Tanuki78

Uploader
  • Content Count

    1,235
  • Joined

  • Last visited

About Tanuki78

  • Birthday January 9
  • Interests
    Jeux Vidéos , Puzzle Game , Hacks de consoles ou de jeux , Informatique , Musique Celte
  1. Tanuki78

    Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban

    Merci d'essayer d'autres versions de PCSX2 disponibles sur RS
  2. Tanuki78

    Captain America and the Avengers

    Captain America and the Avengers (Captain America et les Vengeurs) est un beat them all développé par Data East, sorti sur arcade en 1991, puis sur Game Gear, Megadrive, Nintendo Entertainment System et Super Nintendo. Le joueur peut choisir de diriger Captain America, Iron Man, Vision ou Hawk-Eye pour combattre Crâne Rouge et ses hommes. Le jeu est un beat them all mais contient quelques scènes de shoot them up. Le Crâne Rouge a réuni une armée de vilains et d'autres hommes de main dans un complot pour conquérir le monde. Les joueurs devront également se confronter à Klaw, le Laser Vivant, le Tourbillon, les Sentinelles, le Sorcier, le Moissonneur, le Mandarin, le Fléau, Ultron, Crossbones et enfin le Crâne Rouge lui-même.
  3. Tanuki78

    Arkanoid: Doh It Again

    Arkanoid, c’est l’un des grands classiques, que dis-je ? l’une des légendes des premières heures du jeu vidéo, directement inspiré par le tout aussi mythique BreakOut. A vrai dire c’est aussi l’un des tout premiers jeux scénarisés de l’Histoire. Je veux dire, un vrai scénario, pas du genre « Toto traverse la route, aide-le à ne pas se faire écraser. » En une époque inconnue (parce qu’on va quand même pas se casser les… briques à situer précisément l’action), le vaisseau-mère Arkanoid a été détruit. Il n’en reste plus qu’une carcasse en lambeaux, ainsi qu’un Vaus, une sorte de navette de secours. Vous êtes à son bord et tentez de vous échapper de la carlingue fumante de l’Arkanoid. Arkanoid est un casse-brique. Les plus perspicaces d’entre vous l’auront peut-être compris tout seuls : le but du jeu est de casser des briques. Pour passer au niveau suivant, il faut donc casser toutes les briques d’un mur (j’insiste, mais je suis sûr que certains n’ont pas encore bien pigé le concept). L’écran de jeu, fixe, se décompose en deux parties. En haut, vous avez le mur de briques, et en bas, votre Vaus, ou plus prosaïquement une simple barre horizontale. Mais comme Arkanoid est un casse-briques et non un shmup, il ne suffira pas de tirer sur les briques pour les détruire. Non, ici il faut renvoyer une balle, qui rebondit à angle droit sur votre raquette, sur les briques et sur les parois du côté. A la limite, vous pouvez considérer Arkanoid comme une sorte de Pong vertical, où vous jouez contre un mur plutôt que contre un autre joueur. Si Arkanoid est devenu aussi célèbre, ce n’est certainement pas pour rien. Son principe fort simple mais tellement addictif, sa difficulté croissante et sa durée de vie quasiment infinie y sont sans doute pour beaucoup. Quant à ce portage sur Super NES, il faut bien dire qu’il n’apporte rien. Pas « pas grand-chose », rien. Nada. C’est une conversion à l’identique, avec ses graphismes et couleurs huit bits et son absence de musiques. Est-ce qu’il en vaut la peine ? Sans doute, au cas où vous n’auriez jamais pratiqué l’original. Mais avec Doh it Again, le véritable épisode dédié à la console, sa présence est plus anecdotique. Il n’empêche qu’il reste un excellent jeu, quel que soit son support.
  4. Tanuki78

    Arkanoid

    Arkanoid, c’est l’un des grands classiques, que dis-je ? l’une des légendes des premières heures du jeu vidéo, directement inspiré par le tout aussi mythique BreakOut. A vrai dire c’est aussi l’un des tout premiers jeux scénarisés de l’Histoire. Je veux dire, un vrai scénario, pas du genre « Toto traverse la route, aide-le à ne pas se faire écraser. » En une époque inconnue (parce qu’on va quand même pas se casser les… briques à situer précisément l’action), le vaisseau-mère Arkanoid a été détruit. Il n’en reste plus qu’une carcasse en lambeaux, ainsi qu’un Vaus, une sorte de navette de secours. Vous êtes à son bord et tentez de vous échapper de la carlingue fumante de l’Arkanoid. Arkanoid est un casse-brique. Les plus perspicaces d’entre vous l’auront peut-être compris tout seuls : le but du jeu est de casser des briques. Pour passer au niveau suivant, il faut donc casser toutes les briques d’un mur (j’insiste, mais je suis sûr que certains n’ont pas encore bien pigé le concept). L’écran de jeu, fixe, se décompose en deux parties. En haut, vous avez le mur de briques, et en bas, votre Vaus, ou plus prosaïquement une simple barre horizontale. Mais comme Arkanoid est un casse-briques et non un shmup, il ne suffira pas de tirer sur les briques pour les détruire. Non, ici il faut renvoyer une balle, qui rebondit à angle droit sur votre raquette, sur les briques et sur les parois du côté. A la limite, vous pouvez considérer Arkanoid comme une sorte de Pong vertical, où vous jouez contre un mur plutôt que contre un autre joueur. Si Arkanoid est devenu aussi célèbre, ce n’est certainement pas pour rien. Son principe fort simple mais tellement addictif, sa difficulté croissante et sa durée de vie quasiment infinie y sont sans doute pour beaucoup. Quant à ce portage sur Super NES, il faut bien dire qu’il n’apporte rien. Pas « pas grand-chose », rien. Nada. C’est une conversion à l’identique, avec ses graphismes et couleurs huit bits et son absence de musiques. Est-ce qu’il en vaut la peine ? Sans doute, au cas où vous n’auriez jamais pratiqué l’original. Mais avec Doh it Again, le véritable épisode dédié à la console, sa présence est plus anecdotique. Il n’empêche qu’il reste un excellent jeu, quel que soit son support.
  5. Tanuki78

    Ardy Lightfoot (Beta)

    Le prologue introduit l’histoire de manière dynamique puisque vous y participez. Lors de l’exploration d’une grotte, Ardy découvre un ancien manuscrit qui attire immédiatement son attention. Il le prend et le montre ensuite au doyen du village qui réussit à le traduire. Le texte se réfère à une légende qui révèle l’existence de pierres magiques donnant la puissance à quiconque en possède une. Peu après la lecture du récit, une explosion retentit et fait trembler la maison. Les occupants de la bâtisse sortent et regardent avec effroi le village qui brûle sur la montagne. Ardy part sur les lieux du désastre et s’efforce de sauver la population. Ardy Lightfoot se présente comme un jeu de plates-formes tout mignon avec une ambiance enfantine. La plupart des protagonistes sont des animaux personnifiés qui ont une gueule sympathique. L’île où vit le héros concentre différentes zones qu’un continent aurait du mal à accueillir. Elle abrite des villages très western, une forêt profonde et étonnamment belle, une pyramide au milieu d’un désert et bien sûr des bords de plage. Cette variété engendre bien évidemment des situations diversifiées. Le jeu commence comme un titre classique de plates-formes, ensuite arrive une course en charriot dans une mine, plus loin la victoire passe obligatoirement par la résolution d’énigmes, ou encore certains passages atroces de plates-forme pure et dure nécessitent une mémoire d’éléphant. Galvanisant pour les sados. Ardy Lightfoot renferme nombre de situations riches et inventives. Sans cracher tout ce qu’elle a dans le ventre, la console affiche un visuel correct et fort agréable grâce au ton employé résolument naïf et non violent, presque serein. Les graphismes ne proposent pas des décors fournis avec une multitudes de détails, pourtant ils ont quelque chose de magique. Les scrollings fluides suivent avec aisance les mouvements du personnage. L’écran ne se charge jamais en sprites. Au maximum, on comptabilise 2 ennemis affichés simultanément. La plupart des niveaux possèdent des musiques douces et mystérieuses qui se marient parfaitement avec l’ambiance générale. Parfois, au cœur des grottes, le lexique musical devient plus sombre à l’image des graphismes. Malgré le peu de méchants et l’atmosphère toute gentille du jeu, ne pensez pas qu’il soit facile de le terminer. En effet, de purs passages de plate-forme machiavéliques retarderont même les joueurs entraînés. Ardy risque de perdre de nombreuses vies à cause des multiples pièges, cependant le jeu distribue moult vies en compensation. Enfin certains boss vous feront souffrir car ils ne laissent passer aucune erreur. Ardu mais si bon. De longues heures en perspective.
  6. Tanuki78

    Ardy Lightfoot

    Le prologue introduit l’histoire de manière dynamique puisque vous y participez. Lors de l’exploration d’une grotte, Ardy découvre un ancien manuscrit qui attire immédiatement son attention. Il le prend et le montre ensuite au doyen du village qui réussit à le traduire. Le texte se réfère à une légende qui révèle l’existence de pierres magiques donnant la puissance à quiconque en possède une. Peu après la lecture du récit, une explosion retentit et fait trembler la maison. Les occupants de la bâtisse sortent et regardent avec effroi le village qui brûle sur la montagne. Ardy part sur les lieux du désastre et s’efforce de sauver la population. Ardy Lightfoot se présente comme un jeu de plates-formes tout mignon avec une ambiance enfantine. La plupart des protagonistes sont des animaux personnifiés qui ont une gueule sympathique. L’île où vit le héros concentre différentes zones qu’un continent aurait du mal à accueillir. Elle abrite des villages très western, une forêt profonde et étonnamment belle, une pyramide au milieu d’un désert et bien sûr des bords de plage. Cette variété engendre bien évidemment des situations diversifiées. Le jeu commence comme un titre classique de plates-formes, ensuite arrive une course en charriot dans une mine, plus loin la victoire passe obligatoirement par la résolution d’énigmes, ou encore certains passages atroces de plates-forme pure et dure nécessitent une mémoire d’éléphant. Galvanisant pour les sados. Ardy Lightfoot renferme nombre de situations riches et inventives. Sans cracher tout ce qu’elle a dans le ventre, la console affiche un visuel correct et fort agréable grâce au ton employé résolument naïf et non violent, presque serein. Les graphismes ne proposent pas des décors fournis avec une multitudes de détails, pourtant ils ont quelque chose de magique. Les scrollings fluides suivent avec aisance les mouvements du personnage. L’écran ne se charge jamais en sprites. Au maximum, on comptabilise 2 ennemis affichés simultanément. La plupart des niveaux possèdent des musiques douces et mystérieuses qui se marient parfaitement avec l’ambiance générale. Parfois, au cœur des grottes, le lexique musical devient plus sombre à l’image des graphismes. Malgré le peu de méchants et l’atmosphère toute gentille du jeu, ne pensez pas qu’il soit facile de le terminer. En effet, de purs passages de plate-forme machiavéliques retarderont même les joueurs entraînés. Ardy risque de perdre de nombreuses vies à cause des multiples pièges, cependant le jeu distribue moult vies en compensation. Enfin certains boss vous feront souffrir car ils ne laissent passer aucune erreur. Ardu mais si bon. De longues heures en perspective.
  7. Tanuki78

    Ardy Lightfoot

    Le prologue introduit l’histoire de manière dynamique puisque vous y participez. Lors de l’exploration d’une grotte, Ardy découvre un ancien manuscrit qui attire immédiatement son attention. Il le prend et le montre ensuite au doyen du village qui réussit à le traduire. Le texte se réfère à une légende qui révèle l’existence de pierres magiques donnant la puissance à quiconque en possède une. Peu après la lecture du récit, une explosion retentit et fait trembler la maison. Les occupants de la bâtisse sortent et regardent avec effroi le village qui brûle sur la montagne. Ardy part sur les lieux du désastre et s’efforce de sauver la population. Ardy Lightfoot se présente comme un jeu de plates-formes tout mignon avec une ambiance enfantine. La plupart des protagonistes sont des animaux personnifiés qui ont une gueule sympathique. L’île où vit le héros concentre différentes zones qu’un continent aurait du mal à accueillir. Elle abrite des villages très western, une forêt profonde et étonnamment belle, une pyramide au milieu d’un désert et bien sûr des bords de plage. Cette variété engendre bien évidemment des situations diversifiées. Le jeu commence comme un titre classique de plates-formes, ensuite arrive une course en charriot dans une mine, plus loin la victoire passe obligatoirement par la résolution d’énigmes, ou encore certains passages atroces de plates-forme pure et dure nécessitent une mémoire d’éléphant. Galvanisant pour les sados. Ardy Lightfoot renferme nombre de situations riches et inventives. Sans cracher tout ce qu’elle a dans le ventre, la console affiche un visuel correct et fort agréable grâce au ton employé résolument naïf et non violent, presque serein. Les graphismes ne proposent pas des décors fournis avec une multitudes de détails, pourtant ils ont quelque chose de magique. Les scrollings fluides suivent avec aisance les mouvements du personnage. L’écran ne se charge jamais en sprites. Au maximum, on comptabilise 2 ennemis affichés simultanément. La plupart des niveaux possèdent des musiques douces et mystérieuses qui se marient parfaitement avec l’ambiance générale. Parfois, au cœur des grottes, le lexique musical devient plus sombre à l’image des graphismes. Malgré le peu de méchants et l’atmosphère toute gentille du jeu, ne pensez pas qu’il soit facile de le terminer. En effet, de purs passages de plate-forme machiavéliques retarderont même les joueurs entraînés. Ardy risque de perdre de nombreuses vies à cause des multiples pièges, cependant le jeu distribue moult vies en compensation. Enfin certains boss vous feront souffrir car ils ne laissent passer aucune erreur. Ardu mais si bon. De longues heures en perspective.
  8. Tanuki78

    Digimon World

    Bandai se décide enfin à sortir son adaptation vidéoludique de Digimon pour tenter de faire trembler Pokémon sur son piédestal. L'introduction reprend globalement l'idée générale de l'anime, à savoir des enfants qui s'amusent à organiser des duels entre leurs créatures virtuelles sur des espèces de petites consoles portables. Après avoir répondu à un court questionnaire destiné à personnaliser votre partie, on assiste alors à l'aspiration du héros dans le Digimonde : un univers où les créatures qui intervenaient dans son jeu vidéo existent réellement ! Petit tour ensuite dans la capitale de l'île des fichiers binaires, où Jijimon raconte comment les Digimon ont perdu la faculté de parler et sont partis vers d'autres horizons. A vous donc de retrouver tous les Digital Monsters et de prouver que vous êtes réellement le meilleur dresseur de Digimon.
  9. Tanuki78

    Super Luigi Land 2: 6 Golden Coins

    Après le succès phénoménal de Super Mario Land, Nintendo nous gratifie de cette suite, logiquement nommé Super Mario Land 2 (6 Golden Coins), Pardon , ce n'est pas le bon jeu ! Super Luigi Land 2 , il s'agit d'un hack de Super Mario Land 2 qui remplace Mario par Luigi et remplace certains éléments comme l'antagoniste Wario changé par Waluigi.
  10. Tanuki78

    Création de Jaquettes

    @Siiryatan Merci beaucoup pour cette jaquette , je vais pouvoir m'en occuper de suite , Merci beaucoup : )
  11. Tanuki78

    Digimon World

    Bandai se décide enfin à sortir son adaptation vidéoludique de Digimon pour tenter de faire trembler Pokémon sur son piédestal. L'introduction reprend globalement l'idée générale de l'anime, à savoir des enfants qui s'amusent à organiser des duels entre leurs créatures virtuelles sur des espèces de petites consoles portables. Après avoir répondu à un court questionnaire destiné à personnaliser votre partie, on assiste alors à l'aspiration du héros dans le Digimonde : un univers où les créatures qui intervenaient dans son jeu vidéo existent réellement ! Petit tour ensuite dans la capitale de l'île des fichiers binaires, où Jijimon raconte comment les Digimon ont perdu la faculté de parler et sont partis vers d'autres horizons. A vous donc de retrouver tous les Digital Monsters et de prouver que vous êtes réellement le meilleur dresseur de Digimon.
  12. Tanuki78

    Digimon World

    Bandai se décide enfin à sortir son adaptation vidéoludique de Digimon pour tenter de faire trembler Pokémon sur son piédestal. L'introduction reprend globalement l'idée générale de l'anime, à savoir des enfants qui s'amusent à organiser des duels entre leurs créatures virtuelles sur des espèces de petites consoles portables. Après avoir répondu à un court questionnaire destiné à personnaliser votre partie, on assiste alors à l'aspiration du héros dans le Digimonde : un univers où les créatures qui intervenaient dans son jeu vidéo existent réellement ! Petit tour ensuite dans la capitale de l'île des fichiers binaires, où Jijimon raconte comment les Digimon ont perdu la faculté de parler et sont partis vers d'autres horizons. A vous donc de retrouver tous les Digital Monsters et de prouver que vous êtes réellement le meilleur dresseur de Digimon.
  13. Tanuki78

    Digimon World

    Bandai se décide enfin à sortir son adaptation vidéoludique de Digimon pour tenter de faire trembler Pokémon sur son piédestal. L'introduction reprend globalement l'idée générale de l'anime, à savoir des enfants qui s'amusent à organiser des duels entre leurs créatures virtuelles sur des espèces de petites consoles portables. Après avoir répondu à un court questionnaire destiné à personnaliser votre partie, on assiste alors à l'aspiration du héros dans le Digimonde : un univers où les créatures qui intervenaient dans son jeu vidéo existent réellement ! Petit tour ensuite dans la capitale de l'île des fichiers binaires, où Jijimon raconte comment les Digimon ont perdu la faculté de parler et sont partis vers d'autres horizons. A vous donc de retrouver tous les Digital Monsters et de prouver que vous êtes réellement le meilleur dresseur de Digimon.
  14. Tanuki78

    Digimon World

    Bandai se décide enfin à sortir son adaptation vidéoludique de Digimon pour tenter de faire trembler Pokémon sur son piédestal. L'introduction reprend globalement l'idée générale de l'anime, à savoir des enfants qui s'amusent à organiser des duels entre leurs créatures virtuelles sur des espèces de petites consoles portables. Après avoir répondu à un court questionnaire destiné à personnaliser votre partie, on assiste alors à l'aspiration du héros dans le Digimonde : un univers où les créatures qui intervenaient dans son jeu vidéo existent réellement ! Petit tour ensuite dans la capitale de l'île des fichiers binaires, où Jijimon raconte comment les Digimon ont perdu la faculté de parler et sont partis vers d'autres horizons. A vous donc de retrouver tous les Digital Monsters et de prouver que vous êtes réellement le meilleur dresseur de Digimon.
  15. Tanuki78

    Création de Jaquettes

    Bonjour Je recherche une jaquette pour ce hack suivant : https://www.romhacking.net/hacks/5115/ Il s'agit d'un hack de Super Mario Land 2 qui remplace Mario par Luigi et cela apporte d'autres changements comme l'antagoniste principal Wario remplacé par Waluigi. Critères : - Utiliser un style ressemblant à la jaquette originelle - Respecter un patron Game Boy Je vous souhaite une bonne journée et bonne chance à ceux qui essayeront de la confectionner Au revoir Tanuki78 , Uploadeur E-Mail : T78-Romstation2@gmx.com