Annatar78

La Taverne de Socrate, venez débattre !

Messages recommandés

bonjour a vous , n'ayant pas fait l'effort de tout lire je ne sais pas si ce que je m'apprête a dire a était dit x)

 

 

je pense que  l'art est quelque chose qui se considère par la difficulté ou la beauté relative (ou même un autre aspect ) d'un objet , d'une action ou tout se qui peut pour chacun d'entre nous se caractérisé comme tel réalisé par l'homme ou la nature . Certaine personnes peuvent parlé de l'art de peindre , comme d'autre de l'art d'assassiner (exemple très extrême je le reconnais ) . Pour moi le fait qu'Herman li fasse de la guitare a son niveau , c'est de l'art , un joueur de monster hunter qui fait un temps remarquable sur une telle ou telle quete avec élégance je peut considéré ça comme de l'art , une danseuse de capoeira , je considère ça comme de l'art vue que j'en suis incapable ^^ .

 

 C'est dans ce contexte que je pense avoir apporté ma maigre réponse a ta question gaga .  en tous cas elle me suffit pour le moment x) . bonne journée a vous ^^

Modifié par LightNight

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est dans ce contexte que je pense avoir apporté ma maigre réponse a ta question gaga .  en tous cas elle me suffit pour le moment x) . bonne journée a vous ^^

enfaite, c'était surtout pour répondre au com précédent que je lui posais la question, je n'avais pas forcément besoin d'une réponse... il existe plusieurs réponses que les philosophes ont avancé sur le sujet, mais notre ami Nehpro ne pouvais pas avancer ce qu'il dit sauf s'il considère une définition particulière de l'Art!

Je lui ai juste prouvé qu'il y en a d'autres et donc que son résonnement était peut-être faux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

https://www.youtube.com/watch?v=MjKfxnF9go0

(Pour un exemple de musique, qui, selon moi, est tout à fait approprié à transmettre des émotions. Oui, cela vient de mon jeu favori...)

 

 

Je ne vais pas approfondir trop sur le jeu vidéo en tant que vecteur d'émotions ; simplement quelques remarques. Comme la dimension d'industrie du jeu vidéo me semble encore plus prononcée que pour d'autres médias, j'ai du mal à le considérer "totalement" comme un art, mais je ne crois pas qu'il ait besoin de cette dimension puisque la plupart des jeux vidéos, intrinsèquement, empruntent à d'autres médias : par la bande-son et l'histoire narrée comme cela déjà été dit, par la direction artistique choisie pour donner un certain aspect graphique au titre, par l'aspect cinématographique même qu'il peut prendre.

Je pense aux Metal Gear et à leur propension aux longues scènes cinématiques, ainsi que la façon dont ils sont présentés.

 

Maintenant, j'aimerai me pencher sur la question du choix qui a été soulevée, comme je ne pense pas qu'une exposition quelque part puisse représenter un caractère officiel pour trancher avec certitude si les choix participent de l'essence du jeu vidéo- d'autant plus que Pisha parlait bien de réalité du choix, sur ce quoi je vais revenir. Pour resituer la chose, je choisis donc (trait d'esprit moisi volontaire) la définition donnée par le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales, site que je vous recommande d'ailleurs pour vos besoins en sémantique, vocabulaire et étymologie :

 

Action de choisir, de prendre quelqu'un, quelque chose de préférence à une ou plusieurs autres.

C'est donc la sélection d'une option parmi plusieurs possibles, action à laquelle je rajouterait une notion de temporalité (il y a bien un moment où le choix n'est plus disponible) et comme tu l'as mentionné, Nephro, la notion de conséquences.

Mais si on s'en tient à cette définition "technique", alors certes, rare est le jeu vidéo où il n'y a pas de choix. Dès Pong, j'ai le choix de bloquer ou non le carré sournois qui m'arrive d'en face, je peux rester complètement immobile (et donc laisser gagner mon adversaire). Dans une multitude de jeux, j'ai le choix, purement cosmétique, d'utiliser différents costumes pour mon personnage. Dans la série Golden Sun, je peux répondre oui ou non aux dialogues.

 

Oui mais, quelle est la portée, la réalité, bref, la substance du choix ? Si je dis oui ou non dans un Golden Sun, cela changera deux ou trois lignes de dialogue, puis on n'en fera jamais plus mention, l'attitude des personnages ne changera pas à mon égard, le monde dans lequel j'évolue n'en sera pas changé. Je peux être 100% Sith ou Jedi dans KotOR, et choisir à la fin de revenir directement de l'autre Côté de la Force, comme si mes choix précédents n'avaient eu aucune conséquence sur la personne que je suis (et c'est assez croustillant de pouvoir jouer le sauveur drapé de lumière, après avoir massacré le Peuple des Sables ou tué le progéniteur d'une planète neutre, pour exemples).

Sûr qu'en utilisant des bugs exploit et des programmes de triche, on peut se créer une liberté d'action supplémentaire, comme utiliser un code pour traverser les textures dans Fallout 3... Mais est-ce bien l'auteur qui nous l'offre ou nous qui l'insérons, un peu artificiellement dans le jeu ? Je dois avouer être assez intrigué par ta façon de vivre un RPG, qui me semble vider son essence.

Modifié par Aronaar

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dois avouer être assez intrigué par ta façon de vivre un RPG, qui me semble vider son essence.

je suis purement d'accord avec toi, le fait que le développeur ne l'as pas intégré au jeu, c'est soit qu'il ne l'as pas pensé comme sa, soit il y a pensé mais c'est trop compliqué pour lui (donc un bon ajout)

 

donc dans le 1er cas, il y a encore 3 choix, soit c'est quelque chose qui rajoute de l’intérêt (donc peut fortement casser ce que veut faire ressentir le développeur au travers du jeu...), soit c'est purement "esthétique" et la, c'est un "bon" ajout, 

 

après le dev peut-être un peu con ou autre mais...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand je lis qu'il y a du choix dans Tetris, je rigole.

Oui, on a le choix de gagner ou de perdre, d'être bon au mauvais en somme.

On a le choix de voir le meilleur endroit pour poser ses petites briquettes ou de ne pas le voir et de foirer. C'est pas ça un choix, ça c'est juste gagner de meilleures mécaniques et performances de jeu. Tu es quand même complètement dirigé et contrôlé dans tes actions par la mécanique du jeu elle-même et le but à atteindre.

Et c'est toute l'illusion du jeu vidéo : te faire croire que tu contrôles, que tu décides, que c'est toi le patron et que c'est toi qui pilote. Mais non non, c'est les développeurs qui pilotent, parce que quand ils créent le gameplay, ils créent ta façon de jouer avec. Et oui, c'est vrai, y aurait quelques variantes d'un joueur à l'autre, mais elles influent si peu sur le jeu en lui-même. Je rejoins assez la position d'Aro sur le sujet.

Mais attention, la question du choix m'intéresse vachement : j'ai vraiment apprécié Life is strange pour ça parce que l'illusion est vraiment réussie, un véritable tour de magie ce jeu, à ce niveau-là.

 

Et si, en jouant un RPG, tu ne t'intéresses ni aux dialogues, ni aux persos, ni à l'histoire, je me demande juste pourquoi.

Parce que là tu passe à côté de tout.

Modifié par Pisha

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"L'art n'est pas le moteur de l'émotion"
[...]
"Le jeu vidéo est l'art qui offre la liberté, le fait qu'il soit moteur d'émotions définit donc son essence."

 

Lèl, se contre-dire en un seul message est un exploit rare.


Sinon, pour ma part, Je ressens autant d'émotion dans un jeu que dans d'autres formes d'art car le jeu vidéo arrive justement à combiner plusieurs médiums. Par contre, de là à dire que c'est l'art ultime ne dépend que des points de vue. Bonus, ce que pense Yoshitaka Amano de la question: "Pour ma part, je pense que le jeu vidéo est à l'équilibre entre création artistique et activité ludique. Si on ne le considère que comme un art, on risque de perdre de vue cette notion de loisir, de la distraction qu'il procure. Il reste à la frontière des deux, et c'est très bien ainsi."

Modifié par NickHarwitt

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité LordDagan

Ce n'est même pas la contradiction qui m'interpelle, mais bien de dire que le jeu-vidéo est l'art qui offre la liberté. C'est bien sur complètement faux. Si l'on lorgne du côté de la littérature : les LDVELH existent depuis belle lurette. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ajouterai que de plus, tu as la liberté d’apprécier l'art de la façon que tu veut! tu peut lire dans un sous-marin ou couché à l'envers (ou les 2) et celà changera grandement (ou pas), ton appréciation de celui-ci!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Et si on part de l'aspect création, l'écriture en elle-même est un art qui offre la liberté, tout comme le dessin, la modélisation et j'en passe.

 

Toute forme d'art, je pense, s'il l'on ne considère que l'aspect création, offre une liberté que seule la créativité de l'artiste peut freiner. Dans le sens ou on l'entend plus haut, c'est à dire en tant que consommateur d'art, la liberté s'arrête à la vision artistique que l'auteur nous propose. La liberté, dans le jeu-vidéo, s'arrête là ou les limites du scénario/de l'histoire ou de l'aspect narratif, prend fin. Il n'est pas possible d'aller au delà, de faire des choix qui n'ont pas été prévus, exploités. Deux personnes peuvent apprécier différemment un jeu-vidéo mais leur impression, au final ne sera pas très éloigné l'une de l'autre car les limites de l’œuvre reste les mêmes pour tous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 Deux personnes peuvent apprécier différemment un jeu-vidéo mais leur impression, au final ne sera pas très éloigné l'une de l'autre car les limites de l’œuvre reste les mêmes pour tous.

Alors la pas du tout d'accord!

Certains trouvent plus amusant de casser ces limites pour en faire un nouveau jeu qui (pour eux) est plus amusant que le jeu original (mais en s'imposant quand même des limites):

  • Les speedrunners doivent utiliser le maximums de bugs (ou pas) pour finir le jeu le plus vite possible (même si le jeu était censé être "reposant" ,"poétique" et que le dévellopeur voulais que le joueur prenne son temps pour explorer par ex... (par exemple: zelda OOT: le jeu est fini sans passer par la plus part des lvls...)
  • Les hackeurs/modeurs: ils peuvent rajouter des nouveaux modes de jeux ou des features que le développeur n'a pas intégré...
  • Je voit que tu as joué à shenmue (je m'avance surement beaucoup en le disant car je n'y ai pas joué...) mais il me semble que chacun peut jouer comme il veut, tu peut très bien faire les quêtes principales ou que les quêtes secondaires et se promener ou juste se balader dans la ville.

    (autre exemple:) je suis allé à une conférence et un type disais que sa femme n'aimais pas les jeux mais qu'elle a essayé skyrim et à adoré! MAIS ce qu'elle fait dans le jeu? elle fait la cueillette et des potions qu'elle range dans l’armoire...  (comme quoi on peut s'amuser de pleins de façons que le dev n'aurais jamais pensé!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et de plus, comme dirait l'autre : Les goûts et les couleurs ça ne se discute pas :p
Même si les avis subjectifs auront des point globaux en commun, il y aura toujours des appréciations qui diffèrent, des petits détails des fois, même le "pourquoi du comment" on aime cela ou ceci,...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

  • Les speedrunners doivent utiliser le maximums de bugs (ou pas) pour finir le jeu le plus vite possible (même si le jeu était censé être "reposant" ,"poétique" et que le dévellopeur voulais que le joueur prenne son temps pour explorer par ex... (par exemple: zelda OOT: le jeu est fini sans passer par la plus part des lvls...)
  • Les hackeurs/modeurs: ils peuvent rajouter des nouveaux modes de jeux ou des features que le développeur n'a pas intégré...

 

Le speedrun, dans un sens, ne respecte plus l'oeuvre original car il cherche à en exploiter les failles. C'est encore pire pour les "modeurs" qui dénaturent totalement l'oeuvre original. On se réapproprie l'oeuvre mais le résultat n'est pas forcément concluant. C'est un peu comme si toi tu rajoutais quelques éléments sur la Jaconde. Je ne dis pas que moder n'est pas bien mais est-ce de l'art que de modifier à sa convenance une œuvre qui ne nous appartient pas au départ ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le speedrun, dans un sens, ne respecte plus l'oeuvre original car il cherche à en exploiter les failles. C'est encore pire pour les "modeurs" qui dénaturent totalement l'oeuvre original. On se réapproprie l'oeuvre mais le résultat n'est pas forcément concluant. C'est un peu comme si toi tu rajoutais quelques éléments sur la Jaconde. Je ne dis pas que moder n'est pas bien mais est-ce de l'art que de modifier à sa convenance une œuvre qui ne nous appartient pas au départ ?

ok tu n'as pas tord, je voulais prendre des exemples extrêmes mais je me suis foulé la cheville jusqu'au coude dedans...

n’empêche que l'exemple de l'open world n'est alors pas faux

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En général quand tu utilises des mods ou que tu pars dans du speedrun, c'est quand tu as épuisé le jeu jusqu'à la moelle et que tu l'as apprécié, est ce un non respect ou une manière d'approfondir son expérience du jeu ainsi que les capacités de celui ci que de se lancer dedans? Je vais prendre un exemple, Counter Strike qui n'était qu'un mod de Half Life est devenu le fps le plus populaire qui a su rester présent depuis des décennies et qui apporte aujourd'hui un grand intérêt à l'esport. Tout est une question du ressenti du développeur. Libre à lui de voir ça comme un non respect à son oeuvre ou comme une manière des fans de toujours pousser plus loin l'expérience du jeu tout en ayant la possibilité de ré apporter sa pierre à l'édifice par la suite. Je ne pense pas qu'on puisse comparer ça à la Joconde, les domaines sont beaucoup trop différents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour tout le monde !

Je me suis fait une réflexion au sujet de la philosophie en tant que "matière scolaire", peux être est-ce par frustration d'avoir toujours été hors sujet en philo mais ma réflexion était celle ci :

Puisque la philosophie est l'art de la pensée comment peut on juger de la pensée d'autruit . Comment un professeur peux noter cela ? Je peux comprendre qu'on puisse évaluer une réflexion par son développement , les arguments, une conclusion etc etc mais l'idée en elle même est propre à la personne.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Puisque la philosophie est l'art de la pensée comment peut on juger de la pensée d'autruit . Comment un professeur peux noter cela ? Je peux comprendre qu'on puisse évaluer une réflexion par son développement , les arguments, une conclusion etc etc mais l'idée en elle même est propre à la personne.

Simplement, comme tu le dit, le développement, si tu arrive à poser les bases de ta théorie et que tu explique de manière facilement compréhensible et avec une suite logique d'argument qui comment de la base à la conclusion

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc c'est plus une histoire de rédaction et non pas de philo. Dans ce cas pourquoi ne pas appeler ça du français vus que c'est ce qu'on y fait aussi , apprendre à organiser une réflexion/argumentation.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc c'est plus une histoire de rédaction et non pas de philo. Dans ce cas pourquoi ne pas appeler ça du français vus que c'est ce qu'on y fait aussi , apprendre à organiser une réflexion/argumentation.

non, le français, c'est la compréhension de texte et la philo est l'argumentation

mais effectivement, les 2 utilisent les bases d'une bonne réflexion/argumentation.

deplus, en français, on te demande de rédiger au tour des idées des textes et en les développant en les réutilisant, en philo, tu es plus libre (tu peut réfuter l'idée ou pas, ou encore développer une autre à partir de celle ci...)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

deplus, en français, on te demande de rédiger au tour des idées des textes et en les développant en les réutilisant, en philo, tu es plus libre (tu peut réfuter l'idée ou pas, ou encore développer une autre à partir de celle ci...)

En une phrase tu explique quelque chose qu'on ne m'a jamais expliqué en 1 an de philo.... ^^

(Je précise que j'étais en étude d'art et non de lettres )

Modifié par istarah

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En une phrase tu explique quelque chose qu'on ne m'a jamais expliqué en 1 an de philo.... ^^

(Je précise que j'étais en étude d'art et non de lettres )

je précise que j'ai fait un bts électrotechnique et j'ai fait que 1/2 an de philo... et que l'on ne m'as rien dit non plus ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La philosophie reste une réflexion personnelle. Comme l'a dit Gaga, tu n'es pas noté sur ta pensée en elle-même mais sur la manière dont tu l'a construite (la façon dont tu propose des arguments, des exemples, ect). C'est un travail intellectuel avant d'être rédactionnel.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et puis les cours de philo tels qu'ils sont donnés au lycée ne te demandent pas véritablement ce que tu penses de toute façon.

Tu étudies les pensées de grands philosophes et leur façon d'argumenter, de développer leurs opinions.

Mais on te demande jamais : alors vazy "qu'est-ce que le beau"? Balance nous ta vision des choses mecs.

Au contraire on te demande de t'appuyer sur ce que tu as appris.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Au moins ça me rassure de savoir que je suis pas la seule à avoir été "balancé" en philo sans aucune explication du comment ça marche ^^

 

La philosophie reste une réflexion personnelle. Comme l'a dit Gaga, tu n'es pas noté sur ta pensée en elle-même mais sur la manière dont tu l'a construite (la façon dont tu propose des arguments, des exemples, ect). C'est un travail intellectuel avant d'être rédactionnel.

Pour poursuivre un peu là dessus la philosophie est a mon sens, LA matière ou il faut tomber sur le "bon" prof. Quand je dis bon je ne parle pas forcément qu'il soit sympa distribue les croissant le matin etc. mais plutôt qu'il soit... Disons compétant et permette un vrai travail philosophique. Autant en mathématique un ou en français, un prof qui "récite du cour" n'est pas forcément gênant (encore que), autant en philosophie un prof qui travail trop autour de texte et se limite a un simple travail d'étude dessus... Disons que ça permettra de faire des jolis dissertation mais pas de la philosophie (enfin selon la définition que je m'en suis faite.) D’ailleurs notre prof nous interdisais de faire des citation dans le seule but de faire joli, ou de réciter des morceaux de cours de bouquin de "philo" . Bon après avoir 12 de moyenne en la matière ma pas empêcher de décrocher un 5/20 au bac (youpie...).

 

nfin tout ça pour dire qu'au final vaut mieux s’entraîner a faire de la philo en cours et espérer que tu tombe pas sur un sombre c... méchant monsieur pour corriger ta copie au bac :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites