Tanuki78

Uploader
  • Content Count

    1,149
  • Joined

  • Last visited

About Tanuki78

  • Birthday January 9
  • Interests
    Jeux Vidéos , Puzzle Game , Hacks de consoles ou de jeux , Informatique , Musique Celte
  1. Tanuki78

    Age of Empires : Gold Edition

    @liliyo L'émulateur PC depuis quelques temps est masqué dans la liste des émulateurs , mais si tu n'as pas l'émulateur et que tu essayes de lancer le jeu , le logiciel te proposera de le télécharger
  2. Tanuki78

    Real Bout Garou Densetsu (Démo)

    Real Bout est le cinquième volet de la célèbre série Garou Densetsu (Fatal Fury en Europe et aux US), l'occasion pour SNK de peaufiner le gameplay. Attirant de plus en plus de fans, l'éditeur se devait d'apporter une "jouabilité" plus instinctive dans le but de toucher le grand public, à l'instar des Street Fighter de Capcom. Depuis ses débuts en 1991, Garou Densetsu a su imposer son style au gré des diverses améliorations. Le soft se joue dorénavant sur 3 boutons : entre les coups de poing et de pied classiques, un troisième bouton réunit les attaques spéciales et les coups puissants, dont la nature varie en fonction de notre distance par rapport à l'adversaire. La possibilité de changer de plan, afin d'esquiver certains coups spéciaux (élément typique de la série), est toujours bel et bien présentée via une quatrième touche. Côté gameplay, deux types de furies sont possibles : "Super Power" et "Perfect Power". On peut déclencher la première uniquement lorsque sa jauge de vitalité est proche du K.O. ; tandis que la seconde, bien plus dévastatrice et qui transforme l'ecran en véritable feu d'artifice, est réalisable à la condition d'avoir simultanément et une jauge de "Super Power" pleine et une jauge de vie alarmante. Un système de "rush" se pointe pour la première fois dans Garou. Les enchaînements deviennent donc une pratique nécéssaire pour remporter un round et accroître son score. L'absence de censure permet par ailleurs de mettre son adversaire K.O. grâce à des enchaînements accompagnés de gerbes de sang du plus bel effet, et tout cela dans une fluidité irréprochable, ce qui procure beaucoup de fun. Autre nouveauté, il est à présent possible de gagner à l'aide d'une sortie de zone de combat, plus exactement appelée "out of bounds". Il faudra, pour en arriver là, détruire au préalable un obstacle (mur, vitres, barrières...). Les scènes comiques lors de cet événement ajoutent une touche d'humour agréable qui contraste efficacement avec la violence de l'action. Seize personnages sont disponibles dont une grande majorité viennent du précédent opus. Le comeback de certains fait beaucoup plaisir : Billy Kane, Duck King et Kim Kaphwan. La crème des persos de la série était décidément incourtournable dans cet épisode pour SNK, qui a retenu l'erreur honteuse de Garou 3 qui les avait "ignoré". D'ailleurs, Geese Howard devait, dans cet épisode, faire sa dernière apparition (d'après SNK himself) puisqu'à la fin les frères Bogard prennent leur revanche suite au meurtre de leur père. Scène grandiose ceci dit au passage. Le bas blesse par contre sur la quantité des décors : le jeu compte seulement 5 zones différentes qui fourmillent de détails, de couleurs et sont riches en animations, mais on reste un peu sur notre faim. J'imagine la frustration du fan ayant acheté le soft à sa sortie. Rien d'alarmant non plus, ce manque de variété visuelle est en partie gommé par le thème musical propre à chaque adversaire.
  3. Tanuki78

    Real Bout Garou Densetsu

    Real Bout est le cinquième volet de la célèbre série Garou Densetsu (Fatal Fury en Europe et aux US), l'occasion pour SNK de peaufiner le gameplay. Attirant de plus en plus de fans, l'éditeur se devait d'apporter une "jouabilité" plus instinctive dans le but de toucher le grand public, à l'instar des Street Fighter de Capcom. Depuis ses débuts en 1991, Garou Densetsu a su imposer son style au gré des diverses améliorations. Le soft se joue dorénavant sur 3 boutons : entre les coups de poing et de pied classiques, un troisième bouton réunit les attaques spéciales et les coups puissants, dont la nature varie en fonction de notre distance par rapport à l'adversaire. La possibilité de changer de plan, afin d'esquiver certains coups spéciaux (élément typique de la série), est toujours bel et bien présentée via une quatrième touche. Côté gameplay, deux types de furies sont possibles : "Super Power" et "Perfect Power". On peut déclencher la première uniquement lorsque sa jauge de vitalité est proche du K.O. ; tandis que la seconde, bien plus dévastatrice et qui transforme l'ecran en véritable feu d'artifice, est réalisable à la condition d'avoir simultanément et une jauge de "Super Power" pleine et une jauge de vie alarmante. Un système de "rush" se pointe pour la première fois dans Garou. Les enchaînements deviennent donc une pratique nécéssaire pour remporter un round et accroître son score. L'absence de censure permet par ailleurs de mettre son adversaire K.O. grâce à des enchaînements accompagnés de gerbes de sang du plus bel effet, et tout cela dans une fluidité irréprochable, ce qui procure beaucoup de fun. Autre nouveauté, il est à présent possible de gagner à l'aide d'une sortie de zone de combat, plus exactement appelée "out of bounds". Il faudra, pour en arriver là, détruire au préalable un obstacle (mur, vitres, barrières...). Les scènes comiques lors de cet événement ajoutent une touche d'humour agréable qui contraste efficacement avec la violence de l'action. Seize personnages sont disponibles dont une grande majorité viennent du précédent opus. Le comeback de certains fait beaucoup plaisir : Billy Kane, Duck King et Kim Kaphwan. La crème des persos de la série était décidément incourtournable dans cet épisode pour SNK, qui a retenu l'erreur honteuse de Garou 3 qui les avait "ignoré". D'ailleurs, Geese Howard devait, dans cet épisode, faire sa dernière apparition (d'après SNK himself) puisqu'à la fin les frères Bogard prennent leur revanche suite au meurtre de leur père. Scène grandiose ceci dit au passage. Le bas blesse par contre sur la quantité des décors : le jeu compte seulement 5 zones différentes qui fourmillent de détails, de couleurs et sont riches en animations, mais on reste un peu sur notre faim. J'imagine la frustration du fan ayant acheté le soft à sa sortie. Rien d'alarmant non plus, ce manque de variété visuelle est en partie gommé par le thème musical propre à chaque adversaire.
  4. Tanuki78

    Garou Densetsu Special

    Fatal Fury Special sur Mega CD est un jeu de baston en 2D, qui est une version améliorée de Fatal Fury 2. 16 personnages au style unique s'affrontent ici. Battez-vous dans des décors variables et maîtrisez le système de combo qui permet de vider la barre de vie adverse en un clin d'oeil.
  5. Tanuki78

    Fatal Fury Special

    Fatal Fury Special sur Sega CD est un jeu de baston en 2D, qui est une version améliorée de Fatal Fury 2. 16 personnages au style unique s'affrontent ici. Battez-vous dans des décors variables et maîtrisez le système de combo qui permet de vider la barre de vie adverse en un clin d'oeil.
  6. Garou Densetsu 2: Aratanaru Tatakai sur Game Boy est un jeu de combat innovant dans lequel les personnages peuvent évoluer sur deux plans différents. Il est possible de passer de l'arrière à l'avant de l'écran, pour notamment esquiver les attaques adverses. Les trois personnages jouables disposent de techniques diverses et variées, dont une qui permet d'attaquer les deux plans en même temps afin d'être sûr d'envoyer son rival au tapis.
  7. Tanuki78

    Drakkhen

    Drakkhen est un jeu de rôle sur SNES. La prophétie a été réalisée et le monde doit être gouverné par les dragons. Sur une île lointaine, les seigneurs se préparent à l'invasion des dragons avec appréhension. Il n'y a qu'un seul espoir pour l'humanité : une expédition envoyée par l'empereur constituée de 4 héros guerriers et magiciens. Ces derniers doivent résoudre l'énigme des larmes et empêcher l'invasion des Drakkhen.
  8. Tanuki78

    Drakkhen

    Drakkhen est un jeu de rôle sur SNES. La prophétie a été réalisée et le monde doit être gouverné par les dragons. Sur une île lointaine, les seigneurs se préparent à l'invasion des dragons avec appréhension. Il n'y a qu'un seul espoir pour l'humanité : une expédition envoyée par l'empereur constituée de 4 héros guerriers et magiciens. Ces derniers doivent résoudre l'énigme des larmes et empêcher l'invasion des Drakkhen.
  9. Tanuki78

    Drakkhen

    Drakkhen est un jeu de rôle sur SNES. La prophétie a été réalisée et le monde doit être gouverné par les dragons. Sur une île lointaine, les seigneurs se préparent à l'invasion des dragons avec appréhension. Il n'y a qu'un seul espoir pour l'humanité : une expédition envoyée par l'empereur constituée de 4 héros guerriers et magiciens. Ces derniers doivent résoudre l'énigme des larmes et empêcher l'invasion des Drakkhen.
  10. Tanuki78

    Taito Memorial: Bubble Bobble

    Classic Bubble Bobble sur Game Boy Color est un jeu d'action dans lequel vous incarnez Bub et Bob, deux enfants transformés en dinosaures. L'un d'eux étant malade, vous devez trouver un remède en utilisant vos capacités à piéger les méchants dans des bulles pour les faire exploser.
  11. Tanuki78

    Bubble Bobble

    Adapté sur de nombreux supports, la série des Bubble Bobble a conquis dès ses débuts le cœur de nombreux joueurs… et joueuses ! En effet Taito, la boîte à l'origine de la saga, a l'idée en 1986 d'offrir aux garçons un titre fun, corsé mais très Kawaii, et donc susceptible de plaire à leurs chères et tendres pour des parties multijoueurs en amoureux sur borne d'arcade. De là, nait Bubble Bobble, l'ainé d'une franchise qui s'étoffera grâce à maintes suites dont certaines sortiront sous d'autres noms ; Rainbow Islands, Parasol Stars et autre Bubble Symphony. Sorti plus tard sur la NES de Nintendo en 1988, voyons comment le titre et ses deux petits dragons ont attendri le cœur des demoiselles (mais aussi de leur golden boy!) Deux jeunes garçons, Bub et Bob sont transformés en dragon (tout Kawaii…) après l'enlèvement de leur promise par l'infâme et terrible Baron Von Blubba. Accompagnant leur transformation, un pourvoir leur est offert. Celui de cracher des bulles… d'eau ! De grands pouvoirs amenant de grandes responsabilités, les voilà bien décidés à parcourir les 100 niveaux qui les séparent de leur belle afin d'en découdre avec le véritable méchant de l'histoire, le diabolique Drunk. Chaque niveau se présente en un seul écran/tableau composé de diverses plates-formes. Seul ou à deux joueurs, il faut les gravir afin de rejoindre les ennemis pour les capturer dans des bulles et les faire éclater. Le but est de vider l'écran de toutes ses bêbêtes pour accéder au level suivant. Si de prime abord cela paraît mignon et simple, de nombreux éléments viennent corser la progression de nos dragons. A commencer par un décompte temporel invisible à l'écran. Après environ une trentaine de secondes, une sirène retentit et les ennemis redoublent de vitesse et d'agressivité. A peine plus tard le thème musical s'accélère soulignant, à l'image du thème de Jaws pour l'apparition du requin, l'arrivé du Baron Von Blubba. Indestructible, ce dernier nous pourchasse sans relâche, la ténacité galopante au fur et à mesure que le temps s'écoule. Le moindre contact avec lui, comme avec tous les ennemis, est synonyme de trépas. On comprend rapidement que dans chaque niveau la priorité absolue est de se débarrasser au plus vite des adversaires pour éviter cette interminable traque de Von Blubba parmi des adversaires survoltés. Plus on avance dans le jeu, plus le bestiaire se diversifie et corse notre progression. Après les simples petits jouets mécaniques plus bêtes que méchants, on croise des sorciers qui lancent des rochers, des vaisseaux typés Space Invaders qui tirent leurs missiles vers le bas de l'écran, des bestioles folles sur ressort ou encore des espèces de baleines volantes survitaminées. Plus on progresse, plus ces ennemis se mélangent, augmentant la difficulté qui va crescendo.
  12. Tanuki78

    Bubble Bobble

    Adapté sur de nombreux supports, la série des Bubble Bobble a conquis dès ses débuts le cœur de nombreux joueurs… et joueuses ! En effet Taito, la boîte à l'origine de la saga, a l'idée en 1986 d'offrir aux garçons un titre fun, corsé mais très Kawaii, et donc susceptible de plaire à leurs chères et tendres pour des parties multijoueurs en amoureux sur borne d'arcade. De là, nait Bubble Bobble, l'ainé d'une franchise qui s'étoffera grâce à maintes suites dont certaines sortiront sous d'autres noms ; Rainbow Islands, Parasol Stars et autre Bubble Symphony. Sorti plus tard sur la NES de Nintendo en 1988, voyons comment le titre et ses deux petits dragons ont attendri le cœur des demoiselles (mais aussi de leur golden boy!) Deux jeunes garçons, Bub et Bob sont transformés en dragon (tout Kawaii…) après l'enlèvement de leur promise par l'infâme et terrible Baron Von Blubba. Accompagnant leur transformation, un pourvoir leur est offert. Celui de cracher des bulles… d'eau ! De grands pouvoirs amenant de grandes responsabilités, les voilà bien décidés à parcourir les 100 niveaux qui les séparent de leur belle afin d'en découdre avec le véritable méchant de l'histoire, le diabolique Drunk. Chaque niveau se présente en un seul écran/tableau composé de diverses plates-formes. Seul ou à deux joueurs, il faut les gravir afin de rejoindre les ennemis pour les capturer dans des bulles et les faire éclater. Le but est de vider l'écran de toutes ses bêbêtes pour accéder au level suivant. Si de prime abord cela paraît mignon et simple, de nombreux éléments viennent corser la progression de nos dragons. A commencer par un décompte temporel invisible à l'écran. Après environ une trentaine de secondes, une sirène retentit et les ennemis redoublent de vitesse et d'agressivité. A peine plus tard le thème musical s'accélère soulignant, à l'image du thème de Jaws pour l'apparition du requin, l'arrivé du Baron Von Blubba. Indestructible, ce dernier nous pourchasse sans relâche, la ténacité galopante au fur et à mesure que le temps s'écoule. Le moindre contact avec lui, comme avec tous les ennemis, est synonyme de trépas. On comprend rapidement que dans chaque niveau la priorité absolue est de se débarrasser au plus vite des adversaires pour éviter cette interminable traque de Von Blubba parmi des adversaires survoltés. Plus on avance dans le jeu, plus le bestiaire se diversifie et corse notre progression. Après les simples petits jouets mécaniques plus bêtes que méchants, on croise des sorciers qui lancent des rochers, des vaisseaux typés Space Invaders qui tirent leurs missiles vers le bas de l'écran, des bestioles folles sur ressort ou encore des espèces de baleines volantes survitaminées. Plus on progresse, plus ces ennemis se mélangent, augmentant la difficulté qui va crescendo. Bubble Bobble premier du nom pose admirablement les bases d'une franchise qui aurait pu devenir culte si certaines de ses suites ne s'étaient pas égarées. Son gameplay jouissif et sans cesse renouvelé, son univers rose bonbon au level design efficace parvient grâce à cette version Nes à attirer, en plus des garçons, le public féminin qui préfère jouer tranquillement à la maison plutôt que dans les salles enfumées. Bubble Bobble est et restera dans les mémoires comme l'un des meilleurs jeux d'arcade jouables à deux simultanément.
  13. Tanuki78

    101 Dalmatiens 2 : Patchs London Adventure

    @fcgb88 Aucune version Europe ou française n'existe sur ce jeu
  14. Tanuki78

    Garou Densetsu 2: Aratanaru Tatakai

    Fatal Fury 2 sur Megadrive est un jeu de combat innovant dans lequel les personnages peuvent évoluer sur deux plans différents. Il est possible de passer de l'arrière à l'avant de l'écran, pour notamment esquiver les attaques adverses. Les trois personnages jouables disposent de techniques diverses et variées, dont une qui permet d'attaquer les deux plans en même temps afin d'être sûr d'envoyer son rival au tapis.
  15. Tanuki78

    Garou Densetsu: Shukumei no Tatakai

    Fatal Fury sur Megadrive est un jeu de combat innovant dans lequel les personnages peuvent évoluer sur deux plans différents. Il est possible de passer de l'arrière à l'avant de l'écran, pour notamment esquiver les attaques adverses. Les trois personnages jouables disposent de techniques diverses et variées, dont une qui permet d'attaquer les deux plans en même temps afin d'être sûr d'envoyer son rival au tapis.