GambierBae

Uploadeur
  • Compteur de contenus

    735
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de GambierBae

  • Date de naissance 14/10/1997
  • Genre
    Homme
  • Intérêts
    -Jeux Video
    -Manga, Comics
    -Films de science-fiction
    -Serie Télé
  1. GambierBae

    Burning Force

    Aux manettes alternativement d'un genre de scooter ou d'un vaisseau volant, on traverse dans BurningForce des levels en perspective arrière, divisés en zone et en jours (le temps passe au rythme des niveaux, a la fin des levels habituellement il fait nuit, l'idée est amusante). Les engins disposent d'un tir de face, de bombes, et peuvent utiliser les objets (rares) qu'ils ramassent. Même si le graphisme est décent, encore que dans un style inhabituel, le jeu souffre des défauts classiques des shoots en vue arrière de l'époque (voire la fiche de Super Thunder Blade ou Galaxy force aussi sur genesis): action souvent confuse, difficulté à estimer les collisions, vaisseau qui masque la vue... Le genre "vue arrière" a décidément été un exercice difficile, ou seules quelques rares perles sortent du lot. Le gameplay est du coup souvent crispant, on meurt alors qu'on était persuadé d'avoir évité de loin le tir ennemi... La musique est elle aussi assez énervante, les bruitages des tirs de même. Les levels sont de plus assez pauvres et répétitifs au niveau de l'action. Quelques bonnes idées (les sauts pour piquer les bonus par exemple) ne sauvent pas vraiment ce jeu, au final très moyen...
  2. GambierBae

    Burning Force

    Aux manettes alternativement d'un genre de scooter ou d'un vaisseau volant, on traverse dans BurningForce des levels en perspective arrière, divisés en zone et en jours (le temps passe au rythme des niveaux, a la fin des levels habituellement il fait nuit, l'idée est amusante). Les engins disposent d'un tir de face, de bombes, et peuvent utiliser les objets (rares) qu'ils ramassent. Même si le graphisme est décent, encore que dans un style inhabituel, le jeu souffre des défauts classiques des shoots en vue arrière de l'époque (voire la fiche de Super Thunder Blade ou Galaxy force aussi sur genesis): action souvent confuse, difficulté à estimer les collisions, vaisseau qui masque la vue... Le genre "vue arrière" a décidément été un exercice difficile, ou seules quelques rares perles sortent du lot. Le gameplay est du coup souvent crispant, on meurt alors qu'on était persuadé d'avoir évité de loin le tir ennemi... La musique est elle aussi assez énervante, les bruitages des tirs de même. Les levels sont de plus assez pauvres et répétitifs au niveau de l'action. Quelques bonnes idées (les sauts pour piquer les bonus par exemple) ne sauvent pas vraiment ce jeu, au final très moyen...
  3. GambierBae

    Capcom Fighting Evolution

    Se pliant à la mode des compilations croisées, Capcom Fighting Jam met en avant cinq séries phares de la firme au petit robot bleu et à bien d'autres personnages charismatiques. S'étendant au gré de Street Fighter 2, 3rd Strike, de la série des Alpha, de Red Earth (jeu d'action portant le nom de Warzard au Japon), ainsi que de Darkstalkers, le dernier soft à vocation guerrière de Capcom permet d'incarner des gladiateurs modernes aux styles foncièrement différents, et possédant chacun une approche se voulant particulière et unique. Cela permet par conséquent de varier ses techniques au gré des softs d'où sont tirés ces héros musculeux, renouvelant idéalement l'expérience de jeu, et par la même un intérêt fortement mis à mal ces temps-ci dans les titres orientés vers le pugilat. Toutefois, ce constat ne soutient que peu longuement la désillusion titanesque de l'amateur, qui ne dénichera que 22 individus dans un contexte qui se portait éminemment au soutien d'un groupe beaucoup plus imposant. A ce propos, le choix effectué n'est pas du tout représentatif des forces des multiples composantes de ce patchwork, et provoque sans attendre une sorte d'arrière-goût désagréable, commun à celui ressenti lors de l'essai de Street Fighter Anniversary Collection. Sans parler de trahison, ce qui serait un terme un tantinet usurpé, on ressent l'impression de s'être fait mener en bateau une nouvelle fois. Pourquoi laisser espérer un cross-over somptueux, répondant aux appels d'une masse de joueurs ne jurant que par le biais de Capcom ? La déception ne peut en être que plus importante. Le plus frustrant est d'apercevoir en arrière-plan, lors des combats, de nombreuses personnalités reconnues telles que Ken, Sagat, Vega, ou encore Gallon qui ne prendront hélas jamais place dans l'arène. Fort heureusement, et dans ce vent de dépit, vous aurez tout de même l'occasion d'incarner des intervenants suffisamment intéressants pour attirer votre regard. En effet, hormis la jolie Chun-Li séculaire et toujours aussi efficace, la petite Sakura imprévisible, le fier Guy insaisissable ou encore l'increvable Ryu semblable à lui-même, des hommes et femmes de l'ombre vont montrer leur supériorité au grand jour. En commençant d'ailleurs par les petits nouveaux que sont Léo (de Red Earth) ou encore Ingrid, disposant tous deux d'un panel de coups assez diversifié et surtout rafraîchissant, permettant de justifier un tant soit peu le statut de "nouveauté" du fond du jeu. Effectivement, ce ne sont pas Hauzer, bien que très impressionnant et électrisant, et Hydron qui vous souffleront une joie certaine et apaisée. Bien trop faibles à la vue de leur stature et subissant la majeure partie des attaques sans démontrer une vitesse suffisante à les contrer, ces deux compatriotes de Léo s'avèrent rapidement dénués de tout crédit ludique. Sauf si vous aimez encaisser des dégâts disproportionnés sans obtenir une capacité de réaction convenable.
  4. GambierBae

    romstation est mort

    Je sais pas, les téléchargements fonctionnent bien chez moi.
  5. GambierBae

    romstation est mort

    Salut ! RomStation devient très vivant durant les vacances au faite. En plus, quels uploads ? On refuse des uploads quand il sont imparfait (Description trop court ou n'explique pas du tout le jeu, jaquette de mauvaise qualité, jeu ne fonctionne pas ect…) ou quand l'upload est corrompu (ce problème va bientôt être réglé).
  6. Il faut que j'appelle in psychiatre, car je suis accro à l'upload 😛

  7. L'arrivée d'un nouveau jeu de combat sur SNES était une petite fête à chaque fois, tant cette console proposait généralement des réalisations de bonne qualité. TMHT Tournament Fighters ne fait pas exception. Le jeu est très librement inspiré de Street Fighter II, au niveau du style graphique comme du gameplay, mais bien évidemment transposé dans l'univers des tortues ninjas. Parmi les personnages que l'on peut contrôler, on retrouve bien sûr nos quatre tortues et leur pire ennemi Shredder, mais également des personnages moins familiers : le saurien cuirassé War, le requin mutant Armgon, la chauve-souris Wingnut, la jeune ninja Aska et une version cybernétique de Shredder. Comme d'habitude, on délaisse assez vite le Story Mode pour se concentrer sur le Versus et le Tournament, véritables points forts de tout jeu de combat qui se respecte, et qui demeurent toujours le meilleur moyen d'humilier violemment ceux de vos amis que vous appréciez le moins. Point intéressant, les combats de TMHT forcent les joueurs à adopter une attitude offensive. Oubliez cette astuce de petit joueur qui consiste à se planquer derrière son mouvement de parade et de ne porter des coups que lorsqu'on a l'impression qu'on ne court aucun risque. La parade systématique fait monter la jauge de coup spécial de l'adversaire à toute vitesse, et ce dernier ne tardera pas à vous lâcher une attaque spéciale dévastatrice. Une seule solution pour empêcher cette jauge de se remplir : attaquer sans relâche !
  8. GambierBae

    The Pinball of the Dead

    Tiré de la célèbre licence The House Of The Dead, The Pinball Of The Dead nous invite à retrouver cet univers à travers un jeu de flipper sur GBA. Un titre assez sympathique bien qu'un peu limité mais qui bénéficie toutefois de quelques originalités. «Are You Alright James ? Let's Go...» C'est donc dans l'univers de The House Of The Dead que nous invite à nous replonger ce The Pinball Of The Dead. Au programme, trois flippers dans lesquels le joueur devra rétamer toutes sortes de zombies et monstres circulant sur les aires de jeu avec en plus quelques boss à éliminer dans des niveaux parallèles. Si au départ ce titre se présente comme un flipper classique, le thème de la série de Sega lui permet de bénéficier de certaines originalités. Tout d'abord les nombreuses bestioles qui ne cesses d'apparaître à l'écran et qui errent jusqu'à ce qu'une bille d'acier viennent les détruire, mais aussi les tableaux qui subissent quelques modifications en fonction des bonus que l'on parvient à atteindre. Plateau déchiré par une énorme tête, niveaux parallèles qu'il faut atteindre pour y éliminer un boss seront donc autant de challenges sur les trois flippers proposés. Dans la pratique on retrouve un système de jeu classique pour la catégorie, bumpers, flips, cibles à atteindre, rampes et autres petites subtilités auxquels nous ont habitué les flippers. Chaque tableau de jeu se divise en trois ou quatre écrans verticaux avec à chaque fois leur lot de monstres et autres fentes toucher. On récolte évidemment toutes sortes de bonus susceptibles de faire augmenter le score ou encore des extra-balls et d'autres petits trucs empêchant de perdre durant un temps limité par exemple. A chaque fois on tentera de débloquer l'accès aux nombreux boss pour aller leur causer du pays à grands coups de billes dans la tête, en cas de réussite ce seront autant de points qui viendront s'ajouter au score, en cas d'échec c'est quasiment le retour à la case départ avec des cibles à dégommer une fois encore pour y retourner de plus belle. Au niveau des commandes celles-ci sont réparties de manières un peu étrange en faisant appel à la fois à la croix directionnelle et aux boutons A et B pour faire lever les flips à droite et à gauche. C'est donc finalement sur les commandes L et R permettant de réaliser la même action que l'on se reposera, ces dernières restituant davantage les sensations de jeu que peut offrir un flipper réel. Quoi qu'il en soit il sera possible de remuer le flipper dans différentes directions pour influer sur la trajectoire de la balle ou éviter par exemple un bon vieux garage sur les côtés. Globalement les trois flippers pardonnent pas mal d'erreurs d'autant que l'on est souvent amené à jouer à leur niveau le plus haut et que plusieurs séries de flips permettent de rattraper les méchants retours de bumpers.
  9. GambierBae

    Medal of Honor: Underground

    Après avoir cassé du nazi du côté des américains, Dreamworks vous propose de changer de point de vue, celui de la Résistance. Soyez français et résistez contre l'envahisseur teuton à coups de cocktails molotov, la french touch. Après un premier épisode qui avait fait un véritable carton sur PlayStation, il fallait obligatoirement nous attendre à une suite. Spielberg ne se fait pas prier et nous pond un Medal Of Honor : Resistance. Cette deuxième mouture reprend tous les bons aspects du premier opus en intégrant de nombreuses nouveautés aussi bien dans le gameplay que dans la technique. Petit rappel, il n'y a pas si longtemps, vous étiez Jim Patterson, un agent américain de l'OSS qui devait donner du fil à retordre aux allemands en pleine occupation pendant la deuxième guerre mondiale. Cette fois-ci, on ne change ni le décor, ni les ennemis mais tout simplement de héros puisque vous allez cette fois vous retrouver du côté français. En effet, vous allez incarner la téméraire et rebelle Manon, une jeune française déterminée qui s'engage dans la Résistance. Si vos actions au début du jeu sont sporadiques et mal organisées, vous allez vite vous faire repérer par l'OSS qui vous engagera dans ses rangs très rapidement. Dans Medal Of Honor : Resistance (MOHR), vous allez combattre les allemands de toutes les façons possibles : sabotage, destruction, vol de renseignements ou encore massacres d'allemands tout simplement. En tout, ce sont sept missions qui occuperont vos week-ends et chaque mission est composée de trois ou quatre épisodes. Un total de vingt-deux épisodes qui ont le mérite d'être variés, très réalistes dans leur réalisation et aussi homogènes que possible. Un mode solo tout à fait conséquent qui s'allie avec la possibilité multijoueur à 2. Si le mode multijoueur est le bienvenu dans un jeu de ce genre et surtout sur PlayStation, il n'apportera pas vraiment de renouveau et ne s'alignera pas avec ce que l'on est habitué de voir sur les consoles nouvelle génération comme la DC, la PS2 ou même la N64. Considérez ça comme un petit plus. Une bonne suite qui garde toute la fraîcheur du premier épisode. Quake-like tout à fait honorable, il offre en plus un gameplay renouvelé dans une réalisation toujours aussi haut de gamme.
  10. GambierBae

    The House of the Dead

    The House of The Dead sur Saturn est un jeu de tir au pistolet adapté du titre éponyme sur bornes d'arcade. L'objectif est simple, abattre tous les zombies qui se trouvent sur votre passage. Pour ce faire, il faut se munir d'un pistolet et d'une bonne dose de sang-froid afin de ne pas descendre les civils qui traversent l'écran.
  11. GambierBae

    Mario Golf

    Une simulation de golf sur la N64 peut paraître bien prétentieux quand on sait que cette console est résolument orientée arcade. C'est pourtant le pari de Nintendo en augmentant encore sa gamme de jeux dérivés du célèbre plombier italien. Dans Mario Golf, vous êtes plongés directement dans l'univers de Mario : couleurs vives, ambiance cartoon, musiques de crèche etc. Dans l'interface, rien d'une grosse simulation sérieuse et précise comme on en a l'habitude. Mais les apparences sont souvent trompeuses et Mario Golf en est la preuve vivante. A l'aide de menus précis et directs, Mario Golf se veut éclectique et offre pas moins de 7 modes de jeu. Ces modes comprennent un tournoi et un mode entraînement. Jusque là rien de bien folichon mais le reste est assez sympathique : le mode Get Character permet pour sa part de partir à la recherche de personnages supplémentaires en les battant 10 fois lors d'un parcours. Au fur et à mesure, vous atteindrez le nombre de 18 personnages aux caractéristiques uniques. Si le jeu ne vous en donne que 4 au début, vous pourrez au final tâter du putter avec évidemment Mario et Luigi mais aussi Yoshi, Wario ou encore Donkey Kong. Si ce mode ne varie pas spécialement des autres, il a au moins le mérite de vous faire affronter des adversaires coriaces. Le mode suivant est le Ring Shot. Le but en est simple : faire un parcours le plus normalement du monde mais en faisant passer la balle dans des anneaux géants tout dorés suspendus dans les airs. Vous vous en doutez, ça complique quelquefois sacrément l'affaire car un trou ne sera pas complet si vous omettez de passer dans un de ces anneaux. Rageant quelquefois. Les deux modes suivants gardent un peu cette esprit de compétition et de rapidité, puisque l'un (speed golf) vous demande de finir un parcours le plus rapidement possible, comptabilisant le nombre de coups effectués au total tandis que l'autre (stroke) est une sorte de mode expert où vous rejouez le parcours de votre choix après l'avoir gagné en mode tournoi afin d'augmenter votre score sur ce green. Quant au dernier mode, juste vous dire qu'il s'agit d'un jeu de mini-golf assez rigolo puisque des niveaux ont été spécialement conçus. Bien que simples, ces niveaux utilisent des mini-parcours en "dur" et bordés de toutes parts par des murets. Evitant que la balle sorte, cette bordure permet surtout d'appliquer ses cours de géométrie afin de mettre la balle dans le trou le plus rapidement possible. Avec un mode d'entraînement un peu trop simple car consistant uniquement à faire à votre rythme des parcours, Mario Golf est tout de même d'une maniabilité exemplaire. Toutes les commandes coulent de source et il ne vous faudra pas des heures pour vous familiariser avec l'interface très riche. Le concept de jeu reprend donc le système de barre unique tant utilisé dans les simulations de golf pour porter son coup fatal à la pelouse.
  12. GambierBae

    Bomberman Hero

    Princesse Millian et son robot se promènent à bord de leur vaisseau, quand ils aperçoivent un autre énorme vaisseau non identifié s'approcher au-dessus d'eux. La princesse se fait enlever par les extra-terrestres, mais elle a tout juste le temps de demander à son robot d'aller réclamer l'aide de Bomberman. Lorsque notre héros apprend la nouvelle, il part aussitôt à la recherche de la princesse avant qu'il ne lui arrive le pire. En résumé, c'est un kidnapping de princesse dans l'espace. Hudson décide de renier un temps l'héritage de sa franchise pour s'essayer au jeu de plates-formes. Vous devrez visiter 5 planètes, lesquelles comprennent 3 mondes, eux même décomposés en 4 à 8 courts tableaux. Certains niveaux proposent différents embranchements, bien que les routes finissent par se rejoindre assez rapidement. Pour vous défendre face à vos ennemis, vous disposez bien évidemment des fameuses bombes dont la zone d'effet tend à s'accroître, mais vous pouvez aussi compter sur 4 moyens de locomotion adaptés à différents terrains : le Bomber Jet (un avion), le Bomber Copter (un hélicoptère), le Bomber Marine (un sous-marin) et le Bomber Slider (un genre de snowboard).
  13. GambierBae

    Bomberman 64

    Chouette, un Bomberman sur Nintendo 64 ! Toutefois, le mode de jeu principal de ce Bomberman 64 ne sera pas forcément du goût des aficionados des versions PC Engine. Bomberman, c'est avant tout du multijoueurs, où on se retrouve à quatre ou cinq pour se foutre sur la gueule à grands coups de bombes. Sauf qu'au bout d'un moment, les petits gars d'Hudson Soft ont visiblement commencé à tourner en rond, et ont commencé à tenter de proposer de nouvelles choses quant à la licence Bomberman. Il faut reconnaître aussi qu'un Bomberman, tout seul, ça n'a jamais été la panacée. On s'y ennuyait assez vite et on finissait par appeler les copains pour recommencer à se foutre sur la gueule dans la joie et l'allégresse. Ce Bomberman 64 a l'avantage indéniable de proposer un vrai mode solo. Vous évoluez alors librement dans des niveaux en 3D que vous devrez nettoyer et surtout explorer afin de débloquer l'accès à la porte de sortie. On retrouve ce mélange d'action et de puzzle qui fait tout le sel de la série, le tout porté en 3D - et là, c'est déjà tout de suite beaucoup moins joli. De plus, les décors 3D nuisent régulièrement à la lisibilité de l'ensemble. Heureusement, le multijoueurs est toujours présent, avec des arènes dans lesquels jusqu'à quatre joueurs peuvent s'affronter. La Nintendo 64 proposant d'origine quatre ports manettes, c'était une aubaine ! Seulement voilà, le gameplay a sensiblement changé : exit les bombes qui explosent en croix. Ici, elles explosent plus naturellement en rond, dans des niveaux que l'on voit en 3D isométrique. Cela change beaucoup de choses, et on joue beaucoup plus à se lancer les bombes qu'avant. L'ensemble est beaucoup plus bordélique, et finalement moins technique que les précédents épisodes. Du coup, on rigole régulièrement avec, mais cela n'aura, une fois de plus, jamais la même saveur que les épisodes en 2D. Bomberman 64, outre le fait de tenter de proposer un mode solo digne de ce nom, modifie pas mal de choses sur son mode multijoueurs. Cela ne sera pas du goût de tous, mais on est loin de ratage que l'on aurait pu craindre.
  14. GambierBae

    Pokemon Snap

    Après les multiples versions Gameboy des Pocket Monsters et seulement quelques mois après la sortie de Pokémon Stadium, Nintendo pousse une nouvelle fois ses créatures fétiches sur le devant de la scène grâce à Pokémon Snap. Mais cette fois-ci, le principe ne sera pas du tout le même que pour les précédentes versions, puisqu'il s'agira d'un safari photo. Vous incarnez Todd, un jeune chasseur d'images chargé par le professeur Chen de photographier un maximum de Pokémon afin de l'assister dans ses recherches. Pour cela, Todd devra parcourir l'île Pokémon dans ses moindres recoins à bord d'un chariot, et capturer le maximum d'images de Pokémon afin de les faire examiner par Chen. Une tâche qui peut paraître simple de prime abord puisque le chariot avance de lui-même et qu'il suffit d'appuyer sur un bouton pour prendre une photo. Vous devrez quand même garder à l'esprit que votre œuvre sera jugée par le professeur selon différents critères, et que ce seront la qualité et la pertinence de vos photos qui vous permettront d'accéder à d'autres lieux, et donc de découvrir d'autres espèces de Pokémon.
  15. GambierBae

    FIFA 99

    FIFA 99 est un jeu de football sorti sur Nintendo 64. Les professionnels de la balle au pied se retrouvent encore sur le gazon pour se disputer l'honneur d'être les premiers à mettre le cuir au fond du filet. Vous pourrez jouez avec vos amis en multijoueur.