All activity

This stream auto-updates     

  1. Past hour
  2. Itachiaurion

    Comment mal combattre l'oppression

    Ça manque quand même de vrai technique tel que la pente glissante, le biais de confirmation, l’appelle a la nature et autres techniques de ninja pour bien enfoncer un débats.
  3. Today
  4. GTek

    Crash Team Racing

    Donaka tu maîtrise le feu sacré ou le blue fire ?
  5. AnkaniLuzubal

    The Backloggery

    @Major72 et @Gaga46 : Mon backloggery : https://backloggery.com/games.php?user=ankaniluzubal et https://backloggery.com/AnkaniLuzubal
  6. akumasan

    La Suite de Mots

    Solution -> Idée
  7. Thibdu47

    Golden Sun

    Le quizz sur Golden Sun vous a plu ?Est-ce que ceux qui ont réussi ce quizz pensent en connaître suffisamment sur la suite ? Essayez le quizz sur Golden Sun :l'Âge Perdu qui comporte plus de questions qui sont ,pour la plupart plus détaillées et le temps accordé et plus réduit cette fois-ci 😉
  8. lordpaddle

    Lord Paddle, La Chaîne 100% RetroGaming !

    Salut à tous sur Romstation ! Voici le 2ème épisode de notre nouvelle émission la Paddle Academy. Aujourd'hui : "Andorogynus", un shoot'em up peu connu sorti en 1987 sur MSX 2 et aussi porté sur PC-88. Il s'agit d'un titre assez atypique de Telenet Japan dans lequel on incarne un héros androgyne envoyé sur une planète maléfique pour détruire des monstres qui menacent l'univers. La particularité de ce shmup étrange vient de son scrolling vertical descendant mais avec le héros vu de profil...un jeu particulier avec une ambiance non moins particulière, des décors organiques, une vraie curiosité ! N'hésitez pas à partager, liker, commenter et vous abonner svp ! Merci à vous.
  9. PrinceOfDark

    Partage de Niveaux de Super Mario Maker 2

    Flash Spécial ! Deux nouveaux niveaux sont publiés sur ma page Super Mario Maker 2 ! Ceux qui m’ont suivi, vous pouvez y aller. Mais pourquoi je n’ai pas de ID des niveaux ? Parce qu’en ce moment comme je suis au boulot (pause), je me permets de vous tenir au courant. À savoir qu’il y a un niveau musical que je tente de faire, qui est vachement plus dur que mon arbre mojo ou bien d’autres niveaux du genre. Bon jeu !
  10. Donaka

    Final Fantasy IX

    La manette se configure dans les paramètres de l'émulateur que tu utilises
  11. LRobin89

    Super Mario World : The After Years

    Au début, je m'ennuyais... puis l'histoire a commencé et je me suis laissé embarqué. Les niveaux, décors et monstres sont devenus de plus en plus distincts du jeu Super Mario World. Et c'est là que j'ai commencé à accrocher. Autant de niveaux que dans l'originel, je les ai dévorés. Ca fait très Kingdom hearts au niveau du scénario et de l'approche. Points forts, l'utilisation des musiques, qui sont géniales : MegaMan, FinalFantasy, Secret of Mana, Zelda, Donkey Kong... Un jeu qui monte vraiment crescendo pour finir en apothéose. Défauts. Souvent les niveaux ne sont pas finis tout en haut, on peut passer à travers les décors. Le gameplay de la cape perdu en partie (mais qu'est-ce que Mute est classe avec!). Yoshi aussi, mais c'est bien expliqué par l'histoire... J'ai eu quelques bugs de morts bloquant le jeu dans des niveaux spécifiques. Dommage qu'on ne sache pas à quoi ressemble Ceil et Lumine. A noter que le jeu se suffit en lui-même, malgré plusieurs suites.
  12. Yesterday
  13. youfei

    Final Fantasy VIII

    si tu veux je peut répondre à toute les question sur ff8 que tu a car je les fini et re fini, un nombre des fois incalculable
  14. redrigue

    Dark Chronicle

    Le jeu est génial si vous aimé Dark chronicle je vous conseil rogue galaxie qui est tout aussi bien. conseil encore ne fabriquer jamais en donjon ça fait buger le jeu.
  15. Bonjour j'ai télécharger le jeux Kingdom Hearts : Birth by Sleep - Final Edition quand j ai fini l'entrainement une cinématique se enclenche et aprais sa plante sa se fixe avez vous u déjà se problème merci
  16. Thalirion

    Kingdom Hearts : Birth by Sleep - Final Edition

    Bonjour le jeux bug au début du jeux des que l entrainement et fini ,une cinématique se mais et après se fige avez vous déjà se problème Merci
  17. Paxdu92

    WarGroove

    Quand l’on aime une série on ne souhaite que le meilleur de celle-ci et surtout qu’elle perdure. Après tout, quand le succès est au rendez vous, pourquoi s’arrêterait-elle ? Et bien des fois pour des raisons économiques ou autre il arrive que certaines d’entre elles ne font plus parler d’elles et tombent un peu dans l’oubli. Et c’est là qu’interviennent les fans nostalgiques qui veulent faire un hommage. Comme quoi, l’arrêt d’une série c’est aussi un chouette facteur de motivation pour produire de très bons jeux. Justement, là on en tient un ! La série oubliée dont il est question ici est Advance Wars… ou plus exactement Nintendo Wars. Depuis la Nes, Intelligent System réalisa des jeux de stratégie avec un zeste de gestion dans un univers de guerre moderne bon enfant. C’est véritablement sur Game Boy Advance à l’aube des années 2000 que la série connut un énorme gain de popularité, surtout grâce au medium portatif de la console et sa distribution mondiale. Advance Wars a donc engendré des suites : un épisode 2 sur la même console, puis passage à la DS avec le très bon Dual Strike, suivi en 2008 d’une sorte de reboot post apocalyptique avec Dark Conflict. La série était réputée pour sa difficulté assez relevée et il faut dire qu’Intelligent System s’était un peu mis dans une impasse en faisant mourir la plupart de ses personnages emblématiques. D’un autre côté, ils ont aussi la série Fire Emblem et on ne peut pas vraiment dire qu’elle se portait très bien financièrement. La suite vous la connaissez (ou pas), l’épisode Awakening a été un tel succès que Fire Emblem perdure encore aujourd’hui, mais bizarrement ça ne les a pas encouragé à retenter l’expérience Advance Wars… ça fait maintenant plus de dix ans que la série est à l’abandon et le studio Chucklefish compte bien changer la donne. Chucklefish semble s’être fait une spécialité dans les espèces de copie à succès. Après Starbound un simili Terraria (d’ailleurs je croyais vraiment que c’était réalisé par les créateurs de Terraria), ils ont enchainé les éditions de jeux avec notamment Stardew Valley, un simili Harvest Moon, qui cartonne pas mal. Enfin, les revoilà avec War Groove, un simili –je vous le donne en mille- Advance Wars. Fort d’un petit succès, le jeu le mérite amplement car non seulement il parvient à conserver l’essence de la série de Nintendo, mais en plus ajoute des idées fort intéressantes qui en font indirectement le digne héritier. Déjà pour éviter toute forme de plagiat, quand bien même la réalisation graphique et le gameplay sont très proches, l’univers opté ici est moyenâgeux fantastique… ce qui hélas est un peu plus banal. L’histoire l’est tout autant puisqu’il est question de vengeance en se joignant à d’autres royaume pour vaincre un ennemi commun. Sorte de croisement entre Fire Emblem et Advance Wars, on a alors une sorte d’hybride dans le gameplay. Celui-ci fonctionne de la manière suivante : le champ de bataille est représenté par une carte quadrillée remplie d’éléments naturels (montagnes, forêts…) qui ont un impact sur le déplacement des troupes, lesquelles ne peuvent agir qu’une fois par tour. Il existe plusieurs types d’unités (archer, chevalier, golem…) qui ont chacune leur force, faiblesses et possibilité de déplacement. Contrairement à un Advance Wars, le premier point positif c’est qu’il est beaucoup plus clair de voir qui est fort contre qui et le nombre de dégât occasionné, élément repris des Fire Emblem. Comme ça, inutile de devoir mémoriser sa table des matières, voir le % de dégâts possible entre telle ou telle unité adverse avant de valider son action est un ajout agréable. Idée subtile : chaque unité peut faire un coup critique selon une condition qui lui est propre. Ainsi les archers infligent plus de dégâts en étant statique, les chevaliers s’ils se déplacent d’abord d’au moins six cases, les dragons si l’adversaire est placé sur une route, etc. Cela ajoute un supplément tactique qui mine de rien peut parfois légèrement tourner l’issue d’une situation en votre (dé)faveur. Mais ce n’est pas trop nécessaire non plus histoire que l’on ne se prenne pas la tête à tout le temps s’imposer une façon de placer ses critiques. Deuxième et très grosse idée proposée par War Groove : la présence du chef en tant qu’unité sur le terrain. Un peu à la manière du personnage principal d’un Fire Emblem, il y a donc un personnage unique extrêmement puissant qui s’il meurt met fin à l’affrontement. Ainsi les stratégies se retrouvent chamboulées : détruire le QG ou le leader adverse ? Parfois l’on change de stratégie en cours de route soit car le leader est en mauvaise posture, soit car le QG a une ouverture. Aucun de ces leaders ne peut pas faire de critique mais ont en contrepartie une technique spéciale comme les pouvoirs dans Advance Wars, ici appelé Groove. En prenant des dégâts, une flamme entoure le personnage pour indiquer qu’il est possible d’activer le fameux Groove et ils sont variés : Koji peut matérialiser deux unités kamikazes, Mercia peut soigner autour d’elle, César peut permettre une seconde action aux unités adjacentes ayant déjà agi, etc. Dommage qu’il y en ait 2-3 dans le lot qui soient des doublons. Ce n’est pas tant le système de Groove que l’on retiendra mais clairement le général sur la carte, qu’il faudra utiliser avec précaution. Pour produire des unités nécessaires au combat, il faudra s’emparer des villages alentours : ils vont générer un peu d’argent à chaque tour. Après quoi il suffira de sélectionner une caserne, un port ou une tour elles aussi conquises pour y faire sortir, moyennant finance, l’unité de son choix. Evidement plus elle est puissante et plus elle est chère. Sachant que toutes les unités ne peuvent pas s’emparer des villages il faudra faire certains choix puisque seules les unités humanoïdes au sol le peuvent. La bonne idée, contrairement à Advance Wars, c’est qu’il n’est pas nécessaire de laisser un soldat sur un village pour générer le pognon. Le système est un peu différent : un patelin ou une caserne ralliée à sa cause aura 50% des PV de l’unité qui l’a conquise. Après quoi le lieu regagne des PV petit à petit, servant donc de manne à argent mais aussi de zone de soin, puisqu’une unité mal en point peut sacrifier la santé de l’édifice au profit de la sienne, moyennant un peu d’argent. Pour envahir les villages ennemis, il faudra donc baisser la vie à zéro pour la rendre neutre et apte à la capture. Autre subtilité, les villages à combattre ne se laissent pas faire et occasionnent quelques dégâts à qui voudra les affaiblir. Il faudra prendre en compte le décor pour maximiser ses défenses, classique dans les jeux de stratégie. Les routes donnent un bonus de déplacement mais n’offrent aucune défense, les plaines justes un peu. Les forêts réduisent les déplacements mais octroient une défense correcte et c’est encore plus accentué en montagne. D’autant plus qu’en y plaçant un chien cela permet de considérablement réduire le brouillard alentour, s’il y en a. Enfin les rivières peuvent être passées par certaines unités terrestres, mais il faudra mieux privilégier les unités aquatiques pour tout milieu aqueux. Enfin les unités aériennes peuvent se mouvoir partout sans soucis mais elles sont très vulnérables aux flèches des archers et balistes, ainsi que la magie des alchimistes. Il y aussi la météo à prendre en compte (pluie, vent…) qui change à chaque tour mais cela m’a paru très secondaire (unité terrestre plus lente sous la pluie par exemple). Bref, on a donc là du déjà-vu pour qui connait déjà bien (et apprécie) les Advance Wars, tout en proposant ses idées pour renouveler la formule et même l’améliorer sur plusieurs aspects. Parmi toutes ces améliorations, deux m’ont paru notables concernant la progression en elle-même. Déjà la campagne se présente sous la forme d’une carte avec des destinations qui se débloquent et qu’il est possible de refaire à loisir, là où dans un Advance Wars c’était purement linéaire et sans possibilité de refaire un niveau au choix. Ce qui dans un Fire Emblem pouvait être compréhensible mais dans un tactical sans élément de RPG et de permadeath était bizarre. L’autre bon point c’est que la difficulté est paramétrable ! Chez Nintendo il n’y avait aucun choix et assez vite la campagne pouvait s’avérer corsée… Cela dit War Groove possède aussi sa dose de challenge. Fort heureusement une mise à jour est arrivée assez vite pour rectifier le tir et l’on découvre que le jeu était de base en difficile… mais ce qui est appréciable au-delà de ça c’est que la difficulté est paramétrable dans ses détails. Par le biais de curseurs, l’on peut modifier le gain d’argent par village à chaque tour, la vitesse à la quel le Groove se génère et la défense de ses unités. Ainsi libre à vous de vous imposer des défis comme jouer sans Groove ou sans argent mais booster le reste pour compenser. Cependant, ces modifications révélent un problème : rien n’affecte l’intelligence artificielle elle-même, rendre le jeu plus facile consiste à se donner des avantages mais au final l’IA joue de la même manière quoiqu’il arrive. Et pour le coup elle est plutôt douée, surtout quand le début du combat lui donne certains avantages en ressources qu’il faut réussir à renverser. Car dès lors que l’on fait des batailles équilibrées (même nombre de village, d’argent et carte symétrique) on se rend compte que l’IA n’est parfois pas très futé… Quoiqu’il en soit j’ai joué en difficulté moyenne tout le long et elle est parfaitement faisable pour un connaisseur même si quelques batailles m’ont donné un peu de fil à retordre. Mais rien de désespérant puisque cette mise à jour a aussi ajouté une fonction de sauvegarde de bataille. Ce qui pour certains puristes du genre peut casser la difficulté dans le sens où une sauvegarde régulière permet de revenir corriger ses mauvaises actions. Franchement, je ne vais pas me plaindre de cette fonction, devoir recommencer une longue bataille parce qu’on a mal calculé son coup après 20 minutes de jeu c’est assez décourageant. Pouvoir sauvegarder quand on le souhaite évite toute démotivation en cas de game over, là encore un bon point par rapport à son model. A noter qu’il est aussi possible de simplement interrompre une bataille pour la remettre à plus tard. La progression est donc tout à fait agréable malgré 2-3 pics de difficulté et des affrontements qui peuvent donner l’impression de s’éterniser, la faute à ce système de génération d’unité qui fait durer les combats, là où dans un Fire Emblem ont doit faire ce qu’on peut avec une équipe donnée. Ce qui peut parfois arriver dans la campagne principale de War Groove ! Celle-ci, malgré un scénario simplet mais à l’ambiance bon enfant, essaye de varier les objectifs d’un niveau à un autre. Même si très souvent il suffira de vaincre l’adversaire, quelque fois il faudra protéger des civils pendant un nombre donné de tours, les escorter d’un bout à l’autre de la carte ou bien la traverser avec une équipe prédéterminée comme le niveau dans le marais par exemple. Quelques niveaux sont optionnels mais permettront d’étoffer un peu un personnage ou de mettre en valeur un point de l’intrigue. Enfin, c’est vite fait et je ne vous ai pas encore parlé du scénario mais celui-ci ne va pas chercher bien loin. Le roi du royaume de Cherrystone a été assassiné par une vampire de l’armée de Felheim et la princesse Mercia s’en va venger son défunt père… Hourra. N’étant pas assez forte, elle s’en va chercher de l’aide dans les royaumes voisins, l’occasion de faire littéralement le tour du monde, jusqu’à que n’intervienne un p’tit twist et la révélation d’une arme ultime convoitée. Comme déjà précisé c’est plus l’ambiance bon enfant qui en ressort, les personnages sont mignons, souvent joyeux et il y a parfois des petites blagues pour détendre l’atmosphère. Ça aurait pu être rébarbatif à suivre mais il n’en est rien puisque les cinématiques qui encadrent chaque niveau sont assez courtes et servent juste de prétexte à lancer/ conclure une bataille… au pire vous pouvez les zapper. Néanmoins l’univers n’a pas été bâclé pour autant, en témoigne un large codex garni de pages sur chaque personnage, royaume traversé et élément de l’intrigue relaté dans certains dialogues. On a donc des personnages plutôt classiques mais sympathiques avec le petit gamin savant, le chien qui fait office de mascotte, le mentor ami du roi ou encore la fougueuse némésis. Si malgré tout vous n’êtes pas convaincu par le scénario, peut être qu’un joueur aura fait mieux. Et oui car cerise sur le gâteau, Chucklefish a conçus un éditeur très complet qui permet aussi bien de faire ses cartes (comme dans un Advance Wars) que ses campagnes ! Il manque bien 2-3 trucs exclusif au scénario des développeurs, mais pour le reste tout y est, de la cinématique aux événements en passant par l’élaboration de sa carte du monde où l’on peut placer son nombre de batailles et embranchements. Bref, on peut véritablement faire une campagne comme celle de base, c’est vraiment chouette d’avoir une telle possibilité surtout si on a l’âme créative. Avec le cross plate-forme PC - X Box One – Switch il y a un très large choix de contenu à disposition… faut juste prendre le temps de chercher et tester malgré les notations de la communauté. J’ai néanmoins vu quelques perles, entre ceux qui essayent de recréer les Fire Emblem et Advance Wars de la vieille époque. Certain ont poussé le vice à reproduire la carte de Zelda A link to the Past, des premiers Pokémon ou celle de Skyrim, très beau mais parfaitement injouable tellement c’est vaste (bien que ce ne soit pas à l’échelle évidement). Parmi les campagnes, j’en ai testé une qui essaye de recréer le début de Fire Emblem Awakening aux dialogues près mais qui a un peu de mal à simuler son gameplay forcément. Pour ce qui est de l’originalité j’en ai essayé une à la « Pokémon » dans laquelle on est libre d’aller recruter les leaders de son choix en gagnant des batailles puis d’aller affronter le boss final quand on veut. Si l’éditeur de carte s’avère aussi simple que classique (choix des unités, élément de terrain, de décoration et d’événement le tout en paramétrant la superficie et la condition de victoire), l’éditeur de campagne est nettement plus touffu et demandera beaucoup de patience même s’il reste abordable. Je suppose que sur PC ça doit être plus aisé, surtout pour écrire les dialogues, mais on arrive à s’y retrouver avec les sous-sous menus et paramètres pour tout (animation, emplacement du personnage, décor…). Là où ça devient complexe c’est dans la création d’événement qui s’apparente à du code en plus facile, sorte de Wario Ware DIY. Il s’agira de mettre une condition et une réaction, tel que « si toute les villes capturées = victoire». Soyez indulgent en découvrant les créations des autres joueurs, dans le tas il y en a forcément où les campagnes sont bâclé ou pauvre puisque faire une longue aventure bien construite demande forcément beaucoup de temps et un peu de talent. Et si votre envie de créer ou les propositions de la communauté vous paraissent insuffisantes en plus de la quinzaine d’heures que prend les trente batails de la campagne de base, sachez qu’il y a deux autres modes solo à débloquer ! Arcade demande de choisir le leader de votre choix et d’enchainer 5 batailles d’affilée dans des affrontements équitables et un peu plus brefs que ceux de la campagne. Il y a bien une vague scénarisation selon le leader choisi mais rien de bien intéressant. Les mêmes cartes choisies aléatoirement reviennent assez souvent et en définitive ce mode finit par devenir lassant. Une fois qu’on a bien compris les mécaniques de jeu et l’IA peu réactive, il suffit souvent de foncer capturer les villages et d’engranger assez d’argent pour déployer une armada de dragons et c’est plié après quelques tours. Sachez cependant que dans ce mode il n’est pas possible de sauvegarder. C’est aussi le cas de l’autre gros mode qu’est Puzzle. Comme son nom l’indique à peu près, il s’agit de toutes petites cartes présentant une situation précise et un objectif qu’il faut résoudre en un seul tour. Hélas il n’y a qu’une seule méthode possible à deviner ce qui s’avère assez laborieux et demandera de connaitre par cœur les spécificités de chaque unité. C’est intéressant et ça change du reste, mais hélas bien trop exigeant, ce qui peut vite agacer les moins tacticiens. Enfin vous pouvez bien sûr jouer jusqu’à quatre en local ou en ligne dans le mode multijoueur, qui reste malgré tout jouable seul. C’est là que vous pourrez sélectionner vos cartes parmi un très large choix et de paramètres en tout genre. Et pour qui voudrait le 100% il y aura de quoi faire puisque tous ces modes auront des cartes notées par des étoiles en fonction de vos performances. Si réussir un puzzle n’en fait gagner qu’une, réussir un niveau de la campagne dans le nombre de tour minimum permet d’en gagner jusqu’à trois (à partir de la difficulté normale). Il y a au total 200 étoiles dans le jeu, en obtenir la moitié pour découvrir la vraie fin, le reste étant utilisé comme « monnaie » pour acheter des artworks dans le mode galerie. L’occasion de voir quelques esquisses et recherche de chara-design plutôt sympathiques. Autrement la galerie comprend le fameux codex dont certaines pages se remplissent en finissant les niveaux de la campagne et les batails du mode arcade. Enfin il y a un sound test pour écouter la jolie bande-son, dont la moitié est à débloquer là aussi en passant par le mode arcade. Bref, il y a du contenu. Au niveau de la technique ça cherche graphiquement à ressembler à Advance Wars à tel point que certains éléments de décor y font fortement penser mais ça échappe au plagiat. Le prix à payer pour titiller la nostalgie des fans je suppose. Graphiquement c’est donc tout à fait appréciable, c’est du pixel art très fin avec de jolies animations et des petits détails comme les forêts qui bougent au gré du vent ou le reflet ondulant des personnages sur l’eau. Les arrière-plans des batailles sont forcément variés en fonction du lieu, sachant qu’il y a trois variantes d’environnent thématique (plaine, désert et neige, qui n’affectent aucunement le gameplay) bref c’est coloré et charmant. Le chara-design qui essaye de faire anime japonais est plutôt sympa même si ça a des relents occidentaux (c’est le cas pour le personnage de Ragna je trouve). Mais entre César le chien en armure ou Emeric le sage avec ses pierres précieuses virevoltant à ses côtés, on a des personnages inspirés. Détail très sympathique, les quatre armées du jeu ont chacun leur propre design, ce qui peut prêter à confusion au début comme si elles avaient chacune des aptitudes leur étant propre à la manière d’un Warcraft. Mais il n’en est rien, ça permet d’avoir une bonne variété pour ne pas juste avoir l’impression d’affronter que des humains avec une autre couleur. La bande-son est aussi variée et dans le ton joyeux, je craignais qu’il y ait des musiques lambda comme l’est l’écran titre ou la musique d’intro mais en définitive la plupart des thèmes sont entêtants et agréables à l’écoute. Que ce soit celui de César plutôt joyeux et entrainant ou celui d’Emeric un peu inquiétant, ils accompagnent bien les batailles. Ça manque peut être de musiques vraiment épiques et le fait d’avoir une musique dédiée à chaque personnage peut saouler à la longue, sachant que les batailles sont loin d’être courtes... Mais néanmoins, ça n’empêche pas d’y revenir avec plaisir tant l’ambiance, le gamplay et le contenus sont de qualité sans pour autant révolutionner la formule. 3 Positifs : + Comme un Advance Wars… mais en un peu mieux. + Un éditeur ultra complet. + Un gros contenu. 3 Négatifs : - Une difficulté bizarrement conçue. - Le mode Arcade vite redondant et Puzzle trop ardu. - Un scénario prétexte. WarGroove ne se contente pas seulement de singer son modèle puisqu’ il parvient, à mes yeux, à le surpasser. Grâce à un éditeur qui laisse quasiment toutes les clefs des développeurs aux mains des joueurs, du multijoueur en local comme en ligne et de divers ajouts de facilité pour rendre la campagne agréable. Franchement, si vous aimez les jeux de stratégie mêlés à un peu de gestion, il serait regrettable de faire la fine bouche, surtout avec son univers sympathique et son prix abordable. Il ne propose certes pas beaucoup plus que son modèle et ne fait pas dans le très ambitieux comme un Fire Emblem actuel mais il peut constituer un bon complément. Bref, ça groove bien. Ma note : 17/ 20
  18. Flattard

    Koudelka

    merci pour cette remarque très pertinente
  19. YoshiBG

    Problème avec la Wiimote

    tous les drivers sont à jour pourtant on peut pas le configurer en mode souris
  20. Bonjour à tous ! je vous link ma chaine ou je film plusieur jeux, nouveaux, rétro, multi.... je n'est pas encore la connexion pour faire du live mais en attendant j'en profite pour faire découvrire plusieurs jeux, vous pourrez retrouvez sur ma chaine un site internet consacré à la culture geek aussi que les chaine vidéo des amis et ma deuxième chaine ou j'ouvre des colis pricipalement des figurines de manga. En vous shoutants à tous longue vie sur Romstation 🙂 https://www.youtube.com/channel/UCFywqbAtW82JfzoD96H6BAg
  21. Bonjour à tous et à toutes, vous avez sans doute remarqué que les mise à jours non pas eu lieu depuis peu, ceci est normal, en raison d'un changement de situation familiale, je n'ai plus accès à internet, je ne peux donc plus pour le moment m'occuper du topic. Ne vous inquiétez pas je reviendrai dès que possible. Je reste disponible sur mobile, discord, ou message privé. Bonne continuation à tous et à toutes.
  22. AnkaniLuzubal

    Versailles : Complot à la Cour du Roi Soleil

    j'aime bien ce point & click.
  23. Gaboni34

    Mario & Luigi : Superstar Saga

    Je jouer a se jeux jusqu'à se que je vois cet image, quelqu'un peut me dire comment paramétrer sa
  24. jultom27

    Tintin au Tibet

    Personnellement je ne l'ai pas trouvé si dur que ça, c'est surtout que le jeu ne nous dit pas où aller et quoi faire la plupart du temps, donc on arrive souvent hors temps ^^
  25. giloteau

    Gitaroo Man Lives !

    Un jeu que j'ai adoré durant mon enfance, ça fait plaisir de pouvoir y rejouer, pour les fan de jeux de rythme je le conseille très grandement.
  26. Last week
  27. DonCoco3663

    Pokémon Version NEW Emeraude - Monde 31

    A exactement 23:31 le scientifique RAPH a été battu par mon équipe et surtout par mon alakazam et son Prélèvement destin et par le spam d'herbes rappel Mon pokémon le plus fort ? Un golemastoc niveau 72 mais le héros du jour est bien mon Icebail ( niv 66 ) qui a battu son dernier pokémon en 1v1 Dédi a mon cher alakazam niveau 71 qui a mis KO 3 de ses pokémons Si j'ai réussi c'est que tt le monde peut ... Avec de la réussite et une tactique bien cancer c'est passé PS : merci a anubis d'avoir tanké plusieurs fois les coups adverses et de ne pas être tombé KO en un coup voici ton pire ennemi RAPH, le collecteur d'âmes c'est fait prélever son destin lol ekip 2 fauly
  28. Couzbi

    Spider-Man

    Je ne vois pas de lien pour le dl
  29. roland7990

    Resident Evil 2

    j'y est passé des heures sur ce jeux essentiellement avec Claire plutôt que Léon
  1. Load more activity