DrunkenPenPen

Active member
  • Content Count

    886
  • Joined

  • Last visited

About DrunkenPenPen

  • Interests
    - Anime/Manga
    - Musique
    - Roman de Science-Fiction et d'Anticipation
    - J'ai déjà dit la musique ?
  1. DrunkenPenPen

    Le petit monde du Shoot'em up.

    Tiens j'avais testé il y a quelques mois de cela la version Pc Engine CD qui est selon moi supérieur à la version Megadrive (et plus facile aussi avec la présence de Continue).
  2. DrunkenPenPen

    Le petit monde du Shoot'em up.

    Un shoot que j'aime beaucoup est la série des Trouble Shooter sur Megadrive, on incarne pas un vaisseau mais deux jolies filles mercenaires armées de gros gun ! Le jeu est réputé pour son humour comme par exemple un boss qui ne se défend pas face à l'incompréhension des héroïnes ou encore sa suite qui se passe trois jours après les évènements du premier opus.
  3. DrunkenPenPen

    L'Auberge du BlaBla Fringant

    J'entends souvent parler de cette époque où RS était plus "active" (j'ignore si c'est le bon terme) mais il est vrai que maintenant c'est plutôt....vide. Mise à part quelques sujets de forum et quelques blog, c'est triste de constater que les éternelles messages de problème technique ou demande de jeu Wii (pour le coup ils ont finis par l'avoir) ou 3DS sont légion. Pour ma part, c'est un sacré coup sur le morale en tant que "bloggeur" (j'aime pas trop ce terme cela fait trop professionnel 😅) quand je vois que mon petit troll sur DDLC a eu plus de succès que la vrai critique du jeu....je me dis que je suis complétement à côté de la plaque. Bien sûr cela ne m'empêchera pas de continuer de publier sur RS (sauf si Big N passe par là....à nouveau) et puis ça m'apprendra à vouloir troller la communauté ^^' En tout cas je reconnais être plus motivé de gérer un blog en dehors de RS (j'ai même déjà des idées) mais peut-être qu'une nouvelle génération de passionnés va débarqué et venir Rejaillir le feu de l'ancien volcan qu'on croyait trop vieux....enfin j'espère 😐 C'est pas trop ma philosophie le "c'était mieux avant" (c'est même plutôt le contraire dans mon cas), disons que je me dit que ce sera mieux demain mais je comprend ceux qui sont nostalgique du bon vieux temps (c'est juste que je n'ai pas connu cela, ça explique aussi). PS: Bonne année 2022 tout le monde ! (mieux vaut tard que jamais)
  4. DrunkenPenPen

    Doki Doki Littérature Club !

    Oh ! Je ne vous ai pas vu, entrez entrez donc, ne soyez pas timide ! Quand j'étais petit (je n'étais pas grand) je lisais beaucoup, certes pas des romans mais je lisais beaucoup, plus tard j'ai lu pas mal de roman mais quelques peu d'entre eux ont su me marquer, cependant je m'y suis remis mais cette fois-ci en sirotant un bon thé. Le rapport avec les jeux-vidéo ? Et bien au Pays du soleil levant on a pousser le concept de lecture avec le Visual Novel, vous savez ces jeux où il faut lire mais à la différence qu'il y a de la musique, des voix et j'en passe. Personnellement le papier reste le meilleur support de lecture mais un jeu m'a piquer mon intérêt il y a trois ans de cela maintenant, son nom ? Doki Doki Littérature Club ! Pourquoi celui-ci ? Disons qu'il est spéciale et puis il avait ce petit "je ne sais quoi", pourquoi résister à la tentation ? D'autant qu'il est gratuit et traduit par les fans, toujours partant ? Parfait ! Vous m'en voyez ravis mais par contre je dois de vous prévenir que vous risquerez bien de le regretter. Toujours là ? Vous ne pourrez pas dire que je ne vous avait pas prévenus..... Bienvenue dans Anime & Game et je vous souhaite un bon voyage.....en enfer ! ! Avertissement ! Le jeu que je vous présente est très fortement déconseillés aux enfants mais également aux personnes souffrant d'Angoisse, de dépression et de solitude. Le jeu parle aussi de sujet grave et certaines scènes peuvent choqués les plus sensible d'entrevous ! Cette avertissement n'est pas à prendre à la légère croyez-moi, maintenant si vous vous sentez prêt pour ce qui vous attends, ma foi que la force soi avec vous mais dans tout les cas, vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenu ! A little bit of Monika in my life ! Parlons du genre du Visual Novel histoire qu'on sais où on met les pieds. Le Visual Novel est un jeu purement textuel qui raconte une histoire accompagné de son et d'image, très populaire au Japon il est quasiment absent chez nous ou plutôt que ce genre a débarqué très tardivement dans nos contrées. La particularité de ce genre de jeu est que la majorité des softs proposent de faire des choix qui influencerons l'histoire et les personnages, un genre de livre dont vous êtes le héro mais plus interactif. Au Japon, ce genre est considéré comme des jeux d'aventure et le distincte des "Adventure Game" qui est un Visuel Novel mais avec des énigmes ou autre interactivité, je pense à la série des Phoenix Wright: Ace Attorney de Capcom par exemple. Sauf que nous on a tendance à englober le tout parce qu'on a la flemme de distinguer les variations d'un genre absolument pas populaire chez nous, dans le cas de Doki Doki Littérature Club il s'agit d'un Visuel Novel pur et dur. Vous avez constatés qu'on a très peu de chose à faire si ce n'est lire et faire un choix de temps en temps, c'est pour ça que l'histoire du jeu doit être sacrément bien écrit et soit passionnant si on veut en venir à bout. Certains éditeur on trouvé un moyen de contourner le potentiel ennuie qui pourrait s'abattre sur le joueur : Le Sexe ! Si globalement les Visual Novel sont des histoires de tranche de vie, d'enquête policier ou de science-fiction, certaines histoires sont simplement des jeux de drague qui mène à vous savez quoi, ça c'est qu'on appelle des Eroges mais tout les jeux de drague ne sont pas nécessairement des Eroges. Il serait délicieux de vous parler des choix dans ce genre d'histoire comme le fait de savoir si le héro doit lâcher la purée (ou plutôt où) mais le jeu du jour n'est pas un Eroge donc on va se passer de ce genre de détail Bon alors c'est quoi Doki Doki Littérature Club ? Comme je l'ai dit plus tôt il s'agit d'un Visuel Novel du studio Team Salvato, sorti le 22 septembre 2017 sur PC dans un premier temps, il viens de connaitre une nouvelle version qui viens de sortir très récemment dans une version plus complète nommé Doki Doki Littérature Club Plus ! le 30 juin 2021 sur PS4,Xbox One, Nintendo Switch et sur PC, j'expliquerai en détail un peu plus tard les différentes versions à la place parlons du studio. La Team Salvato a fait.....uniquement ce jeu, Ah ! Bon et bien cela a été rapide ! La chose que je peux vous dire est qu'il d'agit d'un tout petit studio créer par un certain Dan Salvato. Qui est Dan Salvato ? Et bien, c'est un gars comme vous et moi, il est speed Runner sur Yoshi's Story, il adore l'Amiga et il fait des compositions musicaux pour ses propres créations, voilà voilà ! Pour faire simple, La Team Salvato pourrait être comparé à un Dōjin, un cercle d'amateur qui créer des jeux ou de la musique, sauf qu'ils sont américains, car oui Doki Doki Littérature Club est un jeu américain ! Il faut savoir que Doki Doki Littérature Club est un jeu qui a connu une énorme côte de popularité puisqu'il a beaucoup était joué en Live par des streamer et des youtubeurs. J'ai d'ailleurs connu ce jeu via le Let's Play de Farod comme beaucoup je suppose, il m'avais séduit dès le premier épisode donc je n'ai pas attendu pour le télécharger et y jouer.....j'aurais peut-être dus attendre un peu..... Voici les quatre protagonistes de l'histoire que vous allez fréquenter tout au long du jeu. Je t'aime, Oh oui je t'aime......moi non plus. J'ai essayé ce jeu pour la première fois lors de sa sortie, je me suis pressé de dézipper le fichier et d'installer la fan-trad, pendant ce temps je réfléchis à mon expérience sur le Visuel Novel qui frôle le zéro, j'ai bien tenté trois Eroge (dont Fate Stay/Night et School Days) sans voir ne serait-ce une petite scène coquine car j'ai abandonné très tôt, le seul véritable expérience reste le mode histoire de la franchise Blazblue dont j'en ai vu le bout malgré une seconde moitié vraiment pas terrible. Je lance enfin le jeu pour découvrir un bien étrange avertissement, similaire à celui pour ce billet je suis intrigué, comment un jeu qui promet d'être aussi mignon peut choquer les âmes sensibles mais surtout des angoissés et des dépressifs ? C'est plutôt précis comme avertissement. On me demande d'accepter ce que je verrai dans le jeu..... pourquoi j'ai l'impression de signer un pacte avec le diable ? S'affiche alors le nom des développeurs et une fois de plus cette avertissement qu'on rabâche sans cesse alors que je n'ai pas encore accès au menu principal, menu d'accueil très mignon avec du rose partout et quatre filles qui le sont toutes autant. Je lance une nouvelle partie et on me demande mon nom : Penpen fera l'affaire. Voici l'histoire, nous somme le protagoniste de cette histoire tel un persona où nous vivons à côté de Sayori, une amie d'enfance qui nous accompagne chaque jour depuis des années....ça sent le syndrome Tifa ! Cette dernière veut qu'on rejoint un club de l'école mais on n'est pas trop motivé si ce n'est par celui du club des animés (j'ai de l'expérience dans ce domaine après tout !), cela déplait à Sayori qui ne veut pas qu'on finit comme un Otaku entouré de ces figurines sexy de ces héroïnes préférés (je n'ai qu'Asuka d'Evangelion en petite tenu ne me juger pas !). Sayori propose alors de rejoindre son club de littérature ou plutôt nous y oblige vu qu'elle a fait la promesse à ses autres membres qu'on viendrais faire un petit tour, en plus il y a des cupcakes ! Nous acceptons parce que les cupcakes c'est bon ! Nous entrons alors dans le club pour découvrir trois filles dont je m'empresse de vous présenter : - Natsuki, la Tsundere du groupe qui aime tout ce qui est mignon, cuisine des cupcakes en forme de chat, écrit des poésies et possède une grande passion pour les mangas. - Yuri, l'introvertie du groupe qui est passionnée par la littérature dont les récits d'horreurs, sa grande timidité la rend très mignonne (ainsi que ces formes) mais c'est son expérience dans l'écriture qui fait d'elle une experte dans le domaine. - Sayori, l'amie d'enfance extravertie et maladroite parfois énervante mais qui veille sur nous depuis longtemps. On sait pas trop ce qu'elle fout là pour l'instant si ce n'est qu'elle est la vice présidente de ce club. - Monika, la leader et fondatrice de ce club, élève parfaite, belle et intelligente pour ne pas dire inaccessible et est une connaissance lointaine dans une ancienne promotion de l'école. Un constat frappe au yeux, elles ont tous mignonne et opportuniste que nous somme on compte bien rester dans ce club, non pas pour la littérature en soi mais plutôt pour draguer ces filles, à la sortie du club nous avons alors qu'un objectif en tête : séduire notre préférée parmi Sayori, Natsuki ou Yuri.....mais pas Monika, pourquoi ? Je suppose que c'est le boss ultime et qu'on pourra la séduire après avoir fait fondre les trois autres..... La composition de poème et les choix qu'on nous donne durant l'aventure sont les seules éléments de gameplay. Mais on fait comment pour les séduire ? C'est plutôt simple, nous devons écrire une poésie en choisissant vingt mots parmi une liste de mots dont certains correspond aux goûts de chacune d'entre-elles. Par exemple, Yuri aime les récits d'horreur donc privilégiés tout ce qui est dans le champs lexical et sémantique de l'horreur. Pour connaître les goûts de chacun, il y a deux façons : D'abord, les conversations avec elles nous informe de ce qu'elle aime, leurs caractères aide aussi. Puis la lecture de leurs poème permet de trouver des mots ou des sens qui permettrons de mieux choisir lors de nos prochains poèmes. Parce que oui les filles écrivent notamment des poèmes puisque c'est l'exercice que Monika impose à tout le monde, la lecture de ces poèmes nous informe de ce qu'elle ressent et de ce qu'elles aiment, pratique, non ? La première poésie est hasardeux mais pour être sûr de savoir à qui elle touche, des chibi des trois héroïnes sont à côté de la liste et se mettent à sauter de joie lorsque l'on choisit un mot qu'elle aiment, celle qui aura le plus de mots dans votre poème déclenchera sa "route", c'est à dire que vous allez vous rapprocher d'elle et vous en serez plus sur la fille en question mais aussi vous débloquerez des scènes inédits avec cette dernière, rien de bien nouveau pour le genre. Pour ma part, c'est Yuri qui a eu mes faveurs, il faut reconnaître qu'elle a tout ce qu'il faut pour plaire, j'en apprend plus sur cette jeune demoiselle dans des scènes plutôt tendre, j'apprend notamment qu'elle aime profondément un livre plutôt étrange pour ne pas dire mystique, le très célèbre « Portrait de Markov» (ne chercher pas, il n'existe pas). Ce livre parle d'une expérience sur une jeune femme qui devient une meurtrière sanguinaire qui démembre ses victimes dans une asile....très glauque pour une fille comme Yuri, non ? On échange encore des poèmes, une petite dispute entre Yuri et Natsuki éclate pour une indifférence artistique, bref je vous passe des détails qui ne vous servirons pas pour la lecture de ce billet. On réécrit un nouveau poème mais je décide d'aller du côté de Natsuki pour tester un peu les routes possibles. Le principe est le même que précédemment et les jours passent tranquillement dans le club, à croire qu'on a fait des caisses pour pas grand chose en ce qui concerne les avertissements. Cependant, deux éléments de l'intrigue vont précipités les choses, d'abord Monika veut organiser une activité pour le festival de l'école qui arrive à grand pas, on assiste alors à de nouvelles scènes mignonne où les personnages tentent de vaincre leurs peurs de réciter leur poème devant une foule, cela me fait penser à ces animés « tranche de vie » où on suit le quotidien d'adolescents dans leur vie scolaire, personnellement ce genre d'animé m'ennuie un peu et je commence un petit peu à le ressentir dans ce jeu, ce qui me fait rester est ce mystère autour de ces avertissements, c'est intriguant vous ne trouvez pas ? La lecture des poèmes de vos futurs conquêtes est primordial pour toucher leurs cœurs ! Je disais donc que le festival de l'école arrive est que des préparations sont de mise cependant et contre tout attente, Sayori la fille énergique du groupe ne va pas bien, elle semble avoir le moral dans les chaussettes, on ne comprend pas pourquoi et cette dernière finit par partir plus tôt que d'habitude, on apprendra plus tard qu'elle est en réalité dépressive pour une raison inconnue, révélation assez triste qu'on pouvait devinez dans ces poèmes. Cette facette jusque là inconnue de Sayori ne nous fait pas perdre le nord puisque selon le choix que vous aurez effectuer vous passerez votre Dimanche à préparer soit des banderoles avec Yuri ou des cupcakes avec Natsuki. Que ce soit avec l'une ou l'autre vous vous rapprocherez de l'une d'entre-elles de façon très intimes alors qu'on avait fait un petit coucou à Sayori le jour même dans sa chambre (Quel connard je suis, non ?) Puis alors qu'on pensait embrassé l'heureuse élue Sayori débarque sans prévenir et les choses vont se compliqué très rapidement, Sayori déclare sa flamme envers nous et un choix très important se présente : Accepter ses sentiments ou la friendzoner, sachant selon votre choix qu'elle est dépressive autant vous dire que vous aller enregistrer votre partie et bien réfléchir. C'est un choix délicat pour tout ce que j'ai énuméré auparavant mais aussi parce que Sayori n'est pas vraiment mon premier choix, j'ai alors fait le triste choix de la friendzoner (c'est officiel je suis un enfoiré de la pire espèce !) Sayori se met à hurler et à fuir me laissant pantois et avec un peu de regret parce que c'est douloureux comme expérience. Puis vint enfin le jour J du festival où l'on se dit que tout va bien se passer et que Sayori retrouvera son sourire ou que tout s'arrangera, c'est souvent comme ça dans ce genre d'intrigue ! Monika nous présente les livrets où sont présentés nos poèmes sauf que deux détails cloches, la première est l'absence de Sayori dont on sait depuis un petit moment qu'elle a du mal avec le réveil (la dépression vous vous en souvenez ?) mais c'est le second détail qui vous attire, un poème 'inédit' de Sayori et autant vous dire qu'elle vous glacera le sang. Nous comprenons que quelque chose cloche et autant vous dire que j'avais une petite idée de ce qui se tramait, malheureusement cela ne me rassure pas du tout mais vraiment pas du tout ! Nous courrons rapidement chez elle et là....Bordel c'était quoi ça !? On découvre avec effroi que les avertissements du jeu sont avérés par le terrible choc que le jeu nous envoie littéralement dans la gueule, excusez du terme mais c'est très violent ! C'est ainsi que ce termine l'acte I et on nous balance au menu principal mais il est différent et quand je dis différent, je veux dire pas rassurant..... Pas le temps de se poser des questions car je fonce charger ma partie avant le choix fatidique en espérant que les choses s'arrangent mais une mauvaise surprise m'attend, notre sauvegarde est étonnamment corrompu et le jeu nous projette dans une nouvelle partie de force. Nous comprenons deux choses à ce moment, le jeu de drague est en réalité un jeu d'horreur (je l'avais devinez merci) et également que vous ne jouer pas à ce jeu mais que c'est le jeu qui joue avec vous, autant vous dire que la suite sera moins agréable et que les ennuies commencent ..... Comme tout bon Visual Novel vous aurez accès à des illustrations mignons (qui a dit aguicheur ?) Voyage au bout de l'enfer..... à la vue de la conclusion de l'acte I, j'ai littéralement abandonné ma partie il y a trois ans de cela. Était-ce si effrayant que cela ? Disons que c'est un sacré choc mais c'était surtout dus au contexte où j'ai joué à ce jeu, je vais être franc je ne me sentais pas bien du tout et j'ai découvert avec ce jeu que j'avais des problèmes d'angoisse, j'ai alors senti que c'était trop pour moi. Mais le monde et le temps change, j'ai fini par attendre gentiment de retrouver le courage nécessaire pour me remettre à ce jeu, d'autant que dans mon esprit j'entretenais une relation plutôt étrange. D'abord, le jeu me fascinait pour les raisons que je citerai plus tard mais en même temps j'ai créer une sorte d'aura effrayant autour de ce jeu, m'imaginant qu'il était le jeu le plus effrayant auquel j'ai joué, cependant je me suis juré de reprendre ma partie quand ma vie (et mon courage) sera au top niveau. Mesdames, messieurs ce jour est arrivé très récemment lorsque j'ai appris l'exportation du jeu sur PlayStation 4, je me souviens encore du visage de Monika sur le PSN qui avait mis le titre en avant ! Il ne m'a pas fallut plus pour replonger dans Doki Doki Littérature Club, tel Ripley je devais affronter mes peurs, c'était l'heure du second round et j'étais chaud patate ! Commence alors l'acte II où nous revivons l'Acte I mais avec quelques différences, la présence de glitch aussi soudain que passager, cela n'a l'aire de rien mais ces petits interventions génère en moi une montée de stress et une méfiance à chaque clic de ma souris. Le jeu joue beaucoup sur le concept d'angoisse sans pour autant que cela soit des Jumpscare mais de simple turbulence qui contribue à ce mal-être, surtout avec la conclusion de l'acte I en tête. En vérité, il y a deux types 'd'interférence', ceux prévu par le jeu comme des glitch sur le visage de Yuri par exemple puis ceux qui sont aléatoires. Ces derniers sont plus des Easter Eggs qu'autre chose mais il en demeure pas moins des élément perturbants dont voici quelques exemples. Lors de l'écriture du poème, il se peut qu'au bout des vingt mots vous aurez une petite surprise, un dessin malaisant le tout dans un bruit sourd. Il se peut aussi que la 'caméra' se rapproche lentement sans raison lors d'un dialogue ou encore lors du lancement d'une partie vous trouver un message différent au lieu de l'avertissement du jeu. Ceci n'est qu'un petit aperçu de ce qui vous attend mais sachez qu'il se peut que pas grand chose arrive lors de votre partie ou qu'au contraire pas mal de chose se produit, cela dépend de votre chance..... Sachez également que chaque partie est différent, tout le monde n'aura pas les mêmes choses ce qui amplifie une nouvelle fois cette angoisse perpétuelle. Cette fois-ci ce n'est pas Sayori qui nous convînt de rejoindre le club mais Monika elle-même ! On revit globalement les mêmes choses puis arrive l'instant d'écriture du prochain poème. Si lors de l'acte I, on avait tendance à prendre l'exercice à la légère, autant maintenant vous avez l'impression d'avoir le baril d'un pistolet sur votre tête. Vous aurez toujours le choix entre dans votre quête de l'amour (pour ne pas dire survie) toujours en fonction des mots qui leurs font plaisir, je décide de continuer avec Natsuki. Pour ne pas spoiler ce qui se trame globalement dans l'acte II gardez à l'esprit que je n'ai pas été tranquille et que le jeu commence à partir dans tout les sens, les poèmes deviennent de plus en plus énigmatiques quand ils ne sont tout simplement pas lisible du tout ! C'est surtout du côté de Yuri que les premières sueurs découle de mon front, il serait délicieux de raconter tout ce qui se trame avec elle mais je gâcherai le plaisir de la découverte, pour ceux qui ont fait le jeu je dirais simplement : Stylo ! Croyez moi vous n'en verrai plus de la même façon. Quelque frayeurs vous attend avec des glitch mais aussi des évènements inattendu pour un Visual Novel et l'Acte II se conclue d'une façon que vous ne serez pas prêt d'oublier. Puis nous voilà à l'Acte III qui est le dernier (bon certains disent qu'il y en a 4 mais pour moi cela fait un tout), je resterais flou pendant cette Acte puisqu'on apprend plusieurs révélations mais sachez uniquement que l'Acte peut durer très longtemps ou être très court en fonction d'une action qu'il faut faire à n'importe quel moment, techniquement cela peut durer plusieurs jours voire des années en fonction de votre envie. Puis le jeu se termine sur une note.....particulier. J'en suis venu à bout mais je pense qu'il est temps de vous expliquer pourquoi vous vous devez d'essayer ce jeu. Les poèmes vont devenir de plus en plus inquiétant à défaut d'être incompréhensible ! Your Reality Une bonne semaine est passé depuis que j'ai fini l'expérience Doki Doki Littérature Club et je dois bien admettre que je n'arrive pas à m'en sortir, ce fut tellement intense, court mais intense ! Par quoi commencer ? Et bien parlons de ce qui est selon moi l'un des points essentiel de ce jeu : l'écriture ! Je vous rappelle qu'on est dans un Visual Novel un genre très particulier qui n'attire pas des foules dans nos contrées, disons que lorsque ton seul élément de gameplay est de lire un texte (en dehors de choisir des mots lors des 'compositions' de poème) il faut reconnaître que l'on peut s'ennuyer. Heureusement que ce n'est pas le cas et tout ça grâce à la justesse de la Team Salvato d'avoir fait ce Visual Novel accessible pour tous....ou plutôt presque à tous ^^' Le jeu est court pour le genre, j'ai mis environs huit heures lors de ma run que j'avais filmé et commenté pour la première fois, on est loin de la centaine d'heure d'un Fate Stay/Night ! Le petit défaut concerne la répétition en soi de l'acte 1 qui de plus est un acte long, c'est à dire quatre heures soit la moitié du jeu ! C'est un peu bête de constater cela après avoir terminer le jeu mais j'expliquerai un peu plus tard en quoi cette répétition (et cette longueur) est selon moi essentiel pour la 'magie' du jeu. Un autre point dans son gameplay à noter est l'utilisation de certains fonction comme « passer » ou « sauvegarder » qui sont utilisé comme élément de gameplay, parce que d'habitude ce ne sont pas des éléments de gameplay (fin de l'acte II pour ceux qui ont fait le jeu) Le jeu garde aussi pas mal de secret comme le fait de checker à un moment précis l'historique des dialogues mais tout ceci sont des éléments dans le jeu mais sa force tient du fait qu'il joue beaucoup sur des éléments extérieur du jeu. Je vais tenter d'analyser le jeu et d'expliquer en détail ce qui rend DDLC un jeu marquant ! Comme je l'ai dit plus tôt, le jeu est un jeu d'horreur mais il joue énormément sur la destruction du quatrième mur. Le quatrième mur pour ceux qui ce sont endormis à l'école renvoi aux spectateurs lors d'une représentation de théâtre, la scène comporte trois 'mur', l'une à droite de la scène, l'autre à gauche puis le fond de la scène. Normalement, on suppose que la représentation ce fait dans un pseudo huit-clos où les personnages de la pièce sont seul....sauf qu'il y a nous spectateurs qui n'existons pas en tant que personnage mais qui voyons ce qui se passe alors que les personnages ignorent notre présence : c'est le quatrième mur. On parle alors de « briser le quatrième mur » lorsque un média se rend compte qu'il y a la présence d'un publique, les exemples les plus parlants sont Deadpool dans les comics ou encore Jak et Daxter ...et bien sûr DDLC qui est devenu une référence dans ce domaine. Excusez-moi de le dire ainsi mais le jeu part en couille dès l'Acte II ! En général, le but de ce briser le quatrième mur est souvent un effet humoristique puis avec le temps on l'a utiliser pour faire réfléchir le spectateurs (Metal Gear Solid ou Evangelion en tête) mais ici il sert à créer une angoisse perpétuel. Le conseil de Monika de sauvegarder lors d'une décision difficile dans l'acte I est un petit pas vers la destruction de ce quatrième mur, parce que oui le mur ici va être détruit littéralement ! C'est dans l'acte II que les choses vont partir en cacahouète, en vérité le jeu à tout prévu pour vous 'punir' mais tout ceux qui ont fini le jeu ont en tête l'acte III où la frontière entre le réelle et le virtuel est plus que flou. Ce qui contribue selon moi à cette angoisse omniprésent est cette frontière qui disparaît pour devenir notre réalité, ce qui fait que lorsqu'on quitte le jeu on ne le quitte pas vraiment d'où les avertissements à prendre au sérieux. C'est très difficile d'expliquer ce concept et il faut vraiment le vivre pour comprendre la conception d'horreur du jeu qui va bien plus loin que de simplement partir dans tout les sens. J'ai employé le terme « punir » plus tôt, peut-être que ce terme vous a intriguer ou que vous vous êtes dit qu'il parle de « Jumpscare », laissez-moi plutôt vous expliquer ce qui fait de ce DDLC un Visual Novel excellent ! Pour faire très simple, Doki Doki Littérature Club est un anti-Visual Novel, il possède le syndrome « Evangelion » c'est à dire un genre qui va se remettre en question sur ce qu'il est réellement en jouant avec ces codes mais à la différence que dans le cas de ce DDLC qu'il va encore plus loin, il va jouer avec les codes des Otakus ! Pour moi, c'est comme si vous écoutez de la musique classique et que tout d'un coup vous écouter « Smack my bitch up » de The Prodigy, DDLC est ce « Smack my bitch up » du Visual Novel ! Pour mieux comprendre tout cela il faut comprendre la mentalité d'un Visual Novel, j'oserai même aller à la comparaison avec un Eroge cela sera encore plus claire dans vos esprit. Pourquoi joue t-on à des jeux de drague de ce type ? Pour l'histoire ? Certes mais ce n'est pas le but premier, très souvent le but du jeu est de séduire des filles inaccessibles, d'avoir une relation avec elles puis selon le jeu d'avoir des moments intimes (des scènes Hentai pour ceux qui n'ont pas compris). Ce dernier points est souvent la récompense ultime pour certains Visual Novel au delà même de l'intrigue, l'histoire est important bien sûr mais ces scènes sont des récompenses d'une patience à toute épreuve allant à de nombreuses heures pouvant aller à une dizaine d'heures voire plus pour certains titres ! Autant vous dire qu'il faut être patient pour voire votre waifu nue et gémissant à vos désirs. Revenons à DDLC, pourquoi avez-vous télécharger le jeu ? Soit vous êtes un habitué du genre et vous croyez qu'il s'agit d'un énième jeu de drague, soit vous n'avez jamais touché à ce genre de jeu et vous vous êtes dit que cela serait amusant de voir ce qu'il en est, dans tout les cas vous êtes parti dans un état d'esprit de séduction qu'importe si c'est sérieux ou non. C'est le cas de votre persona également, pourquoi êtes vous entré dans le club ? Pour la littérature ? Laissez-moi rire ! Non c'était pour draguer, ce fut même votre première réflexion lorsque vous avez dit qu'elles étaient mignonnes ! Pourquoi avez vous composez des poèmes ? Pour choisir votre waifu et débloquer l'illustration qui est une autre forme de récompense dans ce type de jeu....ce que vous ignorez c'est que le jeu vous a dupé comme vous avez dupé ces filles en jouant avec leurs sentiments, sauf qu'ici impossible de revenir en arrière vous devez assumER vos choix et vos erreurs comme dans la vrai vie. Oui vous êtes une personne méprisable du moins c'est que le jeu veut nous dire mais rassurez-vous le jeu aussi est comme vous, c'est ce qu'on apprend dans l'acte III.... Le jeu part dans le creepy et s'amuse à vous torturer psychologiquement, c'est votre punition ! C'est alors que vous croyez que vous allez profiterez de ce plaisir puisque ce genre de jeu accorde toujours une récompense mais ici ce n'est pas une scène Hentai qui vous attend, même pas un bisou ou la satisfaction d'avoir aider une âme perdue mais bien le twist de l'acte I et autant vous dire qu'elle fait mal ! Puis c'est la cascade avec les frayeurs et l'angoisse, le jeu vous puni pour votre état d'esprit que ce soit vous ou votre persona, c'est le retour des chose, le retour à la réalité. En vérité, il y a encore quelque chose que vous ignorez pendant que votre culpabilité par rapport au twist de l'acte I et que vous subissez les multiples punitions du jeu dans l'acte II, ce que vous ignorez c'est que le jeu vous a manipulé. Oui il vous manipule que ce soit par les pensée de votre persona qui dicte votre mentalité et votre but, le fait également qu'il a toujours un coup d'avance ou que certains actions n'en a réalité aucune conséquence que ce que le jeu désire.... Vous croyez jouer à Doki Doki Littérature Club mais en réalité c'est Doki Doki Littérature Club qui joue avec vous ! Je vais prendre un exemple simple, à un moment dans le jeu Monika et les filles vous demande de faire un choix concernant avec qui vous allez passer le week-end, ce qui revient à un moment intime (donc récompense), au moment de choisir la fille vous constatez que votre souris va directement sur l'une d'elle et qu'importe si vous bougez elle reviendra immédiatement sur ce choix, chose plutôt rigolo aux premières abords puisqu'on avait reproché à cette fille justement d'abuser de ses pouvoirs, la preuve ici. Il y a deux actions possible, soit vous vous soumettez au jeu sachant qu'il vous a dupé (et qu'il vous dupera encore) soit vous jouer les rebelles et oser choisir une autre fille, si comme moi vous avez fait la deuxième action il est fort probable que vous avez regretté ce choix. Je trouve ce passage assez parlant parce qu'il vous montre que si vous n'allez pas là ou le jeu veut que vous allez il vous punis mais si vous écouter le jeu, il vous épargnera comme un toutou (quand il veut vous épargner je veux dire) mais dans tout les cas, le jeu vous manipule qu'importe vos choix, c'est plutôt paradoxale pour un Visual Novel que de vous imposez ses choix, non ? Cette duperie va très loin et le jeu à tout prévu pour vous piégé qu'importe vos choix et qu'importe vos comportement, oser quitter le jeu subitement lors du twist de l'acte 1 (par reflexe par exemple) et le jeu vous punira, oser tricher avec les sauvegarder et le jeu s'en rendra compte, oser enregistrer votre partie et le jeu se vengera, c'est ce genre de chose qui contribue à l'ambiance du jeu. Depuis un moment je parle de briser le quatrième mur mais le summum est atteint lorsque parfois vous jeter un œil sur le dossier où figure le jeu, il se passe des choses plutôt étrange et effrayant : des fichiers qui ne sont plus là, d'autres fichier qui s'ajoute et dont ignore comment ils sont arrivé là, des documents texte qu'il faudra déchiffré ou tout simplement lire avec un traitement de texte pour comprendre certains point de l'intrigue, des images perturbants mais le top du top reste que pour finir le jeu, il faut effectuer une certaine action directement dans le dossier du jeu....celui dans votre Windows, la peur va au delà du jeu, elle est immersive mine de rien. Le jeu est plutôt court mais en sachant que tout dépend de votre vitesse de lecture, de vos choix dans l'acte III, qu'on peut refaire le jeu pour voir les autres routes qui sont tout aussi effrayants, trouver tout les Easter Egg et autre phénomène étrange du jeu (qui change à chaque partie pour mieux vous surprendre), obtenir la fin caché ou la mystérieuse fin au milieu du jeu si vous l'avez raté.....bref le jeu offre une certaine re jouabilité et même plus que ça. C'est bien trop tard qu'on réalise que le jeu s'est moqué de vous durant tout l'acte I Comment cela ? Je vais parler rapidement des nombreux théories sur le jeu, il faut savoir que les développeurs ont laissé un certains nombre fichier dans le dossier du jeu qui permet de découvrir une toute autre histoire parallèle, le seul lien avec DDLC semble être ce mystérieux livre : Le troisième Œil ! Il y a eu tout un travail de la part des joueurs pour découvrir le mystère de certain fichier, c'est assez fou d'ailleurs puisqu'il faut changer des police d'écriture, convertir en html base 64, convertir en fichier audio....c'est très long à résumé mais il y a pas mal de vidéo sur ce sujet que je vous recommande de jeter un petit œil après avoir fini le jeu. C'est une théorie très connu sur le net et il y a même des chances que vous en avait entendu parler. Parlons rapidement aussi de la version plus dont je ne vous cache pas que j'ai précommander la version physique (qui est un collector) mais vaut-il le coût de dépenser de l'argent dans un jeu qui est initialement gratuit ? Cette réponse je ne l'ai pas encore bien qu'il soit sorti sur les stores de vos console préféré mais sachez que les possesseurs Xbox ne pourrons pas obtenir le collector puisqu'ils sont réservé à la Nintendo Switch et à la Playstation 4....c'est con. La version plus m'a l'air d'être une version fan-service qui possède des chapitre supplémentaire mais seront t-il effrayants ? Mystère pour moi..... Cependant cette version possède deux défaut majeur à prendre en compte si comme moi vous avez aimé le jeu, d'abord le jeu perd en immersion puisqu'ils ont dus mettre en place un faux Windows pour pouvoir recréer l'expérience, certes nécessaire pour les consoles mais on perd tellement en immersion ! Cependant, ils ont ajouter un système de mail qui m'a l'air bien sympa, je n'ose imaginer ce qu'on me réservera ! L'autre défaut ne va pas vous plaire non plus puisque cette version est....censuré ! En faite c'est une scène qui est censuré (et aussi un certain terme) ce qui a valu un sacré Taulé chez les fans mais il faut comprendre que le jeu va loin, on sent que Sony et Nintendo n'aurait pas laissé passez ça. Du coup, cette version plus est réservé avant tout à des gens qui ont joué à l'original et adoré l'expérience mais cela fait réfléchir tout de même : Mettrez vous de l'argent dans une version censuré et moins immersif alors que l'original est gratuit, immersif et non censuré ? La réponse est clairement pas puisque le jeu coûte 15 euros sur Steam et Xbox mais seulement moins de 13 euros pour la Playstation 4/5 et Nintendo Switch.....Pourquoi ?.....bonne question. Dans tout les cas c'est trop cher pour ce que le jeu propose ou alors attendez une promo. Quand à la version physique/collector il vous coutera 40 euros avec comme « cadeau » des autocollants, un poème, la BO du jeu sur disquette et quatre petites figurines en plastique (je ne sais pas comment cela s'appelle mais c'est à la mode). C'est également trop cher pour ce qu'ils propose mais l'idée d'avoir ce jeu en physique dans ma bibliothèque me suffit pour que je craque (et aussi qu'il va devenir ultra cher dans les années à suivre, comme ça pas de regret), il m'a marqué ce jeu vous savez ! Donc je vous conseillerez d'essayer la version PC originale qui est gratuit et vous évitera une mauvaise surprise si vous acheter sans trop savoir ce que c'est réellement, bref c'est réservé aux fans. Les décisions de vos choix seront de plus en plus stressant à travers le jeu, il faut dire qu'il ne vous aide absolument pas ! Au revoir les filles......au revoir club de littérature (conclusion) Que dire de tout ça, de ce que j'ai vécu à travers ce jeu ? Pour être très franc, je pense que je n'ai pas joué à un jeu aussi bien depuis une bonne dizaine d'année, le jeu en matière d'horreur met littéralement des coups de pied aux culs à des triples A alors qu'il s'agit d'un jeu à petit budget. Je vais même aller plus loin, je pense qu'il s'agit d'un jeu culte, ouais je pense que dans vingt ans on en parlera encore ! J'ai adoré ce jeu, j'ai adoré l'expérience qu'il m'a procuré, ce sentiment d'avoir été au delà de mes peurs est la plus belle des victoires mais aussi sur le message du jeu. Que faut-il comprendre ? Le jeu pose beaucoup de question sur son média, le rapport avec les waifu, des questions sur la vie mais aussi sur l'écriture et la lecture. On parle très peu de l'éloge de l'écriture et de la lecture dans ce jeu alors que ce sont les deux seul élément de gameplay. DDLC nous invite à prendre en compte de nos faiblesse et nos peurs de la vrai vie mais il nous invite aussi à faire d'autre Visual Novel, n'oubliez pas que pour beaucoup ce jeu fut la première expérience dans ce genre si particulier et impopulaire chez nous. Pour ma part, il m'a permis de revoir ma façon d'écrire, il m'a encouragé à relire des romans et de m'initier au Visual Novel (pourquoi pas continuer avec les adaptations d'Evangelion...), d'une certaine façon je trouve dommage que les gens retiennent surtout les twist du jeu (qui sont marquant) et qu'on oublie que le but premier du jeu était tout simplement de nous mettre à la lecture. Finalement est-il si effrayant que ça ? Je dirais oui et non. Oui parce qu'il vous génère une angoisse constant (malgré quelques fou rire de mon côté) et même en connaissant le jeu par cœur, le sentiment d'angoisse ne part pas, c'est juste dingue, c'est une total réussite ! Non parce qu'il n'y a pas autant de Jumpscares (et encore c'est un grand mot en soi) que ça, quoi que si on peut en considéré comme tel, je dirais qu'il y en a quatre en tout sachant que le premier n'en n'est pas vraiment un et qu'on peut en esquiver deux....c'est probablement le seul jeu dont je tolère ses jumpscares parce qu'en général j'ai horreur de ça ! Tout ça pour dire qu'on est loin du train fantôme d'un Until Dawn par exemple. Cependant, je me demande si on a réellement compris le jeu, quand je vois qu'il a tout un système de goodies et des oreillers à l'effigie de ces héroïnes dans des positions sexy, je me dit qu'il est un jeu incompris mais bon quand je vois les nombreux mêmes sur ce jeu, je me dit aussi à quel point il a marqué au fer rouge les joueurs. Voilà je pense avoir tout dit si ce n'est que je vous recommande ce jeu à condition que vous n'avez pas de problème de dépression, de sensibilité ou d'angoisse car il faut vraiment prendre en compte ces avertissements je n'exagère pas ! Pour ma part je vous souhaite de bonne fête de fin d'années, éclatez vous bien ! Et n'oubliez pas, le jeu est gratuit mais pas la thérapie PS : deux petit cadeau avant de vous quitter, l'un est une petite vidéo rigolote sur DDLC que j'ai trouver par pur hasard Attention Spoil : Quand au second il s'agit du premier épisode de mon "Let's Play" sur ce jeu, c'est une première pour moi donc c'est très "amateur", on verra si je continue dans cette voie ^^'
  5. DrunkenPenPen

    Just Monika

    Oh ! Je ne vous ai pas vu, entrez entrez donc, ne soyez pas timide ! Quand j'étais petit (je n'étais pas grand) je lisais beaucoup, certes pas des romans mais je lisais beaucoup, plus tard j'ai lu pas mal de roman mais quelques peu d'entre eux ont su me marqué, cependant je m'y suis remis mais cette fois-ci en sirotant un bon thé...... Oubliez ce que vous venez de lire, nous somme rien, nous somme juste des mots sur un écran. La seule chose qui a du sens et qu'il faut penser est Monika, pensez à Monika, just Monika... NOBZCE@@!!!,:;^^zEFNVCIHEHVZC Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Yuri,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Natsuki,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, @XKYIFVAZEDU58731!!./..,;!:ù?..? Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, LNBZCEJKGICZ lm@@@ZLAFHBL,,;:m;,f,hfzfg Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Sors de ma tête, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Cupcake,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, onika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Manga,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika (Just Monika) Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Stylo,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika,Just Monika, JUST MONIKA
  6. DrunkenPenPen

    Just Monika

    Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika,Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika,Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika,Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika,Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika,Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika, Just Monika.
  7. DrunkenPenPen

    Tu écoutes quoi ?

  8. DrunkenPenPen

    Fiston ! Tais toi ! Cours et Tire !

    J'ai eu la chance d'avoir touché à Cuphead il y a un temps de cela. Tout ce que je peux te dire est que tu va en chier pour le finir car il est très difficile, il s'agit en somme d'un boss rush (malgré quelques niveaux classiques), personnellement il est excellent et c'est un très bon défi de le finir. Je voudrai me le procurer pour le terminer mais je le trouve trop cher et je ne le trouve jamais en promo sur ma ps4 mais dès qu'il le sera je me le procurerais. Je te le conseille si tu n'a pas peur du sel et de la rage !
  9. DrunkenPenPen

    L'antre du hard rock et du metal

    Je vais jouer un peu vieux jeu mais j'adore Saxon, Crusader fut ma première découverte pour ce groupe est j'ai été sous le charme immédiatement, depuis je me suis procuré le vinyle et il tourne régulièrement ^^
  10. DrunkenPenPen

    Fiston ! Tais toi ! Cours et Tire !

    Aaah, Metal Slug, c'est la base ! Je me rappelle d'avoir fini le jeu en 9 crédits lors de mes nombreuses parties, c'est probablement l'opus le plus facile de la série loin de la difficulté Gargantuesque du 3.
  11. DrunkenPenPen

    Top Gun

    dédicace à tout ceux qui n'ont jamais réussie une seule fois à atterrir sur le porte-avion 😅
  12. DrunkenPenPen

    Les Lettres Qui Se Suivent

    Teigneux --> Xénomorphe
  13. DrunkenPenPen

    Neon Genesis Evangelion [Redux]

    Le 5 Novembre 2018, c'est la date où pour la première fois je publiais quelque chose sur le net, c'est ici sur Romstation que j'ai dit mes premiers mots, très timide et hésitant j'ignorais si cette essai réussirait, j'étais loin de me doutez que cela serait une aventure ! 3 ans mes petits pingouins que je parle d'un animé chaque mois, parfois c'était bien parfois c'était discutable, parfois décevant et même parfois amusant, laissez-moi donc soufflez mes trois petites bougies sur mon gâteau mais il est de quel saveur ? Je me suis dit qu'on est en période de remake que ce soit en série ou en jeux-vidéo alors pourquoi ne pas faire un remake d'un de mes billet ? Et puis je me suis toujours demandé ce que cela donnerait si je réécrivais un de mes ancien sujet. Vous aussi vous vous êtes posez cette question ? Alors qu'il en soit ainsi et pour marquer le coup on va refaire mon premier billet qui concerne....Neon Genesis Evangelion, je crois que j'aime déjà ce cadeau ! Excusez-moi je dois changer de pantalon et je suis de nouveau à vous Tel un ange cruel, Jeune homme, tu deviendras une légende ! C'est pas la joie à la Gainax en 1991, le futur studio qui réalisera Neon Genesis Evangelion à le moral dans les chaussettes, pourtant il vient d'obtenir la renommé mondiale avec leur dernier bébé Nadia et Le Secret de L'eau Bleu, alors pourquoi on fait la tête ? Si Nadia et Le Secret de L'eau Bleu est un succès critique dont le célèbre magazine Animage écrira qu'il s'agit du meilleur animé de tout les temps, malheureusement ce n'est pas le cas d'un point de vue commercial. En effet, les produits dérivés tel des jouets ou autre marchandising comme des jeux-vidéo n'attire pas les foules, paradoxale n'est-ce pas que de voir un animé qui est un carton mondial mais qui n'engendre aucun bénéfice pour le studio, la raison d'une tel situation est probablement dus à la difficulté de vendre un produit sur un animé qui n'est pas réellement un space-opéra mais pas non plus un animé d'aventure. Sans la vente de produit dérivé un studio vie très peu longtemps, surtout quand on s'appelle Gainax qui ont pourtant déjà connu ce genre de cas et qui a été sauvé par les ventes de Gunbuster. Nadia et Le Secret de L'eau Bleu devait donc renfloué les caisses mais ce ne fut pas le cas, bien au contraire puisque le studio est au bord de la faillite, alors on finit par chercher un responsable de cette fâcheuse situation et qui de mieux que le réalisateur de ce Nadia et Le Secret de L'eau Bleu, après tout c'était notre son projet qui n'est rien d'autre que Hideaki Anno. Ce dernier commence petit à petit à plonger dans une dépression dont on ignore encore aujourd'hui l'influence qu'il a eu dans sa vie, j'ai entendu dire il y a plusieurs années de cela qu'il avait tenter à trois reprise de se suicidé mais selon certains membre de la Gainax il n'en n'était rien, bref on sais rien ! Hideaki Anno a vraiment, excusez-moi de l'expression, tout pris dans la gueule et en a payé le prix fort : on a limité son pouvoir créationnel sur la fin de Nadia et on l'écart du film qui se déroule après la série, on lui prive de deux projet qui sont Olympia un récit de science-fiction qui raconte la quête de vengeance d'une femme envers son père et Aoki Uru (ou Uru in blue) la suite des Ailes d'Honnêamise dont il ne reste que les artwork de Sadamoto. C'est également le manque de confiance, de soutient et de reconnaissance de la part de ses collègue ainsi que de la charge importante de travail qui va mentalement le fatigué, c'est la douche froide. Cependant, contrairement à ce que je croyais à l'époque, Hideaki Anno ne s'est pas enfermé en attendant je ne sais quoi mais il a bossé.....sans sa signature. Pourquoi ? Je pense que le manque de reconnaissance l'a beaucoup affecté et pour éviter d'être blessé à nouveau dans son ego il préfère travaillé anonymement. C'est ainsi qu'il se retrouve dans différent projet tel que Mobile Fighter G Gundam (1994) mais surtout une certaine Sailor Moon (1992). L'expérience sur ce dernier animé sera plutôt bénéfique pour Anno puisqu'il va d'abord prendre plaisir à travaillé d'autant qu'il est personnellement fan de Sailor Moon (chose que je comprend tout à fait), son implication dans le premier long métrage ainsi que dans l'arc Le Silence (saison 3) va également donné des idées pour Neon Genesis Evangelion. Pour les curieux, on lui doit les transformations d'Uranus et de Neptune mais il va aussi réalisé un épisode, lequel ? C'est celui sur le retour de Chibiusa pendant un festival.....mon dieu c'est lui le responsable de son retour ! Les Eva sont tout aussi terrifiants que classes ! Cependant, Anno ne se sent pas bien pour les raisons cités plus tôt mais également pour des raisons plus personnelles. Il faut savoir qu'Anno est un homme qui préfère prendre ses distances avec les autres, on peut même dire qu'il ressent un désintéressement envers ses compères et si on voulait aller encore plus loin on peut dire qu'il n'aime personne, que ce soit les gens ou les animaux. Pour tout vous dire, on apprend en 2005 par le biais de sa femme Moyoco Anno (Mangaka de Chocolat & Vanilla) que le régime alimentaire de Mr.Anno consistait en des plats transformés tel des Chips, des Ramen, des Pizza, des Pâtes mais surtout évidemment du Saké ! D'ailleurs, il évite de manger de la viande (il est végétarien) et boire également du café en canette (ça me dit un truc dis donc) Vous vous dite probablement cette chose en lisant tout ça mais si vous avez vu Nadia et Evangelion ce sont normalement des choses qui vous dit quelques chose puisque ces éléments sont visible dans ces série comme Nadia et Rei qui sont végétarienne ou les fameuses canete de café dans Evangelion, moi qui pensais que c'était un sponsor pour financer la série. Pourquoi un tel état d'esprit ? On peut trouvé son origine dans son enfance plutôt difficile puisqu'il vit avec un père qui passe son temps à se saouler et à le frapper, véritable traumatisme pour le jeune Anno qui est effrayé par ce père tyrannique auquel il lui manque un bras suite à un incident de travail dans une scierie, détail qui donne cette impression de monstre pour l'enfant. Alors qu'est-ce qu'il aime ? Les robots et les séries Super Sentai ! Anno ne ressens que de la sympathie pour les choses "non-vivant" tel des mécha, sans se rendre compte Anno a déjà pas mal d'idée pour un nouveau projet qui commencera à écrire fin 1993, bien sûr c'est Neon Genesis Evangelion. C'est lors d'un rendez-vous avec un ami d'enfance Toshimichi Ohtsuki un producteur et directeur musical que les choses vont s'accéléré, les deux bonhommes se plaignent du manque d'originalité dans l'animation Japonaise et propose à Anno de lui amener "n'importe quoi" pour l'apporter à ses supérieur et créer un nouveau projet, ce "n'importe quoi" sera Neon Genesis Evangelion. Anno retourne à la Gainax toujours dans la dèche pour annoncer que les affaires reprennent, Le PDG de la Gainax est plus que ravi et impose plusieurs conditions au contrat dont les droits de la série pendant 5 ans et le fait qu'aucun enfant ne soit tué dans la série. Pour faire simple, Anno veut faire revivre le genre Mécha et lui donné une ambiance plus mature et plus sombre mais aussi révolutionné l'animation Japonaise en ouvrant le genre à un public plus large et plus uniquement au simple Otaku, ouais il voit les choses en grand ! L' équipe va alors choisir un mécha dans une ambiance christianisme. Pourquoi ? Au Japon le christianisme est plutôt exotique ce qui leur permet de se distingué des autres productions, Anno commence à écrire un premier jet de scénario qui contient la base de la série mais il a une petite idée en tête, il souhaite que les monstres soient effrayant et que les enfants vomissent devant la série, pour information les EVA devaient "bouffer" les monstres pour les vaincre ce qui servira à certaines scènes. Anno présente donc sa première version mais le comité est choqué de voir autant de violence surtout avec la stipulation qu'aucun enfant ne doit être tué mais Anno n'en n'a que faire, il va continué à exploité le concept quitte à délaissé le cannibalisme des Eva. C'est le 4 février 1994 que l'écriture originale de Neon Genesis Evangelion arrive à terme et en parlant de scénario il est peut-être temps de vous le présenter. On trouvera quelques références subtile à Sailor Moon dans la série ! Emmène-moi jusqu'à la Lune, Laisse-moi jouer parmi les étoiles ! L'intrigue se déroule en 2015, l'Humanité à dus faire face à un cataclysme provoqué par une étrange explosion au pôle nord, cet incident va provoqué la montée des eaux et ainsi engloutir des villes comme Tokyo. La raison officiel de cette explosion est la chute d'une astéroïde mais la réalité est tout autre, il y a quinze ans de cela des hommes ont découvert une source de vie inconnue, l'être enfouis sous la glace se fait nommé Adam, cette découverte se nomme le "First Impact". Des scientifiques ont alors voulu faire des expériences sur cette être mais ça a mal tourné provoquant ainsi ce cataclysme qu'on appelle "Second Impact". Quinze ans après ce drame l'Humanité s'en est relevée mais des créatures géante appelées Anges tente de détruire Tokyo-3, la capital forteresse et provoquerai le "Third Impact" qui serait fatal pour l'humanité ! Mais on avais tout prévus ! L'organisation secrète Nerv fut créé dans cette éventualité et on créer un être humanoïde capable d'éradiqué ces monstres : Les Evangelions ou EVA pour les intimes. Les EVA ne peuvent être piloté que par des ado de quatorze ans, c'est ainsi qu'apparait Shinji Ikari, fils du commandant de la Nerv qui fut "invité" de piloté l'EVA-03 mais ce dernier refuse parce que son père est un fumier qui l'a abandonné à la mort de sa mère. Il changea d'avis à la vue de sa futur coéquipière dans un brancard qui arrive à peine à se relevée, cette fille n'est rien d'autre que Rei Ayanami de fil en aiguille Shinji va se retrouver dans une lutte de tout instant, accompagné de Misato Katsugari sa chef et tutrice mais surtout Rei et Asuka ses coéquipière qui vont se battre à ses côtés. Ça c'est le pitch de base mais il y a également une sous-intrigue concernant l'origine de ces EVA et du Second Impact qui va permettre de mieux comprendre les fils de l'histoire. Bon on commence par quoi ? Neon Genesis Evangelion une série mythique qui s'est fait une réputation pour la maturité de ses sujets abordés, son ton mais aussi pour son aspect psychologique. Ouais, Evangelion est très psychologique pour l'époque bien qu'il existe d'autres animés qui était aussi psychologique comme Gunnm ou Akira, Evangelion reste marquant pour ses personnages tourmentés et ses réflexions introspectives. "Mais on parle bien d'un mécha, non ? Gundam avait aussi des personnages tourmentés alors pourquoi ce Evangelion est-il plus marquant ?" Bonne réflexion mais pour comprendre tout ça il faut expliquer plusieurs points. D'abord, Evangelion brise les codes du genre mécha par la fusion entre le Real Robot et le Super Robot, les EVA sont donc un mélange de robot surpuissant face à des extraterrestres comme un bon vieux Goldorak mais en mettant l'accent sur le progrès scientifique et le mal être des héros, surtout le mal être des héros. Souffrance physique, morale et psychologique sans oublié une bonne crise existentialiste attend les héros mais aussi le spectateur. L'EVA est un robot très mobile contrairement à un Gundam par exemple, il est presque humain dans ces gestes ce qui est déjà une révolution pour l'époque mais ça ne s'arrête pas là ! Le pilote subit les coups aussi bien que L'EVA, chose tout aussi nouveau pour l'époque (d'ailleurs, je crois qu'on a jamais repris ce concept). Mais le top du top pour moi est l'image même du mécha qui est ici remis en question, tout les précédents mécha sauve le monde, l'EVA le sauve aussi mais on sent aussi qu'il peut conduire à la fin de l'humanité. Non mais regarder moi cette gueule ! Vous seriez rassurez si ce genre de mécha existait dans notre monde ? Et encore quand il pète pas un plomb et se met à tout détruire voire bouffer ces adversaires. Regardez donc ce passage mythique de la série : Si ça c'est pas effrayant comme mécha, je ne sais pas ce qu'il vous faut ! Il y a aussi un autre passage où Asuka est effrayé par l'EVA 01 et dit : "C'est ça que je pilote ?" remettant en cause le statut même du mécha dans la société Japonaise, brillant juste brillant ! Il faut reconnaitre qu'Anno avait déjà fait quelques pic sur la science avec Nadia mais Evangelion c'est juste la science qui part en vrille ! Beaucoup de spectateur ont été marqué par cette série car ils ont dus faire face eux aussi à une introspection "involontaire" de la part d'Hideaki Anno qui voulait faire réfléchir sur le média, le rapport que l'on a auprès de ces héroïnes (le phénomène Waifu en tête) et les dérivations trop extrême des Otakus. Cependant concentrons-nous sur des choses plus simples voulez-vous ? C'est donc pas moins de 26 épisodes où combat spectaculaire et vie quotidienne se côtoye, j'ai pas vu beaucoup de mécha dans ma vie je dois bien le reconnaitre mais je dirais qu'Evangelion est le premier mécha qui mélange ces deux aspects (quoique Gundam...). Les épisodes sont construit d'une façon très précises, chaque épisodes est d'abord composé de Quotidien/Combat mais surtout d'une "thèse" et de son "application". Qu'est-ce que j'entend par là ? Evangelion traite plusieurs sujet dans chaque épisodes, notamment beaucoup sur les relations humaines ou les apparences, au début cela semble très sommaire mais ça va très vite changé dans la seconde moitié de la série quand il sera question de confiance, de trahison et de mensonge. Pour développer mon argument je vais prendre l'exemple de l'épisode 16, c'est un épisode que j'aime beaucoup car il est question de confiance en soi. Shinji a réussie à battre Rei et Asuka au fameux test de synchronisation que l'on voit régulièrement quand soudain un ange apparait, Shinji se sentant extrêmement confiant suite au succès du test de synchronisation fonce vers l'ennemie pour se faire avoir bêtement se retrouvant ainsi piégé dans l'ange. Une fois piégé, Shinji se retrouve dans une toute autre lutte, une lutte psychologique face à lui-même, des questionnements sur les raisons de sa vie et du pourquoi il pilote. Il serait long et fastidieux de tout expliquer parce qu'il est aussi question de liberté (le fait qu'il ne suit pas les ordres par exemple) mais l'idée de "Thèse" (j'ai réussie le test donc je suis fort) et "d'application de la thèse" (j'ai voulu me battre tout seul parce que je suis fort mais cela a échoué) est ici appliqué, ce n'est pas toujours le cas mais cela l'est régulièrement. Plus on avance dans la série, plus les combats gagnerons en violence et les souffrances psychologiques en feront de même ! On notera aussi que les combats sont en réalité double, d'abord physique avec les anges puis/ou psychologique face aux anges bien sûr mais aussi face aux autres humains. Parce que oui il est question du rapport des uns aux autres, Shinji en est le parfait représentant, enfant tourmenté à cause de l'abandon de son père et de la mort de sa mère, il impose des distance plus ou moins rapproché en fonction des évènements et du caractère des personnages. En vérité, Shinji est l'anti-pilote de mécha parce que contrairement à tout les autres pilotes de toute les autres série avant Evangelion, le pilote accepte de piloter sans se poser de question et même prennent l'initiative de piloter. Shinji quand à lui.....est imposé de piloter, d'abord parce qu'il n'aurait pas d'intrigue mais aussi parce que ce dernier est forcé de piloté, son père et Ritsuko le critique, Misato essaye de le résonner mais le force d'une certaine manière, le regard des autres qui voit la scène impose une pression, l'urgence du combat imminent est tout aussi une pression pour enfin avoir une Rei en piteuse état qui doit se battre alors qu'elle ne peut pas, sous-entendu que Shinji est un "salaud" de ne pas piloter. C'est une interprétation comme il en a d'autre mais on ressent dans l'écriture l'angoisse de la sociabilisation car c'est de cela dont il en question dans Evangelion (et la souffrance de la sollitude). Il faut dire que l'une des force d'Evangelion est qu'il est parfois dérangeant dans son visuel, je pense fortement aux Anges, aux EVA mais aussi à Rei, la mise en scène y joue beaucoup mais quand j'entends le prénom de Rei, je pense avant tout aux scènes introspectives et ses apparitions mystérieuses qu'à l'aspect "Waifu". Puisqu'on parle de jolie fille, parlons de Yoshiyuki Sadamoto le chara-designer d'Evangelion et de plusieurs travaux d'Hideaki Anno. Sans surprise c'est mon dessinateur préféré, j'adore son style et sa façon de dessiner, en particulier les femmes. Sérieusement je trouve qu'il réussie à donner un côté charnel à ses héroïnes sans tomber dans la facilité du "trop sexy" ou du vulgaire, d'ailleurs ce dernier avoue que si Misato existait dans la réalité il aurait voulu sortir avec elle (t'es pas le seul mec XD). Petite anecdote, Misato était initialement une femme immature mais qui en réalité était une militaire qui devait sauver Shinji à chaque épisode....devinez ce qu'ils ont garder ^^ Misato est censé être un mélange entre Fujiko Mine (Edgar de la Cambriole) et Usagi Tsukino (Sailor Moon) mais sans ses couettes, non vraiment elles ont la même coupe de cheveux ! Ritsuko est plutôt l'opposé de Misato, inspiré d'Electra dans Nadia et le Secret de L'eau Bleu et d'une ancienne petite amie d'Hideaki Anno. Contrairement à Misato qui s'était inspiré de femme fantasmées comme des top model, Ritsuko est plus proche de femme réelle dans son design et dans son caractère....chose assez marrant quand on sait qu'elle est la personnage la moins aimé de la série alors que son but était d'être fantasmée. Gendo, le père de shinji est inspiré du scientifique fou et de l'acteur Ed Bishop et partage les mêmes caractéristique que Shinji, c'est normal c'est son père. Shinji est un cas assez intéressant en matière de design puisqu'il est inspiré de Nadia dans Nadia et Le Secret de L'eau bleu, ouais il est inspiré par un personnage féminin, Sdamoto a juste changer ses sourcils et sa coupe de cheveux mais sinon c'est le même personnage. Il avait pour volonté de créer un homme avec des traits féminins. Il reste qui ? Ah Rei évidemment, Aaah Rei, j'ai toujours eu un rapport compliqué avec elle, j'ai eu du mal à me reconnaitre en elle mais maintenant j'aime beaucoup ce personnage, par contre j'ai toujours adoré son design je trouve que c'est une leçon de dessin pour tout les dessinateur en herbe. Le prénom de Rei n'est pas anodin, d'abord c'est un jeu de mot avec le nombre zéro qui se prononce pareil, puis c'est un clin d'œil à deux personnage : Rei Asaka (Très Cher Frère) dans le but d'attirer un certain Jun'ichi Satō qui avait travaillé sur....sur....Sailor Moon qui a un personnage qui s'appelle....Rei Hino....sophistiqué pour simplement demandé de travaillé avec lui ^^' Le plus difficile fut son caractère car Anno avait donné comme consigne : "quoi que tu fasse, elle doit ressembler à une fille amer et malheureuse qu'on remarque à peine"....Sayori ? Petit Hic, Anno ne veut pas tomber dans une ambiance morbide avec ce personnage, il a demandé de l'aide Junichi Sato (le réalisateur de Sailor Moon) pour l'écriture de ce personnage, ouais le gars qui a réalisé Sailor Moon à participé à l'écriture de Rei Ayanami, la classe ! Pourquoi lui ? D'abord Anno est fan de son travail sur Sailor Moon et aussi parce qu'il est spécialiste dans les problèmes d'adolescente et sur les Mécha, très pratique tout ça ! L'autre problème avec Rei était la tension sexuelle que l'équipe avais créer avec Shinji, en vérité personne ne sait comment on en est arrivé au fait que Shinji met la main sur la poitrine de Rei dans l'épisode 5, c'est plutôt drôle comme situation je trouve. Rei ou Asuka ? Encore de nos jours on n'arrive pas à résoudre ce dilemme ! Vous savez ce qui est drôle aussi ? Le doublage VF de l'époque qui est une Ca-Ta-Strophe. Le problème est que la boite qui s'occupait du doublage à l'époque pensait qu'Evangelion était une bouse monumentale et que ça ne marcherait jamais, Raté ! Par conséquence, les doubleurs ont eu à peine 48 heures pour doubler une série comme Evangelion d'où la catastrophe. Quand au nouveau doublage "Netflix", il est bien meilleur que l'originale mais possède deux gros problème, d'abord une nouvelle censure concernant l'homosexualité de Kaworu (le fameux "parce que je t'aime" deviens "parce que je t'apprécie bien") quand à la seconde raison c'est qu'ils n'ont pas eu les droit de Fly Me To The Moon, le célèbre ending de la série qu'ils ont dus remplacer par un des thème de Rei....c'est balaud Netflix ! On ne sens rend pas compte mais Evangelion partage l'écriture Shojo dans une série de mécha, qu'est-ce que je veux dire par là ? De nos jours, la psychologie dans la fiction est trouvable aussi bien dans des shonen que des seinen mais on oublie que c'est les Shojo qui ont véritablement développer ce domaine, c'est peut-être pour ça que j'entends souvent cette bêtise que la psychologie est un truc de fille. Cependant, Anno a été marqué par une petite amie dans le passé (la fameuse Ritsouko) qui lui a fait découvrir des œuvres Shojo ce qui l'influencera dans quasiment tout ces travaux. Sailor Moon en tête quand on pense à influence avec pas mal de référence comme on l'a vu mais aussi le fait d'avoir repris des membres du staff de la Toei et des doubleuses, Anno ira même jusqu'à mettre en scène une soirée qu'il a passé avec le réalisateur de Sailor Moon dans un bain chaud que l'on peut voir dans l'épisode 24, il ne l'a jamais avoué mais le réalisateur de Sailor Moon pense que cette épisode viens de cette soirée. On reconnait aussi quelques clin d'œil subtile mais j'ai une petite théorie concernant Shinji, je pense qu'Hotaru dans Sailor Moon a été sa source d'inspiration, ils partagent beaucoup en commun (même passé, même caractère, même problème). Le manque de budget poussa l'équipe à créer une mise en scène théâtrale mais incroyable ! Je ne dois pas m'enfuir, Je ne dois pas m'enfuir, Je ne dois pas m'enfuir...... L'ost d'Evangelion est mythique, épique et émouvant ! On le dois à Shirō Sagisu, un compositeur assez fidèle d'Hideaki Anno puisqu'il a travaillé sur quasiment tout ses projets mais il a aussi travaillé sur d'autres projets connu comme le second film de Sakura Chasseuse de carte (La Carte scellée) ou les films Berserk. Sinon il a composé sur des séries comme Jeanne et Serge (1984), Macross 7 (1994), Bleach (2004), Mobile Suit Gundam: Iron-Blooded Orphans (2015) et bien sûr Nadia, le secret de l'eau bleue (1990) et tout ce qui est relié à Evangelion évidemment. écoutons quelques extraits : - Thanatos (thème relié à Rei) - Angel Attack (thème de combat) - Barefoot in the Park (Thème de détente, sortie) - Et bien sûr le très célèbre thème des batailles décisives ! - Bon un petit dernier avec le thème de Rei I : J'ai oublié de mentionné qu'il y a également des compositions de musique classique très connu dans la série qui fut ajouter parce qu'Anno adore ce genre de musique et aussi pour contrer la musique pop qu'on utilise souvent dans les animés....qui à dit que c'était aussi parce que c'est libre de droit ? Des défauts ? Comment cela ? Qui va a dit qu'Evangelion avait des défauts ? Elle est parfaite cette série....ou presque. Bon assez de mauvaise de foi, oui Evangelion a des défauts et pas des petits d'ailleurs ! Commençons par ce qui a fait parler le plus de lui, une animation parfois douteuse....du moins quand animation il y a. Vous le savez très bien maintenant mais la Gainax était au bord de la faillite à l'époque, de ce fait le budget d'Evangelion était amoindri comparé à d'anciennes productions, l'équipe à mis le parquet dès le début de la série mais vers la seconde moitié c'est là que les choses se compliquent, au point même qu'ils n'ont même pas assez d'argent pour finir la série, la dèche total ! Une autre raison d'un tel manque de budget pour une série qui pourtant était un phénomène à l'époque est dus à la crise économique, non non ce n'est pas une blague ou une bonne excuse mais pour ceux qui l'ignore le Japon à connu une crise économique dans les années 90 et les studio d'animation en ont payé les frais comme tout le monde. Par conséquent, les studio d'animation était beaucoup plus enclin à refuser des créations originaux au risque de faire faillite et préfèrent miser sur des adaptations de manga beaucoup plus sûr. Imaginez alors un studio comme Gainax qui sont déjà en manque de budget dans une période de crise économique....ouais c'est la merde. Pourtant Evangelion a réussie à aller jusqu'au bout alors comment ils ont fait ? D'abord, Anno a pris beaucoup à Sailor Moon comme on l'a vu mais ce qu'on pensent le moins est ce qu'il s'est tout aussi inspiré en matière d'économie d'argent. Vous avez pensez aux transformations, c'est à dire à la répétition des plans, en vérité il y en a peu (ils ont repris des plan de l'opening pour certains combat). La première méthode consiste à faire durer inutilement certaines scènes, la scène mythique de l'ascenseur en tête mais également d'autres petites scènes bien plus subtile. Je pense à l'épisode 6 et précisément à la scène où Rei va voir Shinji à l'hôpital. Elle donne les instructions de la futur opération qu'elle a marqué dans un carnet. La première fois on ne fait pas trop attention mais dès un second visionnage on se rend compte que Rei tient son carnet de façon à ce que l'on ne voit pas sa bouche, c'est une méthode pour économisez de l'animation, d'ailleurs elle est très souvent utilisé avec Gendo avec sa fameuse pose, et non ce n'était pas que pour faire stylé c'est aussi une façon d'économiser de l'argent. C'est stylé et économe, que demandé de plus ? (une animation ?) Si au début ce genre de scène est rare cela changera dans la seconde moitié où ils seront plus fréquent et plus longues. Je vous laisse la très célèbre scène de l'ascenseur comme exemple : Ah oui la première fois on a l'impression que ça dure une éternité ! Vous aurez remarqué également que l'animation est différent que dans votre souvenir, c'est normal puisqu'il est très fréquent qu'une série bénéficie d'un retouchage. Comment cela est-il possible ? Il faut savoir qu'entre la première diffusion d'un animé et sa sortie en DVD, le studio retravaille certaines scènes parce que l'animation était pas top, très souvent par manque de temps, on le fait encore de nos jours puisque des séries comme Dragon Ball Super, Sailor Moon Crystal ou Seven Deadly Sins ont eu droit à cela (il faut dire aussi qu'ils ont été pointé du doigt tant l'animation était vraiment pas top lors de la diffusion à la télé). Le second point est plus personnelle mais lorsque l'on parle d'Evangelion qu'avez vous en tête ? Des Eva en mode berserk ? Des révélations sur les personnages ? La mise en scène nerveux des combats ? Ou encore les scènes introspectives ? Et bien tout ça est majoritairement dans la seconde partie de l'animé. Qu'en est-il de sa première moitié ? Malgré quelques épisodes marquant comme l'arrivé d'Asuka, le premier affrontement contre le premier ange, le sourire de Rei, l'épisode où Shinji et Asuka doivent apprendre à se battre ensemble en dansant ou le combat contre l'ange en pleine canicule et sans courant dans la ville......le reste est oubliable triste de le reconnaitre. Ouais la qualité des épisodes n'est pas très stable dans sa première partie quand certains sont contradictoires ! Qui se souviens de l'épisode où les américains ont créer leur propre EVA avec du nucléaire ? Qui se souviens de l'épisode où l'on te présente l'ordinateur de la Nerv ? L'épisode "Magmadriver" considéré comme le pire épisode de la série (ce que je conteste, l'épisode 13 avec le système Magi est pour moi le pire tant on se fait chier). Ayant revu quelques épisodes, je constate aussi que certains "concept" n'ont pas été autant développer. Je vais vous poser une colle, il y a combien d'épisode où Shinji, Rei et Asuka se battent ensemble ? Il doit en avoir pas mal vu qu'on représente beaucoup les trois personnages ensemble....pas tant que ça, en faite il n'y a que deux épisodes....Ah oui c'est peu. C'est très souvent par deux qu'ils combattent mais rarement pas trois et devinez avec qui Shinji se bat le plus ? Rei ou Asuka ? La réponse est Asuka puisque Rei est très souvent en retrait, il faut attendre un bon moment avant de la revoir en action. La raison à cela est en faite une erreur de Mr Anno, vous vous souvenez de l'épisode 6 où Rei fait un grand sourire à la fin (mon passage préféré de toute la série d'ailleurs) et bien Anno à trouver sur le moment que c'était cool mais lorsque la télé diffusa l'épisode il s'est rendu compte que c'était une grosse erreur puisque c'était censé être la conclusion du personnage....au début de la série....c'est con. Du coup, Anno à mis à l'écart Rei au point qu'il ne voulait plus l'impliqué dans l'intrigue mais les fans ont réclamer de la voir plus souvent et vous connaissez l'adage : Con et passion font compassion. Oui on ne voit pas beaucoup Rei malgré son statut de waifu ultime pour l'époque. Certains épisodes sont vraiment passable contrairement au reste de la série ! Un autre point à parlé et qui a fait couler beaucoup d'encre, la censure ! Vous l'ignoriez peut-être mais Evangelion à eu pas mal de soucis avec la censure et cela à cause....D'une grand-mère. Non non ce n'est pas une blague, la Gainax avait tendance à rendre l'épisode à la chaine de télévision 5 minutes avant la diffusion, on ignore si c'était parce qu'ils ont galérés à faire les épisodes ou si c'était pour éviter que la Télévision regarde l'épisode avant et décide de modifié ce qu'ils ne leurs plaisaient pas. Mais c'est l'histoire de la grand-mère qui vous intéresse, non ? Pour ça il faut remonter à l'épisode 20, cette épisode parle en gros....de sexe et de désir corporelle, certes c'est pas la première fois qu'on parle de cul dans la série mais alors qu'est-ce qui s'est passé ? Ceux qui ont une bonne mémoire se rappelleront de la fin de l'épisode où Misato et Kaji font crac-crac après avoir sauvé Shinji (c'est ce que je suppose le repos du guerrier lol). Après avoir soupirés un grand "Aaaa!" vous vous êtes dit : "Mais on voit rien !"....oui mais on entends ! C'est d'ailleurs la scène la plus hot de la série (en VO c'est....Whoa !), une rumeur prétend même qu'Anno a fait cette scène parce qu'il avait la doubleuse de Sailor Moon sous la main, sacré Anno ! Et la grand-mère dans tout ça ? Et bien on suppose qu'elle faisait ses activités de son âge, c'est à dire rien du tout et qu'elle a allumé la télé et....Oh ! Mais qu'est-ce donc ce dessin animé qui montre un homme et une femme faire l'amour ? Je vais appeler les associations et le responsable, ça va gueuler ! Donc suite à une grand-mère qui a allumé sa télé au mauvais moment et sur la mauvaise chaine, la Gainax et TV Tokyo ce sont retrouvé dans le caca, une rumeur prétend également que le responsable de diffusion a été viré à cause de cette histoire et concernant la Gainax, ils doivent se calmer dans leur série. Sauf que c'est Anno qui est à bord et lui est déterminé à aller encore plus loin juste pour faire chier le monde (j'adore ce mec), ce sont les fameux épisodes Director's Cut ! Cela concerne les épisodes 21 à 24, ce sont des épisodes plus longs que les autres par le simple fait qu'ils ont ajouter et améliorer des scènes, quand on pense à censure dans Evangelion c'est ces épisodes qu'on a en tête. Ils ont été projetés à la télévision lors d'une seconde rediffusion dans la nuit si ma mémoire est bonne. Si de nos jours il n'y a rien de si choquant, à l'époque c'était une autre histoire : Des filles souvent représentées toutes nues (coucou Rei), mention de suicide voire on assiste à l'une d'entre elle, violence psychologique sur des enfants, meurtre d'enfant et j'en passe. Je pourrai continuer encore longtemps mais le temps me manque alors passons au sujet qui fâche: la fin ! On ne pourra pas dire que la fin de la série est oubliable loin de là par contre elle est très frustrante, pour tout vous dire la première fois j'ai crevé le plafond. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de gens n'ont pas aimé cette fin parce que les deux derniers épisodes sont....bizarres ?! Le problème est qu'Anno n'a plus du tout de budget pour faire ses deux épisodes, pour vous dire à quel point c'était banqueroute à la Gainax que des croquis servent de plan comme tel ! Pour beaucoup, c'est un foutage de gueule Monumentale, certains parle même du scandale du siècle (si si) mais sans vraiment comprendre que derrière c'était dus à un manque de budget en plus d'une censure qui a vraiment bouleversé les plan d'Anno. La fin, on la connaitra en 1997 avec le film The End Of Evangelion mais c'est une autre histoire. exemple de scène qui a subit de lourde censure (chez nous particulièrement) Merci les amis ! (Conclusion) Alors qu'a t-on gardé d'Evangelion ? Pour certains c'est une œuvre introspective qui casse les codes du mécha et qui a remis en cause leurs vie (c'est mon cas), pour d'autre c'est simplement des jolies filles et des gros mécha bien badasse, la véritable réponse est selon moi aussi bien l'aspect psychologique que "fan-service". Pour la Gainax, le succès sera grandiose, ils vont gagner plein d'argent mais ils vont surtout se prendre la grosse tête et dépenser dans tout et n'importe quoi causant ainsi leur déchéance. Pour Anno c'est une victoire amer, d'accord il a réalisé une série révolutionnaire et marquante mais les gens n'ont pas retenu la leçon du bonhomme : arrêter de mater des animés et aller dehors construire votre vie ! Bon il est assez extrême comme ça mais on peut combiner vie sociale et animé je vous rassure. La suite sera les films Evangelions puis le départ d'Anno à la Gainax pour faire son remake/reboot qu'il viens à peine d'achever. J'aurais souhaité faire plus mais le manque de temps par rapport à ma vie de manchot me permet simplement de faire un billet modeste qui j'espère vous aura plus. 3 ans et oui, je commence à devenir vieux maintenant mais j'ai encore pleins d'animé à vous présenter. Pour le mois prochain ? Pas mal de chose de prévu mais on verra bien ce que je vous réserverai. Neon Genesis Evangelion restera pour moi le meilleur animé que j'ai vu malgré ces défauts mais c'est pour ça qu'on l'aime et je conclurai de la même façon ce billet que j'ai fait il y a 3 ans : Merci à tout ceux qui m'ont lu pendant ces trois ans ou à ceux qui me liront dans le futur ! il existe 26 versions différentes de cette ending soit un par épisode, cool non ? Et Netflix n'en n'a aucun Ahahah ! PS: L'écriture de ce billet à été réalisé avec l'aide de l'ouvrage Neon Genesis Evangelion – Le renouveau de l'animation Japonaise – disponible chez Pix'n Love que je vous recommande à 300% si vous êtes un grand fan d'Evangelion comme moi !
  14. DrunkenPenPen

    The Legend of Zelda: Skyward Sword (HD)

    Aah ! Je serai curieux de voir des travaux, tu avais déjà présenté un dessin sur Final Fantasy X sur le site (il m'a fallut un temps pour comprendre que c'était ton dessin). Je comprend tout à fait pour le manque de temps, j'ai de plus en plus de mal à gérer mon rythme mais je tiens la barre pour l'instant au détriment d'autres projets comme mon récit "Karma Girls" mais qui n'est pas mort, il subit un gros reboot. Il y a aussi mon envie de réellement faire un site pour mettre mes billets et en traité des plus "adultes", je suis même tenté à faire du let's play mais on verra si je m'adapte bien à cela. DBZ ça date (petite recherche) d'Avril....en effet ça date ^^ J'ai terminé Sailor Moon, du moins la série original, je pense traité le manga et le remake mais pas tout de suite, et puis il y a aussi les jeux Sailor Moon (qui sortira sous peu...j'espère) mais un autre jeu passera avant qui lui sortira le mois prochain sûr et certain. J'ai même prévu un sacré teaser sur le site, j'espère juste que les modérateurs ne vont pas péter un câble quand ils le verront
  15. DrunkenPenPen

    The Legend of Zelda: Skyward Sword (HD)

    Salut Pax ça fait longtemps que je ne t'avais pas vu sur le site (j'ai déjà entendu cela). Cela fait plaisir de lire un billet d'un autre membre, non parce que ces derniers temps j'ai l'impression d'être le seul survivant Je ne sais plus si j'en avais déjà dit sur un forum ou autre mais j'ai beaucoup de mal avec les Zelda, j'ai beau essayé A Link To The Past, Ocarina Of Time, Twilight Princess et même Zelda 2....ça ne prend pas, je n'arrive pas à expliquer. Concernant ce Skyward Sword je ne l'ai jamais essayé, je n'ai pas eu la chance de le trouver à un bon prix (et puis je me suis offert la Wii très tardivement) du coup je suis passé à côté. Personnellement il me tente bien, il y a quelque chose que j'aime bien (les couleurs en somme) et puis je ne crache pas trop sur la motion gaming (j'ai fini Resident Evil 4 sur une wii) même si au bout d'un moment ça fait mal au bras. Maintenant il faut juste espérer que je n'abandonne pas après une heure....comme tout les autres opus (quoi que Zelda 2 est peut-être le seul opus dont je reviendrais)