans peine Ryu, E.Honda, Ken, Cammy, M.Bison, Guile et Chun-Li. Le détail le plus étonnant est que l'on ne retrouve pas le fameux "VS Fighting" qui concerne une catégorie des jeux de combat de chez Capcom, terme qui a été vulgarisé à tort en France pour catégoriser une très grande partie des jeux de combat en général, mais l'on retrouve à la place "Interactive Movie". Effectivement, dans sa grande majorité, Street Fighter II Movie est un film interactif et par conséquent sous forme de QTE (Quick Time Event), comme l'on peut retrouver sous d'autres formes comme dans Road Blaster, Dragon's Lair voir Heavy Rain si on abuse un peu de notre mauvaise foi. Street Fighter II Movie ne se base donc pas sur Street Fighter The Movie (le film avec Jean-Claude Van Damme et Kylie Minogue) , mais sur Street Fighter II : The Animated Movie, qui est un animé de la durée d'un film (qui d'ailleurs plus tard aura le droit à sa série nommée Street Fighter II V) et qui est sorti avant le film avec des personnes en chair et en os dedans. L'histoire de l'animé, sans trop spoiler, raconte la traque menée sur Shadaloo (l'organisation de M.Bison) pour pouvoir mettre fin à ses vils desseins. Pour ce jeu, l'histoire est celle de Cyborg, crée par la Shadaloo comme nouvelle arme. Le principe du jeu est de développer les capacités de combat de Cyborg pour qu'il soit capable de combattre le célébrissime Ryu et de le vaincre en 1 contre 1. Pour cela, le joueur doit d'abord analyser des scènes du film et des scènes créés spécialement pour l'occasion, le tout dans un temps limité. Pour cette phase de jeu, il suffit de pointer puis appuyer au bon moment sur le bouton et avec l'aide d'un curseur en forme de crosshair (comme dans les FPS les plus classiques) les techniques qui apparaissent sur l'écran, le tout pour augmenter les stats de Cyborg. Cyborg a 6 statistiques augmentables qui représentent la palette globale des techniques que l'on peut retrouver dans Street Fighter II : les pieds, les poings, les choppes, la Défense, la Vitesse et les Spéciaux. Par exemple, une analyse correcte du Tatsumaki de Ryu va augmenter la statistique "spéciaux" de Cyborg, puisque le Tatsumaki est considéré comme un coup spécial au même titre par exemple du Sonic Boom de Guile.
  4. Il faut que j'appelle in psychiatre, car je suis accro à l'upload 😛

  5. L'arrivée d'un nouveau jeu de combat sur SNES était une petite fête à chaque fois, tant cette console proposait généralement des réalisations de bonne qualité. TMHT Tournament Fighters ne fait pas exception. Le jeu est très librement inspiré de Street Fighter II, au niveau du style graphique comme du gameplay, mais bien évidemment transposé dans l'univers des tortues ninjas. Parmi les personnages que l'on peut contrôler, on retrouve bien sûr nos quatre tortues et leur pire ennemi Shredder, mais également des personnages moins familiers : le saurien cuirassé War, le requin mutant Armgon, la chauve-souris Wingnut, la jeune ninja Aska et une version cybernétique de Shredder. Comme d'habitude, on délaisse assez vite le Story Mode pour se concentrer sur le Versus et le Tournament, véritables points forts de tout jeu de combat qui se respecte, et qui demeurent toujours le meilleur moyen d'humilier violemment ceux de vos amis que vous appréciez le moins. Point intéressant, les combats de TMHT forcent les joueurs à adopter une attitude offensive. Oubliez cette astuce de petit joueur qui consiste à se planquer derrière son mouvement de parade et de ne porter des coups que lorsqu'on a l'impression qu'on ne court aucun risque. La parade systématique fait monter la jauge de coup spécial de l'adversaire à toute vitesse, et ce dernier ne tardera pas à vous lâcher une attaque spéciale dévastatrice. Une seule solution pour empêcher cette jauge de se remplir : attaquer sans relâche !
  6. GambierBae

    The Pinball of the Dead

    Tiré de la célèbre licence The House Of The Dead, The Pinball Of The Dead nous invite à retrouver cet univers à travers un jeu de flipper sur GBA. Un titre assez sympathique bien qu'un peu limité mais qui bénéficie toutefois de quelques originalités. «Are You Alright James ? Let's Go...» C'est donc dans l'univers de The House Of The Dead que nous invite à nous replonger ce The Pinball Of The Dead. Au programme, trois flippers dans lesquels le joueur devra rétamer toutes sortes de zombies et monstres circulant sur les aires de jeu avec en plus quelques boss à éliminer dans des niveaux parallèles. Si au départ ce titre se présente comme un flipper classique, le thème de la série de Sega lui permet de bénéficier de certaines originalités. Tout d'abord les nombreuses bestioles qui ne cesses d'apparaître à l'écran et qui errent jusqu'à ce qu'une bille d'acier viennent les détruire, mais aussi les tableaux qui subissent quelques modifications en fonction des bonus que l'on parvient à atteindre. Plateau déchiré par une énorme tête, niveaux parallèles qu'il faut atteindre pour y éliminer un boss seront donc autant de challenges sur les trois flippers proposés. Dans la pratique on retrouve un système de jeu classique pour la catégorie, bumpers, flips, cibles à atteindre, rampes et autres petites subtilités auxquels nous ont habitué les flippers. Chaque tableau de jeu se divise en trois ou quatre écrans verticaux avec à chaque fois leur lot de monstres et autres fentes toucher. On récolte évidemment toutes sortes de bonus susceptibles de faire augmenter le score ou encore des extra-balls et d'autres petits trucs empêchant de perdre durant un temps limité par exemple. A chaque fois on tentera de débloquer l'accès aux nombreux boss pour aller leur causer du pays à grands coups de billes dans la tête, en cas de réussite ce seront autant de points qui viendront s'ajouter au score, en cas d'échec c'est quasiment le retour à la case départ avec des cibles à dégommer une fois encore pour y retourner de plus belle. Au niveau des commandes celles-ci sont réparties de manières un peu étrange en faisant appel à la fois à la croix directionnelle et aux boutons A et B pour faire lever les flips à droite et à gauche. C'est donc finalement sur les commandes L et R permettant de réaliser la même action que l'on se reposera, ces dernières restituant davantage les sensations de jeu que peut offrir un flipper réel. Quoi qu'il en soit il sera possible de remuer le flipper dans différentes directions pour influer sur la trajectoire de la balle ou éviter par exemple un bon vieux garage sur les côtés. Globalement les trois flippers pardonnent pas mal d'erreurs d'autant que l'on est souvent amené à jouer à leur niveau le plus haut et que plusieurs séries de flips permettent de rattraper les méchants retours de bumpers.
  7. GambierBae

    Medal of Honor: Underground

    Après avoir cassé du nazi du côté des américains, Dreamworks vous propose de changer de point de vue, celui de la Résistance. Soyez français et résistez contre l'envahisseur teuton à coups de cocktails molotov, la french touch. Après un premier épisode qui avait fait un véritable carton sur PlayStation, il fallait obligatoirement nous attendre à une suite. Spielberg ne se fait pas prier et nous pond un Medal Of Honor : Resistance. Cette deuxième mouture reprend tous les bons aspects du premier opus en intégrant de nombreuses nouveautés aussi bien dans le gameplay que dans la technique. Petit rappel, il n'y a pas si longtemps, vous étiez Jim Patterson, un agent américain de l'OSS qui devait donner du fil à retordre aux allemands en pleine occupation pendant la deuxième guerre mondiale. Cette fois-ci, on ne change ni le décor, ni les ennemis mais tout simplement de héros puisque vous allez cette fois vous retrouver du côté français. En effet, vous allez incarner la téméraire et rebelle Manon, une jeune française déterminée qui s'engage dans la Résistance. Si vos actions au début du jeu sont sporadiques et mal organisées, vous allez vite vous faire repérer par l'OSS qui vous engagera dans ses rangs très rapidement. Dans Medal Of Honor : Resistance (MOHR), vous allez combattre les allemands de toutes les façons possibles : sabotage, destruction, vol de renseignements ou encore massacres d'allemands tout simplement. En tout, ce sont sept missions qui occuperont vos week-ends et chaque mission est composée de trois ou quatre épisodes. Un total de vingt-deux épisodes qui ont le mérite d'être variés, très réalistes dans leur réalisation et aussi homogènes que possible. Un mode solo tout à fait conséquent qui s'allie avec la possibilité multijoueur à 2. Si le mode multijoueur est le bienvenu dans un jeu de ce genre et surtout sur PlayStation, il n'apportera pas vraiment de renouveau et ne s'alignera pas avec ce que l'on est habitué de voir sur les consoles nouvelle génération comme la DC, la PS2 ou même la N64. Considérez ça comme un petit plus. Une bonne suite qui garde toute la fraîcheur du premier épisode. Quake-like tout à fait honorable, il offre en plus un gameplay renouvelé dans une réalisation toujours aussi haut de gamme.
  8. GambierBae

    The House of the Dead

    The House of The Dead sur Saturn est un jeu de tir au pistolet adapté du titre éponyme sur bornes d'arcade. L'objectif est simple, abattre tous les zombies qui se trouvent sur votre passage. Pour ce faire, il faut se munir d'un pistolet et d'une bonne dose de sang-froid afin de ne pas descendre les civils qui traversent l'écran.
  9. GambierBae

    Mario Golf

    Une simulation de golf sur la N64 peut paraître bien prétentieux quand on sait que cette console est résolument orientée arcade. C'est pourtant le pari de Nintendo en augmentant encore sa gamme de jeux dérivés du célèbre plombier italien. Dans Mario Golf, vous êtes plongés directement dans l'univers de Mario : couleurs vives, ambiance cartoon, musiques de crèche etc. Dans l'interface, rien d'une grosse simulation sérieuse et précise comme on en a l'habitude. Mais les apparences sont souvent trompeuses et Mario Golf en est la preuve vivante. A l'aide de menus précis et directs, Mario Golf se veut éclectique et offre pas moins de 7 modes de jeu. Ces modes comprennent un tournoi et un mode entraînement. Jusque là rien de bien folichon mais le reste est assez sympathique : le mode Get Character permet pour sa part de partir à la recherche de personnages supplémentaires en les battant 10 fois lors d'un parcours. Au fur et à mesure, vous atteindrez le nombre de 18 personnages aux caractéristiques uniques. Si le jeu ne vous en donne que 4 au début, vous pourrez au final tâter du putter avec évidemment Mario et Luigi mais aussi Yoshi, Wario ou encore Donkey Kong. Si ce mode ne varie pas spécialement des autres, il a au moins le mérite de vous faire affronter des adversaires coriaces. Le mode suivant est le Ring Shot. Le but en est simple : faire un parcours le plus normalement du monde mais en faisant passer la balle dans des anneaux géants tout dorés suspendus dans les airs. Vous vous en doutez, ça complique quelquefois sacrément l'affaire car un trou ne sera pas complet si vous omettez de passer dans un de ces anneaux. Rageant quelquefois. Les deux modes suivants gardent un peu cette esprit de compétition et de rapidité, puisque l'un (speed golf) vous demande de finir un parcours le plus rapidement possible, comptabilisant le nombre de coups effectués au total tandis que l'autre (stroke) est une sorte de mode expert où vous rejouez le parcours de votre choix après l'avoir gagné en mode tournoi afin d'augmenter votre score sur ce green. Quant au dernier mode, juste vous dire qu'il s'agit d'un jeu de mini-golf assez rigolo puisque des niveaux ont été spécialement conçus. Bien que simples, ces niveaux utilisent des mini-parcours en "dur" et bordés de toutes parts par des murets. Evitant que la balle sorte, cette bordure permet surtout d'appliquer ses cours de géométrie afin de mettre la balle dans le trou le plus rapidement possible. Avec un mode d'entraînement un peu trop simple car consistant uniquement à faire à votre rythme des parcours, Mario Golf est tout de même d'une maniabilité exemplaire. Toutes les commandes coulent de source et il ne vous faudra pas des heures pour vous familiariser avec l'interface très riche. Le concept de jeu reprend donc le système de barre unique tant utilisé dans les simulations de golf pour porter son coup fatal à la pelouse.
  10. GambierBae

    Bomberman Hero

    Princesse Millian et son robot se promènent à bord de leur vaisseau, quand ils aperçoivent un autre énorme vaisseau non identifié s'approcher au-dessus d'eux. La princesse se fait enlever par les extra-terrestres, mais elle a tout juste le temps de demander à son robot d'aller réclamer l'aide de Bomberman. Lorsque notre héros apprend la nouvelle, il part aussitôt à la recherche de la princesse avant qu'il ne lui arrive le pire. En résumé, c'est un kidnapping de princesse dans l'espace. Hudson décide de renier un temps l'héritage de sa franchise pour s'essayer au jeu de plates-formes. Vous devrez visiter 5 planètes, lesquelles comprennent 3 mondes, eux même décomposés en 4 à 8 courts tableaux. Certains niveaux proposent différents embranchements, bien que les routes finissent par se rejoindre assez rapidement. Pour vous défendre face à vos ennemis, vous disposez bien évidemment des fameuses bombes dont la zone d'effet tend à s'accroître, mais vous pouvez aussi compter sur 4 moyens de locomotion adaptés à différents terrains : le Bomber Jet (un avion), le Bomber Copter (un hélicoptère), le Bomber Marine (un sous-marin) et le Bomber Slider (un genre de snowboard).
  11. GambierBae

    Bomberman 64

    Chouette, un Bomberman sur Nintendo 64 ! Toutefois, le mode de jeu principal de ce Bomberman 64 ne sera pas forcément du goût des aficionados des versions PC Engine. Bomberman, c'est avant tout du multijoueurs, où on se retrouve à quatre ou cinq pour se foutre sur la gueule à grands coups de bombes. Sauf qu'au bout d'un moment, les petits gars d'Hudson Soft ont visiblement commencé à tourner en rond, et ont commencé à tenter de proposer de nouvelles choses quant à la licence Bomberman. Il faut reconnaître aussi qu'un Bomberman, tout seul, ça n'a jamais été la panacée. On s'y ennuyait assez vite et on finissait par appeler les copains pour recommencer à se foutre sur la gueule dans la joie et l'allégresse. Ce Bomberman 64 a l'avantage indéniable de proposer un vrai mode solo. Vous évoluez alors librement dans des niveaux en 3D que vous devrez nettoyer et surtout explorer afin de débloquer l'accès à la porte de sortie. On retrouve ce mélange d'action et de puzzle qui fait tout le sel de la série, le tout porté en 3D - et là, c'est déjà tout de suite beaucoup moins joli. De plus, les décors 3D nuisent régulièrement à la lisibilité de l'ensemble. Heureusement, le multijoueurs est toujours présent, avec des arènes dans lesquels jusqu'à quatre joueurs peuvent s'affronter. La Nintendo 64 proposant d'origine quatre ports manettes, c'était une aubaine ! Seulement voilà, le gameplay a sensiblement changé : exit les bombes qui explosent en croix. Ici, elles explosent plus naturellement en rond, dans des niveaux que l'on voit en 3D isométrique. Cela change beaucoup de choses, et on joue beaucoup plus à se lancer les bombes qu'avant. L'ensemble est beaucoup plus bordélique, et finalement moins technique que les précédents épisodes. Du coup, on rigole régulièrement avec, mais cela n'aura, une fois de plus, jamais la même saveur que les épisodes en 2D. Bomberman 64, outre le fait de tenter de proposer un mode solo digne de ce nom, modifie pas mal de choses sur son mode multijoueurs. Cela ne sera pas du goût de tous, mais on est loin de ratage que l'on aurait pu craindre.
  12. GambierBae

    Pokemon Snap

    Après les multiples versions Gameboy des Pocket Monsters et seulement quelques mois après la sortie de Pokémon Stadium, Nintendo pousse une nouvelle fois ses créatures fétiches sur le devant de la scène grâce à Pokémon Snap. Mais cette fois-ci, le principe ne sera pas du tout le même que pour les précédentes versions, puisqu'il s'agira d'un safari photo. Vous incarnez Todd, un jeune chasseur d'images chargé par le professeur Chen de photographier un maximum de Pokémon afin de l'assister dans ses recherches. Pour cela, Todd devra parcourir l'île Pokémon dans ses moindres recoins à bord d'un chariot, et capturer le maximum d'images de Pokémon afin de les faire examiner par Chen. Une tâche qui peut paraître simple de prime abord puisque le chariot avance de lui-même et qu'il suffit d'appuyer sur un bouton pour prendre une photo. Vous devrez quand même garder à l'esprit que votre œuvre sera jugée par le professeur selon différents critères, et que ce seront la qualité et la pertinence de vos photos qui vous permettront d'accéder à d'autres lieux, et donc de découvrir d'autres espèces de Pokémon.
  13. GambierBae

    FIFA 99

    FIFA 99 est un jeu de football sorti sur Nintendo 64. Les professionnels de la balle au pied se retrouvent encore sur le gazon pour se disputer l'honneur d'être les premiers à mettre le cuir au fond du filet. Vous pourrez jouez avec vos amis en multijoueur.
  14. GambierBae

    Worms Armageddon

    Les petites teignes roses de l'Amiga repartent pour un tour sur Nintendo 64, prêts à s'étriper de plus belle ! Worms, c'est beaucoup d'humour dans un concept simpliste, et même si la première mouture offerte par Team17 commence à dater, le principe en lui-même date du début des jeux vidéo avec l'Artilleur. Worms Armageddon reprend donc ce fameux concept qui a tant déchaîné les foules ces dernières années. Vous contrôlez un groupe de vers de terre dont le but principal est d'éradiquer l'équipe de vers adverse, le tout dans un environnement 2D. Pour ce faire, votre commando de lombrics dispose d'un arsenal de lance-roquette, lance-flamme, mines, grenades, uzi... enfin bref, un arsenal digne de l'armée américaine. Combiné à cela, vous devrez user de toute votre stratégie et de votre sens de la géométrie pour parvenir à cibler vos ennemis.
  15. Salut ! Je te rassure que ton upload est toujours dans la liste des jeux non-validés, nous avons juste pas le temps de le tester et de le valider.
  16. GambierBae

    Super Mario Land 2 - 6 Golden Coins DX

    Après le succès phénoménal de Super Mario Land, Nintendo nous gratifie de cette suite, logiquement nommé Super Mario Land 2 (6 Golden Coins), qui apporte de multiples améliorations par rapport au premier opus : meilleur gameplay, meilleure réalisation… L’histoire commence lorsque Mario revient dans son fief, après son escapade dans le premier épisode. Au lieu de retrouver le confort et la tranquillité qui caractérise le Mario Land et son fameux château, Mario est tout surpris de voir que tout son pays est sous le contrôle de son copain d’enfance : Wario. Jaloux de la popularité de Mario, Wario a jeté un mauvais sort à la faune environnante et pris possession du château de Mario. Pour compliquer la tâche de Mario, Wario a caché les 6 pièces d’or permettant d’ouvrir le château dans divers endroits de Mario Land. Pour évincer son méchant compère, Mario doit retrouver ces pièces d’or et ainsi entrer dans le château pour combattre Wario. A vous maintenant de vous lancer dans ce Super Mario Land 2, qui va vous amener à traverser 6 mondes différents (dans l’espace, dans la forêt, dans la mer…). Par rapport au premier opus, cette suite s’inscrit dans une logique d’amélioration. En effet, d’une part, les graphismes sont largement plus beaux. Les décors ont un design soigné et ont été dessinés avec goût. Dans l’ensemble, la trentaine de longs niveaux (32 exactement en comptant les stages cachés…), partagés en 6 mondes qui sont différenciés entre eux par leur thème graphique (comme à l’accoutumée pour les jeux Mario : l’eau, la forêt, thème d’Halloween…), possèdent des graphismes relativement détaillés et différents entre chaque monde. Le plaisir de découvrir ces différents univers est d’autant plus haletant, à l’instar de Super Mario 3 sur Super Nintendo. D’autre part, les sprites ont tous été redessinés, plus gros, et surtout beaucoup plus beaux et détaillés que dans Super Mario Land, premier du nom. De plus, on n’a pas d’effet de flou sur les ennemis, comme ce fut le cas dans le premier épisode. Par ailleurs, vous allez rencontrer des ennemis beaucoup plus nombreux et plus diversifiés que dans le premier opus : abeilles, fourmis, requins… en plus des traditionnelles tortues et champignons chers au monde de Mario. Enfin, une remarque particulière est à faire sur le soin apporté au design des boss du jeu (poulpe et vautour géant…). La réalisation sonore est, dans l’ensemble, un ton au-dessus du premier épisode. Mais il n’y a rien d’exceptionnel non plus. Les bruitages sont nombreux et bien faits et correspondent à ce qu’on peut faire de mieux, en tenant compte des capacités techniques limitées de cette petite GameBoy. Les musiques sont dans l’ensemble réussies, bien qu’il y ait certaines mélodies qui soient plus entraînantes que d’autres. Mais en général, cela s’avère très vite répétitif, on est loin de la qualité obtenue avec les jeux sur NES et S-NES. Donc pour finir, je dirais que l’ambiance sonore est tout à fait correcte pour un Mario.
  17. GambierBae

    Doom

    Le jeu PC le plus populaire jamais créé est enfin disponible sur Sega Saturn. C'est Doom dans tous ses tripes et sa gloire. C'est 60 niveaux d'action brutale, sanglante et palpitante. Avec un mode Deathmatch à 2 joueurs. Et ça va totalement, complètement vous souffler. Cette version de DOOM est basée sur The Ultimate DOOM et DOOM II: Hell on Earth et contient la plupart des niveaux et des ennemis des deux jeux, ainsi qu’une demi-douzaine de niveaux exclusives. Les cartes Doom sont basées sur la version Jaguar et offrent donc les mêmes simplifications que cette version. Les cartes Ultimate Doom et Doom II de PC ont été converties spécialement pour cette version et offrent également quelques simplifications, mais pas au degré de précision des cartes Doom. Certains ennemis de Doom II ont été ajoutés aux cartes Doom et Ultimate Doom. Le moteur a été mis à niveau en un moteur de rendu 32 bits permettant un ombrage plus doux et plus particulièrement, dans la version PS1, un éclairage coloré. Cette version de Doom propose également des sons et une musique entièrement nouveaux.
  18. GambierBae

    Super Robot Taisen F Kanketsuhen

    Après être revenu d'un autre monde appelé La Girox (Super Robot Wars EX), la guerre entre nos héros Londo Bell et DC (Divine Crusade) excalate. Pendant ce temps sur la terre, une organisation appelée Titans s'est formée. Son but est de protéger à la fois les colonies terrestres et spatiales, même éliminer tout traitement si nécessaire. Jamitof Haiman et Treize Khrushnaida semblaient avoir leurs propres intentions. Après quelques combats avec un nouvel ennemi appelé les forces Poseidal, Londo Bell rencontre Daba Mylord, alias Roi Caman VI, qui prépare sa rébellion contre Poseidal. Il a dit que l'intention Posidale était non seulement son royaume, la Pentagonie, mais toute la galaxie. Avec l'aide de Daba Mylord avec son ami, l'armée posidale peut être soulignée. Cependant, un nouvel ennemi a découvert. Cette fois, les créatures appelées Shito ou Angel peuvent générer un bouclier (AT Field) afin que toutes les armes ne puissent pas le connecter. Grâce à la NERV avec son arme secrète Evangelion, l'ange peut être arrêté. Pour aggraver les choses, Devil Gundam, surnommé le «gundam ultime», tombe entre les mains de Kyouji Kashu, devenu fou, avec le plus grand artiste martial de la planète, Tohou Fuhai, alias Master Asia, à ses côtés. Le problème semblait devenir plus compliqué quand Londo Bell découvrit que les forces de Bystan Well conduites par le dictateur Drake Lust essayaient la même chose que les autres forces ennemies. Londo Bell se retrouve maintenant à défendre la Terre contre les attaques ennemies jamais arrêtées, mais grâce aux nombreux pilotes motivés par la justice qui décident d'aider Londo Bell, même avec de petites quantités, l'attaque ennemie peut être bien stressée. Treize Khrusnaida demande à Londo Bell de se joindre à l'opération Reconqista, une opération visant à reprendre toute la base capturée par les forces Guest-Posidal. Après un succesfull Opération Reconqista, Treize ordonne à nouveau à Londo Bell d’étudier un occident occidental de la colonie dans l’espace. Londo Bell découvre que DC est derrière tout. Londo Bell a également découvert que le chef de la base de l'Axe, Haman Karn, est désormais l'un des principaux généraux de DC. Londo Bell peut-il mettre fin à la folie des forces de la DC? Qui est le 5 mystérieux pilote de Gundam qui dérange toujours Londo Bell? Quelle est la véritable intention des Titans? Qu'est-ce qu'Angel? Quelle est l'intention de Bystan Well forces? Est-ce qu'un extraterrestre mystérieux est connu sous le nom d'armée des invités derrière tout ? Continuez à jouer et répondez vous-même aux questions. Super Robot Wars Kanketsuhen F et F racontent une histoire combinée, avec des options pour continuer à utiliser directement des personnages déjà développés dans le premier. Ensemble, ils forment le Super Robot Taisen original, qui a été repris sous le nom de Super Robot Taisen Alpha. Super Robot Wars F comme le reste des jeux Banpresto Super Robot Wars est un RPG tactique dans lequel le joueur
  19. GambierBae

    Densetsu no Ogre Battle

    Il y a 25 ans, le royaume de Zenobia fut plongé dans une période de guerre et de tyrannie. Ces temps troubles prirent leur origine lorsque le sage Rashidi , un ami de longue date du roi Gran complota avec les forces occultes de l'Impératrice Endora de Zetegenia. Les deux scélérats décidèrent de conquérir le royaume et assassinèrent Gran. Sous le règne tyrannique qui suivit des armées rebelles furent constituées pour ramener le calme sur le royaume. Vous avez été désigné par le grand sage Warren pour cette mission. Mais libre à vous de contrecarrer les plans de Endora pour le bien ou alors de faire régner votre propre tyrannie sur le royaume. Le choix de son destin, la patte Matsuno. Au départ du jeu diverses informations vous seront demandées telles que votre date de naissance, votre façon de voir la guerre etc. Sachez que cela influe directement sur les caractéristiques de votre héros. Vous aurez également à choisir parmi quelques cartes de base qui, une fois utilisées au cours du jeu, ont des effets très divers. Le principe du jeu est très simple, mais pourra paraitre déroutant au néophyte, et s'apparente quelque peu aux jeux de stratégies sur PC, la dimension rolesque en plus. L'ensemble des missions se déroule sur une grande carte, en temps réel. On déploie ses unités à partir de son château principal, le but étant d'aller conquérir les places fortes de la carte et éradiquer les ennemis, sans se faire capturer son propre fort principal. Chaque unité est symbolisée par son leader sur la carte sachant qu'une unité contient elle même six persos (sauf créatures spéciales, qui prennent parfois plusieurs places). Les forts capturés en chemin sont essentiels, ils permettent de se régénérer, et chaque château repris à l'ennemi donne droit à une nouvelle carte. De plus, pour corser un peu le challenge, les développeurs ont réparti des forts cachés sur un grand nombre de cartes, dévoilés lorsque l'on passe dessus. Lorsque vous rencontrez une unité adverse, une séquence se déclenche. Vous choisissez vos options de combat et celui-ci dure trois tours, et à la fin de ceux-ci, l'armée qui a causé le plus de dégâts remporte la bataille. Une unité est déclarée morte une fois tous ses combattants vaincus. Si il est bien sur possible de faire des équipes "à thèmes" (bourrins, magiciens, monstres), il m'a semblé que former plusieurs équipes variées était rudement efficace. Quelques tanks devant, du magicien derrière, et roulez jeunesse ! Sachez que le nombre de classes différentes disponibles est très grand, revisitant tous les grands classiques de l'heroic fantasy (golems, dragons, chevaliers...), et une fois un certain nombre de niveaux passés, vous pourrez changer celle de vos troupes, pour gagner en efficacité. Le terrain sur lequel vous vous déplacez influence grandement la rapidité de vos déplacements. Ainsi, certaines troupes ralentissent lors de passages de montagnes, quand d'autres ont du mal à franchir les rivières.
  20. GambierBae

    Densetsu no Ogre Battle

    Il y a 25 ans, le royaume de Zenobia fut plongé dans une période de guerre et de tyrannie. Ces temps troubles prirent leur origine lorsque le sage Rashidi , un ami de longue date du roi Gran complota avec les forces occultes de l'Impératrice Endora de Zetegenia. Les deux scélérats décidèrent de conquérir le royaume et assassinèrent Gran. Sous le règne tyrannique qui suivit des armées rebelles furent constituées pour ramener le calme sur le royaume. Vous avez été désigné par le grand sage Warren pour cette mission. Mais libre à vous de contrecarrer les plans de Endora pour le bien ou alors de faire régner votre propre tyrannie sur le royaume. Le choix de son destin, la patte Matsuno. Au départ du jeu diverses informations vous seront demandées telles que votre date de naissance, votre façon de voir la guerre etc. Sachez que cela influe directement sur les caractéristiques de votre héros. Vous aurez également à choisir parmi quelques cartes de base qui, une fois utilisées au cours du jeu, ont des effets très divers. Le principe du jeu est très simple, mais pourra paraitre déroutant au néophyte, et s'apparente quelque peu aux jeux de stratégies sur PC, la dimension rolesque en plus. L'ensemble des missions se déroule sur une grande carte, en temps réel. On déploie ses unités à partir de son château principal, le but étant d'aller conquérir les places fortes de la carte et éradiquer les ennemis, sans se faire capturer son propre fort principal. Chaque unité est symbolisée par son leader sur la carte sachant qu'une unité contient elle même six persos (sauf créatures spéciales, qui prennent parfois plusieurs places). Les forts capturés en chemin sont essentiels, ils permettent de se régénérer, et chaque château repris à l'ennemi donne droit à une nouvelle carte. De plus, pour corser un peu le challenge, les développeurs ont réparti des forts cachés sur un grand nombre de cartes, dévoilés lorsque l'on passe dessus. Lorsque vous rencontrez une unité adverse, une séquence se déclenche. Vous choisissez vos options de combat et celui-ci dure trois tours, et à la fin de ceux-ci, l'armée qui a causé le plus de dégâts remporte la bataille. Une unité est déclarée morte une fois tous ses combattants vaincus. Si il est bien sur possible de faire des équipes "à thèmes" (bourrins, magiciens, monstres), il m'a semblé que former plusieurs équipes variées était rudement efficace. Quelques tanks devant, du magicien derrière, et roulez jeunesse ! Sachez que le nombre de classes différentes disponibles est très grand, revisitant tous les grands classiques de l'heroic fantasy (golems, dragons, chevaliers...), et une fois un certain nombre de niveaux passés, vous pourrez changer celle de vos troupes, pour gagner en efficacité. Le terrain sur lequel vous vous déplacez influence grandement la rapidité de vos déplacements. Ainsi, certaines troupes ralentissent lors de passages de montagnes, quand d'autres ont du mal à franchir les rivières.
  21. GambierBae

    Tales of Destiny

    Tales of Phantasia (deuxième opus de la saga), voici un titre qui a su marquer son époque à plus d'un titre: système de jeu innovant, réalisation technique époustouflante grâce une taille de de cartouche énorme pour la console (48MB). Namco a donc décidé d'en sortir une suite, sur la console de Sony. Saga incontournable du paysage RPG aujourd'hui, la série Tales of n'offre pas ici son meilleur épisode, loin de là. Vous jouez Stahn Aileron, un jeune homme de la campagne qui voyage tranquillement à bord d'un dragon volant, soudainement attaqué par des pirates de l'air. Bien décidé à ne pas se laisser faire, notre héros part donc à la recherche d'une arme pour se défendre. Et là, surprise, Stahn trouvé une épée étrange ans le recoin d'une salle obscure. Ni une ni deux il la prend mais celle-ci n'est pas banale: elle parle et c'est une Swordian des anciens temps nommée Dymlos. Dymlos est revenu à lui car le monde encoure un grave danger. Ainsi Stahn va partir à travers le monde pour régler de nombreux conflits et rencontrer ainsi de nombreux personnages très attachants, magnifiquement designés et qui possèdent chacun leur petite histoire et leur caractère. Ainsi tout au long du jeu le fil conducteur du scénario changera en fonction des rencontres, des nombreux rebondissements et vous aurez à faire face à des situations très variées. Du côté du système de jeu, rien de bien nouveau pour les connaisseurs du premier épisode. Vous alternez lieux, villages, combats, énigmes comme dans la plupart des RPG. Les énigmes sont assez simples en générale mais bon c'est toujours sympa d'avoir le plaisir de réussir un puzzle, de trouver l'ordre des signes du zodiaque etc etc. Mais LE truc de la saga ce sont les combats. Lorsqu'ils apparaissent aléatoirement comme dans tout RPG leur fréquence est tout simplement inhumaine et c'est le gros défaut du jeu. De plus dans certains lieux vous verrez les ennemis sur la carte avant de les affronter à la manière des jeux Game Arts (Lunar, Grandia, etc etc). Pour ce qui est des combats le système est très original, vous ne dirigez qu'un perso et tous les coups se font en temps réels avec les boutons. Comprenez par là que vous allez vous déplacer comme dans un jeu de combat 2D selon un scrolling horizontal. Abordons maintenant la réalisation technique, qui plaçait la barre si haut lors du précédent épisode ! Comme celui-ci, le jeu est tout en 2D assez jolie et détaillée, un Tales of Phantasia en légèrement plus beau. De même les sprites lors des combats sont assez réussis et les magies sont sympa sans plus... Le jeu ne profite pas, loin delà, aussi bien des capacités de la console que son ancêtre. On peut tout de même relever de nombreux petits détails sympa: quand on marche dans l'eau il y a des éclaboussures, on laisse des traces de pas dans la neige, etc, etc. C'est pas super ça ? moi j'adore ce genre de petits détails. La bande-son est quant à elle très dynamique avec de très bons thèmes mais alors trop trop répé
  22. GambierBae

    Star Wars : Shadows of the Empire

    Si le contexte de création peut laisser sceptique, c'est sans compter sur la volonté de Lucasart d' inscrire son jeu au coeur de la trilogie originale. Ainsi le soft prend place au coeur de l'Empire contre-attaque pour déborder sur les premières notes du Retour du Jedi. C'est dans la peau de Dash Rendar, personnage spécialement créé pour l'occasion, que l'on vous propose de revisiter les zones d'ombres de la saga: de la bataille de Hoth à la récupération des plans de l'Etoile de la Mort. Notre mercenaire aux faux airs de Han Solo aura de quoi en découdre, que ce soit au blaster ou à travers des séquences de pilotage originales et variées. Le jeu nous propose en effet de jongler entre deux types de gameplay diamétralement opposés. Le plus gros des missions se déroulera donc à pied, ce qui vous demandera de mettre en place des négociations musclées, généralement à gros coups de blasters. Oubliez ici les énigmes ou autres mécanismes, SOTE est clairement un titre orienté action et c'est bien ce qu'on lui demande. Et pour le coup vous allez être servi tant la difficulté est de mise et ce dés le niveau intermédiaire. Les boss vous demanderont une bonne dose de patience tandis que le système de vies à collecter se chargera de jouer avec vos nerfs. La progression quant à elle se veut très linéaire et privilégie les environnements couloirs, même si de rares excursions en extérieur sont à signaler. Parmi les originalités, on signalera la possibilité d'utiliser un jetpack, véritable clin d'oeil au personnage de Boba Fett. Un apport qui fait son petit effet d'autant que le panel d'armes à disposition est plutôt maigre et dénué d'intérêt. Si ces phases ne sont pas exceptionnelles et souffrent de certains problèmes de maniabilité (on remerciera la visée assistée), la variété des environnements et des ennemis rencontrés suffira à entretenir votre curiosité, sans parler de l'ambiance qui ravira tout fan de la saga. Si SOTE nous offre des phases pédestres plutôt sympathiques, le gros morceau se situe indéniablement du côté des phases de shoot spatial. Et il faut avouer que ça commence très fort. En guise d'ouverture le jeu vous propose ni plus ni moins que de participer à la bataille de Hoth sous les ordres du commandant Skywalker. Une image vue et revue de nos jours mais une première en 3D pour l'époque . Si les autres séquences ne sont pas directement tirées des films, ces dernières s'en inspirent grandement: batailles au milieu d'un champ d'astéroïdes, course de Swoop Bike, destruction de réacteur spatial et autres. Pour mener à bien ces missions notre cher Dash dispose évidemment de son véhicule de prédilection : un vaisseau cargo répondant au doux nom d' Outrider qui rappellera le célèbre Faucon Millénium. Chaque véhicule propose une vision intérieure avec cockpit, offrant un sacré apport à l'immersion. Un régal d'autant que la réalisation de ces derniers se montre en tout point fidèle aux modèles originaux. Si la difficulté est ici plus modérée.
  23. GambierBae

    Ogre Battle 64 : Person of Lordly Caliber

    Pour devenir chevalier et ainsi réaliser son rêve, le jeune Magnus Gallant quitte famille et amis, non sans regret, pour intégrer les rangs de la prestigieuse Académie Militaire. Quelques années plus tard, Magnus obtient brillamment son diplôme et se trouve affecté dans la division sud de l'armée du royaume de Palatinus. La menace de l'empire de Lodis, qui veut dominer le continent de Zeteginia, est alors omniprésente. Dans le même temps, une armée révolutionnaire s'est formée au sein de Palatinus pour contester le sort qui est réservé aux classes pauvres. Catapulté dans ce contexte explosif, notre héros aura fort à faire. Le gameplay est très riche, avec une gestion de plus de 90 personnages à repartir dans des équipes de 6 unités, des options de personnalisation par centaines, des tactiques en pagaille et des joutes plus épiques les unes que les autres. Par ailleurs, cet épisode 64 est d'une beauté rare et le remix des célèbres thèmes de la saga ne dépareille pas. Une des caractéristique de la série est son système de classe. En effet, chaque personnage appartient à une classe dont la plupart sont évolutives. Elles déterminent la nature des attaques, le type d'équipement et la progression des statistiques.
  24. GambierBae

    Star Wars Episode I : Racer

    Des courses de podracers directement issues de la séquence culte du film. Lancé à plus de 1000 km/h au ras du sol, vous devrez faire votre possible pour doubler et éviter vos adversaires. Mais à la vitesse où vous irez, il faudra surtout faire attention aux obstacles naturels (rochers, tunnels, lave, flammes, etc.). Le jeu est incroyablement rapide, sans pour autant que les graphismes en souffrent trop, ni même que l'animation soit saccadée. Ambiance Star Wars oblige, les musiques directement reprises des séquences musicales du film sont de toute beauté. Le reste du temps, vous aurez droit à de bons bruitages et aux commentaires de vos adversaires ou de vous-même lors de dépassements ou de crashs.
  25. GambierBae

    Star Wars Episode I : Battle for Naboo

    Star Wars : Battle for Naboo est un jeu d'action et de simulation sur Nintendo 64. Le jeu vous plonge dans l'univers de l'Episode I de Star Wars et vous propose de voler à la rescousse de la petite planète menacée par la sinistre Fédération du Commerce. Vous incarnez le Lieutenant Gavyn Sykes des Royal Security Forces de Naboo et volez à bord de nombreux vaisseaux et speeders différents.