DrunkenPenPen

Active member
  • Content Count

    301
  • Joined

  • Last visited

  1. DrunkenPenPen

    7 Grand Dad

    " Grand Dad ! Oui, c'est Grand Dad ! C'est une expérience contre-nature [Grand Dad !] Bootleg venu de Chine, son existence est une torture. [Ooooh !] Ils ont collé la tête de Mario sur Fred Pierrafeu C'est pas très beau [Flinstones ?] Grand Dad ! Oui, c'est Grand Dad ! C'est une Yabba Dabomina.... Une Yabomina.... Une Yabomination ! " Voilà, maintenant je peux mourir en paix ! XD
  2. DrunkenPenPen

    JEUX PS1 conseils

    Pour ma part, je te conseille : - Castlevania Symphony Of The Night - Duke Nukem Land Of The Babe - Dino Crisis - Final fantasy 7 - Ghost In The Shell (oui oui le jeu !) - Megaman X4/X5/X6 - Rayman 2 - Tekken 2 et 3 - Soulblade - Street Fighter Alpha 3 - Syphon Filter (le 2 reste mon préféré) - Silent Hill - La série des Sypro et les Crash Bandiccot voilà il y en a encore d'autres mais c'est déjà pas mal ^^
  3. DrunkenPenPen

    hype ou pas ? sur super mario 3D all stars

    Etant assez fan de Spyro (jeu de l'enfance) je m'étais procuré le remake sur PS4. Je confirme bien qu'il n'y a que le 1er sur le cd, les autres jeux sont à télécharger mais c'est automatique quand on lance le jeu. Avec du recule, je me rend compte que c'est plutôt vrai ! Après, je suis quand même fan de la franchise parce que c'est un de mes jeux de l'enfance (dont les démo qu'on saignait à l'époque). Pour ne pas mentir, j'ai fait le 1er plusieurs fois (version PS1 et Remake) et j'aime beaucoup cette opus, mon préféré reste le 3 qui est vraiment celui que je conseille pour ceux qui n'en voudrai faire qu'un seul de la trilogie (plus varié, on joue plusieurs personnages etc....). Par contre, celui que je n'aime pas est le deuxième, je l'ai fini avec beaucoup de mal sur le remake tellement il ne me plaisait pas : peu de monde, trop lassant etc.... pourtant j'en garde un bon souvenir sur la démo d'époque mais bon la nostalgie ça ne fait pas tout ^^' D'ailleurs, je l'ai tellement pas aimé que je n'ai même pas fait le 3 sur la compile, du coup je dois bien reconnaître que c'est plutôt vrai que les Spyro sont lassants. La franchise que je ne me lasse pas sur la PS1 reste les Crash Bandiccot....là c'est ma série de cœur ! (j'ai connu en même temps que Spyro sur la fameuse démo rouge offert avec la PS1). Je viens de vérifié un petit truc, il s'avère que j'ai Spyro : A Hero's Tail sur PS2, j'y est pas beaucoup joué mais la seule chose dont je me rappelle très bien c'est à quel point les flammes sont bien fait ! Il faudra bien que je lui donne sa chance. Pour ce qui est de la compile Mario.....je n'ai pas de switch donc c'est réglé mais comme il n'est pas impossible que je m'achète un jour une switch, je dirais qu'il m’intéresserait vu que j'en n'est fait aucun.
  4. DrunkenPenPen

    Berserk

    Un cri surgissant de nulle part dans la nuit, une ombre qui se défile sous la pluie, une énorme épée à la main et un sourire au coin, tout laisse à croire qu’on y suit le diable mais ce n’est qu’un être humain ou du moins ce qu’il en reste. Voilà ce qui aurait probablement été une belle introduction à ce personnage si singulier qu’est Guts, le héro de Berserk ! Pourtant ce genre de héro solitaire avec beaucoup de remord mais peu de regret sont légion dans les mangas mais Guts en est probablement sa représentation la plus sombre. Pour beaucoup d’entre nous, Berserk a été le premier véritable Seinen où la beauté du dessin et l’atrocité des scènes cohabite ensemble, alors imaginez bien qu’à l’annonce d’une adaptation en 1997 d'un animé Berserk, les fans avait hâte de voir tout ce qui fait le charme d’un tel manga en animation devant nos petits écran. Cependant, adapter Berserk est-il possible ? Peut-on diffusé des choses horrible à la télé ? Les fans trouverons t-ils leur compte ? Ma foi, c’est ce qu’on va tenter de voir. ! Avertissement ! Pour ceux qui ne connaîtrait pas Berserk, sachez qu’il s’agit d’une œuvre très mature avec beaucoup de scène qui peuvent heurter un jeune public. Il est conseillé pour certains passages d’éviter les regards indiscrets et que vous pouvez être choqué par ce que vous allez voir (surtout la fin). Une manière simple de dire âmes sensibles s’abstenir, vous voila prévenu ! Casca, Guts et Griffith sont les trois protagonistes de Berserk We Come From The Land Of The Ice And Snow From The Midnight Sun, Where The Hot Springs Flow The Hammer Of The Gods Pour les amateurs d’animé et de manga, Berserk est très souvent considéré comme un classique du Seinen et il y a de quoi l’être ! Créer par Kentarō Miura, un auteur assez singulier puisqu’il fait parti des ‘enfants prodiges’ qui ont révélé un véritable talent très jeune….pour tout vous dire, il a publier son premier manga alors qu’il était l’école primaire ! En effet, son école l’a soutenu dans son projet, c’est pas chez nous que ce genre de chose arrive. C’est en 1988 qu’il commença son prototype de Berserk dont il recevra un prix cette même année, l’année suivante il fera King of Wolves, un manga adapté de l’écrit d’un certain Buronson alias Yoshiyuki Okamura, le scénariste de Hokuto no Ken, connu chez nous sous le titre Ken Le Survivant, rien que ça ! Il se liera d’amitié avec ce scénariste dont il en est un très grand fan pour son travail sur Hokuto no Ken, au point même de vouloir le dépassé. C’est en 1990 (ou 1989 selon mon tome) que sort le tout premier tome de Berserk, cependant il connaîtra un soucis lors de sa publication. Le manga est publié dans le magazine Animal House mais il est remplacé par Young Animal (qui publiera le manga Step up, Love Story), l’auteur se retrouve alors dans une impasse. Soit il reprend Berserk à zéro puisque les lecteurs ne pourrait pas commencer l’histoire à partir d’un tome 4 (il avait déjà publié les trois premier tomes), soit il devient le dessinateur attitré de Buronson pour de futur projet, offre très alléchant d’autant que l’auteur en est un grand fan et que les trois premiers tomes de Berserk ne c’était pas bien vendu. Contre tout attende, il reprend Berserk à zéro mais ce qui amène un autre problème : quoi raconter ? En effet, l’auteur avait du mal à raconter son histoire pour la simple raison qu’il n’avait rien à dire, c’était un excellent dessinateur mais pas un très bon conteur. Cependant, il arriva tout de même à progressé dans ce domaine en s’inspirant de son amitié avec Kōji Mori (l’auteur de Suicide Island) qu’il admirait et qui sera représenté par le personnage de Griffith dans Berserk. Kentarō Miura fera preuve d’une grande ingéniosité pour pouvoir continuer son récit tout en reprenant à zéro. Il a eu la bonne idée de faire un long flash-back qui raconte la jeunesse de Guts, le héro principal et de sa rencontre avec Griffith qu’on appelle plus communément L’age d’or. Une fois cette arc fini, il reprend son récit là où il l’avait laissé dans le troisième tomes, c’est l’age Sombre ! Si l’histoire de son auteur et la création de Berserk vous intéresse, je vous conseille la vidéo de La chaîne de P.A.U.L qui approfondira tout ce que je viens de raconter, c’est très intéressant je vous le conseille vivement (il a fait aussi sur l’auteur de Dragon Ball Z qui est tout aussi passionnant). Voici la vidéo en question : https://www.youtube.com/watch?v=QKddRrgIpuw C’est en 1997 que la première adaptation de Berserk verra le jour, adaptation que l’auteur à produit lui-même ! C’est cette adaptation que je vais vous présenter mais sachez qu’il existe aussi une trilogie de film sorti entre 2012 et 2013 que je vous conseille mais à condition d’aimer la 3D. Il existe aussi une adaptation de l’age sombre en 2 saisons sorti en 2016 qui était…...catastrophique d’un point de vue de l’animation 3D (surtout la deuxième saison). Le studio qui s’occupe de l’adaptation de 1997 n’est rien d’autre que OLM, Inc. (Oriental Light and Magic) qui s’occuperont de la mini série Ah! My Goddess (1998) mais surtout d’un petit animé pas trop connu avec des bestioles qui se battent entre eux, ça s’appelait comment déjà ? Ah oui, Pokémon ! Oui, c’est le studio qui fera tout ce qui touche à Pokémon en matière d’adaptation mais aussi les films Pokémon, tout quoi ! Il feront aussi l’adaptation d’Inazuma Eleven pour les plus jeunes d’entre nous. Le réalisateur est Naohito Takahashi qui est plus connu pour son travail d’animateur sur Iria: Zeiram the Animation (Mini série assez proche de Gunnm) et sur tout ce qui est Pokémon et Inazuma Eleven. C’est quand même assez drôle de constater que le studio est passé de Berserk à Pokémon je viens de me rendre compte que je parle de Seinen depuis plusieurs billets et que je n’ai jamais expliqué qu’est-ce que c’était. Le Seinen est un manga/Animé destiné principalement à un public masculin plus ‘mature’, c’est à dire entre 15-30 ans, cependant c’est pas réellement une définition concrète. Le Seinen n’est pas un genre en soi et il n’est surtout pas codifié comme pourrait l’être un Shonen Nekketsu par exemple, ce qui implique donc que n’importe qui pourrait regarder un Seinen qu’il soit un homme ou une femme, dans le cas de Berserk j’ai connu une fille qui en était fan ! De plus, n’importe quel style peuvent être impliqué dans le Seinen, l’exemple parfait est Puella Magi Madoka Magica qui est considéré comme un Seinen alors qu’on traite un genre normalement destiné à des jeunes filles : le Magical Girl ! Pourtant, Madoka n’est pas un Shojo mais bien un Seinen à cause de son ambiance et de son écriture. On pourrais en dire de même avec Evangelion qui est considéré comme un Shonen alors qu’il aurait pût être un Seinen. Cette petite parenthèse à pour but d’expliquer que le Seinen est avant tout un public ciblé qu’autre chose. Classer les animé et les manga par genre est très difficile mais surtout inutile selon moi, surtout de nos jours où tout se mélange (et j’ai envie de dire tant mieux). Berserk est une oeuvre violente et sanglante ! Un rêve est une chose bien étrange… On peut le voir comme le pari du courageux ou bien comme la fuite du lâche. Bien, parlons de l’intrigue de Berserk. Parlez de l’intrigue n’est pas chose aisé puisqu’il s’agit d’un long flash-back qui fait toute la durée de la série à cause d’un problème d’édition comme je l’ai expliqué plus tôt. Dans le présent (épisode 1), Guts alias le chevalier Noir est à la poursuite de Griffith, un commandant qu’il a rencontré dans le passé. S’ensuit alors ce flash-back qui raconte la jeunesse de Guts et sa rencontre avec la troupe des Faucons, troupe de mercenaire dirigé par Griffith, un homme très charismatique et très mystérieux. S’ensuivront des batailles épiques, des rencontres mystérieuses et terrifiantes, des amitiés se formeront ainsi que des complots….bref, il y a de tout dans Berserk. L’intrigue n’est pas dur à comprendre en soi mais il faut être conscient qu’il y a des flash-back dans des flash-back et des ellipses temporelles dans le flash-back, on peut vite se perdre mais je tiens à rassurer puisqu’on comprend très vite où nous en somme. L’intrigue de cette animé est très passionnant et le rythme est très bien gérer, c’est simple on ne s’ennuie jamais et on a toujours envie de voir la suite. On apprécie chaque personnage même si tous ne sont pas tous aussi bien développé mais ils ont tous un charisme qui fait qu’on aime leurs présences, même les personnages antipathiques ! Cette qualité se retrouve dans le manga car oui, Berserk raconte une histoire avec des personnages qui ont des rêves et des désirs mais qui ont aussi des souffrances, tout ce que l’on attend d’une bonne écriture. Et que dire de son ambiance ? Epique, Brutal et parfois très sombre, on retrouve le charme du manga à l’écran. Bon, il y a la fin qui va en dérouter plus d’un puisque l’anime s’achève brutalement (dans tout les sens du terme) laissant son public un peu en plan et sans explication…. Cependant, cette fin brutal a pour but d’invité son public à lire le manga car oui, on l’oublie souvent mais l’un des buts d’une adaptation est d'inviter son public à lire le manga original. La relation entre Casca et Guts est très ambiguë durant toute la série Berserk ce n’est pas qu’une histoire, c’est aussi quelque chose qui s’écoute, je parle évidemment de l’ost. Oh mon dieu, quel ost ! Je commence à le dire un peu trop souvent (tant mieux d’un côté) mais l’ost est excellent, c’est même une des grandes force de cette adaptation ! C’est une ost très courte ( 35 minutes au total pour 8 chansons) avec des thèmes qui se répète souvent mais elles sont tellement de qualité qu’on aime les réécouter encore et encore. Mon préféré reste le thème de Guts que je vous invite à écouter : Il y a aussi le thème du Behelit qui est plutôt mythique : On aurait pu s’attendre à une ost très métal mais le compositeur Susumu Hirasawa a misé sur le new-wave Gothique (je ne sais pas si ça se dit comme ça). Ce compositeur travaillera par la suite sur Paranoia Agent, Paprika ou Millennium Actress. L’opening et l’ending ne sont pas en reste non plus puisque ce sont deux chansons de rock alternatif 90 joué par le groupe PENPALS et Silver Fins dont le son est assez proche du groupe Oasis je trouve. Le Saviez-vous ? L' ost de Berserk C’est Kentarō Miura lui-même qui embaucha le compositeur Susumu Hirasawa parce qu’il adorait son travail. Il avouera même que lorsqu’il dessine Berserk, il écoute les compositions de Hirasawa. Il lui a laissé carte blanche pour l’Ost de Berserk et il est d’ailleurs devenu le compositeur officiel de tout ce qui touche à Berserk, c’est à dire les films, les séries et les jeux-vidéo. Plus croustillant encore, le compositeur à repris une composition d’Ennio Morricone du film The Blue-Eyed Bandit…. Un petit mot sur le doublage. Commençons avec la VO qui est très bon, on retrouve Nobutoshi Canna pour Guts (la voix de Lancer dans Fate/Stay Night), Toshiyuki Morikawa pour Griffith (Dante dans Devil May Cry mais surtout la voix de Sephiroth dans Final Fantasy 7) ou encore Yūko Miyamura pour Casca qui n’est rien d’autre que la voix d’Asuka dans Evangelion ! (c’est aussi la voix de Chun-Li). Ouais, il y a du lourd rien qu’avec ces trois doubleurs ! Quand à la VF…..elle est…..elle est…..elle est…..pas mal ! Je sais qu’on m’a un peu reproché mes propos sur la VF de Madoka mais ce n’est pas pour ça que je dit du bien de la VF de Berserk, hein ? Plus sérieusement, elle est vraiment correcte pour ne pas dire vraiment bon, non franchement voir Berserk en Français est un bon choix. Pour ce qui est de l’adaptation en tant que tel, l’animé reprend les grands lignes de l’intrigue et est même très fidèle. Pour preuve, j’ai comparé le Tome 6 -7 par rapport à l’animé et les dialogues était quasiment les mêmes, c’est pour vous dire ! D’autant qu’il y a des ‘illustrations’ qui ajoute un côté épique et rappelle fortement le manga, ce qui donne une véritable identité à l’animé….c’est pas si fréquent de créer un style dans une adaptation en animé. Griffith, Le Beherit, Zodd tant de mystère qui vous feront rester sur votre écran ! Plus la lumière est forte, plus les ténèbres se doivent d’être épaisses Vous connaissez la chanson maintenant mais l’animé n’est pas parfait, sauf que j’ai envie d’aller un peu plus loin. Berserk à son propre style comme je l’ai dit plus tôt, notamment avec ses ‘illustrations’ qui reviennent très souvent. Le problème, c’est que des illustrations dans un animé c’est un peu bizarre, non ? Si je voulais voir des illustrations épiques, je n’avais qu’à lire le manga alors pourquoi un tel choix ? Je pense qu’il y a deux raisons à cela. D’abord, Je pense que l’animé n’a pas eu un gros budget si je me fie à l’animation des combats. J’ai constaté que très souvent ces illustrations surgissent lors des batailles ou quand les scènes demandent beaucoup d’argent pour être animé, je pense à la scène où Griffith et la troupe quitte le château pour la dernière bataille décisive. Hélas oui, l’animation n’est pas top dans cette animé, ça manque de détail dans les seconds Plans donnant une sensation de voir une tâche avec deux point noir et un trait qui sert de visage aux personnages. L’animation manque de fluidité, on trouve deux ou trois astuce pour ne pas montrer les combats dans leurs intégralités comme le fait de représenté uniquement le coup de grâce ou de voir les morts tombés hors-champs. Heureusement que les moments calmes sont mieux animé parce que ces scènes nécessite moins d’argent contrairement aux batailles. L’idée de ces illustrations sert d’économie pour l’animé, c’est très bizarre comme concept….je dit ça mais Evangelion l’a fait aussi L’autre raison de ces illustrations est probablement la censure mais c’est un cas assez rare qu’on a ici ! En effet, je considère qu’il y a 3 type de censure : - La censure étrangères, c’est à dire les pays en dehors du Japon, je pense fortement à la censure Américaine et Française. Par exemple, la relation entre Haruka et Michiru dans Sailor Moon a été présenté comme une relation entre cousine, ce qui n’est pas le cas dans la version Japonaise pour censurer l’Homosexualité de ces deux personnages. - La censure Japonaise, c’est la censure de la télévision Japonaise et non des autres pays. C’est un cas pas si fréquent et quand ça arrive, c'est que l’animé à été très loin. L’exemple parfait est le très célèbre épisode 23 d’Evangelion lors d’un affrontement où l’ange prend la forme du personnage de Rei nu, les seins à l’air, ce qui n’a pas plût à la télévision Japonaise. Parfois ce type de censure a pour but de forcer les gens à acheter l’intégral d’un animé en DVD pour avoir la version non-censuré (coucou Terra Formars !) - Le dernier cas qui est très rare est l’auto-censure, c’est à dire que c’est le studio lui-même qui décide de censurer ces propre scènes pour éviter de choqué le public…..et pour être diffusé à la télé. Ce qui nous amène à Berserk et c’est à ce moment que les puristes vont un peu gueuler. Les illustrations servent aussi à cacher la cruauté des combats comme le gros monstre du premier épisode qui se mange un bon gros canon dans la gueule (un monstre à une gueule). Du coup, oui les combats sont un peu ‘hacher’ avec des illustrations cassant le rythme, c’est dommage parce que ça créer vraiment un style. 2 exemples d'illustrations qui permettent de faire des économies sur l'animation Il manque aussi pas mal d’élément important de l’intrigue y compris des personnages comme le guerrier squelette qui est quand même important mais absent dans l’animé parce qu’il est peu présent dans cette arc. Il y a plusieurs blagues assez osé du manga qui n’y sont pas, des blagues bien salace qui me font quand même rire parce que…..je suis un homme et…...le sexe…..c’est drôle parfois…….non ? Il y aussi quelques trucs immorales qui n’y sont pas, bref je pourrais continuer un petit moment. Alors pourquoi l’animé n’est pas aussi fidèle que ça ? Pourquoi il n’a pas mis ces blagues par exemple ? Il ne faut pas oublier que lorsqu’on fait un animé, le but premier est de gagner de l’argent, on va mettre un budget en fonction de l’ampleur du projet en espérant qu’il cartonne à la Télé. Adapter Berserk c’est partir d’une course avec un énorme handicape, on ne peux pas respecter la fidélité de l’univers de Berserk. Pourquoi ? Parce que l’univers de Berserk est très sombre, son humour bien gras….c’est destiné à des adultes et diffusé des animés mature à la télé en 1997, c’est pas vraiment fréquent (c’est plutôt le cas des OAV à l’époque). Les animés sont financé par des sponsors qu’on voit après l’Opening, l’argent de ces sponsors contribue à la création d’animé, alors vous comprenez que ces sponsors représente aussi l’entreprise en question, du coup s’il y a des trucs un peu trop osé et/ou immorale, ça ne ferait pas une belle image pour l’entreprise. Oui Berserk était un sacré pari : Diffuser un animé mature à la télé mais en faisant en sorte qu’un maximum de gens la regarde, c’était évidement que les puristes allait être déçu. « Mais pourquoi il n’ont pas sorti l’animé en OAV, ? Ils auraient pu se lâcher ! » Sortir un animé en OAV (Directement en VHS à l’époque) implique deux contraintes. La première, c’est que le marché des OAV est un marché de niche, tout le monde n’achète pas des animés. La seconde, c’est que s’il n’y a pas beaucoup de client, il n’y a pas beaucoup de rentrée donc c’est mettre de l’argent dans un projet dont on ignore si ça va marcher et c’est très risqué de faire ça ! D’autant qu’il faut se faire remarquer et Berserk est probablement trop populaire pour être coincé dans un marché précis alors qu’ils ont plus à gagner en le diffusant à la télévision. Du coup, adapter Berserk dans sa fidélité la plus proche est impossible ! L’œuvre est beaucoup trop mature pour être fidèle et les puristes n’aiment pas en général. Cependant, après plusieurs recherches je me suis rendu compte que globalement les fans du manga conseille cette adaptation de Berserk parce qu’il est assez fidèle dans sa trame. Bien évidemment le dernier gros reproche serait sa fin trop abrupte et sans conclusion laissant son spectateur planté devant sa télé en se disant : « Ah ! C’est fini ? Bon….ben…..euh…..je suppose que je vais faire autre chose maintenant…..voilà ! » D’autant que la fin de cette adaptation est assez dur à regarder, oui je parle de « l’éclipse » pour les fans. S’il y a bien un animé qui m’a bien mis mal à l’aise c’est bien Berserk ! J’ai trouvé qu’ils ont un peu trop fait durée ce passage (3 épisodes quand même !) et que le rythme devient mou mais quand on voit ce qu’on voit, cela ne fait que de renforcer le malaise et l’impuissance du spectateur. Exemple d'un plan où le trait des personnages n'est clairement pas affinés (regarder les têtes) Conclusion Peut-être qu’à la lecture de ce billet, vous serez un peu déçu que je n’ai pas autant approfondi l’univers de Berserk. Le problème est que je considère cette adaptation de Berserk comme vraiment excellente et on ne peut qu’être admiratif à l’idée d’avoir diffusé une œuvre aussi sombre. Oui adapter Berserk fidèlement est impossible et je sais que certains fans seront déçu par cette adaptation mais c’était un sacrée pari de le diffuser à la télévision. Je dirais comme beaucoup d’autres gens l’ont dit avant moi que ce Berserk est un classique qu’il faut voir mais pas à mettre entre toute les mains ! C’est aussi une bonne initiation si vous comptez lire le manga par la suite, c’est une œuvre fondamental et singulier dont j’en suis sûr que vous prendrez autant de plaisir que moi au visionnage de cette animé. Voilà ! Ce billet ne fût pas évident pour moi et avant de vous laissez à vos occupations, sachez que le rythme de mes billets pourrait ne plus être aussi régulier qu’avant dus à un changement positif dans ma vie privée. Cependant, je tiens à vous rassurez que je ferais un maximum pour garder le rythme actuel d’un billet par mois et que c’est loin d’être la fin pour moi, d’autant que les prochains billets me tiennent à cœur, surtout que ça va être de long billet, je vous préviens ! Je ne vous donnerais pas d’indice cette fois-ci si ce n’est que je vais traiter un animé dont j’en est déjà parlé à mainte reprise. Décidément Griffith, tu ne changera jamais
  5. DrunkenPenPen

    Quels jeux faites-vous actuellement ?

    Prince Of Persia Les Sables du Temps sur PS2.
  6. DrunkenPenPen

    Glass : Billet d'humeur sur un film

    Je viens de voir ce film hier soir, j'avais en mémoire qu'il existait un billet sur ce film et j'ai envie de donner mon avis ainsi que ma vision du film. D'abord, je l'ai bien aimé, je ne me suis pas ennuyé et le film à su me garder en haleine. Malheureusement, le film à tendance à traîner en longueur pour pas grand chose. Qu'un film soit lent ne me dérange pas en soi tant que ce qu'il dit est intéressant. Je suis plutôt d'accord que le film "retarde" un peu sa trame scénaristique pour peu de chose. L'aspect "Terre à terre" des combats est propre à Indestructible qui traite le super-héro de manière réaliste : Pas de chorégraphie de fou, pas de pouvoir trop extraordinaire ou encore pas de destruction de building à coup de projection de l'adversaire....du coup, oui c'était voulu par le réalisateur. C'est en lisant le billet que je me rend compte de quelques incohérences par rapport au film même si j'en avais vu dès le visionnage du film (l'évasion de Kévin et d'Elijah ou le fait qu'il n'y a qu'un gardien pour garder un asile entier de nuit). Ce que je veux surtout dire c'est que la conclusion du film m'a beaucoup émue, je m'explique. La première interprétation du film qui est la plus évidente est cette idée qu'il faut toujours croire en soi parce qu'on est tous au fond de chacun entre nous "extraordinaire" comme peut l'être un super-héro. La deuxième interprétation (mon interprétation personnel en faite) est l'idée du film traite le rapport qu'on a par rapport au comics. Quand le film dit que les comics sont "historique" cela renvoi probablement à une des fonctions des comics : La critique de la société d'époque. Par exemple, les premiers comics servaient de propagande anti-nazi lors de la seconde guerre mondial (la couverture où Captaine América casse la gueule d'Hitler par exemple) mais aussi à dénoncer des faits de société (par exemple, le dénigrement des mutant dans X-Men renvois au racisme et à la Ségrégation raciale des noirs aux Etats-Unis dans les années 60). J'avoue que je ne suis pas sûr que le film renvoi à tout ça lorsqu'il mentionne ce terme "Historique" mais c'est ce que j'ai compris du film. Enfin, je pense que le film parle du lecteur de comics que nous somme (du moins, ceux qui en lisent). L'image des lecteurs de Comics (et même des Otaku au fond) n'a pas toujours eu une très bonne image : La censure des comics (Comics Code Authority), fait-divers comme la défenestration d'un jeune lecteur parce qu’il pensait qu'il pouvait voler comme Superman, Phénomène des Waifu etc..... Le Dr.Staple représente cette vision des média sur le Comics, une vision péjoratif des lecteurs comme ceux qui disent que les jeux-vidéo rendent violent. La scène final représente une forme d'affirmation d'apprécier les comics malgré la critique des autres, les proches des trois protagonistes ne sont-ils pas la métaphore des lecteurs ? Le silence qu'ils ont dû garder et endurer pour éviter d'être rejeter dans une société formaté s'évapore par l'ultime twist, c'est un soulagement d'être reconnu pour ce qu'ils sont. C'est peut-être farfelu comme interprétation mais j'ai vraiment interprété cette conclusion de cette manière et pour moi, il est impossible qu'il y ait une suite à ce film puisque le film à donner son message, il n'y a plus rien à dire ou plutôt tout à été dit. Voilà, tout ça pour dire que c'est un bon film et que je conseille cette trilogie (Incassable, Split et Glass)
  7. DrunkenPenPen

    Quels jeux faites-vous actuellement ?

    J'avais testé le Tortue Ninja, il est vraiment bien, par contre je ne connaissais pas le Power Ranger, je vais me le tester !
  8. DrunkenPenPen

    Zombies Ate My Neighbours

    Décidément ces derniers temps je suis inarrêtable comme un certain virus, mauvaise blague à part j’ai toujours été habitué à des histoires de virus qui transforme les gens en morts-vivant, que ce soit dans les films mais surtout dans les jeux-vidéo comme la série des Resident Evil, Dead Rising ou encore The House Of The Dead. Heureusement qu’il n’y a pas (encore) de morts-vivant dans nos rues, prêt à manger nos cerveaux, disons que je les préfères dans ma télé qu’autre chose. En faite j’aime bien les films de Zombies comme les films de Gorge Romero ou 28 jours Plus Tard de Danny Boyle, même les animés Japonais s’y sont essayés comme Highschool of the Dead du regretté Daisuke Satō. Cependant, ma ‘passion’ pour les Zombies n’a pas toujours été aussi chatoyant à cause de ma première expérience sur un jeu que j’avais gamin : Zombies Ate My Neighbours ou Zombies chez nous. C’est un jeu qui m’avais terrifié étant gamin mais il était temps de réveiller le Leon S Kennedy qui est en moi et de lui régler son compte, laissez-moi le temps de sortir ma Megadrive, mon maillot avec une tête de mort et mes lunettes 3D pour vous présenter ma première grande frayeur vidéo-ludique ! Pub déjantée du jeu qui donne le ton ! Fiche Technique : Genre : Action Développé par LucasArts Edité par Konami 1 à 2 Joueurs (Coopération) 27 Janvier 1994 (Europe) Septembre 1993 (USA) In Your Head, In Your Head, Zombie, Zombie, Zombie-ie-ie ! Peut-être que vous vous demandez pourquoi j’ai été aussi marqué par ce jeu ? Disons que j’étais un enfant sensible et que l’idée de voir des gens mourir me terrifiais, sans compter que le jeu est plutôt vicieux et même nerveux mine de rien. Heureusement que je m’en suis remis depuis le temps, certes pervertis par les animés mais c’est une autre histoire Pas la peine de présenter l’éditeur de ce jeu, le bien nommée Feu Konami….hein ? Le studio existe encore ? Ah Bon ? Parce que quand je vois à quel point ils ont tués quasiment toutes leurs licences, je me pose sincèrement la question de leur existence ! Adieu Metal Gear Solid, adieu Silent Hill (surtout PT), adieu Castlevania, adieu Contra….. vous êtes maintenant destiné à finir dans des machines Pachinko ! Pourtant, bien avant que Konami fasse couler le navire, voir le mythique logo s’afficher devant nos yeux avec son jingle (très) aiguë était signe de qualité et d’amusement, ça voulait tout simplement dire qu’on allait passer un bon moment ! Par contre, ce n’est pas Konami qui a développé ce jeu mais LucasArts qui connaîtra lui aussi un destin funeste à cause d’une souris aux grandes oreilles. Pourtant quand on pense à LucasArts, on ne pense pas immédiatement à des jeux d’arcade mais plutôt à des jeux d’aventure sur PC, c’est quand même grâce à ce studio qu’on a droit à de grand classiques du Point’n Click comme Day of the Tentacle, Maniac Mansion,The Secret of Monkey Island ou encore Sam and Max Hit the Road pour n’en citer que quelques-uns. Personnellement, mon expérience avec ce studio s’est fait avec des jeux Star Wars, loin de la politique foireux d’EA Games ….OK j’arrête de faire mon vieux con. Zombies est un Run’n Gun en vue de dessus assez classique en somme….vraiment ? En vérité pas tant que ça puisqu’en général c’est un genre qui consiste à dézinguer tout ce qui bouge sauf que si vous appliquez cette logique à Zombies, j’ai bien peur que vous n’irez pas très loin. En effet, le but premier de ce jeu est de sauver des gens qu’on nomme les Voisins, tuer des zombies en chemin n’est pas interdit mais je reviendrai plus tard sur le système du jeu. Parlons du scénario parce que oui il existe un scénario ! Le Dr.Tongue est un vilain monsieur qui vit dans son château loin de toute civilisation, probablement frustré dans sa vie à cause de la fin d’Evangelion ou encore de ce débile de DrunkenPenpen qui n’est toujours pas capable d’écrire « Faisait »correctement, et oui il est un peu bête notre Penpen il faut bien le reconnaître. Qu’importe la raison, notre bon vieux docteur Maboule n’est pas content, au point de faire revenir les morts sur Terre parce qu’il faut croire qu’il n’y a pas assez de place en enfer. Pour éviter que tout le monde se retrouve Zombifiés, on a fait appel….à des ados, non pas l’armée mais bel et bien des adolescents nommés Zeke et Julia. Zeke représente l’ado cool des années 90 avec ses lunettes 3D et son T-Shirt avec une tête de mort, sans oublier sa coupe de cheveux à la Desireless (ouais les goûts et les couleurs….) Quand à Julia, c’est une fille et …..c’est déjà bien, non franchement j’ai rien à dire sur elle. En tout cas, ce sont deux cinéphiles qui vont devoir sauver le monde, autant leurs souhaitez bonne chance ! Voici nos héros en manque d'action ! Une fois sur l’écran titre psychédélique et notre personnage sélectionné, c’est parti pour casser des têtes putréfiés avec le temps. Je vous réexplique le principe du jeu, il faut savoir qu’il y a deux façon d’obtenir un Game Over : - Quand on perd toute notre énergie et qu’on n’a plus de vie. - Quand il n’y a plus de voisin à sauver parce qu’ils sont tous morts. Comme je l’ai dit plus tôt, vous devez sauver vos voisins d’une morte certaine. Au début du jeu, vous avez 10 voisins à sauver, une fois ces dix personnes sauvées vous passez au niveau suivant. Cependant, si un de vos voisins se fait tué, vous aurez une personne de moins à sauver (cool) mais au prochain niveau, vous n’aurez que 9 personnes à sauver et si il n’y a plus personne, c’est Game Over (pas cool !). Par conséquence, il va falloir toujours au moins une personne de sauvée pour passer au niveau suivant mais ça implique qu’il va falloir éviter de trop nombreuse perte pour éviter de jouer sur un fil tout en faisant attention à vos vies parce que je vous rappelle que quand on meurt, on ne peut plus bouger Tout le principe du jeu repose sur cette équilibre entre sauver vos voisins et sauver votre peau et c’est ce qui rend le jeu….compliqué. I Always Feel Like Somebody's Watching Me ! Ce qui est drôle dans ce jeu c’est qu’il porte plutôt mal son nom, en effet, je l’aurait plutôt appelé Zombies et leurs copains parce qu’étonnamment les zombies sont de loin le cadet de vos soucis. Oui, le Dr.Tongue n’a pas chômé pour tous nous exterminer puisqu’il a créé plein de monstres connus des cinéphiles : Des Momies, des Vampires, des Martiens, Les Body-Snatchers, Des loups-Garous, Des fourmis Géantes ou encore la poupée Chucky pour n’en citer que quelques-uns. Mais ne croyez pas qu’il n’y a que des monstres, il y a aussi des psychopathes comme Jason/Leatherface ou des trucs bizarre comme des hommes Champignons. Mais surtout, il y a des gros monstres qui feront office de boss et qu’il faudra vaincre pour aller sauver vos voisins. Le boss le plus connu du jeu est le tout premier puisqu’il s’agit d’un bébé géant….oui, un bébé géant est un monstre surtout quand il se déplace comme le super-héro Flash. J'espère que vous êtes équipé parce que les Boss de ce jeu ne vous ferons pas de cadeau ! Bref tout ce beau monde vous fera un plaisir de vous casser les noix pour plusieurs raisons. La première est qu’ils reviennent en boucle, c’est à dire que leurs exterminations n’est pas vraiment utile, surtout quand on sais qu’il faudra économiser vos armes et item face aux boss. La deuxième raison réside dans le fait qu’ils ont une fâcheuse tendance à apparaître là où il ne faut pas ! En effet, le jeu à une étrange façon de faire apparaître les ennemies, ils apparaissent toujours à l’écran aux alentours du joueur, qu’importe où vous êtes sur la carte, voire même légèrement en dehors de l’écran de jeu. C’est à dire qu’aucun monstres ne peuvent apparaître à l’autre bout de la carte pour tuer un voisin, ça serait trop dur, non le vrai problème est lorsque vous êtes près d’un voisin car dès l’instant où il est visible sur l’écran du jeu, un monstre peut potentiellement apparaître pile à côté ! Oui c’est très embêtant parce qu’on a la sensation qu’on ne peut rien faire puisqu’on ne nous laisse même pas le temps de s’approcher du voisin, pour ne pas dire même pas le temps de le voir qu’il est déjà mort ! Pour la petite anecdote, lorsque j’ai enregistrer ma partie pour faire des screenshots, j’ai perdu 2 voisins en moins de 5 secondes dès le deuxième niveau parce que manque de bol, les zombies sont apparus pile là où étaient les voisins…..c’était vraiment de la malchance. Ajoutons à cela que les niveaux sont labyrinthiques, par exemple, imaginons que pour atteindre un voisin, il faut faire tout un détour mais qu’au moment où vous êtes devant lui... Le pire reste quand les voisins sont prisonniers dans des pièces où il faut une clé spécial, que vous mettez 20 minutes à la chercher et qu’une fois dans la pièce, tu as un Loup-Garou ou un Vampire qui saute directement sur le voisin et le tue, à ce moment là je peux vous dire que la frustration-o-mètre monte trèèès vite. Étrangement personne ne parle de ce défaut, à croire qu’il n’ont joué que les 5 premiers niveaux et ce sont dit : « Ouais, il est bien ! 18/20 ! ». Je trouve que c’est plutôt mal pensée comme système parce que parfois il faut aller jusqu’à manipuler l’IA des monstres pour les faire tous apparaître et ainsi éviter qu’un Zombie sorte de nulle part pour bouffer en 2 secondes le voisins alors qu’il a tout un détour à faire (coucou niveau 14 !) Une astuce consiste à s’éloigner le plus vite possible du voisin pour faire disparaître le zombie et de revenir vers le voisin pour aller le sauver, ouais c’est quand même mal fichue. Et encore, je n’ai pas encore parlé des voisins qui peuvent se transformer en Loup-Garou et qu’il est impossible de savoir dans quels niveau cela est possible à moins de connaître par cœur le jeu ! Ah oui, bien sûr cette transformation soudaine est considéré comme une mort du voisin donc il faut aller très vite le chercher (je dirais 30 seconde grand Max, non ce n’est pas une blague !) J’ai aussi l’impression que le jeu a sa propre logique, comme si il y avait un ordre précis pour chercher les voisins sous peine que le jeu vous punit, je ne suis pas sûr de ce point mais j’en est la vague impression. 2 exemples où il est trop tard pour sauver le Voisin parce qu'il faut faire tout un détour ! Astuce : Heureusement que pour contrer ces monstres, on a des armes ! Malheureusement, ce ne sont pas des flingues mais des objets de tout les jours : Pistolet à l’eau, Canette de Soda, Tomate, Fourchette, Ballon de Football etc.… Si vous n’avez pas compris c’est le moment de vous dire que le jeu se veut délirant, certains dirons qu’il s’agit un peu de Dead Rising avant l’heure ! Je disais donc qu’il y a 14 armes loufoques qui n’attendent qu’à être trouver dans les armoires, les poubelles, les rideaux, les coffres et même dans les murs ! Vous ne trouverez pas que des armes mais aussi des items qui vous aiderons comme des trousse de soin, des potions qui vous transforme en Hulk violet, des potions d’invincibilité, des chaussures pour courir plus vite etc.... J’attirerais votre attention concernant des potions mystères qui peuvent vous donner un bonus (soin, rapidité etc.) ou un malus (transformation en Zombie ou perte d’énergie). Concernant les armes aussi, certains sont efficaces sur certains type de monstre…. À vous de découvrir quoi marche avec quoi. Petit bémol cependant concernant la sélection des armes/Items, il est impossible de revenir à l’arme précédant et vous devez passer tout en revue pour pouvoir avoir accès à l’arme voulue, embêtant. Quand aux pauvres possesseurs de Megadrive qui n’ont pas de manette 6 boutons pour choisir les armes, ils devrons faire une combinaison de touche (A+B pour les armes et A+C pour les items) mais malgré tout ce n’est pas si embêtant et on s’y fait vite. 'Cause This Is Thriller, Thriller Night ! Le point fort du jeu concerne son humour et son hommage concernant les films d’Horreurs à petit et gros budget. Les titres des niveaux sont des références à des films comme « Evening of the Undead », « Nightmare on Terror Street » ou encore « The Day the Earth Ran Away ». Même le système de point est une blague en soi, les voisins vous donne des points une fois sauvés, nombre qui dépend selon la personne. Par exemple, la Cheerleaders donne 1000 points mais la prof ne donne que 10 parce qu’elle vous remet une mauvaise note. Le plus drôle restera le mec au Barbecue qui ne donne que 5 points mais les steaks qui fait cuire vous en donne 100 ….une manière de vous dire que vous sauver plus le barbecue que la personne en elle-même. Le système de point est très important et ne sert pas à décorer, en effet plus vous aurez de point, plus vous pourrez gagner des vies, regagner un voisin perdu etc.…. Parfois quelques ‘objectifs secondaires’ pourrons vous donner des points comme le fait d’avoir exterminer un certain nombre de monstre précis, terrasser les Vampires, détruire un maximum de mur etc.… mais une fois de plus, c’est à vous de le découvrir. Deux situations où je n'ai pas eu de chance, l'un à cause de la RNG et l'autre à cause d'un malus ! La maniabilité en lui même est très bon, le jeu est rapide et on ne s’ennuie pas ! Par contre, je ne suis pas fan de l’Ost et du bruitage du jeu, elle ne sont pas mauvaise mais il y a très peu de thème et les bruits de certains monstres sont répétés en boucle pouvant donner un mal de crâne (dont le fameux Ouh!Ha!Ha ! Répété 10 fois d’affilée….si si cela m’est arrivé !) Les musiques sont peu nombreuses et tourne très vite en rond, c’est le genre de jeu qui donne juste envie d’écouter autre chose parce qu’après avoir entendu 10 fois le même thème dans différent niveau pour éviter qu’on ne l’entendent encore quand on dort ! Voici 2 thèmes que j’aime beaucoup ! Le Saviez-Vous ? Here’s Johnny ! Le thème du château (2ième extrait) est en faite le thème d’intro du film Shinning mais en accéléré ! Une preuve de plus de la volonté du jeu à rendre hommage au cinéma. Ouverture de ce film mythique ! Le problème en soi est que les thèmes sont des boucles d’une minutes qui se répète sans arrêt, d’où vite la sensation de dégoût, c’est dommage parce que les thèmes sont réussies en soi. La version Snes à probablement la meilleur qualité mais beaucoup la préfère à la Version Megadrive qui a un son plus brut. Dans tout les cas, les deux versions se valent d’autant que chaque console à un thème inédit l’un de l’autre ! Comme on est dans les différences de console, le Radar qui vous aide à trouver les Voisins dépendent des consoles. Sur Snes, c’est L ou R pour afficher le radar, donnant une visibilité complète de l’écran contrairement à la Megadrive qui à une bande noir sur le côté pour afficher le Radar et les Armes de chaque joueur, cependant le fait d’avoir le radar constamment sur soi et très pratique, ça fait un truc en moins à gérer. Oui parce que le jeu est dur, Oh mon dieu que oui ! D’abord, pour l’histoire des monstres qui apparaissent n’importe où mais aussi parce qu’il est long. C’est pas moins de 48 niveaux plus tortueux les uns que les autres qui vous attendent mais en réalité il y en a 55 niveaux (7 niveaux cachés). Les niveaux sont très colorés et attire l’œil, c’est très beau mais peu varié, on reviens très souvent dans les quartiers résidentielles, les hangars ou les centres commerciaux, d’autant que le jeu n’a pas de logique de ce côté-ci, on passe d’une pyramide à mon jardin par exemple. Le jeu est long mais aussi fourbe et très exigent, c’est un sacrée marathon que vous entreprenez si vous compter le finir, d’autant qu’il est impossible de finir le jeu dès vos premières parties car il demande de bien connaître les niveaux, les stratégies etc.... D’autant que la difficulté du jeu est variable. Le début du jeu est plutôt simple mais dès le niveau 4, c’est la galère à cause que les niveaux deviennent vraiment labyrinthiques et qu’on est traqué par des Jason qui peuvent créer leurs chemins et qui sont très résistants à ce moment dans le jeu vu qu’on a peu d’item/Armes. Puis le jeu redeviens plus calme pour monter d’un coup en difficulté entre le niveau 13 et le niveau 20 ! La montée de la difficulté s’explique par le fait qu’il faut gérer les voisins, votre vie et les monstres mais d’habitude il n’y a que 2 types de monstres….tout d’un coup il en a 6 ! dont les Jason , les Loups-Garous qui saute très loin et les monstres du Black Lagoon qui s’en prend aux voisins dans l’eau (qui était protégés des monstres jusqu’à maintenant). Alors vous allez me dire qu’il n’existe pas un système de mot de passe ? Et bien figurez-vous que oui il en a un…..mais il sert à rien. Je vous explique, tout les 4/5 niveaux le jeu vous donne un mot de passe et supposons que vous avez un Game Over 2 niveaux plus loin. Vous vous dite que ce n’est pas grave et que vous allez utiliser le mot de passe mais une mauvaise surprise vous attendent ! Qui-suis je ? Que-suis je ? Je suis moi, cette objet c’est moi, c’est la forme qui me forme, le moi visible. Pourtant, je n’ai pas la sensation d’être moi-même….. Le mot de passe ne retient pas vos armes/Items, ce qui veut dire que si vous avez 10 trousses de soin avec toute une panoplie d’armes avant votre Game Over et bien sachez que vous pouvez dire adieu à tout ça. Le jeu vous remet avec uniquement votre arme de base et une seule trousse de soin et je vous rappelle qu’il y aura plus de 6 monstres à gérer dont certains sont des sacs à PV qui vous traque sans relâche. La cerise sur le gâteau, c’est que le jeu retiens par contre le nombre de voisins, c’est à dire que si vous êtes au niveau 40 avec à peine 2 voisins, vous recommencerez votre partie avec 2 voisins uniquement. Autant vous dire que votre partie est fichue et que vous êtes bon à tout recommencez, cette fois-ci en une traite pour en voir le bout….Bonne Chance ! Je me suis remis récemment à ce jeu en voulant savoir jusqu’à où je pourrais tenir et à ma grande surprise, j’ai tenu jusqu’à l’avant dernier niveau du jeu, par contre j’en pouvais plus parce que le jeu est long, compter entre 2 à 3 Heures intense pour en voir le bout. Ça peut paraître peu mais croyez moi que c’est assez long comme ça. Enfin, la dernière difficulté du jeu réside dans son facteur ‘Chance’, oui le jeu décide plus ou moins s’il sera tolérant ou pas à votre égard. Vous aurez peut-être la chance d’avoir plein de bon items comme les boites de pandore pour battre les boss dans une partie comme vous pourrez vous retrouver avec peu de munition et des potions malus, tout ça dépend de votre chance. Pour simplifier, finir le jeu demande beaucoup de chance mais plus on connaît le jeu, moins ce facteur entre en jeu mais reste primordial par rapport aux munitions/Items. Mais il y a le mode coop pour aider, non ? J’en suis pas si sûr vu que cela va dépendre de l’expérience des joueurs sur ce jeu. Quelqu’un qui connaît bien le jeu avec un autre qui ne le connaît pas sont des signes d’une partie qui va être difficile. Qui va faire quoi ? Qui va prendre quel types d’armes ? Qui va suivre qui ? Etc…. Si votre partenaire utilise tout ces items pour rien et qu'une fois le boss vous avez plus rien, vous allez en chiez, surtout s’il pique tout les Items efficace. Le mot Coopération n’a jamais autant porter son sens, si vous compter finir le jeu à deux il faut communiquer avec votre partenaire, vous mettre d’accord et éviter de vous coincé entre deux murs, bloquant ainsi votre partie vu que vous partager le même écran. Regarder donc à quoi ressemble une séance d’entraînement à deux sur ce jeu : Ce qui fait de ce jeu un excellent titre à deux, fou rire garantie quand vous faite n’importe quoi le temps d’une partie à la cool mais exigent quand il s’agit de le finir, j’ai presque envie de dire que c’est un bon test pour savoir si vous êtes fait l’un pour l’autre Chaque ennemie à son point faible, à vous de devinez lequel ! Conclusion Alors ce Zombies est-il un bon jeu ? Sans hésitation je dirais oui mais pas aussi bien qu’on veut nous le faire croire. À l’époque, des magazines comme Banzaai (Liiiiive) donne 88 % et Joypad en donne 89 % pour vous faire une idée. Le problème c’est que j’ai l’impression que les gens ont très peu joués et n’ont pas nécessairement vu les défauts du titre, pour pas vous mentir je n’ai pas trouvé un test qui parle du défaut des monstres qui apparaissent au mauvais endroit. Oui le jeu est génial, il y a plein de secret et je vous le conseille à 200 % mais il n’est pas parfait. Cependant, vous allez vous amuser que ce soit pour une partie rapide ou pour le finir, je fait beaucoup de partie rapide et à chaque fois c’est avec plaisir. Il existe une suite nommé Ghoul Patrol que j'ai très peu joué mais il ne me fait pas envie. Je ressens au fond de moi le travail accomplie, j’ai fini un jeu de mon enfance et j’ai réussie à me surpasser face à ce jeu. Peut-être que la prochaine fois on parlera d’adaptation d’animé en jeu d'autant que j’ai ma petite idée sur la franchise.
  9. DrunkenPenPen

    Album des Jeux de PenPen (Frigo de PenPen)

    C'est ici que je stock les images pour les review des jeux
  10. DrunkenPenPen

    Puella Magi Madoka Magica Le Film : Rebellion

    Petit ajout par rapport au billet. Le film est disponible gratuitement sur Youtube en bonne qualité pour ceux qui veulent le voir : - https://www.youtube.com/watch?v=Mk6qRqOSOEw (Film en Français) - https://www.youtube.com/watch?v=-wZi0izTPcY (Film en Vostfr en très bonne qualité, n'oubliez pas d'activer les sous-titres)
  11. DrunkenPenPen

    Puella Magi Madoka Magica Le Film : Rebellion

    En faite, la traduction est assez fidèle par rapport à la VO (du moins, je pense), ce que je reproche ce serait plutôt l’adaptation des paroles en Français, il aurait fallut être moins fidèle pour que ça colle mieux chez nous mais au détriment du sens original du texte (ce qui aurait été peut-être pire finalement). C'est pas évident d’adapter une chanson dans un film, surtout un film d'animé japonais parce que c'est pas si fréquent qu'un personnage chante au milieu du film (les séries beaucoup plus par contre). Cependant, je tiens quand même à dire qu'ils ont fait l'effort de chanter en français et que c'est rare parce que très souvent les doubleurs refusent de chanter. Le problème que j'ai avec la VF en général c'est que j'ai tendance à regarder les animés en VO et quand je passe à la VF, ça fait toujours un choc. Je pense que je devrai regarder un peu plus souvent de la VF et dépasser ce stade de la première écoute, je reconnais que j'ai ce gros défaut de cracher sur la VF alors que je ne sais même pas c'est quoi une mauvaise VO ! Puis, bon je ne suis pas expert en doublage....loin de là Après j'ai quand même des VF que j'apprécie comme Evangelion (dans sa version Netflix), Ghost In The Shell, Sailor Moon (qui rajoute une couche dans son humour) ou Nadia et le secret de l'eau Bleu qui est le seul animé que je regarde exclusivement en VF et dont j'ai horreur de la VO....comme quoi, c'est une question d'habitude. Heureusement que ça ne reste que mon avis personnel ^^ En tout cas, j'aime bien que chacun donne son avis et je respecterais toujours les goûts des autres. Encore merci pour ton commentaire
  12. DrunkenPenPen

    Puella Magi Madoka Magica Le Film : Rebellion

    Il m'arrive parfois de me rappeler d'avoir vu l’affiche d'un film qui attira ma curiosité mais dont je n'ai jamais fait le premier pas pour aller le voir. Il y a un an de cela je vous avais raconté cette expérience avec Perfect Blue mais en réalité, il y avait un deuxième film. Dans la 4ième couverture d'un magazine de manga (que je possède encore) on peut y voir l'annonce d'un film qui se vante d'être le "Renouveau du genre Magical Girls" , 5 personnages au premier plan et surtout l’héroïne au dessus d'elles, vous vous doutez bien qu'il s'agit de Madoka. La couverture de ce Dvd collector me faisait sacrément envie, l'univers à la fois sombre et clair m'attira mais il faudra bien des années pour que je regarde cette série, puis encore plusieurs années pour enfin voir ce film. Alors que je vous avais présenté la série, il était normal d'attaquer les films.....ou plutôt le film......vous allez comprendre. Voyons voir comment va se conclure cette univers et autant vous le dire toute de suite, ça va être grandiose ! à gauche, le DVD du film que je parle dans l'intro et à droite l'affiche Japonaise diffusé au cinéma. In The Midnight Hour She Cried More, More, More, With A Rebel Yell She Cried More, More, More ! Initialement, je devais vous présenter cette trilogie en un seul morceau comme je l’avais fait avec les films Sailor Moon mais il y a eu un changement de plan. Le problème est que les deux premier films, Au Commencement et Une Histoire Infinie….n’apportent rien de nouveau ! Oui, les deux premiers films ne sont que de simple résumé, très complet de la série, voire trop complet. J’avais revu la série pour me mettre dans l’ambiance des films mais quand j’ai réalisé que c’était la série mais en 2 films, je me suis dit que mon billet tombe à l’eau, il ne me reste que le troisième film pour rattraper le tout. Mais avant de parler de celui-ci, parlons un peu des premiers films. Que dire de ces deux films ? D’abord, si vous avez vu la série vous pouvez sauter directement au troisième film parce qu’ils n’apportent rien de spécial : pas de vision alternative, pas un regard différent sur l'oeuvre. Comprenez que c’est difficile et inutile de parler d’un film qui adapte trop fidèlement sa série, ce qui m’amène au second point. Ces films sont trop fidèle, je veux dire par là que c’est quasiment les mêmes plans, les mêmes dialogues, la même intrigue. il y a bien quelques plans légèrement différents, des ouvertures/fermeture différent, une ou deux scènes supplémentaires mais c’est trop léger quand on a vu la série. Donc on peut le dire ainsi ces deux premiers films ont surtout pour but de faire de l’argent facile ! Comment ça de « l’argent facile » ? Ces deux films ne sont pas une exception dans le domaine de l’animation, loin de là ! Pour simplifier grandement la chose, je dirai qu’il y a deux types de film qui adapte une série animé, ceux qui révolutionne et apporte quelque chose à leur univers comme Maross Do You Remember Love (dont j’en est fait une review) et ceux qui se contente de reprend la série bêtement sans réfléchir et sans prétention….si ce n’est de miser sur la crédulité des fans qui iront voir le film de toute façon parce qu’ils sont fans. L’exemple parfait est Evangelion Death And Rebirth , considéré comme le film le plus inutile du monde mais je l’aime bien malgré tout et je le regarde de temps en temps. Pourquoi ? Parce que je suis fan d’Evangelion ! Bien sûr que j'ai vu le film ! Bon, ce film n’est pas un si bon exemple parce qu’il contenait les 20 premières minutes de The End Of Evangelion qui était en pleine préparation d’où son succès à l’époque. Cependant, le concept est là : on reprend la série avec un montage différent et hop ! Ça fait des chocapics….euh un nouveau film je veux dire Pour vous dire à quel point les films sont sorti assez vite, il y a peine une semaine de décalage entre le premier et le second film ! Et vérité Madoka s’en tire bien parce qu’au moins c’est un résumé très complet contrairement à d’autre films comme Vandread qui est juste in-regardable parce qu’on va tellement vite que le film ne se pose pas et passe directement à autre chose sans explication, sans développement. « Alors c’est quoi ton problème avec les deux premiers films de Madoka s’ils sont bien en tant que résumé ? » Le total des deux films sans les crédits font 3h41 environs, la série fait environs 4H….est-ce que vous voyez où je veux en venir ? Non ? C’est simple ! Pourquoi regarder deux films qui résume la série alors qu’elle sont presque aussi long que la série initiale ? Je veux dire par là, on est pas à 20 minutes prêt pour ne pas regarder la série, non ? Surtout que ces deux films sont introuvables ! Ah oui, parlons de la galère de chercher ces deux films, ils sont sortis chez nous mais ils sont quasiment introuvable où à un prix tellement excessif (dans mes souvenirs 80 euros minimum !). Tellement introuvable que même en Streaming légal (ou pas), ils n’y sont pas ! Et pourtant j’y suis arrivé mais non sans difficulté, je dirais même que c’est la première fois que j’ai autant galéré. Il faut savoir que ces deux premiers films sont sortis chez nous mais uniquement en collector, oui ce film n’existe pas en édition simple, si vous voulez vous le procurez c’est en collector ! À croire que les éditeurs font exprès de faire chier les fans puisque ce collector est sorti en édition limitée et est donc difficilement trouvable, c’est comme si le jeu Cyberpunk 2077 sortait uniquement en collector (avec la figurine et tout) et que la version simple/dématérialisé n’existe pas. Autant vous dire que vous avez intérêt à le vouloir vraiment comme ces deux films, heureusement que ce n’est pas le cas pour le troisième film qui est facilement trouvable (mais en collector, bon il coûte 20 euros, on va pas se plaindre). Du coup, est-ce que cela vaut le coup d’aller les voir ? Techniquement non puisqu’ils sont introuvables et qu’ils sont presque aussi long que la série qui elle est trouvable, c'est vraiment réservé à des fans Hardcore dont ça ne dérange pas de revoir la série avec si peu de changement. Supposons dans le cas où vous avez le choix, pour ma part la série se suffit en elle même….à moins d’avoir le coffret collector et que vous n’avez pas vu la série (ce que j’en doute très fort), regardez la série ! Au moins elle est trouvable ! Bon j’ai assez parlé de ces deux films, passons au chose sérieuse, parlons du sujet du jour, le troisième film : Rebellion Voici les affiches des deux premiers films, à droite, Au Commencement (1er film) et à gauche Une Histoire Infinie (2ième film) Rebel Rebel, You've Torn Your Dress, Rebel Rebel, Your Face Is A Mess Avant de dire quoi que ce soit, j’aimerai parler de mon expérience sur ce film. Je ne vous cache pas que j’en n’attendais pas grand-chose, je m’étais dit que serait un petit film sympa dans un monde alternatif, qu’il y aurais des choses à dire tout en espérant que ce soit un bon film. J’étais loin mais très loin de comprendre dans quel galère je me suis retrouvé ! On retrouve Madoka dans sa vie banale mais avec deux gros changement, d’abord, elle est déjà une Puella Magica puis surtout que tout ces camarades sont déjà présent. On assiste à nouveau à l’arrivé d’Homura dans la classe mais tout est différent. Homura est timide et est introduite au groupe qui cette fois-ci devrons lutter contre les Nightmares. Oui, si vous avez lu mon précédant billet, vous savez qu’elles luttent contre des sorcières mais ce n’est plus le cas….apparemment. Les Nightmares ce sont des cauchemars (Bravo ! ) qui deviennent des sortes de démons pour…..faire du mal je suppose. Heureusement que les Puella Magica sont là pour tout rentrer dans l’ordre, c’est magnifique n’est-ce pas ? Beaucoup trop je dirai et je ne suis pas le seul à me le dire car un des personnages de la série va mener sont petit enquête pour savoir ce qui se trame. Je ne peux pas en dire plus et je suis resté volontairement flou car l’un des point fort de ce film réside dans le découlement de son intrigue, il y a plusieurs révélations et même des twists ! Le film se présente un peu comme une enquête sur cette univers différent de la série, tellement différent qu’on pourrait parler d’anti-Madoka sans pour autant ne plus être un anti-Magical Girl ! Le premier gros quart du film nous présente un univers bien différent de ce que l’on a l’habitude de voir dans un Madoka. On sens pourtant que le film cherche à nous mettre dans l’erreur mais ce n’est pas dans ce que l’on crois. D’un point de vue technique, le film est magnifique, l’animation gagne en qualité ce qui est plutôt normal dans le cadre d’un film. C’est surtout dans l’animation des personnages qu’on voit que le film est supérieur à la série, il y a beaucoup de mouvement et on y voit clairement la fitness de chaque geste. On retrouve aussi beaucoup de plan large sur différent paysage me faisant penser parfois à du Ghost In The Shell. En tout cas, c’est beau et superbement bien animé, de ce côté-ci on ne peut pas le critiquer ! Quel plaisir de retrouver la bande au grand complet ! Un autre point fort du film qui n’est rien d’autre que la suite logique des choses : La mise en scène. Déjà que la série avait une mise en scène particulière, le film se paye le luxe d’être différent tout en gardant l’identité de la série. Je pense aux premières minutes du film où l’on voit un Nightmare qui n’est rien d’autre qu’une peluche en prise de vue réelle mais incrusté dans le film. Une autre scène que j'ai beaucoup aimé était la scène de transformation des filles en Puella Magica qui montre tout l’ambiguïté de l'oeuvre avec son côté Kawai et malsain à la fois. Voici la scène pour les curieux (pas de spoil je vous rassure) Les combats aussi ne sont pas en reste, il y en a très peu mais purée qu’ils sont impressionnants ! Il dure un certains moment et sont juste sublime dans leur chorégraphie, je pense au premier gros combat…. La mise en scène domine à chaque instant dans ce film, bien plus que la série en elle-même, une fois de plus Shaft s’est surpassé ! Je viens de penser que j'ai totalement oublier de précisez que c'est la même équipe que celui de la série qui est derrière ce film. Et que dire de son Ost ? Yuki Kajiura est toujours au commande et nous livre une très bonne Ost qui en plus est différent de la série ! Personnellement je préfère celle de la série qui me transporte véritablement mais ce film possède une Ost très remarquable tout en étant proche de la série. Il faut dire qu’on entend même pas les deux thèmes mythique de la série (c'était assez osé je trouve) par contre ils sont incorporé dans le film comme le thème de Mami qui chante son propre thème devant son miroir, c'est une belle référence. Voici un thème que j'ai bien aimé : Je voudrai revenir sur l’aspect Anti-Madoka, pour faire simple le film se coupe en deux partie. La deuxième heure du film reprend le délire de la série sans surprise mais ce qui nous intéresse pour l’instant est sa première heure. C’est très simple, tout ce qui est dit ou montrer est en opposition total avec la série : Madoka est déjà une Puella Magica, le groupe est unis et déjà présent ou encore les combats qui n’en sont pas. Cela va jusqu’à des détails insignifiant comme Hitomi et Kyōsuke qui ne se supporte pas ou la prof qui parle de fin du monde tout en devenant folle. La scène la plus flagrante reste la « Cake Song » où les personnages chantent pour tuer le Nightmare, ça change des psychopathes qui tabassent jusqu'à plus soif ! Ce qui m’amène au plus gros point fort du film, sa subtilité ! Ce film est rempli de symbole, de signification, de détail et de valeurs dans ce qui est dit et montré. Pour vous dire à quel point lors de mon premier visionnage ce film m’a mis sur le cul, je me suis dit que je n’avais plus revu un film de cette trempe depuis The End Of Evangelion et dieu sait à quel point j’adore ce film ! Lorsque le film était fini, j’étais stocké sur mon canapé pendant 10 minutes, les yeux écarquillés et je me rappelle exactement ce que j’ai dit à ce moment: « Whao ! » (un peu comme Keanu Reeves). Oui j’ai adoré ce film et je considère qu’il surpasse la série, malheureusement j’en parlerai dans la dernière partie mais sous spoil parce que ce film mérite d’être vu. En plus, c’est le genre de film où il faut plusieurs visionnages pour bien le comprendre, pour tout vous dire, j’ai vu le film deux fois en moins de 15 jours et je me suis rendu compte que je n’avais rien compris tellement il est riche de sens ! On retrouve plus que jamais un symbolisme religieuse, historique et psychologique....quand je vous dit que c'est riche de sens ! Je le savais, ils te vont mieux à toi ! Le film m’a éblouie je le reconnais mais ça ne veux pas dire qu’il est parfait, très loin là ! Mon premier reproche concerne un personnage, je sais que c’est débile de dire qu’un personnage est un défaut pour un film mais comprenez que ce n’est pas le personnage en lui-même mais sa place à travers le film (concept, rôle etc.…). Je ne l’ai pas dit mais le film introduit un nouveau personnage : Charlotte. Si vous avez vu la série, ce n’est pas tout à fait un nouveau personnage mais dans la forme qu’elle prend dans le film c’est plutôt nouveau. Charlotte est une nouvelle Puella Magica qui va rejoindre le groupe et puis…..et puis…..c’est tout ! Ce n’est pas la première fois que je critique un personnage dans cette chronique puisque la pauvre Mari dans Evangelion 2.22 s’en est pris plein la face mais ici ça sera différent. Ce qui fait que Charlotte n’est pas au niveau de Mari en matière de personnage inutile est qu’elle à un « passé collectif » auprès des fans…. En soi j'ai rien contre le Fan-Service, c'est inutile en soi mais c'est un clin d’œil qui fera plaisir aux fans, le problème c'est quand ce fan-Service empiète sur l'intrigue et commence à prendre trop de place pour rien, ça devient problématique. à part de servir de Fan-Service, Charlotte sert un petit peu à rien. Après, ce n’est pas si grave parce qu’elle est peu présente, je dirais 5 minutes à tout casser dans tout le film. Ce qui est vraiment embêtant avec ce personnage reste sa transformation en Puella Magica qui n’est pas expliqué, en faite si, elle explique mais en hors-champs, c’est pas une blague ! Vous vous souvenez de la parodie de Yu-Gi-Oh! dans un épisode du JDG ? Vous savez avec le grand-père qui parle comme un fantôme mais qui n’est pas mort et qu’au moment des explications on a le jingle de l’animé qui coupe l’explication ? Ce film fait pareil avec le personnage de Charlotte (sauf qu'il n'y a pas de jingle). Du coup, pas d’explication concernant ce personnage, même si on comprend de quoi elle parle, il n’empêche que l’on explique pas sa soudaine transformation, ni même son histoire….c’est con je trouve. Un autre défaut concerne quelque chose que je critique souvent, la VF ! Je sais que vous allez me dire que je suis qu’un rabat-joie parce que je m’étais plains que la série n’avais pas de VF mais pour les films ont y a droit. Le truc c’est que ça ne va pas, à l’exception de Madoka, aucune voix ne va avec son personnage. Elles sont toute monocorde et monotone le tout avec cette sensation d’avoir des voix forcée. On notera l’effort d’avoir chanté la « Cake Song » en français mais c’est un véritable massacre. Ne pas savoir chanter, c’est une chose que je comprend mais ne pas chanter en rythme il faut quand même le faire exprès ! Oui oui elles ne chantent pas en rythme mais tellement pas que s'en n’est même plus une chanson. Et puis pourquoi Mami s’arrête-elle en plein milieu de son couplet ? Il faut se dire qu’il y a des gens qui sont payé pour voir ça et qui se disent : « Ouais c’est bon, ça passe ! » Je vous laisse les différentes versions (Version Française à 7:27), amusez-vous à comparé la version Japonaise avec la Version Française et vous comprendrez le massacre. Même la version Allemande s'en sort mieux que la VF, c'est pour dire ! Je pourrais également reprocher à ce film un rythme plutôt étrange, assez proche de The End Of Evangelion avec une première partie plutôt lente et une seconde plus action et philosophique. Bien que je considère que ce n’est pas trop grave parce que ça donne au film une certaine variété, cela n’empêche pas qu’au fond de moi un léger goût amer resurgit quand je souhaite revoir ce film. C’est un film où les scène d’actions sont rare et on philosophie beaucoup sur des traumatismes passés, ce n’est pas un défaut en soi puisque j’adore ce genre de film mais le rythme y est primordial. Je pense qu’ils auraient dû mieux gérer le rythme en répartissant mieux l’action et la réflexion. Je tiens à rassuré que cela n’enlève en rien la beauté du film, c'était pour chipoter. Le film possède une mise en scène qui va jusqu'au cauchemardesque....encore plus loin que la série ! Abandonnez tout espoir, vous qui entrez ici ! Puisqu'on parle de cauchemar, à partir de maintenant cela va dépendre si vous avez vu le film ou pas. Si vous n’avez jamais vu la série et ce film, je vais devoir vous demandez d’aller directement à la conclusion de ce billet parce que je vais spoiler ce film comme un porc à partir de maintenant. Si vous avez déjà vu le film, soyez le bienvenue pour lire cette petite analyse sans trop de prétention. Ce fut loin d'être évident, il n'est pas aussi approfondi que d'autre analyse sur le net mais j'espère qu'elle répondra à quelques questions. Franchement, jouer le jeu et aller voir ce film, il le mérite. Bon, les choses sont dites, en place pour la zone Twist ! Conclusion Regardez-le, regardez-le, regardez-le, regardez-le, regardez-le, regardez-le et si c’est pas encore clair Regardez-le ! Rebellion est probablement dans mon top 10 des films d’animation Japonais, je l’ai adoré ! Il est riche de sens, de symbole, chaque visionnage on remarque de nouveaux détails, c’est un plaisir de revoir ce film à chaque fois et il a beaucoup d’admirateurs. C’est le genre de film qui change la vision qu’on a de l’animation, du Magical-Girl et de la vie ! J'espère que cela vous aura motivés d'aller regarder ce film (ou la série avant), on se retrouvera pour un Hors Série sur un jeu que je voulais présenter depuis un petit moment. Tiens, je vais vous laissez un indice sur le prochain animé que je vais présenter.
  13. DrunkenPenPen

    XIII

    XIII est un très bon FPS solo centré sur une aventure tout en gardant son origine qu'est la Bande Dessinée. Je me suis mis à lire la BD grâce à ce jeu, certes il simplifie pas mal de chose dans son intrigue mais cette adaptation donne envie de lire la BD et pour moi c'est le but d'une adaptation. C'est dommage qu'on ne fait plus trop de ce type de FPS, maintenant j'ai l'impression que c'est que dans un contexte de Guerre avec plein de soldat, des morts etc.... (c'était le cas à son époque aussi avec Medal Of Honor). Il y a vraiment un aspect aventure, de l’infiltration sans être guidé, un style à part entière avec les onomatopées, un humour noir parfois mais diablement efficace. Je le conseille vivement si vous voulez un FPS "Old School" sorti dans la période de l'age d'or d'Ubi-Soft, c'est à dire quand ils avait des idées originaux et pas de bug.
  14. DrunkenPenPen

    Boruto Uzumaki (31/07/2020 16:32)

    Et dire que j'ai joué à ce Sailor Moon pendant des heures pour le Retroachievement, je te conseille la version Megadrive de ce jeu qui est meilleur selon moi (non parce qu'on s'ennuie quand même dans la version Snes). "Noir est mort, Merci" même moi qui a vu la série, je ne sais pas qui est noir XD
  15. DrunkenPenPen

    Medal of Honor : Heroes 2

    Je vais résumé ma réponse en une seule image.... Avec le temps, je me rend compte à quel point j'ai horreur de mon billet sur Hinako, je ne sais pas c'est quoi le pire, le fait que c'est celui qui a le plus de vue de tout mes billets, le fait de mettre fait taper sur les doigts par ma bêtise ou le fait que j'ai regardé cette "animé" en entier, un peu des trois j'imagine 😅 L'avantage d'être sado, c'est que tu fini des jeux très dur, cette année, j'ai fait l'exploit de finir Double Dragon sur Nes et Ghouls 'n Ghosts en Professionnel sur Megadrive.....sans Save-state ^^