RetroBestiole

Active member
  • Content Count

    26
  • Joined

  • Last visited

About RetroBestiole

  • Birthday 12/14/1982
  1. RetroBestiole

    Great Ice Hockey

    Great Ice Hockey sur Master System est, comme son nom l'indique, une simulation de hockey sur glace. Seul ou à deux joueurs, participez à la saison régulière avec l'une des équipes proposées et, si vous êtes assez fort, emmenez-la au bout lors des phases de play-off.
  2. RetroBestiole

    Great Basketball

    Great Basketball sur Master System est un jeu de sport simulant une grande compétition internationale. Choisissez l'une des 8 équipes (USA, Canada, Russie, Japon, Cuba, Tchécoslovaquie, Italie et Hongrie) et lancez-vous dans un tournoi exigeant où, à l'instar des RPG, chaque victoire permet d'améliorer les caractéristiques de votre équipe ou de vos joueurs.
  3. RetroBestiole

    Global Gladiators

    Le jeu est développé par Virgin autour de la licence Mc Donald. Est ce simple une publicité sur console ou un véritable jeu? Voyons. Deux jeunes, Mic et Mac, mangent dans le restaurant au grand M, et lisent leur bande dessinée favorie : les Global Gladiator, des héros recycleurs qui luttent contre la pollution. Soudain, le clown de la marque les envoient dans la bd, et les deux jeunes se retrouvent à braver différentes bestioles pour pouvoir s'échapper. Vous pouver choisir dans les option votre personnage, mais seule l'apparence change. Au début de chaque niveau, le jeu vous informe des objectifs : pour passer au niveau suivant, vous devez ramasser un certain nombre d'arches en un certain temps; ramassez en un peu plus pour accéder à un niveau bonus. Le jeu est divisé en quatre zones ( slimeworld, rain forest, toxic city et la banquise) comportant chacune trois niveaux. Chaque zone a son ambiance, sa musique et ses ennemis propres. Pour évoluer, votre personnage dispose d'un lanceur de moutarde orientable. En avançant en tirant, vous pouvez même lancer votre moutarde plus loin, pratique. Vote santé est représentée par le visage de votre personnage, qui se dégradera à mesure que vous prendrez des coups. Un coeur vous permettra de vous refaire une santé, tandis qu'un réveil vous permettra de regagner du temps. Les niveaux sont longs et les occasions de mourir fréquentes. Pour vous aider, des bonus en forme de flèches sauvegarderont votre position en cas de mort inopportune. Collecter les arches ne sera pas de tout repos : à mesure que vous avancerez, elles se trouveront souvent à des endroits peu accessibles : plateformes instables, voir plateformes invisibles. Les ennemis quant à eux se déplacent selon des schémas précis : après étude, ils ne devraient pas poser de problèmes insurmontables, si vous regardez où vous mettez les pieds. Le niveau bonus reprend également le thème du recyclage , comme montré ci dessous. Différents déchets tomberont du ciel et vous devrez les ramasser puis les envoyer dans la poubelle correspondante, pour faire du tri sélectif. Le niveau s'achève si un déchet reste à terre trop longtemps. Survivez assez longtemps et vous gagnerez des arches bonus pour augmenter votre score, voir des vies supplémentaires. Alors, pour répondre à la question d'origine : ce jeu est il une simple pub McDo ? Pas uniquement. Bien que le gameplay soit simple, le jeu est assez fun. Le jeu est un peu terne mais l'animation est très bonne : les ennemis ont chacun des comportements et mouvements distincts, et lorsque vous ne bougez pas, votre personnage se met à macher du chewing gum pour passer le temps. De même, les musiques des différentes zones sont sympathique, malgré le chipset sonore de la master system.
  4. RetroBestiole

    Fantasy Zone : The Maze

    Pour ce troisième épisode de Fantasy Zone, Sega a dû se dire que s'il réutilisait une fois encore le concept ludique d'origine sans rien y apporter de neuf, les segamaniaques allaient finir par se demander si on ne se payait pas un peu leur tête. Du coup, The Maze joue la carte de l'originalité puisque le gameplay s'inspire cette fois nettement de celui de PacMan, tout en conservant de nombreux éléments, ainsi que l'atmosphère, propres à Fantasy Zone. Cette fois, Opa-Opa évoluera à travers des labyrinthes remplis de pastilles de taille différente. Comme dans le célèbre jeu de Namco, les extrémités du labyrinthe communiquent entre elles, ce qui signifie qu'en empruntant le chemin qui sort de l'écran par le bas, vous réapparaîtrez en haut de celui-ci. L'objectif est de collecter toutes les pastilles de chaque labyrinthe pour passer au tableau suivant. Un certain nombre d'ennemis typiques de la série circulent dans chaque zone et constituent une menace pour Opa-Opa, bien qu'ils ne semblent pas en avoir particulièrement après lui. La seule solution pour éliminer ces créatures est de collecter les bonus qui apparaissent de temps à autre à certains endroits fixes du tableau. Ces bonus (on retrouve les différents types de canons présents dans les deux softs précédents, ainsi que les ailes d'ange pour aller plus vite) ne sont cependant pas gratuits, et vous devrez dépenser une certaine somme d'argent pour pouvoir vous en équiper. Et l'argent, vous le gagnez justement en ramassant les pastilles et en tuant les ennemis : la boucle est bouclée. Si vous ne disposez pas de la somme demandée, un petit texte vous informe que vous ne pouvez pas vous équiper de l'objet. Quand vous éliminez les ennemis, ils ne tardent cependant pas à réapparaître par le point d'entrée de la zone, une sphère qui se remplit lentement de rouge. Vous pouvez les empêcher de réapparaître en passant sur cette sphère avant qu'elle ne soit devenue totalement rouge. Si le principe est original, ce troisième épisode perd le côté enfantin et bubblegum qui faisait le charme de la série. On ne fait plus qu'entr'apercevoir les célèbres décors rose bonbon entre les sections noires du labyrinthe. Les ennemis et Opa-Opa lui-même paraissent également plus grossiers que dans le second épisode, voire même que dans le premier. La réinstrumentation des mélodies ne convainc guère, l'action est assez lente, et finalement, ce Fantasy Zone audacieux s'avère nettement moins amusant que ses deux prédécesseurs plus classiques. Dommage pour ce Fantasy Zone qui, malgré son principe original, ne s'avère pas très fun à jouer. Les premiers tableaux sont intéressants mais on éprouve rapidement la sensation de répéter sans cesse les mêmes actions, dans un univers qui n'a plus grand-chose de séduisant. Qui plus est, l'action souffre d'un important manque de rythme et Opa-Opa est devenu bien poussif quand on ne s'équipe pas d'améliorations. Vous me direz qu'on peut dire la même chose de PacMan... mais justement, ce hit légendaire possédait d'autres atouts, à commencer par sa simplicité. En complexifiant le principe de base de PacMan, Fantasy Zone s'égare et paradoxalement, perd de sa substance. Ce troisième épisode de la série reste donc une curiosité mais n'égale certainement pas le premier épisode, et encore moins le fabuleux Fantasy Zone II.
  5. RetroBestiole

    Fantastic Dizzy

    Oui, le héros est un oeuf du nom de Dizzy. Un oeuf très frais je dirais même parce que c'est un dur à cuire. L'histoire nous ramène sur un terrain connu, par "chance"; Dizzy a une copine, Daisy, et celle ci s'est fait enlevée par un méchant magicien au nom de Zaks. Seul Dizzy est assez brave et intelligent pour aller à sa recherche. Dizzy est un jeu de puzzle-plateforme. Vous sautez et vous déplacez, mais n'anéantirez pas d'ennemis ( du moins dans un premier temps). Vous récupérerez des objets, les utiliserez au bon endroit pour progresser. Pour illustrer le mélange des genres, vous débutez dans la cabane de Dizzy, avec la porte fermée à clé et la clé sur les poutres : vous devrez sauter sur un meuble pour grimper, l'attraper et enfin sortir. Prendre des objets, c'est bien, mais contrairement aux habituels puzzles, vous ne pouvez transporter que trois objets à la fois, et il y a bien plus que trois objets dans le jeu, je vous assure! Il faudra gérer l'inventaire et laisser au sol les objets dont vous n'aurez pas un besoin immédiat, afin de les reprendre plus tard. Vous verrez en haut de l'interface votre score, votre inventaire, et votre nombre de vies. Oui, ca c'est le coté plateforme. Vous disposez également d'une barre de dommages qui se remplira à mesure que vous serez en contacts avec des éléments nocifs ( une flamme par exemple). Manger des fruits et légumes que vous trouverez un peu partout réduira cette barre. Certaines actions vous tueront en un coup, par contre : sauter sur des pieux, vous faire manger par une plante carnivore. Il existe toujours des moyens d'éviter ces morts douloureuses ( un pont, ou du désherbant, par exemple). Vous disposez également d'un compteur d'étoiles bien qu'il ne soit pas visible en permanence : il existe 250 étoiles réparties dans le jeu ( facilement visibles), et il faudra toutes les trouver pour voir la vraie fin du jeu. ok, résumons donc : quel est notre héros ? Un oeuf. Que fait un oeuf placé sur un plan incliné ? Il bascule en avant. Dans Fantastic Dizzy, cette physique est respectée. Si vous prenez de l'élan, votre personnage subira l'effet de l'inertie et basculera sur lui même. En terrain plat, vous pourrez facilement l'arrêter. S'il arrive en haut d'un plan incliné, alors attendez vous à le voir dégringoler tout en bas. Un oeuf n'est pas un hérisson bleu et ne peut pas faire de chutes vertigineuses ou courir très vite sans en subir les conséquences. A défaut de faire une omelette, Dizzy sera étourdi un moment, qui pourra lui être fatal. Question graphismes, le jeu fait simple : des couleurs pleines, pas de nuances. Simple ne veut pas dire moche, attention : les graphismes sont très fins et agréable à l'oeil. Question animation aucun soucis. De même pour la maniabilité, une fois que l'on tient compte de l'inertie du personnage, que je vient de mentionner. La musique ne m'a pas laissé un souvenir impérissable. Ok, elle est sympathique ( genre Les Schtroumpfs). Le problème est qu'elle se répète très rapidement et qu'elle donne la nausée à force.
  6. RetroBestiole

    Chase H.Q.

    Les bandits roulent tour à tour (je me trompe peut-être pour certains modèles...) en Lotus Esprit, en Lamborghini Countach, en Porsche 911 puis dans une sorte de Ferrari GTO (mais avec 6 feux arrières, donc, ce n'est pas ça...) et, pour finir, dans une voiture "mystère" dont Nancy est incapable de donner le signalement... Mais qu'est-ce donc que cette voiture mystère ?... En la rattrapant, vous verrez que c'est tout simplement la même que celle de nos héros, une Porsche 928 bleue (belle voiture, soit dit en passant). Le but du jeu est de rattraper le méchant avant un temps-limite de 60 secondes ; puis un nouveau compte à rebours est lancé dès que vous l'apercevez (60 secondes en plus des secondes gardées précédemment) où il faudra lui rentrer dedans afin que sa voiture prenne feu et que vous puissiez l'arrêter avant la deuxième échéance. Quand vous êtes ralenti par un obstacle ou un coup de frein, l'ennemi s'échappe et sa position vous est signalée par une flèche rouge. Si vous réussissez à le stopper, vous avez droit à une "magnifique" représentation d'arrestation (dérapage, mise en joue des vils brigands, etc.). On revient là au fait que ça ressemble beaucoup (dans l'esprit, pas dans les graphismes ^^) à NFS Most Wanted pour cette séquence... L'animation est bonne ; je veux dire par là qu'il n'y a jamais de ralentissements, l'impression de vitesse est présente (mais rien de transcendant, c'est une Master System hein !), la route défile sous la voiture, comme tous les jeux pré-3D, et semble s'étaler en largeur lorsque les tunnels arrivent (tout comme dans OutRun). Je n'ai pas remarqué de clipping à part lors d'un dérapage final où l'arrière de la 928 clignotait, car il avait l'air en "conflit" avec un buisson du bas-côté qui, lui aussi, clignotait. Les missions sont assez faciles, bien que ça se corse dans les derniers niveaux (en tout, 3 niveaux x 5 missions) et pourront paraître assez vite répétitives, même si des chemins différents (plutôt un raccourci) sont possibles, un peu à la manière d'OutRun, mais avec beaucoup moins de possibilités. La difficulté réside surtout dans le fait qu'étrangement, les voitures des poursuivis tiennent super bien la route par rapport à la nôtre, ce qui est très énervant dans les virages quand vous sortez et que l'autre file à toute allure. Encore plus énervant, c'est lorsqu'ils rentrent dans les autres : ils ne ralentissent pas et ne sortent JAMAIS de la route, sacrée IA ! Cependant, plus vous serez adroits, c'est-à-dire si vous arrivez à ne pas heurter la circulation, plus votre score grimpera, à raison de 200 points par voiture évitée, de la façon suivante : si vous en évitez 2 à la suite, vous aurez 200 + 400, si vous en évitez 7 à la suite, ce sera 200 + 400 + 600 + 800 + 1 000 + 1 200 + 1 400 qui s'ajouteront à votre score. Dès que vous rentrez dans un autre automobiliste, l'incrémentation repart à zéro. J'espère avoir été clair. C'est une bonne motivation pour essayer de rouler "proprement" et ainsi pouvoir acheter plus de bonus, dont le compresseur qui est utile mais cher...
  7. RetroBestiole

    The Simpsons : Bart vs. the Space Mutants

    Les extraterrestres ont envahi les rues de Springfield, mais personne ne semble y prêter attention, à l'exception de Bart Simpson. Ces extraterrestres comptent concevoir une puissante arme qui leur permettra d'asservir rapidement et facilement les terriens. Mais la conception de cette arme nécessite une grande quantité "d'objets de couleur violette". Et on s'en doute, Bart va tout faire pour entraver la réalisation de ce plan en repeignant en rouge tout ce qu'il trouvera de violet. Pour réussir l'objectif qu'il s'est fixé, notre héros fera usage sans modération d'un arsenal de bombes de peinture rouge. Mais il pourra aussi se servir de certains éléments du décor et d'autres objets achetés dans les boutiques de Springfield. Cette diversité limite quelque peu la relative monotonie d'un principe pourtant basique. Il faudra également composer avec les envahisseurs hostiles parfois croisés sous une apparence humaine. Ces ennemis ont en effet vite fait de raccourcir votre espérance de vie déjà assez réduite. Bien entendu, on rencontrera ça et là divers personnages composant l'univers de la cultissime série de Matt Groening. Par ailleurs, les décors ne se limitent pas seulement aux rues de Springfield, et on aura par exemple l'occasion de s'essayer aux quelques minis jeux de la fête foraine locale.
  8. RetroBestiole

    Astro Warrior

    Titre original directement développé pour la sega master system, ce shoot vertical ne comprend en tout et pour tout QUE (tenez-vous bien) 3 niveaux. Oui mais à l'époque, petit shmuper en herbe déjà accro à la répétition frénétique des touches de mon pad c'était pas bien grave ! Surtout qu'au niveau graphisme je le trouvais pour l'époque plutôt réussi. Une attention particulière a été apportée aux graphismes des ennemis et surtout pour les boss de fin de niveau qui étaient (à l'époque) assez impressionants. Les décors sont simplistes mais apportent bien l'ambiance au jeu fondé sur la traversée d'un vaisseau spatial ennemi où plus vous infligerez de dégats sur celui-ci, plus on vous récompensera en vous envoyant des items pour booster votre vaisseau. Sympa pour un jeu de cette époque. Au niveau gameplay, le titre était vraiment bien jouable. Le vaisseau réponds très bien aux commandes transmises depuis votre pad master system. Mais si vous avez le malheur de louper les "speed up" vous risquez de pleurer... Au niveau de la musique, chaque niveau à son thème original. Les musiques ne sont pas forcément entrainantes mais collent bien à l'ambiance du jeu. La musique qui ressort le plus du lot est celle qui revient à chaque boss de fin. Graphismes des boss sympa, jeu fluide, les items Pour conclure, Astro Warrior est, pour l'un des premiers jeux développés pour la master system, un bon jeu de shoot. Malgré la concurrence qui a suivi plus tard, le jeu s'en tire avec tous les honneurs qui lui sont dûs. L'ensemble est convaincant et si vous êtes comme moi un retrogamer fou, vous devez posséder ce jeu dans votre logithèque.
  9. RetroBestiole

    Soul Star X

    A l'origine, Soul Star est un jeu Mega-CD développé par Core Design. Après sa sortie, deux portages distincts étaient prévues : l'un sur Jaguar CD et l'autre sur 32X (Soul Star X). En fin de compte, aucun de ces deux jeux n'a été édité. Mais en février 2010, un dump d'une version inachevée de Soul Star X a été mis en ligne par la communauté Sega Saturno.
  10. Romance of the Three Kingdoms IV est une nouvelle adaptation du roman historique de Luo Guangzhong sur Megadrive 32X. Il est possible de jouer en mode historique pour respecter les récits du livre ou en mode fictif, qui correspond à la scénarisation des faits historiques revue par les développeurs. Six scénarios sont prévus avec un total de 38 leaders de guerre et gouverneurs de province avec lesquels vous allez tenter de conquérir les trois Royaumes de la Chine du troisième siècle.
  11. RetroBestiole

    The Adventures of Mighty Max

    The Adventures of Mighty Max est un jeu de plates-formes sur Megadrive. Max possède une casquette qui lui permet de voyager à travers différents mondes pour venir en aide aux gens en difficulté. Mais son ennemi juré, Skull Master, se sert de ses voyages pour construire plusieurs armes destructrices. Le joueur contrôle Max dans le but d'anéantir ces armes et sauver le monde une fois de plus !
  12. RetroBestiole

    Pac-Mania

    Pac-Mania est un jeu d'action sur Megadrive. Disposant d'une nouvelle vue isométrique, cet épisode de la série des Pac-Man vous propose toujours de guider le petit personnage à travers des puzzles variés tout en dévorant les boules jaunes. Il vaut éviter les fantômes qui vous pourchassent à moins d'avoir avalé un bonus qui vous permet de les manger. Au rang des nouveautés, Pac-Man et les fantômes peuvent désormais sauter.
  13. RetroBestiole

    Waterworld

    Waterworld sur Super Nintendo est un jeu d'action inspiré du film avec Kevin Costner. Le joueur incarne ce dernier dans trois phases de jeu différentes. La première permet de diriger le bateau tout en se débarrassant des "Smokers". Une autre propose de nager sous l'eau pour ramasser divers bonus et éviter des créatures marines. La dernière est une phase d'action où plusieurs armes deviennent disponibles au fur et à mesure de la progression dans le jeu.
  14. RetroBestiole

    Virtua Racing

    Le top de la borne d'arcade 3D de l'époque débarque sur Megadrive ! Présenté comme le premier jeu à utiliser le DSP (coprocesseur de Sega permettant à la Megadrive de gérer la 3D polygonale complexe de l'époque), Virtua Racing casse la baraque avec une vitesse et une jouabilité très proches de l'arcade. Comme StarWing à l'époque, Virtua Racing affichait un prix prohibitif de 600 francs à sa sortie, ce qui en faisait le plus cher du support.
  15. RetroBestiole

    Super Mario World Megadrive

    Un Mario sur Megadrive !? Non, vous ne rêvez pas. Bien sûr il s'agit d'un hack. Malheureusement, le jeu n'est pas très jouable et puis ce n'est pas un vrai bon Mario. Par exemple, si vous sautez sur un ennemi, vous mourrez...