DrunkenPenPen

Active member
  • Content Count

    704
  • Joined

  • Last visited

About DrunkenPenPen

  • Interests
    - Anime/Manga
    - Musique
    - Roman de Science-Fiction et d'Anticipation
    - J'ai déjà dit la musique ?
  1. DrunkenPenPen

    Qu'est-ce que tu mat ?

    Pour ma part, je me suis refait un grand classique du cinéma qui parlera au plus ancien et surtout au plus cinéphile d'entre-nous, un film de science-fiction horrifique monumentale, un monstre mythique du cinéma, on ne le présente plus puisqu'il s'agit ni plus ni moins qu'Alien Le huitième passager (ou plutôt le neuvième si on compte le chat 😅) PS: Malgré que j'aime ce film, mon préféré reste son second opus Alien Le Retour !
  2. DrunkenPenPen

    Fiston ! Tais toi ! Cours et Tire !

    Ah ouais Iron Meat fait très Contra, ça fera plaisir aux vieux de la vieille ! Sinon il y a aussi Xeno Crisis dans un style différent, plus proche de Smash TV (c'est à dire en arène) mais à la différence que les niveaux sont généré aléatoirement mais surtout qu'il faut tuer des aliens ! C'est un jeu très difficile mais très plaisant à jouer, je vous le recommande ! Le jeu est dispo ici, on dit merci qui ? Romstation évidemment ^^'
  3. DrunkenPenPen

    Fiston ! Tais toi ! Cours et Tire !

    Sinon pour aller un peu plus loin, je vous conseille l'excellent Contra Rebirth et Contra Hard Corps Uprising qui sont des hommages aux premier Contra tout en se modernisant un petit peu. Je vous laisse avec les deux trailers des jeux pour vous mettre dans le bain 😉
  4. DrunkenPenPen

    Fiston ! Tais toi ! Cours et Tire !

    La seule grosse différence entre la version Japonaise/Américaine et Européenne est qu'on dirige des robots au lieu de Stallone et Schwarzenegger. D'ailleurs les robots sont assez proche d'un Patlabor, voire d'une Valkyrie de Macross, je pense fortement à ce dernier puisqu'il est sorti avant le jeu contrairement à Patlabor (en plus de son succès chez nous à l'époque sous le nom Robotech). En réalité c'est une censure lié à nos voisin allemand qui interdit de vendre des jeux "Violent" aux mineurs donc on a eu à la place des méchas.....pour une fois que la censure fait une bonne chose, c'est quand même plus stylé un mécha, non ? A part ça, il n'y a aucune différence le jeu est tout aussi exigent mais je préfère la version européenne. @Gaga46 pour répondre à ta question, le jeu s'appelle Gryzor uniquement sur les micro-ordinateurs (dont on contrôle des commandos même en France) parce que le nom du héros dans cette version s'appelle Lance Gryzor qui est une combinaison des deux noms originaux Bill Rizer et Lance Bean. Phonétiquement Rizer se rapproche de Gryzor. Voici un lien qui présente le jeu : https://jerres12.net/border0/jeux/gryzor.htm. à gauche un Patlabor, à droite une valkyrie de Macross et au centre les probotectors !
  5. DrunkenPenPen

    Fiston ! Tais toi ! Cours et Tire !

    Je suis obligé de vous parler de Probotector II un des jeux auquel j'ai le plus joué (et même encore de nos jours !). Il est clairement pour moi dans mon top 10 de mes jeux préféré et ça serai le jeu que je prendrai si j'étais coincé sur une île désert (en supposant que je peut y jouer 😅). C'est le jeu où j'ai acquis mes réflexes et des frissons à chaque partie, l'angoisse d'entendre le son strident lorsque l'on se fait touché....Ah la la ! Maintenant je ne ressens plus tout ça mais quand j'étais petit c'était mon jeu de l'angoisse préféré ! Pour finir, j'ai fini ce jeu sans perdre une vie et je pourrais le refaire encore aujourd'hui tellement que je le connais par cœur ! J'ai reçu le 1er de la série plus tard dans ma vie et j'ai fait le même exploit.
  6. DrunkenPenPen

    Gunbuster

    Au fil du temps certains animés sortent du lot, ils deviennent mythiques pour ne pas dire légendaire, leurs succès deviennent leurs héritages et on ressent encore leurs esprits aujourd'hui malgré que l'on n'arrive plus à mettre le doigts dessus, vous savez cette sensation de créativité, d'originalité et de liberté. Le succès des animés font la gloire des studios au point que certains ont créer un style propre, une sorte de marque de fabrique qui ont fait la gloire de leurs créateurs, car oui derrière des animés il y a des studios et au delà il y a des hommes (et parfois des femmes). Malheureusement, on voit aussi la déchéance de studio qui ont pourtant marqué les esprits comme un groupe de rock dont leurs membres ont trop vieillit, les sons deviennent monotones, la voix en a pris un coup et les déhanchés sexy et provocateur n'y ont plus leurs place....c'est triste n'est-ce pas ? Dans l'animation japonaise, je pense surtout à la Gainax, des esprits créatifs et dynamique qui ont connu la gloire à la fin des années 80 jusqu'au milieu des années 2000. Cependant ne broyons pas du noir, faisons honneur à ce studio en vous présentant le premier gros succès de la Gainax : Gunbuster ! Accrochez-vous à vos siège parce qu'on va viser les sommets ! Bienvenue dans les années 80 ! Revvin' up your engine, Listen to her howlin' roar, Metal under tension, Beggin' you to touch and go Highway to the danger zone ! Commençons par le contexte, nous somme en 1981, à l'occasion de la vingtième édition du festival de Science Fiction Japonais surnommé Daicon III qui à lieu à Osaka, neuf potes de la fac expose fièrement un court métrage de 5 minutes, ce court-métrage je vous l'avais déjà présenté c'était en....Décembre 2018 (le billet Me!Me!Me!) ! Bon pour les nouveaux venus, ce court-métrage montrait une petite fille qui ressemble à Clarisse dans le Chateau de Cagliostro luttant contre plein de monstres et de vaisseaux. Sans vraiment le savoir, nous avons assister à la naissance du fan-service qui aboutira à celui qu'on connait : petites-tenues, plages, concombre des mers (merci Another)..... Parmis ces neufs étudiants on retrouve des noms qui en parlera à certains : Hiroyuki Yamaga (le réalisateur du film Les Ailes d'Honnéamise), Toshio Okada (le futur CEO de la Gainax entre 1986 et 1992), Takami Akai (illustrateur sur les jeux Princess Maker) mais surtout Yoshiyuki Sadamoto (illustrateur et Character designer de quasiment tout les projets Gainax), Shinji Higuchi (scénariste sur Evangelion) et enfin Hideaki Anno (le réalisateur d'Evangelion, Nadia et le secret de l'eau bleu ou encore Gunbuster). Daicon III et par la suite Daicon IV sera un gros succès pour ces jeunes étudiants et se feront très vite remarqué par Bandai qui leur voit confié un énorme projet en 1984 : Les Ailes d'Honnéamise. C'est à l'occasion de ce projet qu'ils forment la Gainax, l'origine de ce nom viendrai d'un dialecte dans une région du Japon dont le mot Gaina signifie énorme, Grandiose.....le ton est déjà donné. Comme tout bon studio débutant, ils servirons dans un premier temps de mains-d'œuvre pour d'autres studio, ils participeront à un petit film pas très connue mais qui permettra de se faire un peu d'argent pour le futur film en préparation....il s'appelait comment déjà ce film qui à permis à la Gainax de renflouer les caisses ? Ah oui, Macross Do You Remember Love ! (un des plus gros succès du cinéma de l'époque). En 1987 soit 3 ans de préparation intense sort enfin Les Ailes d'Honnéamise qui sera....un gros flop qu'il ne méritait pas un tel sort mais la vie est faite d'injustice que voulez-vous ? Il n'empêche que cela ne décourage pas les membres de la Gainax et que cette échec n'a pas fait couler l'entreprise, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. L'espoir de la Gainax s'est tourné du côté des OAV , un marché fleurissant et qui attire les Otaku en manque d'animé à découvrir, cela tombe bien puisque la Gainax ne connait qu'une formule qui le définit tel un précepte : Des animés d'Otaku pour des Otaku, fait par des Otaku ! Cependant, on ne va pas se mentir c'est surtout la dernière chance pour la Gainax pour relever la barre, un nouvel échec serait fatal pour ces gens qui vivent un rêve de gosse. Pourquoi ? Et bien l'échec de leur précédant film les ont un peu mis sur la paille, ils ont subits des pertes financières....des grosses pertes financières ! Un succès permettrait de se refaire une santé, surtout dans le domaine des OAV. "Hey Penpen depuis tout à l'heure tu parle d'OAV mais c'est quoi un OAV ?" Ah Billy te voilà ! Mesdames et Messieurs laissez-moi vous présentez Billy, c'est un nouveau venu qui viens de découvrir (comme beaucoup d'entre vous) mes billets, il n'est pas toujours à jour mais ce n'est pas grave puisque l'on aime malgré tout et puis cela va un peu vous rafraichir la mémoire. L'OAV ou Original video animation est l'équivalent du Direct-To Vidéo mais en matière d'animé japonais. Ces productions peuvent être aussi bien des séries que des long-métrage et même des épisodes bonus pour une série. Comme je l'ai dit plus tôt l'OAV est un marché rentable car contrairement au Direct-To Video qui subit une mauvaise image (production peu onéreux et de mauvaise qualité) l'OAV possède un statut plus noble au Japon, il faut voir ces productions comme des "exclusivités" voire même de la collection puisque très souvent c'était du tirage limité et qui dit tirage limité dit prix élevé...tout le contraire du Direct-To Video. Cette pratique permet à des gros studio de se faire de l'argent facilement en jouant sur une franchise (épisode Bonus) et cela permet à des petits studio de se faire un nom en plus d'un revenu conséquent, voici 3 exemples d'OAV différents : - Sailor Moon Ami's First Love est un épisode spécial sorti en VHS avec d'autres épisodes spéciaux (Les puristes savent qu'il est d'abord sorti au cinéma est que de ce fait ce n'est pas réellement un OAV mais bon cela n'a pas empêcher la Toei de le sortir uniquement en VHS) - Ninja Scroll est un film sorti uniquement en VHS donc un OAV. - GunBuster est une série de 6 épisode sorti exclusivement en VHS donc un OAV Voilà Billy tu sais maintenant ce qu'est un OAV, revenons sur Gunbuster. Dans le cas de Gunbuster, la série est sorti en trois casette de deux épisodes, la production à coûté environs 25 millions de yens (200 000 euros) et s'est vendu à 30 000 exemplaires à chaque volume. Ce petit succès permet à l'expansion de la série sous différent format comme le LaserDisc ou le Betamax (dérivé de la VHS) ce qui permet d'engendrer encore plus de bénéfice, bref c'est le succès ! C'est bien mais qui est derrière ce Gunbuster ? On retrouve Hideaki Anno en tant que réalisateur pour sa toute première réalisation, si on a en tête Neon Genesis Evangelion ou Nadia et le secret de l'eau on a tendance un petit peu à oublié GunBuster. Etonnamment ce n'est pas Yoshiyuki Sadamoto qu'on retrouve au Character Design puisqu'il était Chef-animateur, c'est Haruhiko Mikimoto qui prend ce rôle mais j'expliquerais plus tard pourquoi ce choix pour Gunbuster alors pas la peine de googliser. Amano et Noriko sont les deux héroines principaux de Gunbuster. 'Til I make you take me on your mighty wings, Make you take me on your mighty wings across the sky L'intrigue de Gunbuster est très simple en soi, Noriko est une adolescente de 16 ans qui intègre une école de....de.....pilote de mécha (je suppose vu que ce n'est pas vraiment précisé) et qui rêve d'aller dans l'espace comme son défunt père qui s'est sacrifié lors d'une bataille (qui a dit cliché ?). Malheureusement Noriko est loin d'être la pilote la plus brillante de l'école, disons qu'elle ferait pâle figure à côté d'une certaine Asuka Langley Sōryū, sauf qu'à la surprise générale Noriko et Amano sont les deux seules pilotes sélectionnées pour aller dans l'espace, non pas pour prendre du bon temps mais pour botter des culs aliens, Yeah ! Amano est typiquement la pilote douée et déterminée à être la number 1 (Asuka tu as de la concurrence). Plusieurs péripéties vont amener Noriko à prendre confiance en elle et à piloter le Gunbuster, un robot super géniale capable de tout pulvériser (mais pas aussi cool qu'une Eva hein ?). Bon on commence par quoi ? Et bien pourquoi ne pas commencer par le "délire" de Gunbuster, son concept en tant que série de Mécha est un étrange mélange entre ce que sera une des marques de fabrique de la Gainax , c'est à dire beaucoup d'exagération et de sensationnel qui croise une toute autre série très populaire à l'époque. Cette série est The Super Dimension Fortress Macross ou tout simplement Macross qui avait sensation en 1982 mais c'est surtout le film Macross Do You Remember Love (un de mes films préférés) qui marque les esprits, film auquel la Gainax avait travaillé en tant que studio de soutient, tout se rejoint. Sauf qu'à la Gainax "refaire" une série à la Macross n'est pas suffisant parce que quitte à faire du Macross autant en faire qui se rapproche le plus de la série original et savez vous comment on peut faire ça ? On fait des références ? On reprend une intrigue similaire ? Des thèmes similaire ? Et biens à la Gainax ils ont fait mieux que ça, ils ont embauchés Haruhiko Mikimoto qui n'est rien d'autre que le Character-Designer de Macross, la classe absolue ! C'est d'ailleurs pour ça que les filles et les "aliens" font très Macross sans oublier que le Gunbuster est un mécha qui peut se détacher en vaisseau ce qui fait penser aux transformations des valkyries dans Macross. C'est cool de voir du Macross à la Gainax mais Gunbuster c'est aussi une autre étrange mélange, une autre série à aussi servi de base au concept de cette animé, il s'agit de Ace o Nerae! (Jeu,Set et Match chez nous) un Shojo très populaire au Japon et qui parlera au plus anciens d'entre nous (Le JDG en parle d'ailleurs). A ce moment vous vous dite : "Pourquoi s'inspiré d'un Shojo sportif ?" Pour faire simple, Hideaki Anno a été rapidement influencé par le Shojo (ce qui se verra plus tard dans Evangelion avec les inspiration de Sailor Moon) par une amie d'enfance, une certaine Ritsuko....ce prénom parlera aux fans mais on est là pour du Gunbuster. J'expliquais donc que le réalisateur avait été inspiré par Jeu,Set et Match mais dans le cadre de Gunbuster, il s'agit plutôt d'une parodie, pour ceux qui ne l'ont jamais vu on y voit des mécha faire des pompes......ça veut un peu tout dire ! Pour terminer les influences de Gunbuster, on notera également que le studio s'est inspiré d'un film culte des années 80, si je vous dit Berlin ? Avions ? Tom Cruse ? Il y a des chances que vous me répondez Top Gun et c'est effectivement le cas. D'ailleurs la subtilité du titre original de l'œuvre : Gunbuster Top wo nerae ! Est en réalité un croisement entre les noms de Top Gun et Ace o Nerae! J'aime bien ce genre de détails. Donc résumons, Gunbuster est un mélange entre Macross, Top Gun et Jeu,Set et Match le tout par les gens qui ferons plus tard Evangelion, si cela ne vous donne pas envie de le regarder, d'autant qu'un certain Cristhopher Nolan s'en est inspiré pour faire son film Interstellar notamment pour un sujet précit mais j' reviendrai plus tard. Si cette étrange combinaison à permis à Gunbuster de ce démarquer de ces concurrents, il reste cependant connu pour autre chose, il y a d'abord la Gainax Pose qui consiste à reprendre une pose précit de Noriko dans l'animé mais qui est tellement badasse que d'autres production y feront référence. Sinon, il y a aussi (et surtout) un autre élément dont j'en avais également déjà parlé dans le passé mais Gunbuster est le premier animé à créer un type de fan-service, le Gainax-Bounce ! Si vous ne savez pas ce qu'est le Gainax-Bounce, sachez que les images parle mieux que les mots. La très célèbre Gainax Pose inventé par Noriko en personne ! Pour les quelques-uns qui auraient un doute concernant la définition exacte du Gainax-Bounce il s'agit tout simplement d'une animation réaliste de la poitrine, ce qui fait une bonne transition avec l'animation général de l'animé. Pour 1988 c'est magnifique, ça n'a pas vieillit d'un pouce, les combats sont superbement bien animé, comme j'aime bien le dire c'est propre ! Regardons un court extrait pour vous donner une très vague aperçu de la qualité de l'animation : Et on n'oublie pas de gueuler le nom de l'attaque pour être encore plus stylé ! Vous aurez également remarqué que la mise en scène est très "Gainax" c'est à dire gigantesque, incroyable, on en fait des caisses et ça rend le tout épique. Cependant Gunbuster joue sur deux bord, d'abord le gigantesque comme je viens de le dire mais également le réalisme de la série. En effet, Gunbuster comporte pas mal de terme scientifique concernant en particulier le domaine spatiale comme les trous noirs ou la Dilatation du temps (en gros le temps passe plus vite dans l'espace que sur Terre, élément qui sera repris pour le film Interstellar). Ce dernier point va prendre beaucoup de place dans l'intrigue vu que cela va affecté les personnages. Ce qui m'amène à l'intrigue qui était plutôt complexe pour l'époque, perso il n'est pas si compliqué que ça, on est loin de terme ultra complexe à coup d'AT Field ou de Moteur S². On y suit l'initiation de Noriko dans un monde froid et glacial qu'est l'espace mais elle devra affronter les préjugés de sa sélection pour aller dans l'espace, les filles jalouses et un poil à cran et bien sûr les aliens qui ne ressemble à rien et qui tue tout ce qui voit parce que.....parce que ce sont des aliens. Alors oui l'intrigue au début est assez décomplexé avec des mécha qui font du sport ou le fait que la narration est assez classique avec un coach qui va amener Noriko à repousser ses limites, bref il manque plus que la chanson Push it to the limit est on est dans l'ambiance. Mais comme je l'ai dit cela ne va pas durer puisque dès le second épisode on va comprendre qu' Hideaki Anno va parler d'un sujet qu'il aime beaucoup : Les Traumatismes lié à la perte d'un être cher ! Ajoutez à cela les morts lié au batailles, la menace incompréhensible de ces aliens et le manque de confiance de Noriko pour vous rendre compte qu'on ne rigole plus comme le premier épisode. Je tiens quand même à précisez qu'on est loin d'un Evangelion avec ces héros à la limite de perdre les pédales (si ça rassure certains de mes lecteurs). L'ost de Gunbuster est typiquement dans l'ambiance de l'animé, c'est à dire de l'épique et de la pop 80 mais également beaucoup de mélodie mélancolique. On le doit à Kōhei Tanaka qui est connu pour son travail sur One Piece mais également les jeux vidéo Sakura Wars et Alundra ! Écoutons quelques extraits : - Thème du Gunbuster -Thème de Noriko -Thème de combat Peut-être serais vous d'accord avec moi mais je trouve qu'il est assez proche d'Evangelion dans son OST ou plutôt qu'il y a pas mal de similitude. On retrouve rapidement l'écriture d'Hideaki Anno concernant la souffrance de ces personnages. I need to walk on the wire just to catch my breath, I don't know how or where but I'm goin' it's all that I have left Je ne vais pas vous mentir mais j'ai pas vraiment de défaut à reprocher à Gunbuster mais je vais toute de même chipoter sur quelques détails. D'abord, la série est court, très court puisqu'elle ne possède que 6 épisodes et implique forcément des défauts comme un manque de développement concernant l'univers. Bien sûr pour ceux qui ont vu Gunbuster ce n'est pas si grave dans ce cas là puisque l'intrigue est très codifié dans le genre Mécha mais quelques questions reste en suspens. Je pense en faite à Kazumi Amano concernant sa volonté d'être pilote, la question que je me pose est pourquoi est-elle pilote ? Parce que pour Noriko c'est très claire mais pour Amano ,bah on ne sais pas ! Je pourrait dire de même pour Jung Freud, une jeune pilote de l'URSS en 2023 dont on ne sais pas grand chose non plus....attendez l'URSS ? Je croyais que c'était la Russie..... C'est un petit dommage que l'animé ne prend pas son temps pour développer un peu le contexte, c'est aussi le bémol des séries courte que de devoir être rapide dans son intrigue mais il faut comprendre qu'au vu des circonstances du studio il était impossible pour eux de faire quelque chose d'aussi complexe. Ils ont tout misé sur la mise en scène et l'animation est le pari à marché au détriment d'un approfondissement de l'univers mais cela reste assez appréciable pour ne pas être perdu dans l'intrigue. Il faut savoir que suite au succès de Gunbuster il connut une version cinématographique....en 2006. Pour être très franc si j'avais aucun reproche à dire sur la série original, ce n'est pas le cas du film. On retrouve toujours le même problème dans ce genre de production puisqu'il s'agit d'une simple transposition de la série au cinéma mis bout à bout....ou presque. Parce que quitte à faire un film de ce type autant mettre l'intégralité de la série dans le film d'autant que Gunbuster ne dure que 2 H à tout casser mais non, le film dure 1H30 et ce permet même de virer un personnage (adieu Jung Freud) ou encore de charcuter le scénario, souhaitons la bienvenue à des scènes hors-contexte que si tu n'a pas vu la série tu ne comprend pas....alors qu'elle est l'intérêt de regarder le film ? Aucun ! Sauriez vous reconnaitre les petites références dans ces deux images ? Concernant mon avis par rapport à Gunbuster, je dois bien admettre que je ne l'ai pas autant apprécié que je le voudrai. C'est assez étrange comme sensation puisque je considère que je l'ai bien aimé voire même que c'est un classique qu'il faut voir mais j'ai mis beaucoup de temps à le regarder alors qu'il est très court (la sortie du dernier film Evangelion a peut-être aussi joué sur ce visionnage tardif ). Il faut dire aussi que Gunbuster est dans son délire et qu'on est encore loin d'un Evangelion ou d'un Nadia qui sont deux projets bien plus ambitieux. Je ne dit pas que Gunbuster n'est pas ambitieux mais je vous rappelle une fois encore que la Gainax était dans la dèche et qu'il fallait remplir les caisses. Cependant, Gunbuster a permis à Hideaki Anno de créer de A à Z un univers et d'écrire comme bon lui semble comme Le Chateau de Cagliostro pour Hayao Miyazaki. On y voit les prémisses d'Evangelion (décès d'un proche, coopération avec un équipier pour s'en sortir, l'initiation dans un monde terrifiant etc....) mais il sait être avant tout divertissant et c'est tout ce que l'on demande d'un animé. Pour finir rapidement, sachez qu'il existe des sortes de mini-série dans la série qui s'appelle Gunbuster Science Lessons. Cette mini-série composé de 4 épisodes sur les VHS originaux se verront ajouté de deux épisode en 1994 lors d'une réédition. Ces épisodes dure à peine deux minutes et servent surtout à expliquer aux spectateurs quelques notions lié à l'espace ainsi que des théories scientifiques, on retrouve toujours cette volonté de "réalisme" mélangé aux spectaculaires, sauf qu'ici c'est plus un cour qu'autre-chose. Mention spéciale à l'épisode 06 qui parlent du système solaire et évidemment on ne s'est pas privé pour faire une référence à.....et bien regardez pour le savoir ! Les plus grands connaisseurs auront remarqué la présence de la planète Nemesis qui est un autre clin-d'œil à ce même animé. petite anecdote d'ailleurs, Noriko explique qu'elle n'a pas eu le temps de faire les autres cosplay mais en réalité en 1994 on n'était qu'à la deuxième saison, les autres guerrières n'existaient pas encore ! Certains personnages auraient vraiment mérité un plus grand développement....c'est moi ou Jung ressemble à Meryl et Le coach à Miller dans Metal Gear Solid ? Turning and returning to some secret place inside, Watchin' in slow motion as you turn my way and say: Take my breath away ! (Conclusion) Alors faut-il consacré deux petites heures pour regarder Gunbuster ? Je crois que cela parait assez évident comme réponse : Bien sûr que oui ! L' avantage est que cette série est parfaite pour se lancer dans le monde des Mécha, regarder un animé des années 80 et découvrir le style Gainax ! C'est un classique un peu oublié sauf pour les fanas de gros robot que je vous recommande mais qui est pas évident à trouver, en effet la série originale n'a pas été réédité depuis un petit moment et on le trouve rarement à un bon prix (c'était encore pire il y a 3 ans de cela !), par contre vous pouvez toujours trouver la version du film mais bon malgré tout ce que j'ai dit sur ce film ça reste toujours un moyen de découvrir Gunbuster, on fait avec ce qu'on a ! En tout cas, Gunbuster est un très bon animé qui a bien vieillit alors si vous voulez regardez un animé épique avec ces personnages haut en couleur digne d'un Gurren Lagann alors vous savez ce qui reste à faire Ce billet fut relativement assez court mais c'est pour préparer celui du mois prochain qui sera plutôt long (voire en 2 partie) car on va finir une série qui dure et dure....je crois en avoir trop dit. N'oubliez pas de jeter un rapide coup d'œil sur mon avis du dernier film Evangelion 3.0 + 1.0 (et oui il est enfin sorti) Sur ce bon fin de vacance ! Allez faite moi bruler vos boulons !
  7. DrunkenPenPen

    Tu écoutes quoi ?

    J'en profite pour mettre un petit AMV sur Kaleo Way Down We Go
  8. DrunkenPenPen

    Tu écoutes quoi ?

  9. DrunkenPenPen

    Parlons baston

    Je viens de me procurer très récemment le dernier Samurai Shodown, il fait partie de ces séries que je ne maitrise pas vraiment mais qui à chaque fois me procure du plaisir. Il est assez maigre en contenu, coutais un bras à sa sortie et est largement moins dur que les anciens opus mais il est encore d'actualité avec un nouveau dlc (Baiken de Guilty Gear !!!). En tout cas je vous le conseil si vous voulez danser avec la mort !
  10. Il aura fallut pas moins de 15 ans pour Hideaki Anno pour donner à sa licence fétiche Neon Genesis Evangelion une nouvelle vision ,une nouvelle peau, un remake ! C'est hier soir que c'est achevé une longue attente pour les fans (presque 10 ans !) sur la plateforme Amazon Prime Vidéo, j'ignore le succès de ce dernier film à l'heure où j'écris ces lignes mais c'est loin d'être ma préoccupation première. Pour ceux qui ont l'habitude de me lire et qui savent que trop bien l'affection particulière que j'ai pour Evangelion vous vous êtes peut-être demandé si j'allais traité ce film, la réponse n'en n'était que trop évident, cependant cela ne sera pas une critique habituelle mais un simple avis sur le vif, un regard sur l'instant après à peine quelques heures son visionnage. Pourquoi un tel choix ? Pour différentes raisons, d'abord éviter l'erreur d'Alita Battle Angel écrit aussi sur l'instant et pas digne de mes autres billets; Le second choix est que ce Evangelion aura droit à un billet digne de ce nom mais pas tout de suite, il me faut digérer, disséquer la bête et cela prendra le temps qu'il faudra mais il était hors de question que je n'en parle pas alors un simple avis était le bon choix. Assez niaiser répondons enfin à cette question qu'on a tous sur les lèvres : Alors, Evangelion 3.0+1.0 Thrice Upon a Time est-il bien ? C'est ce que l'on va voir..... Une des affiches du Film Avant de dire quoi que ce soit..... Il est bon de rappeler le but de ce billet, je pense que vous aurez compris le pourquoi du comment mais quelques détails sont à précisez : 1/ Ce qui va suivre est mon avis et n'est pas source de vérité, si votre avis est différent n'hésitez pas à donner votre vision des choses, ce billet est fait pour ça. 2/ Je ne serai pas totalement objectif, le fan-boy de la franchise va parler plus que le DrunkenPenpen habituel....quoi que ça a toujours été le cas, non ? 3/ Je vais Spoiler c'est évident mais rassurez-vous tout sera caché par l'onglet prévu à cette effet, alors si vous compter regarder le film, jouer le jeu ne lissez pas les spoils, ça vaut le coup croyez-moi. 4/ Mon avis n'est pas définitif, avec le temps je verrai ce film autrement donc rassurez-vous le futur billet de ce film ne sera pas une simple copie de cet avis. 5/ Ce billet ne sera pas aussi exhaustif qu'à l'accoutumé, normal c'est un avis sur l'instant donc n'ayez pas trop d'attente sur les détails de production ou autre. 6/ La lecture de mon billet sur Evangelion 3.33 sera probablement nécessaire car je ne vais pas m'attarder à résumé les anciens films (j'en ai déjà parlé). Bonne Lecture mes Pingouins ! Evangelion 3.0+1.0 Thrice Upon a Time c'est quoi ? Evangelion 3.0+1.0 Thrice Upon a Time, alias Evangelion 4.0, alias Evangelion Final (j'utiliserai ce dernier pour une raison évident de longueur) est un film d'Hideaki Anno 'créateur de la série originale), Kazuya Tsurumaki (co-réalisateur depuis la série originale), Katsuichi Nakayama (animateur clé de la série originale) et Mahiro Maeda (Le mec derrière le design des Anges de la série originale). Il s'agit du film qui conclut la quadrilogie Rebuild of Evangelion qui est un projet de remake en chantier depuis 2006. La question qui vous viens à l'esprit est probablement pourquoi ce dernier film à mis autant de temps ? La réponse est Evangelion: 3.0 You Can (Not) Redo. Le rapport ? Et bien Hideaki Anno en a été très affecté par ce film au point qu'il a faillit prendre sa retraite à cause de ce film ! Ce film était trop personnelle et il s'est épuisé à le faire d'autant que la critique était assez mitigé à l'époque. Il faut dire que ce troisième film à fait le curieux choix d'être un reboot en plein milieu du remake, d'où le bordel sans nom qu'a été ce projet. C'est Hayao Miyazaki qui redonna la motivation au bonhomme (Le vent se lève a été fait avec Anno) puis le film Shin Godzilla (Godzilla Resurgence) qui motiva Anno de terminer ce qu'il devait être achevé : Evangelion Final ! En bref, on retrouve l'équipe originale sur ce projet mais c'est pas ça qui vous interresse n'est-ce pas ? Le film envoi de la pâtée en matière de mise en scène ! Ça raconte quoi Evangelion 3.0+1.0 Thrice Upon a Time ? Le film commence par un résumé rapide des anciens films en.....3 minutes chrono, ouais résumé c'est vraiment pas ton point fort Anno Sinon on reprend là où le troisième film nous a quitté, Shinji est devenu une sorte de légume suite à son histoire avec Kaworu et est raccompagné par Rei et Asuka dans le désert rouge. Ils finissent par rejoindre le point d'extraction qu'Asuka avait demandé et......je n'irais pas plus loin parce qu'il n'est pas évident de résumer sans spoiler mais sachez que des évènements vont conduire à l'affrontement finale entre l'organisation Nerv et Willie, le groupe Rebel mené par une Misato discrète et un poil vénère. Quand The End Of Evangelion rencontre Evangelion 3.33 You can (not) Redo Avant de répondre à la question, je tiens à précisez que le film dure 2H30 et qu'il est coupé en deux partie, une première partie dans un village où nos héros ont trouvé refuge (cette partie dure une petite heure) et une seconde partie qui concerne l'affrontement final (partie qui dure 1H30 si vous avez suivie). D'abord, j'ai adoré cette première partie même quelques heures depuis son visionnage je trouve cette partie incroyablement réussie. L'inquiétude que l'on pourrait avoir est de voir un début mou surtout quand on a encore en tête le précédent film mais il n'en n'est rien. On va de découverte en découverte ou plutôt de révélation en révélation, et oui on nous a pas tout dit concernant le troisième impact comme le fait qu'il y a des survivants et pas n'importe qui..... Cette partie est très bien rythmé mais aussi assez émouvant notamment vis à vis de Rei que je trouve choupi, je crois que c'est la première fois depuis son sourire exagéré dans la série originale que Rei a fondu mon cœur de pierre (de la part d'un mec qui vante le kawaiisme absolue d'Hotaru dans Sailor Moon je vous rappelle), sérieusement elle est trop mignonne....ou d'une grande naïveté puisqu'elle est devenu sacrément ingénue. Comment ça ? Et bien notre petite Rei découvre la vie, les gens, les coutumes, les expressions comme bonjour ou au revoir, le remerciement, la sociabilité.....elle est clairement l'héroïne de cette partie. Vous l'avez compris, j'ai été beaucoup touché par les expériences de Rei parce que je me suis vu en elle, d'autant que ces scènes sont touchant voire attendrissant comme la scène où elle découvre comment on nourris un bébé, Anno réussit à nous donner une douceur dans un monde apocalyptique, voire Miyazakienne (j'invente des mots). On est entre l'attendrissement et le rire mais aussi entre la joie et la tristesse, tout se mélange mais c'est très bien fait, je pense que cette partie me marquera à vie. Pourquoi je parle de tristesse ? Disons que c'est pas la joie avec Shinji et qu'Asuka passe son temps à passer à l'engueuler tout en étant à moitié dénudée, d'ailleurs le Fan-Service est présent mais assez discret je trouve. Cependant, la scène la plus triste est celle qui conclue cette première partie..... ....je pense qu'il s'agit largement de ma scène préféré de ce film, voire de la quadrilogie ! Cette première partie est une véritable réussite pour moi surtout grâce à Rei ! Puis viens la seconde partie....et là c'est plus difficile pour moi, je dois admettre que je suis mitigé. Pourquoi ? D'abord, parce que le réalisateur a fait des choix qui amène un certains goût amer durant quasiment tout le reste du film.... ....on se retrouve avec pas mal de retardataire voire d'absent durant un petit moment et je trouve que cela créer un étrange vide, on va aussi se concentré sur des personnages qui n'ont pas (encore) de développement, sincèrement parfois j'en avais rien à faire que tel personnage pleurniche pour tel ou tel chose. Les scènes d'action sont peu nombreux (trois dont celui d'ouverture du film) et malgré qu'ils étaient impressionant....je suis sorti mentalement du film, j'étais plutôt concentré sur le développement mis en place dans la première partie mais il y a cette coupure qui casse tout, on se retrouve avec uniquement des personnages secondaire ou qui n'ont pas eu de développement (ou très peu) pour se concentrer sur l'action, je trouve cela dommage parce qu'il manque une forme d'enjeu ou de réelle implication. Cependant, le dernier gros quart et son combat final totalement What The Fuck relève le niveau, non franchement Anno m'a mis plus d'une fois une claque dans la tronche dans ce film mais ce dernier quart : Whoa ! D'autant que le développement MindFuck digne de la série fait son retour en force, ça fera plaisir aux fans ! D'ailleurs mention spécial à ce "truc" lors de l'affrontement final qui est creepy, malaisant et va me faire beaucoup beaucoup de cauchemar, quand j'ai vu ce "truc" je me rappelle exactement ce que j'ai dit à voix haute : "Putain" et croyez-moi que ce mot est sorti du cœur ! Pour ceux qui ne voit pas de quoi je parle : Alors autant vous dire que j'avais cette tête quand j'ai vu ce "truc" : Ouais j'étais pas prêt.... J'ignore si le but était de ressentir ce que shinji ressentais dans le film The End Of Evangelion et bien c'était réussie ! Le blanc au niveau symbolique c'est un peu lourdingue, non ? Même pour des funérailles.... Je vais être très franc, je ne sais pas quoi penser de ce film, j'ai envie de dire qu'il est le film qu'on mérite depuis le temps et que sa conclusion est probablement la plus jolie des conclusions que j'ai vu dans Evangelion (je reviendrais dessus) mais en même temps il souffre de beaucoup de maladresse dans son rythme avec une première partie parfait mais une seconde partie mou malgré l'action à la Gurren Lagane et un dernier quart qui reprend les choses en main. Parce que oui, je trouve ce film maladroit notamment en ce qui concerne certaine explication laissé dans le flou depuis plus de dix ans. Le problème est que ce film doit expliquer ce qui s'est passé entre le second film et le troisième (non parce qu'on n'a rien expliqué dans le 3.33) mais en plus entre le troisième film et le quatrième, c'est à dire qu'est-ce qui passe durant que les héros sont dans le village, c'est quoi le plan de la Nerv et de Willie par exemple, sans oublier Mari qui j'attend depuis maintenant trop longtemps ne serait-ce une explication, un développement, un truc quoi ! Il faut croire qu'Anno a lu mes billets sur Evangelion parce qu'il donne enfin des explications, même pour Mari.....du moins je crois, vous allez comprendre. Le hic est que cela ressemble plus à du rafistolage qu'autre chose (oui je suis chiant), sensation que j'ai depuis la première partie du film notamment envers certaines insinuations dans le 3.33 qui s'avère être faux. Il y a aussi des explication en ce qui concerne des révélations qui explique le lien entre le 2.22 et le 3.33.... Sans oublier tout les nouveaux termes du film que l'on nous balance au visage, sincèrement si vous me demander mon point de vue sur la deuxième partie du film, je dirai tout simplement "J'ai rien pigé" DrunkenPenpen 13 Août 2021 Il faut dire que ce film ne caresse pas les fans dans le sens du poil, c'est même plutôt le contraire et je vous préviens que si vous êtes fan vous allez faire deux trois crise cardiaque.... Même si j'ai la sensation qu'Anno fait des doigts d'honneurs à ses fans, cela reste gentillet contrairement à The End Of Evangelion qui était bien plus vénère. Donc pour résumé, le fan-boy en moi a été déçu pour des broutilles de fans mais le Penpen objectif quand à lui à beaucoup aimé ce film car il s'affranchi de la licence.....peut-être même un peu trop. Ouais parce que franchement parfois j'avais plus l'impression de regarder autre chose qu'Evangelion tellement on est dans un délire à la Macross/Space Battleship Yamato mais c'est ce qui fait son charme à la fois. Je trouve également le film un peu trop long par rapport à son rythme cassé en pleine milieu de l'intrigue. De plus, la première partie possède des décor MAGNIFIQUE, j'étais sur le cul sur certains paysages, même la technique était impressionnant avec de la 3D bien utilisé (mais qui vieillira hélas) et j'ai même appris qu'ils ont utilisé de la Motion Capture notamment pour.....le vous saviez quoi, le "Truc". Il s'agit probablement du plus beau film de la quadrilogie ! Pour faire une rapide analyse, je pense que ce film est un miroir qui reflète la franchise Evangelion, il y a constamment des clins d'œil subtile aux anciennes productions que ce soit dans le remake, l'original, les films des années 90 et même Nadia et Le Secret de L'eau Bleu. Des plans voire animations issue de la série originale sont réutilisés comme s'il étaient en manque de budget (clin d'œil à la situation financière de l'époque ?) mais je pense que c'est surtout par hommage parce que ce film est un hommage à Evangelion mais aussi sa mort. Oui ce film est selon moi le dernier souffle d'un vieillard qui dit ces derniers mots à ses enfants, la fin de ce film montre clairement cette appel de tourner la page (en plus d'être une dinguerie en matière technique), c'est presque un deuil que l'on nous impose mais je pense qu'Anno dit clairement dans ce film que c'est la Fin.....la vrai fin véritable de la franchise, il n'aura plus de production pour Evangelion, c'est presque un enterrement que l'on assiste. Evangelion redeviens ce qu'il est censé être à la base: un animé ni plus, ni moins. On assiste à la dégénérescence de la franchise, on voit les travers des décors, on nous rappelle que c'est un film : Oui c'est un brisage du quatrième mur à coup de char d'assaut. Evangelion n'est plus, il faut revenir à nos vies, à la réalité comme c'est l'homme que je suis qui écrit ces lignes et non DrunkenPenPen. Nos héros réalisent ce qu'ils sont vraiment, le film réalise ce qu'il est réellement, Hideaki Anno réalise qui il est véritablement, j'ai réalisé qui j'étais en faite. Oui Evangelion n'est plus mais il est quelques part, dans un coin de mon coeur et dans ceux des fans aussi et c'est avec beaucoup d'émotion et de bienveillance qu'Anno nous dit : "Evangelion c'est fini mais il demeure dans nos cœurs à tout jamais" Je crois que c'est ce que le film veut dire et j'accepte volontiers ce destin comme celui de ces personnages. 2 exemples de plan quasi-similaire avec la série originale (et c'est très souvent le cas) Bonne Nuit, Bonjour, Merci, Au revoir (Conclusion....du premier round !) J'aurais voulu dire plus de chose mais je crois avoir dit l'essentiel, Evangelion Final retournera les cerveaux et les cœurs. C'est un film particulier que je regarderai à nouveau avec plaisir et l'analyse en sera excitant, je l'ai beaucoup aimé malgré une légère déception au fond de moi mais bon vivre c'est changer comme le dit si bien Anno. L'ai-je aimé ? Je crois que c'est une question bien plus complexe qui nécessite une réflexion plus approfondie dans un véritable billet. En tout cas, si vous êtes d'Evangelion vous vous devez de terminer ce que vous avez commencer comme son réalisateur, j'ai fait ma part du travail et c'est avec beaucoup d'émotion dans mon cœur que je vous dit à une prochaine ! J'en ai loin d'en avoir fini, croyez-moi ! Bye Bye, All Of Evangelion Et encore merci !
  11. DrunkenPenPen

    People Who Speak In English

    Alors voyons si tu as raison......
  12. DrunkenPenPen

    People Who Speak In English

    "Go Bleach Your Roots Creep !" (une réf pas évident mais elle me fait toujours rire)
  13. DrunkenPenPen

    Another

    Oui je reconnais volontiers ce déferlement de sel, c'est pas trop dans mes habitudes d'écrire de cette manière, j'ai plus tendance à chipoter dans des détails. En vérité la question "qu'est-ce qui fait un bon animé ?" est très difficile à répondre parce que cela suppose qu'il en existe des mauvais or je n'ai jamais réellement vu de mauvais animé et Another n'est pas un mauvais animé (malgré ce que j'ai dit dans ma conclusion). Ce que j'appelle un "mauvais" animé est un ratage dans tout les domaine (technique, écriture, mise en scène etc...) or malgré tout les animés que l'on pourrait qualifié de mauvais (ou navet, purge etc...) ils sont en vérité pas si mauvais que l'on croit parce qu'ils réussissent au moins un domaine (ici c'est l'animation ou l'OST). Le problème viens de cette utilisation du "bon" et "mauvais" que j'ai tendance à utilisé pour conclure une critique alors que si on reprend ce que je viens de dire, Another n'est pas si mauvais que ça, il est décevant, parfois idiot, incohérent et veux en faire trop mais au fond est-ce qu'il est si mauvais que ça ? Je reconnais que je n'ai pas si souffert que ça durant son visionnage (c'est surtout la lenteur du début en faite). J'avais oublié d'ailleurs de parler de cette fascination autour d'Edvard Munch et plus précisément de l'œuvre "Le cri" (un des personnages adore ce peintre, le premier cauchemar du héros y fait référent lorsqu'il "fond" car il a la même pose etc....) c'est dommage que l'animé ne l'exploit pas tant que ça (ou alors j'ai raté un truc) et il est vrai que je te rejoint sur l'idée que l'animé est trop court parce qu'un développement sur le paranormal comme tu as cité ou bien l'ambiance un peu claustrophobe n'aurait pas été de refus. Finalement le gros soucis d'Another est qu'il possèdent beaucoup de bonne idées mais à chaque fois il gâche tout et c'est dommage. La grande question que je me pose concerne le manga : est-ce qu'il est réussie ? Le trait du dessinateur est vraiment alléchant, peut-être que je devrait le lire, j'aurai peut-être une bonne surprise. Pour finir je voulais simplement dire que je respect tout à fait ton avis (et aussi celui de @elvenno), on a tous des goûts différents et je ne suis pas la vérité absolue, j'apprécie beaucoup ton intervention car c'est intéressant d'être opposé à des avis différents surtout dans le respect comme tu as su faire preuve ^^ PS: je reconnais également que depuis que j'ai vu Another je me méfie beaucoup des parapluies XD
  14. DrunkenPenPen

    Mobile Suit Gundam 079

    Pour être précis, on parle de Gundam (le genre) pour remplacer le terme "real robots" mais en effet c'est ça, à ne surtout pas confondre avec le terme Eva-Gundam qui est la synthèse entre le "Real" et le "Super Robot" en référence aux deux maitres du genre : Gundam et Evangelion. Cela me fait penser qu'on a jamais (du moins à ma connaissance) repris un "Super Robot" mais avec la psychologie d'Evangelion, probablement pour éviter de créer un doublon avec ce dernier, d'autant que le Magical Girl ne se prive pas de reprendre la recette de Sailor Moon à sa guise alors que le mécha ne fait pas ça avec Evangelion ou du moins plus proche d'un style Gundam comme Code Geass (si tu ne l'a jamais vu je te le conseille). Je te rassure, moi non plus je ne suis pas un grand connaisseur de Mécha par contre je suis aussi fan de ZOE mais étonnamment plus du 2 que du 1 (alors qu'on sent l'influence d'Evangelion), de mémoire le character designer du jeu est celui d'un Gundam, que le monde est petit ! En tout cas cela me fait plaisir que je motive des gens à regarder tel ou tel animé ^^ Il n'était que animateur-clé mais il faut dire qu'il a touché à tout (Sailor Moon, Macross, Le Tombeau des Lucioles et même des Hentai !) du coup on sent l'influence dans ses œuvres à travers ses participations. J'ai beaucoup apprécier Char Contre-Attaque et comme tu as vu les films tu comprendra plus facilement l'intrigue (notamment lié à la rivalité Amuro et Char). Je n'avais vu que le premier épisode de ce Gundam , il ne m'avait pas trop attiré notamment à l'idée que je le trouvais trop semblable à l'originale, ce qui semble vrai au vu de ta mini-critique. Je ne pense pas que ce que tu dis soit si bête que ça, je ne pourrais pas confirmer ou non ce que tu dis comme je ne l'ai pas vu mais en général le ressentie face à un animé qu'on a vu dans son entièreté ou pas est souvent révélateur, c'est rare qu'une seule personne n'aime pas un animé précis (c'est même impossible). D'ailleurs ce n'est que ton point de vue et tu as le droit de l'exprimer comme c'est le cas avec mes critiques, je ne suis pas "la vérité absolue" et lire des critiques différents de la mienne est plus intéressant (bien que lire des commentaires qui ont le même avis est aussi en soi agréable) .
  15. DrunkenPenPen

    Pokémon Chaos Black

    @ChatNoirRetro Je soutiens également la cause métal 🤘