RomStation

Official
  • Content Count

    17037
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by RomStation

  1. RomStation

    RomStation 2.0 x86 pour les OS 32 bits

    A l'origine, Romstation 2.0 a été pensé pour une distribution exclusive aux systèmes 64 bits. Toutefois, au vu du nombre de personnes utilisant encore un système d’exploitation 32 bits, nous devions revenir sur ce choix. Actuellement, la compilation du code en 32 bits reste peu contraignante. Nous devrions donc pouvoir assurer la mise à jour de cette version encore quelques temps. Mais gardez à l'esprit que l'abandon des OS 32 bits au profit des architectures 64 bits est inévitable à terme. Il ne s'agit donc que d'un sursis. Notez aussi que certains émulateurs n’existent pas/plus en version 32 bits. Dans les faits, Romstation devrait encore trouver automatiquement l'alternative la plus adaptée à votre système selon le cas. Les installeurs de la beta dans leur version x64 et x86 se téléchargent depuis cette page. Pour les utilisateurs ayant déjà installé la beta de l'application 2.0, la mise à jour automatique devrait fonctionner sans problème au démarrage de Romstation. Note de version : Romstation 2.0 est désormais disponible en version x86 pour les OS 32 bits (Windows 7 minimum). Le téléchargement des fichiers d'un jeu (multi disc) peut se faire plus directement depuis sa page. Correction d'un bug pouvant provoquer la perte de certaines valeurs dans "Database". Correction d'un bug pouvant provoquer un crash sur la version macOS.
  2. RomStation

    Driver 2 : Back on the Streets

    Le premier opus, par son ambiance et sa rapidité, avait eu l'effet d'une révélation dans le petit monde de la PlayStation, créant un nouveau genre. Driver 2 débarque donc tranquillement sous l'égide d'Infogrames et si la somme des nouveautés semble colossale, mieux vaut rester vigilant... Vous incarnez donc toujours Tanner, le super flic infiltré dans la mafia et cette fois-ci c'est du très gros gibier que vous allez devoir tromper et coffrer. En effet, Vasquez, un des parrains de la mafia brésilienne veut la peau d'un des rois du crime organisé américain et vous, vous êtes au milieu de cette véritable guerre des gangs. Conçu cette fois comme une seule et grande intrigue, le scénario de Driver 2 reprend en gros le même principe que l'épisode précédent. Vous alternerez des missions pour la mafia et pour la police tout en essayant de ne pas griller votre couverture. Missions chronométrées, poursuites, déglinguage de matériel et de véhicule ou simple transport, vous retrouverez tous les objectifs du premier volet. Pour varier les plaisirs, de nouvelles villes font office de circuits pour Tanner et ce seront Chicago, Las Vegas, La Havane et Rio. Fidèlement reconstituées, elles dégagent tout à fait l'ambiance souhaitée avec leur bitume chaud et moite ou encore leur population automobile très dense. Pour les modes de jeu, vous trouverez l'inévitable et si grisant mode libre pour vous familiariser avec les rues des grandes cités ou encore un mode en mission qui vous emmènera directement après une cinématique dans le scénario principal du jeu. Ensuite, ce sera le tour du mode "jeux de conduite" qui consiste en fait à des missions rapides comme de détruire une autre voiture en un minimum de temps ou encore de survivre le plus longtemps possible avec une horde de flics aux trousses. Enfin et les amateurs du premier épisode sauront apprécier à sa juste valeur ce nouveau mode de jeu : multijoueur. Driver 2 bénéficie donc d'un mode 2 joueurs en écran splitté avec la panoplie classique des flics & voleurs ou encore de la course au drapeau, etc. Un ajout vraiment excellent surtout que le genre du jeu s'y prête et que la réalisation est à la hauteur. Un jeu qui reste théoriquement à la mesure de son prédécesseur mais qui souffre d'une gourmandise technique que la PlayStation ne peut offrir. Jouable sur PlayStation 2, peut-être que le jeu a été conçu pour elle ?
  3. RomStation

    The Grinch

    Comme Jack Skellington, le Grinch voue une haine sans borne à Noël et à tout ce qui en découle. Mais ce que le Grinch déteste par-dessus tout, ce sont les Who, ces petits êtres plein de gentillesse qui le prennent pour un gros nounours affectueux et s'accrochent à lui comme à une peluche. Bien décidé à semer le trouble dans cet univers bon enfant, le Grinch va devoir imaginer toutes sortes de plans diaboliques pour gâcher la fête de Noël, tout en évitant les Who et leurs excès d'affection qui pourraient l'affaiblir dangereusement. Uniquement armé de votre haleine putride et de votre masse imposante, vous allez devoir parcourir le monde des Who en récupérant les plans nécessaires à la conception de gadgets diaboliques tels le lanceur d'oeufs pourris ou le Grinchcopter. Mais vous ne serez pas seul, car votre fidèle chien Max sera là pour vous faciliter bien souvent la tâche en se faufilant dans les endroits les plus étroits. Vous pourrez donc à tout moment changer de personnage pour résoudre au mieux les différentes énigmes et remplir vos missions. Et elles seront non seulement nombreuses mais également originales. Quoi de plus réjouissant pour un Grinch que de dérober les cadeaux de Noël des petits enfants, saboter l'horloge de l'hôtel de ville, ou encore détruire ces affreux bonhommes de neige qui poussent comme des champignons ?
  4. RomStation

    RomStation 2.0 : Beta 6

    La beta de Romstation 2.0 continue sa phase d'optimisation via nos mises à jour successives qui lui permettront à terme de s'approprier toutes les options encore absentes de cette version anticipée. Pour rappel, Romstation 2.0 abandonne l'API d'Internet Explorer au profit de WebKit, une bibliothèque logicielle libre qui ne dépend d'aucun navigateur préalablement installé sur votre OS. Cette beta 6 s'intéresse plus particulièrement au navigateur intégré en lui apportant de nombreuses améliorations. Les installeurs de la beta dans leur version x64 et x86 se téléchargent depuis cette page. Pour les utilisateurs ayant déjà installé la beta de l'application 2.0, la mise à jour automatique devrait fonctionner sans problème au démarrage de Romstation. Note de version : Nombreuses améliorations du navigateur intégré (player vidéo, zoom, performances, création d'onglets, raccourcis clavier, etc...). Ajout du thème Light. Ajout du tri par nombre de fichiers de jeu dans Librairie.
  5. RomStation

    Super Metroid

    Lors de sa précédente mission, Samus Aran avait débarrassé la planète SR388 de tous ses metroids, n'en conservant qu'un exemplaire pour la recherche. Dans un laboratoire secret de l'Académie des Sciences Spatiales, des chercheurs mènent une série de travaux sur la larve. Samus reprend le chemin de sa planète, lorsqu'une alerte lui parvient des laboratoires de recherche. Quand elle arrive sur place, les gardiens et l'équipe de chercheurs ont été éliminés et le metroid a disparu. Grâce à un enregistrement, elle découvre la cause du désastre. Des pirates de l'espace ont fait irruption pour prendre possession de la larve. Les hors-la-loi se sont retranchés sur Zebes, avec à leur tête l'ancien disciple de Mother Brain, Ridley. Pour la troisième fois, Samus va devoir reconquérir la paix de la galaxie. Six énormes zones remplies d'objets et de passages secrets à explorer, tout un arsenal de lasers, missiles et autres gadgets à la disposition de Samus, des boss nombreux et gigantesques. Sans aucun doute l'un des meilleurs jeux de la Super Nintendo.
  6. RomStation

    Time Commando

    Dans un futur proche, l'armée commande à une société privée un super-ordinateur capable de simuler différentes formes de combats à n'importe quelle époque de notre Histoire. L'utilité de la chose peut laisser perplexe, mais les ingénieurs finissent par honorer leur contrat. Malheureusement, un concurrent déloyal contamine le système avec un virus par l'intermédiaire d'un programmeur corrompu. En altérant l'espace-temps, le virus menace maintenant de faire disparaître notre planète s'il n'est pas détruit dans l'urgence. Stanley Opar, employé sur le projet, pénètre alors dans le vortex pour tenter de neutraliser le virus. Pour cela, Stanley devra traverser l'Histoire en luttant avec l'arsenal local, du plus rudimentaire jusqu'au très sophistiqué.
  7. RomStation

    Resident Evil 3 : Nemesis

    Situé chronologiquement juste avant et juste après les événements de Resident Evil 2, ce troisième épisode marque le retour de Jill Valentine au générique, plus sexy que jamais. Notre héroïne a la ferme intention de fuir un Raccoon City infesté de zombies avant sa destruction programmée. Sur sa route heurtée, Jill croisera notamment deux beaux gosses : Carlos Oliveira, un mercenaire latino aux desseins mystérieux, et Nemesis, un boucher au charme scandinave. Le Nemesis est la vraie nouveauté du jeu, celle qui apporte tout son piment au titre. Ses apparitions sont toujours stressantes et apportent un peu de variété à l'action. C'est au joueur qu'il appartient alors de choisir entre l'affrontement ou la fuite, lors d'embranchements qui malheureusement n'ont aucune incidence sur le scénario. Evidemment, effet de surprise oblige, les apparitions du Nemesis ne sont pas toujours précédées par un message invitant le joueur à choisir la voie à suivre. Ce personnage apporte beaucoup à l'ambiance du jeu et lui confère une dimension toute particulière, bien à part dans la saga. Pour le reste, Resident Evil 3 est un épisode qui ne s'éloigne pas des grandes lignes tracées par les précédents opus.
  8. RomStation

    Boogie Wings

    A superbly playable, humourous and utterly unique shoot-em-up from the Date East stable. The player begins each life in control of a bi-plane with a huge metal hook attached to its rear. This hook can be used to pick up enemies, objects, bombs and vehicles which can then be thrown both at other enemies, and at any walls and doorways that may be barring the player's route. If the bi-plane takes two hits from enemy forces, it will explode and the player is forced to continue on foot. The on-foot sections play in a vaguely similar fashion to SNK's legendary "Metal Slug" series, but while on foot, the player has no protection from enemy hits and is very vulnerable to attack. As such, a replacement vehicle (which appear in the form of tanks, motorbikes, giant robots, elephants etc.) must be found quickly. Boogie Wings features highly detailed and completely destructible scenery, with a multitude of background animations making the game feel 'alive' and giving it much of its distinctive character. The game's settings are as original as its gameplay; with museums, fairgrounds, the inside of skyscrapers etc. all making an appearance. Boogie Wings soundtrack is also unique to the genre, with a mixture of well-known jazz and blues tunes accompanying the frenetic on-screen action.
  9. RomStation

    Silent Hill

    Dès les premières secondes, une ambiance malsaine envahit la pièce dans laquelle vous avez pris soin d'éteindre les lumières. Dès les premières secondes, la musique envoûtante vous transporte au pays de l'effroi. Vous incarnez Harry Mason, séparé de sa fille Cheryl à la suite d'un accident de voiture pour le moins étrange. A son réveil, Harry part à la recherche de sa progéniture, entrant dans la ville brumeuse de Silent Hill. C'est à ce moment précis que l'on prend conscience que l'ambiance du jeu de Konami est très différente de celle d'un Resident Evil. Si le jeu de Capcom mise sur la surprise, les sursauts et le spectaculaire, Silent Hill instaure la suggestion, la peur instinctive et animale qui est en nous. Les bruitages, les caméras dynamiques, le brouillard, l'obscurité sont autant d'éléments qui font de ce jeu un chef-d'oeuvre d'angoisse. Mais rassurez vous, puisque vous disposerez de tout un arsenal d'armes pour vous débarrasser des effrayantes créatures qui hantent la ville fantôme. Quartier après quartier, maison après maison, vous devrez réunir les pièces du puzzle séparant Harry de sa fille. Cet incident va laisser place à une histoire de mondes parallèles, d'exorcisme et à la reconstitution du passé (ou du futur, qui sait ?) de cette ville pour le moins étrange.
  10. RomStation

    The Legend of Zelda : Twilight Princess

    C’est donc plus de trois ans après The Windwaker que Link reprend enfin du service, pour le plus grand plaisir des fans de la saga. Vivant dans le village de Toal, un havre de paix situé au sud du royaume d’Hyrule, le jeune homme va un beau jour se retrouver aux prises avec des monstres chevauchant d’horribles sangliers. Tentant de poursuivre ces sagouins, Link ne tarde pas à se retrouver devant un mur opaque des plus inquiétants. Avant qu’il ne puisse esquisser le moindre mouvement, une main géante surgit et le propulse dans ce monde de ténèbres, point de départ d’une fantastique aventure. Fantastique tout d’abord par ce scénario diablement bien ficelé et riche en rebondissements, que je ne vous dévoilerai pas par respect pour les créateurs du jeu. Fantastique également pour cet univers d’une richesse incomparable, savant mélange de toutes les œuvres culturelles majeures. Comment ne pas penser au Seigneur des Anneaux lorsque l’on arpente les plaines d’Hyrule sur le dos d’Epona, en combattant des monstres montés sur des sangliers géants ? Comment ne pas penser à Okami lorsque notre héros se transforme en loup ? Au début limitée à certains passages clés de l’histoire, cette transformation deviendra ensuite la pierre angulaire de votre aventure, puisque visiter le royaume de l’ombre pour trouver certains objets ou personnages cachés ne sera faisable que sous cette forme. Plus qu’un gadget, ces phases spéciales permettent de changer radicalement la manière de jouer en octroyant au joueur des contrôles totalement différents de ceux présents habituellement. En temps normal, la maniabilité reste très proche de celle utilisée dans Ocarina of Time et Windwaker. Vous serez ainsi libre d’assigner différents objets de votre inventaire aux touches X et Y, tandis que la touche B sera dévolue aux attaques classiques. Pour les actions contextuelles, vous devrez avoir recours à la touche A. Enfin, le stick C (réservé à l’utilisation d’items sur N64) vous permettra de modifier l’angle de vue. Cette jouabilité déjà éprouvée s’avèrera parfaitement adaptée durant les combats, avec une touche de lock facilitant grandement vos déplacements. Au fil des heures de jeu, vous aurez l’occasion de rencontrer un étrange maitre d’armes qui vous enseignera de nombreuses techniques d’une grande puissance, utilisables en combinant diverses touches. Vous deviendrez ainsi de plus en plus puissant à mesure que le gameplay gagnera en richesse… Depuis Ocarina of Time, le son a toujours eu une importance capitale dans la progression. Ici, Link troque son ocarina contre des herbes qu’il pourra utiliser pour siffler différents airs, et ainsi déclencher des événements comme appeler Epona ou un faucon. Sous sa forme canine, l’utilisation de ces herbes laissera la place à un hurlement poignant d’émotion qui sera nécessaire pour faire apparaitre le maitre d’armes susnommé… L’émotion, un mot auquel ce nouveau Zelda donne un tout nouveau sens. Comment ne pas tomber béat d’admiration devant l’immensité des plaines d’Hyrule, la finesse des décors, les somptueux effets visuels qui vous en mettront constamment plein la vue… On serait presque tenté de dire que les développeurs en ont trop fait si le résultat n’était pas aussi magnifique, féérique. L’univers de ce Twilight Princess reprend les grandes thématiques présentes dans Ocarina of Time, tout en les sublimant grâce à la technologie 128 bits. Les donjons n’en seront que plus grandioses, et le charisme des différents protagonistes s’en trouvera exacerbé. Dans ces conditions, difficile de se résoudre à quitter ce monde merveilleux une l’aventure terminée. Que les plus pessimistes se rassurent : à la quête principale déjà gigantesque, se grefferont une pléthore de quêtes annexes venant porter la durée de vie du soft vers des sommets rarement atteints auparavant. Le déroulement de l’histoire ainsi que l’alternance des différentes phases de jeu vous feront entrer dans une autre dimension, où les heures se transformeront en minutes et les minutes en secondes.
  11. RomStation

    Grand Theft Auto 2

    Utilisant le même moteur que son aîné, ce second épisode vous plonge cette fois dans la peau du peu scrupuleux Claude Speed. La principale nouveauté de cette suite directe est l'apparition des gangs. Des groupes aux idéologies suffisamment distinctes pour provoquer de véritables guerres civiles urbaines. Yakuzas, Russes, Scientifiques... Autant de bandes dont il va falloir s'occuper tour à tour. A cette époque, et en adéquation avec un principe très simpliste, les mouvements du héros se limitent encore à la course à pied, à la conduite et à l'utilisation de ses armes. GTA 2 s'articule lui aussi autour d'une architecture divisée en trois segments, du secteur résidentiel au secteur industriel, en passant par Downtown. Cet opus se complait également dans une surenchère de violence symbolisée par un arsenal plus complet : pistolet, mitraillette, lance-flammes, lance-roquettes, grenades, cocktail Molotov, etc. Mais la liste qui gonfle le plus est sans aucun doute celle des véhicules, avec déjà pas moins d'une quarantaine de modèles uniques.
  12. RomStation

    Kuzco : l'Empereur Mégalo

    Kuzco est l'empereur d'un pays Inca magique, un empereur jeune, beau et riche n'ayant qu'un seul défaut : être extrêmement fier de sa personne. Pensant être parfait, il ne se rend pas compte qu'il n'est pas très aimé de son peuple, notamment d'Yzma sa conseillère. Cette vieille femme est en effet jalouse de lui et cherche à l'empoisonner à tout prix. Seulement au lieu de le tuer comme elle le prévoyait, elle le change en lama. Voilà comment Kuzco l'empereur devient Kuzco le lama ! De manière fort classique, le jeu est découpé en niveaux sous découpés en sous niveaux, chacun exploitant un environnement particulier comme un village ou une forêt. Les ennemis sont évidemment typiques de la région traversée même si certains comme les gardes sont récurrents. Chaque ennemi sera ainsi éliminé d'une façon particulière, pour amener le joueur à utiliser rapidement les huit mouvements de Kuzco : le saut pour éviter les trous mortels ou l'eau, la ruade quand Kuzco est immobile, la roulade pour envoyer bouler araignées ou lapins innocents, la charge, le crachat de grains de raisin ou encore le transport de pierres pour débloquer des mécanismes. Quelques combinaisons sont également possibles comme l'attaque en plein saut pour éliminer les gardes du palais. Quelques mini jeux viennent rompre régulièrement la monotonie de l'ensemble : dégommer des lapins paisibles en temps limité à grand renfort de charges, voler ses ballons à un écureuil serviable mais filou, casser au moins une fois par niveau le vélo d'un sale moutard prétentieux, cracher sur un poisson dans une marre... Des épreuves bien défoulantes qui exploitent à merveille le côté irrévérencieux du dessin animé.
  13. RomStation

    Paper Mario : La Porte Millénaire

    Paper Mario : La Porte Millénaire : les fans de la Nintendo 64 ont déjà dû entendre parler du premier épisode, qui, sans prétentions, était un très bon RPG. Le second volet n'est pas une bombe dans le domaine du RPG mais il possède tout de même de sérieux atouts pour vous convaincre. Les grands amateurs de RPG ne seront malheureusement pas totalement comblés étant donné leur grande attente au niveau des jeux. Les graphismes sont comme le nom du RPG l'indique simulent un effet "papier". Le scénario est sans prétention: on ne s'attend pas à quelque chose d'extrêmement travaillé pour les aventures du super plombier moustachu. Le jeu commence très simplement. Princesse Peach a trouvé une carte au trésor et envoie une lettre à Mario pour qu'il vienne la rejoindre. Jusque là, rien de bien difficile à comprendre. Mario prend donc le bateau pour rejoindre sa promise et pour l'aider dans sa quête hasardeuse. Mais arrivé là-bas, Peach a disparu. En effet, la demoiselle en détresse s'est fait capturer! Et Mario va encore devoir la délivrer. Scénario prévisible, n'est-ce pas ? Je vous l'accorde, mais c'est ce simple détail qui fait tâche sur l'histoire. Muni de son courage et de la carte qui regroupe l'emplacement des 7 gemmes, Mario va devoir les trouver avant que Bowser et les autres ne mettent la main dessus. Les 7 gemmes réunis, la porte millénaire s'ouvrira et il pourra sauver Peach. Les personnages sont nouveaux, nombreux, variés et attachants. Qui ne tomberait pas sous le charme des pouvoirs de certains d'entre eux ? Qui ne craquerait pas pour Yoshi Rebel, le petit Yoshi version punk ? La force de ce Paper Mario réside aussi là-dedans. Grâce à ses personnages, nous avançons dans le jeu, confiant, et leurs importants pouvoirs divers et variés sont très amusants. Mario quant à lui sera maudit, vous pourrez vous transformer en avion en papier, etc. Une aubaine car il ne fera pas sa mission seul pour une fois ! En fonction des personnages que vous aurez, choisissez vos préférés et faites-vous une petite équipe sympathique et conviviale. Outre les capacités avantageuses des personnages, chacun possède sa personnalité et son rôle (plus ou moins) important dans le jeu. Si vous oubliez un personnage, vous ne pourrez pas avancer, car à chaque personnage acquis, son pouvoir spécifique devra être utilisé pour avancer dans la trame de l'histoire. Le système de combat est assez commun par rapport aux autres Classical-RPG mais il rajoute une petite touche d'originalité avec la présence d'un public. Ce dernier rajoutera des dégâts à l'ennemi ou même à vous lorsque l'un ou l'autre fera des coups critiques. A noter que les ennemis sont visibles, vous pourrez donc les éviter en toute liberté. Les décors sont très beaux et le jeu vous paraîtra enfantin en apparence. Les dessins sont variés, riches en couleurs, en luminosité: on voudrait y vivre et refaire le jeu de nombreuses fois pour profiter de ces paysages si réussis. Le boss de fin, si je puis dire, est assez dur et c'est là que vous verrez que Paper Mario n'est pas un jeu simple et enfantin. Plusieurs bosses et rebondissements sont aux rendez-vous. L'humour est également omniprésent par l'intermédiaire de Bowser, le maître en la matière. Des quêtes spéciales, amusantes et drôles vous seront proposées. Des situations cocasses aussi, tant qu'on y est. Paper Mario: la Porte Millénaire est donc un excellent RPG, et innove par rapport à tous les autres Mario. Malgré quelques lacunes, le jeu est vraiment excellent, je vous le conseille vivement. De quoi passer un bon moment en compagnie de Mario, en amélioré si le terme y est approprié.
  14. Après avoir marqué toute une génération de joueurs au début des années 90, l'inoubliable The Legend of Zelda : A Link to the Past est à nouveau sous le feu des projecteurs sur une Gameboy Advance qui s'apparente de plus en plus à une Super Nintendo de poche. Alors que ces recyclages à répétition de Nintendo en agacent certains, les autres risquent bien d'être ravis de découvrir (ou redécouvrir) ce titre mythique que beaucoup considèrent encore comme le meilleur épisode de la série. Accompagnée d'un excellent mode Multijoueur coopératif intitulé Four Swords, la petite cartouche contenant les aventures de Link risque donc de séduire un très large public une fois de plus, car force est de constater que la magie opère toujours.
  15. RomStation

    Luigi's Mansion

    Que faire lorsque Mario disparait au moment de la sortie d’une console Nintendo ? Facile, il suffit de faire appel au frangin Luigi. La famille, c’est là pour ça ! Une fois n’est pas coutume, le plus célèbre des plombiers n’était donc pas présent au line-up de la Gamecube, se faisant ainsi voler la vedette par son frère. Ce dernier a en effet gagné un château perdu au milieu de la forêt. Malheureusement, en arrivant sur les lieux, notre héros va très vite se rendre compte que la grande demeure est hantée. Comble du malheur, le brave Mario habitué à sauver le monde semble être prisonnier des lieux. Livré à lui-même, Luigi va devoir tout faire pour débarrasser le manoir de ses habitants inhospitaliers tout en secourant son frère en détresse. Pour cela, il sera heureusement aidé par le professeur Karl Tastroff qui lui fournira un aspirateur à fantômes. La méthode pour utiliser cet accessoire est simple. Vous devez tout d’abord éclairer l’ectoplasme à l’aide de votre lampe torche pour l’immobiliser et faire apparaitre son cœur. Une fois cette manœuvre effectuée, vous pourrez alors l’aspirer tout en utilisant le stick C dans la direction opposée à celle où se dirige votre adversaire. Attention toutefois, car certains d’entre eux nécessiteront de se creuser les méninges pour faire apparaitre leur cœur. Chaque partie du manoir sera gardée par un boss que vous devrez occire pour passer à la suivante. Chaque fantôme aspiré se retrouvera dans un tableau affiché au sein d’une galerie que vous pourrez arpenter à votre guise. Vous l’aurez compris, le soft est doté d’un gameplay original et novateur qui apportait à l’époque une véritable bouffée d’air frais au genre. Le plus gros point fort de ce Luigi’s Mansion réside toutefois dans la haute interactivité avec les décors. Quasiment TOUS les éléments peuvent ainsi être aspirés, avec des effets vraiment splendides : nappes, bougies, poussière, toiles d’araignées, lustres… Rien ne sera à l’abri de votre folie aspiratrice. Cela peut passer pour un détail mais dans la pratique, cette liberté procure un fun sans limite tant et si bien que l’on se surprendra à aspirer tout et n’importe quoi juste pour le plaisir. D’ailleurs, aspirer des fantômes élémentaux pourra vous permettre d’interagir avec le décor, en recrachant par exemple des flammes pour allumer une bougie. Globalement, le jeu représentait à l’époque une véritable claque graphique. En plus de cette interactivité poussée à son paroxysme, la modélisation des personnages et les magnifiques décors donnent au soft un aspect très cartoon jurant avec l’atmosphère se voulant assez sombre et stressante. D’ailleurs, on appréciera de voir Luigi tout sauf rassuré au fil du jeu, la jaquette du titre étant parfaitement représentative de l’état d’esprit de notre héros. Les nombreux effets spéciaux, allant de la poussière volant majestueusement aux splendides effets de lumière (la lampe torche en tête) contribuaient grandement à faire de Luigi’s Mansion une démo technique pour la Gamecube, puisqu’aucun jeu PS2 n’avait à l’époque atteint un tel niveau de détail. Acoustiquement parlant, on est une fois encore dans le haut de gamme puisque les musiques discrètes et les voix très réussies permettront de se plonger sans retenue dans les profondeurs du manoir. Le challenge offert par ce nouveau volet de la saga Mario pourra en décevoir certains. On est en effet bien loin de la difficulté d’un Mario Bros. Cependant, capturer tous les fantômes du manoir demandera un temps considérable aux chasseurs en herbe, qui ne lâcheront leur pad Gamecube qu’une fois cette noble quête menée à bien.
  16. RomStation

    Paper Mario

    Paper Mario initie son excellente série sur Nintendo 64, où il tranche alors avec ce que l'on connaissait à l'époque, tant visuellement qu'au niveau de son gameplay. Déjà à l'aube des années 2000, on commençait à en avoir marre des suites à rallonge du plomber moustachu en salopette. Voir arriver un jeu comme Paper Mario était donc une belle bouffée d'air frais. Toutefois, ce n'est pas la première incartade de Mario dans le monde du RPG puisque Squaresoft nous avait déjà pondu un génial Mario RPG sur Super Nintendo (malheureusement jamais arrivé jusqu'en Europe). Tout va mal au Royaume Champignon ! Une fois de plus, Mario doit sauver la princesse Peach des griffes de l'infâme Bowser. Ce dernier a également pris possession des sept Esprit Etoiles, qui le rendent alors invincibles. Vous devez alors libérer un à un ces esprits afin de pouvoir enfin le vaincre. Le scénario n'est clairement pas à la hauteur d'un RPG classique - surtout à une époque c'est Final Fantasy qui tient le haut du pavé. Toutefois, le ton naïf et l'humour omniprésent lui donnent un cachet loin d'être déplaisant. Paper Mario est principalement un jeu de rôles. Je dis principalement car il garde un léger côté plates-formes, puisque Mario peut sauter (tout de même, il faut garder les bonnes habitudes !), histoire de plus facilement fouiller des décors qui ruissellent de secrets. Le jeu alterne donc entre des phases de discussion, d'exploration, le tout entrecoupé de phases de combats. Ces dernières ne sont pas aléatoires puisque l'on voit les adversaires nous foncer dessus. A nous alors de leur donner un coup de marteau au bon moment histoire d'avoir l'avantage. Car oui, Mario reprend le marteau qu'il avait délaissé depuis l'époque de Donkey Kong au début des années 1980, pour en faire un usage tellement intensif qu'il deviendra rapidement l'emblème de la série Paper Mario. Les combats se font au tour par tour, dans la plus pure tradition des RPG. Tout est simplifié, permettant aux personnes ne connaissant pas ce genre souvent rebutant mais alors en pleine vogue de s'y retrouver rapidement. Et pour les vieux briscards, l'ensemble fonctionne également à merveille. Rapidement dans le jeu, on récupèrera de nouvelles capacités qui nous permettront de contrer les attaques adverses ou d'augmenter les dégâts, en appuyant simplement sur une touche pile poil au bon moment. Cet ajout d'une dose de réflexes apporte énormément de dynamisme aux combats, et sera bien entendu largement réutilisé dans les épisodes ultérieurs. Côté équipement, c'est également très simplifié puisque l'on utilise un système de badges qui confèrent des pouvoirs particuliers. A vous de les trouver, il y en a environ 80 disséminées un peu partout dans le jeu ! La réalisation de Paper Mario est très correcte. Ce n'est pas une prouesse technique, mais le mélange de 3D avec des personnages en 2D fait merveille au niveau de la direction artistique. Voir évoluer ces personnages aussi épais qu'une feuille de papier est à la fois drôle et sympathique. Paper Mario pose les bases d'une série qui ne cessera de proposer des jeux excellents. Il n'a pas pris une ride.
  17. RomStation

    Dragon Quest I & II

    Dragon Quest I.II est une compilation sur Super Nintendo des deux premiers épisodes de la célèbre série de jeux de rôle. Dragon Quest I : Il y a bien longtemps, à une époque où le mal régnait sur le monde, et où l'humanité vivait dans la crainte, vint Roto, le légendaire héros. Il redonna l'espoir au monde et ramena la paix avec la sphère de lumière. Après avoir vengé son père et mis un terme à sa quête, Roto reprit sa route, devenant un mythe pour les générations futures. Mais la paix ne plut pas à tous... Las de son existence, un mage mystérieux fit la rencontre d'un dragon. Il s'aperçut avec étonnement qu'il était capable de le contrôler, et de l'utiliser pour dominer le royaume. C'est ainsi qu'il se fit appeller le Lordragon, et qu'il enleva la princesse du royaume, après avoir mis à feu et à sang tout ce qui se trouvait sur son passage. Vous incarnez le descendant de Roto. Fier guerrier, vous décidez de mettre fin aux agissement du Lordragon. Après avoir pris audience auprès du roi, désespéré et ayant perdu ses meilleurs soldats, il vous confit le sort du royaume, ainsi que celle de sa charmante fille Laura. Aurez-vous le courage de la sauver, et d'affronter l'émissaire du mal, dont la force égale celle des dragons ? Dragon Quest II : Il y a 100 ans, le sinistre Lordragon voulut soumettre le roi et imposer un règne de terreur. C'est alors qu'apparut le descendant du légendaire héros Roto. Ce brave guerrier ramena la paix dans le monde, et partit fonder son propre domaine aux côtés de la princesse Laura. Avant sa mort, il fonda trois royaumes, chacun dirigé par l'un de ses descendants. La paix dura un temps, jusqu'à l'apparition d'un sorcier nommé Hargon. Après avoir mis à feu et à sang le château de Moonbrooke, il disparait, laissant le monde dans la crainte de sa nouvelle apparition. Le seul survivant de ce massacre, un soldat de la garde royale, prévient alors le prince de Laurasia de cette terrible nouvelle... Seul le pouvoir réuni des trois descendants de Roto pourra venir à bout de cette puissance incontrôlable! Il est temps de partir à l'aventure ! Vous incarnez le prince de Laurasia, et devrez retrouver le prince de Sumaltria et la princesse de Moonbrooke. Il sera alors temps pour les trois descendants du légendaire Roto d'affronter leur propre destin. Une longue quête visant à vaincre Hargon débute! Serez-vous de taille pour le défier ?
  18. RomStation

    Crash Team Racing

    Après s'être distingué sur la Playstation de Sony, le personnage de Crash s'est construit une certaine popularité auprès des joueurs, au même titre que des références telles que Mario ou Donkey Kong. Mais avant de pouvoir s'afficher fièrement aux côtés des autres grands du jeu de plates-formes, une des étapes obligatoires est certainement d'avoir son propre jeu de kart. C'est désormais chose faite grâce à la sortie de Crash Team Racing. Toute l'équipe s'est réunie pour l’événement. On retrouve avec grand plaisir notre héros Crash, mais également tous ses amis et ennemis : Polar, Pura, Dr Neo Cortex, etc. Tous se sont alliés pour vaincre Nitros Oxide, un extra-terrestre belliqueux qui veut transformer la Terre en parking si personne n'est capable de le battre à la course. C'est donc à cette rude tâche que vous devrez vous atteler au travers des cinq mondes proposés par le jeu. Crash Team Racing n'innove pas particulièrement dans son domaine, mais le soft a le mérite d'offrir une réalisation exemplaire pour le support et un gameplay éprouvé qui n'a rien à envier aux meilleurs titres du genre.
  19. RomStation

    Yu-Gi-Oh! : Duel des Ténèbres

    Yu-Gi-Oh! Duel des Ténèbres est un jeu de réflexion sur Gameboy Color qui propose des duels de cartes au tour par tour par créatures interposées. Vous avez même la possibilité de créer vos propres cartes de combat que vous pouvez ensuite échanger avec vos amis.
  20. Au début des années 90, le jeu incontournable en arcade c'était Street Fighter II. Sa déclinaison sur Super Famicom ayant fait vendre des tonnes de machines, Capcom décida de s'attaquer à la Megadrive, très présente sur le marché américain. A cette annonce, les fans de Sega furent aux anges, plus question de se compromettre à acheter la machine de l'ennemi pour se tataner avec Ryu et Ken. Alors quid de cette version sur la machine de Maître Sega? Et bien, cette version, tout comme la version Super Nintendo, est on ne peut plus fidèle au jeu originel. Etonnant pour une machine censée être inférieure ! Les combattants sont tous là, et les sprites et décors sont aussi jolis que ceux de la version SFC. Seuls les bruitages et musiques sont légèrement en dessous. Pour le reste, tout y est, jugez par vous même ! De plus, cette version étant basée sur SFII SCE sur CPS1, vous pourrez jouer avec les boss (Sagat, Balrog, Vega, M.Bison), chose impossible sur la version SFC, celle ci étant basé sur SFII The World Warrior, qui ne comprenait pas cette option. Cette fois, c'est au tour des possesseurs de Super Nintendo de taper du pied ! Seul défaut de cette version Megadrive, il vous faudra une manette 6 boutons pour profiter pleinement du gameplay du jeu, la manette 3 boutons vous obligeant à switcher avec la touche Start entre les poings et les pieds. D'ailleurs, un pack console + jeu + 2 manettes 6 boutons était sorti à l'époque et fera des collectionneurs heureux! Cette version MD est donc aussi réussie que son ainée, ce qui encouragera Capcom à sortir d'autres versions, notamment sur PC Engine, mais aussi sur Atari ST, Amiga, PC...Donc quelque soit la version, Street Fighter II est définitivement un titre culte à posséder obligatoirement dans sa ludothèque.
  21. RomStation

    Sonic the Hedgehog 3

    Pour ce troisième volet, la Sonic Team a sorti l'artillerie lourde et on peut dire que ça en jette à tous les niveaux. Comme pour Sonic 2, un nouveau personnage fait son apparition, cette fois ce sera Knuckles, qui pointera son museau plusieurs fois dans le jeu. Si graphiquement la différence n'est pas si importante qu'entre Sonic 1 et 2, les améliorations sont bien là. Mais ce qui frappe c'est surtout la formidable richesse du jeu. Désormais ce n'est pas moins de 10 gigantesques zones qui vous attendent (chaque acte est probablement trois à quatre fois plus long que dans Sonic 2). C'est même le seul Sonic où l'on peut venir à manquer de temps. Comme pour en rajouter encore, chaque acte inclut au moins un boss intermédiaire, alors qu'auparavant seul le dernier acte de chaque zone en comportait un. Autre innovation, il existe désormais 3 types de boucliers, chacun vous donnant droit à une capacité supplémentaire. En plus des traditionnels bonus stages en 3D isométrique, ce nouveau volet ajoute deux types de niveau bonus uniquement destinés à vous rapporter un max d'anneaux. A noter que le mode 2 joueurs a été totalement refait, il propose désormais 5 niveaux dédiés bien plus convaincants que dans Sonic 2.
  22. RomStation

    Metal Gear Solid : The Twin Snakes

    En manque de produits d'appel en provenance d'éditeur-tiers, Nintendo regardait avec convoitise le Metal Gear Solid de Kojima, comme à l'époque le Resident Evil de Mikami. Par un échange de bons procédés avec plein de zéros derrière, Solid Snake est alors matérialisé sur GameCube, grâce aux efforts conjoints de Konami, bien sûr, mais aussi de Silicon Knights, l'équipe canadienne à l'origine d'Eternal Darkness. Ainsi le serpent a élu domicile dans un nouveau jardin. Ceux qui craignent de rencontrer une I.A. à la traîne peuvent se rassurer, les gardes de Shadow Moses sont aussi malins voire plus qu'à l'époque de Sons of Liberty. Dans les faits, ils n'hésitent plus à envoyer des grenades dans le trou à rat qui vous servait de cachette, à venir en groupes pour vous stopper bien calés derrière leur bouclier pare-balles, et à s'enquérir de tout ce qui leur paraît suspect. Les nouveaux venus seront certainement mis à mal, le temps d'assimiler les codes de l'infiltration façon MGS. Heureusement, l'actualisation du gameplay profitera aussi à Solid Snake, notamment grâce au passage en vue subjective et au flingue anesthésiant. Le fils de Big Boss peut également passer d'un côté à l'autre d'une rambarde, s'y suspendre, faire des roulades, tenir en joue, collectionner les dogtags... Bref, toute la panoplie du nouveau Snake dans les environnements du premier MGS.
  23. RomStation

    Dino Crisis

    Si la saga Resident Evil peut remercier des cinéastes comme George Romero, le père des zombies à l'écran, Dino Crisis se doit de saluer Steven Spielberg et Michael Crichton pour Jurassic Park. Les cadavres ressuscités de Capcom laissent en effet place à des créatures aussi éteintes qu'agressives : vélociraptors, ptéranodons, compsognathus et tyrannosaures. Les lieux visités sont nombreux et vous passerez pas mal de temps à explorer les méandres de la base, à la recherche du professeur Kirk, soupçonné d'être à l'origine de tout ce barda. Le scénario offre de plus quelques embranchements différents suivant vos choix lors de certains dialogues. Si le gameplay reste très similaire à celui d'un Resident Evil, on note cependant quelques spécificités plus axées sur l'action. Car vos assaillants sont véloces, et vous devrez l'être tout autant pour espérer leur survivre. Ainsi, il vous est par exemple possible de garder l'arme au poing tout en vous déplaçant. A côté des combats, le jeu propose également sont lot d'énigmes qui, bien que nombreuses, ne sont pas pour autant difficiles. On commence en douceur par la classique quête des clés qui permettent de progresser dans des nouvelles parties de la base, puis on glisse vers des puzzles un peu plus complexes : associations de mots, combinaisons numériques, etc.
  24. RomStation

    Dragon Ball Z : L'Héritage de Goku II

    L'histoire s'étalera cette fois de l'arrivée de Trunks au Cell Game (saga des cyborgs). Le tout commence en s'appuyant sur les événements de l'excellent OAV : Trunks the Story. Son Gohan se fait assassiner par les cyborgs C17 et C18 et Trunks n'aura d'autre recours que de partir dans le passé pour changer le cours de l'histoire. Ainsi, vous incarnerez à tour de rôle Son Gohan, Piccolo, Trunks, Vegeta et Goku, chacun ayant un niveau de puissance différent et des attaques spécifiques comme la fameuse attaque Big Bang de Vegeta ou le Genkidama de Goku. Bien que l'histoire soit extrêmement fidèle à la série, les développeurs ont dû trouver des astuces pour rallonger la durée de vie et faire en sorte que les personnages évoluent de manière limpide. On pourra donc effectivement sourire en voyant que Gohan peut se faire tuer par un serpent ou un ours au début, mais il faut tout de même savoir faire des compromis. Et nous voilà donc partis pour une multitude de combats pour gagner de l'EXP et ainsi de la vitesse, de la force, etc. En plus de ceci vous devrez réussir plusieurs objectifs, soit pour progresser dans l'aventure, soit pour gagner de l'Expérience. Toutes les missions ne sont pas obligatoires, mais les remplir s'avérera bien utile sachant que la difficulté est assez élevée.
  25. RomStation

    Capcom vs. SNK : Millennium Fight 2000

    Capcom vs. SNK: Millennium Fight 2000 propose de faire s'affronter les personnages de Capcom et de SNK en solo ou en équipe de deux, trois ou quatre personnages en choisissant le système de combat de chaque équipe parmi deux disponibles.