Akira

SweetBloodegde

395 views

Certains films font l’objet d’une adoration immense et intemporelle auprès d’un public, Films qu’on peut qualifier de « Cultes » . Ces films n’ont pas nécessairement connus le succès ou, du moins, très tardivement pour certain mais ils ont su marquer les spectateurs qui l’ont vu à l’époque.

Le film du jour fait parti de ces films « Cultes » dans le domaine de l’animation Japonaise avec Ghost In The Shell (1995) de Mamoru Oshii, Le Tombeau des lucioles (1988) d’ Isao Takahata, Le Voyage de Chihiro (2001) ou Princesse Mononoké (1997) d’ Hayao Miyazaki ou encore Paprika (2006) de Satoshi Kon.

Le film du jour fût une énorme révolution dans l’animation japonaise et est aimé autant des fans d’animés que des cinéphiles. Il s’agit ni plus ni moins d’Akira (1988) de Katsuhiro Ōtomo.

Le but de cette article est de comprendre en quoi Akira est un film culte qui sort du lot pour beaucoup de fan, préparer vos motos car ça va être un voyage mouvementé 😉

 

Akira.jpg.142858226e555e7bd5ca399ce723971a.jpg

L'Affiche du film de l'époque

 

          Quand On Arrive En Ville….

 

Parlons du réalisateur du film qui est aussi le créateur du manga : Katsuhiro Ōtomo. Il est principalement connu pour Akira mais il a créé aussi Steamboy (2004) et Roujin Z (1991). Il a le mérite d’avoir su s’émanciper d’Osamu Tezuka, souvent désigné comme le papa du manga moderne et référence majeur depuis les années 50 ! C’est donc un auteur qui à créé de nouvelle Base ! Parmi ces travaux, je vous conseille Memories (1995) composé de trois récits courtes dont il en est l’auteur, j’ai d’ailleurs une petite préférence pour les segments Magnetic Rose (avec Satoshi Kon) et Stink Bomb qui vaut le détour !

Akira c’est un manga avant tout ! Publié entre 1982 et 1990 en 14 Tomes, Akira est un seinen (manga pour jeune adulte) qui a eu un gros succès, surtout chez nous puisqu’il est le manga qui a permit l’émergence des manga en France, rien que ça ! Cependant, on a plus tendance à citer le film que le manga.

 

D’ailleurs, Katsuhiro Ōtomo n’était pas emballé par l’idée d’adapter Akira, non par manque de motivation mais parce qu’il ne s’y connaissais pas en Animation. C’est seulement lorsqu’il fera ces premiers pas dans l’animation avec Akira Toriyama (Dragon Ball) et Rumiko Takahashi (Ranma ½) qu’il envisagea d’adapter Akira en film. Il travaillera sur Crusher Joe (1983) de Yasuhiko Yoshikazu (Le Character Design de Gundam), puis plus tard, enchaînera quelques OAV dont Violence Jack (entre 1986 et 1990) de Gō Nagai (Goldorak).

Pour ce qui est d’Akira, il s’entourera de Rintarō, connu pour avoir adapter les œuvres de Leji Matsumoto ; Yoshiaki Kawajiri, connu pour Ninja Scroll (1993) et Animatrix (2003) ; Kōji Morimoto qui avait travaillé sur Cobra (1982-1983), Space Battleship Yamato (1974-1975); Enfin, Shōji Kawamori qui n’est rien d’autre que le co-créateur de Vision d'Escaflowne (1996), mecha-dessigner sur les séries et films Macross et Eureka Seven, ou encore Coscénariste sur Cowboy Bebop (1998)…..on peut dire que c’est une équipe extraordinaire !

Cerise sur le gâteau, Katsuhiro Ōtomo à un contrôle totale sur le film Akira, un luxe pour tout réalisateur.

 

C’est le studio Tokyo Movie Shinsha (ou TMS Entertainment) qui s’est occupé de l’animation. C’est un studio plutôt spécial quand on sait qu’il s’agit d’une filiale de Sega et qu’il sont à la fois une chaîne de salle d'arcade. Ils ont participés à des films comme Le Château de Cagliostro (1979), Cobra Le Film (1982) ou encore Little Nemo: les Aventures au pays de Slumberland (1989) qui est un film de mon enfance. Ils ont également fait des séries comme D Gray-Man (2006), Détective Conan (depuis 1996) ou encore Sonic X (2003), pourquoi le dernier ne me surprend pas ? 😅

 

Ah ! Oui, dernier petit détail, Akira a bénéficié un budget de 1 100 000 000 ¥, soit 11 000 000 $ qui ont permit de faire plus de 160 000 celluloïds, soit 1000 fois plus qu’un animé de l’époque, le tout financé par plusieurs studio !

FIBD2016Otomo01.thumb.jpg.dc5fa6d80a87a5081c155b0b3f2cbd62.jpg

Katsuhiro Ōtomo sur la très célèbre moto de Kaneda !

 

 

              KANEDA ! Monsieur Kaneda, andouille au front dégarnie !

 

L’intrigue du film se passe 31 ans après la destruction de Tokyo et la troisième guerre mondiale, soit en 2019 😐

Neo-Tokyo, la nouvelle mégalopole reconstruite après ces évènements tragiques est devenue un lieu de violence, de vice et de corruption. Les jeunes passent leurs temps à se battre sur des motos et à se drogués. On y suit Kaneda, le chef d’une bande de jeune et son meilleur copain, Tetsuo, ce dernier se retrouve dans un accident de moto, provoqué par un étrange petit garçon et fini par se faire capturer pour de mystérieuse raison par l’armée.

 

La première chose à dire est qu’Akira n’a pas pris une ride, il est toujours aussi beau et fluide. Le film a bénéficié d’un soin incroyable ainsi que d’un choix de couleur énorme pour l’époque. Pour ce qui est de l’animation, la technique est traditionnelle avec des celluloïds qu’on peut superposer aux décors (peint à la main!). On notera aussi la présence de quelques effets 3D comme l’appareil du docteur Onishi par exemple. Le film contient beaucoup de détails, par exemple, Kaneda sort du lycée avec ses copains et sont rejoins par leurs copines, au moment où l’un d’entre eux explique pourquoi Tetsuo n’est pas avec eux, il se passe au moins quatre chose en même temps : L’un tente de remettre une de ses dents, un autre fait l’imbécile en vomissant du sang (il faudra qu’on m’explique comment il fait ça), Kaneda recrache une cigarette et j’en passe….Le tout en quelque secondes et il faut vous dire que ce genre de petit détail est constant dans le film !

 

Voici la célèbre scène de course poursuite du début du film pour confirmer ce que je dit !

 

Ce que vous devez vous dire, c’est qu’à l’époque, atteindre ce niveau de détail était incroyable et qu’il faut plusieurs visionnages pour tout voir. Ce résultat est surtout dû à la volonté de son réalisateur à faire un film réaliste, cette phrase vous semble peut-être bête mais le réalisme dans l’animation était loin d’être courant à l’époque. Il faut surtout chercher du côté de la Science-Fiction avec des séries comme Gundam et Macross, bien que le terme « réaliste » est un grand mot pour ces séries, faire un film ou une série réaliste était un Graal à l’époque (et probablement un gouffre financier pour les producteurs).

J’ai oublier de dire que le doublage en VO a été faite avant les dessins pour créer une cohérence au niveau des lèvres et ainsi gagner en réalisme.

 

Un autre point qui a marqué Akira est son monde cruel avec l’omniprésence de la violence :

les combats en moto où les jeunes se tapent à coup de barre de fer, les manifestations sociales qui sont montrés à la TV, les bavures policières lors des manifestations et lors d’interrogatoire, les barjots qui s’amuse à jouer les Kamikazes, l’éducation national avec les profs qui en profitent pour mettre des sacrées paires de claques aux jeunes, les fanatiques religieux qui attendent l’arrivé d’Akira pour purifié la ville, les ministres qui se tapent dessus lors des réunions, les terroristes qui profite des rumeurs de la venue d’Akira et enfin les scientifiques qui s’amusent avec des enfants pour des expériences.

Ajouter à cela, la présence de viol, les tripotages des couples sur la voie publiques, les jeunes qui explosent des voitures/gens et enfin les complots/Magouilles politiques….excusez mon langage mais c’est le bordel !

 

vlcsnap-2019-06-05-13h22m25s941.thumb.png.9dfdee6435ce9e2d339910c7a17d8d8a.png

Le droit de manifester ? Je ne connais pas !

 

C’est la violence qui à donner ses lettres de noblesse à Akira créant un véritable onde de choc chez les spectateurs, pas habitués à tout ça !

« Quelle est la différence avec d’autres films violent que tu as traité ? », c’est très simple, c’est le premier film d'animation Japonais violent qu’on a vu en France... au cinéma en plus !

Le petit plus d’Akira est qu’il comporte pas mal de scènes malaisantes et qu’il le sont encore de nos jours. La première en tête est la scène où Kaori est sur le point d’être violée en pleine rue ou la scène de la transformation de Tetsuo.

Beaucoup d’enfant ont été initiés à l’atmosphère mature des animés japonais avec ce film et ça a été peut-être votre cas ! Bref, Akira est littéralement une claque.

 

Et que dire de l’OST si ce n’est qu’elle est mythique et mystique, allant même jusqu’au chant religieux. On dois cette OST au groupe Geinoh Yamashirogumi qui est en faite un collectif musical, composé de personnes qui ne sont pas des chanteurs de base. Ils ont fait une vrai carrière musical avec des tournées et des albums. Ils ont pratiqués plus de quatre-vingt styles différents de musique traditionnelle et Akira a grandement contribués à leurs renommés.

 

vlcsnap-2019-06-05-13h21m25s902.thumb.png.89adb3542aad31941591aeffdb741950.png

Je suis le seul qui n'avais jamais fait attention à celui qui vomit du sang lors d'un premier visionnage ?

 

                  Purifiez vos corps dans les flammes, maintenant qu'Akira est venu (mais sérieusement ne le faite pas !)

 

Parlons un peu des thèmes du film. Le film s’ouvre sur une explosion mystérieuse qui détruit Tokyo, ce qui fait penser indubitablement aux Bombardements atomiques d'Hiroshima et de Nagasaki en 1945 qui signe la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre Mondiale. Je crois que j’en est jamais parler mais Hiroshima et Nagasaki sont des véritables traumatismes pour beaucoup de cinéaste et de mangaka : Keiji Nagazawa, Hayao Miyazaki, Hideaki Anno, Osamu Tezuka ou encore Masamune Shirow sont des auteurs qui montre la peur d’un nouveau Ground-Zéro (La peur d’être pile à l’endroit où il y a une bombe atomique qui explose), d’autant plus que cette peur sera visible à travers tout le film.

 

Le Saviez-Vous ? Le 16 Juillet 1988 !

 

D’abord, c’est la date de sorti du film au Japon mais cette date ne vous dit rien ? C’est la date de l’explosion de Tokyo dans le film ! Imaginez la tête des spectateurs quand ils ont vu ça !

Encore plus fou, cette date renvoi au 16 Juillet 1945...le jour où la première bombe atomique est lancé dans le désert du Nouveau-Mexique ! Quand on sait qu’Akira veux dire « Lumière/Brillant », tout prend sens !

Il y a un article bien écrit sur le sujet dont j’ai appris ces informations : https://akira-explication.tumblr.com/

 

vlcsnap-2019-06-05-14h54m44s250.thumb.png.3cccf85489a696018baae85c951297fa.png

Imaginez de voir cette scène le jour J où cela se produit dans le film !

 

On peut ajouter aussi les problèmes économiques du Japon dans les années 70/80 et quelques scandales politiques avec des arrangements illégaux du 1er ministres...problèmes qu’on voit dans le film. Il y a un autre thème pas aussi évident à voir dans le film mais présent dans plusieurs œuvres de Katsuhiro Ōtomo : la critique d’un Japon vieillissant.

 

Vous le savez probablement mais le Japon est un pays vieillissant, c’est à dire qu’une grande partie de la population sont des personnes âgées, c’est un problème qui a été visible à partir des années 70, on fait moins d’enfant et les gens vivent plus longtemps. Cette évènement est dû principalement à l’éducation, pour faire simple, la majorité des japonais se disent que faire des gosses...ça coûte cher (éducation, besoin, appartement, permis etc), ajouter à cela aussi une volonté d’être parent le plus tard possible et le problème d’aménagement des familles (les grand parents vivent chez toi et dorment dans la même pièce que toi et ta femme, pour faire des enfants c’est pas top).

Katsuhiro Ōtomo avait dit qu’il avait été choqué d’apprendre les chiffres sur les vieillissement de la population, ce qu’il l’avait poussé à écrit Roujin Z (1991) mais en vérité, on le voit déjà dans Akira.

 

Il y a dans le film, une frontière qui est flou entre la jeunesse et la vieillesse, si on met à l’écart l’opposition entre l’état et les jeunes révolutionnaires, les personnages sont toujours entre ces deux extrémités. L’exemple le plus flagrant reste les enfants Kiyoko, Takashi et Masaru, Ils ressemblent à des enfants (corps et voix) mais ils ont des visages de personnes âgés et possède un discours plutôt mature. Chose très intéressante aussi, ils forment un trio comme Kaneda, Tetsuo et Kei.

 

vlcsnap-2019-06-05-14h18m43s611.thumb.png.7199d60aa74144d83379f66498d9a81b.png

La frontière entre la jeunesse et le vieillissement en image ! 

 

Kaneda, le protagoniste du film est le leader d’un groupe de motard, groupe sans nom précis d’ailleurs si on compare à leur rivaux le gang des clowns. Kaneda est un personnage fort, sans peur et mature mais qui cache en faite son vrai caractère, celui d’un lycéen un peu naïf et qui ne s’est pas s'y prendre avec la fille qu’il aime. Je trouve que ça lui donne un bon fond et on finit par aimer ce personnage.

Cependant, le personnage le plus intéressant reste Tetsuo car il reste le plus développé, contrairement à Kaneda. C’est lors de mon deuxième visionnage que je me suis rendu compte de l’importance de Tetsuo. La première fois que j’ai vu le film, Tetsuo était un personnage qui voulait juste se venger de Kaneda par rapport à son statut de leader mais en vérité, c’est beaucoup plus complexe que ça….

 

Tetsuo est selon moi, un enfant qui n’arrive pas à devenir un adulte. Qu’est ce qui permet d’affirmer cela ? Sa relation avec Kaneda et sa ‘petite copine’ Kaori, pour faire simple, Tetsuo voit  en Kaneda plus un père qu’un copain, de même qu’avec Kaori, il la voit plus comme une mère que sa ‘petite copine’. Le fait que les parents de Tetsuo l’ont abandonnés dès son plus jeune âge (scène qui me fait penser au manga Evangelion) l’a profondément marqué.

Kaneda est comme un père dur mais juste, un moment dans le film, alors que Kai est ‘emmener’ par les enfants pour affronter Tetsuo, il dit en s’énervant que c’est à lui de punir Tetsuo pour les meurtres de ses copains. De plus, les flash-backs à la fin du film montre bien le côté paternisant de Kaneda lorsqu’il lui apprend à rouler en moto. Pour Kaori, elle est vu comme une mère aimante, voire étouffante.

 

Révélation

C'est presque rigolo de dire qu’elle est étouffante au vu de comment elle meurt, j’y est vu un symbole.

 

Lorsque Tetsuo s’échappe de l’armée, il va voir directement Kaori qui lui offre un petit repas ou encore vers la fin où elle est la seule à aller voir Tetsuo dans le stade pour vouloir l’aider.

Tetsuo est confus dans ces relations avec Kaori et Kaneda, il est partagé entre l’amour parental qu’il recherche tant et la volonté de vouloir s’émanciper de ces personnages, d’être mature.

 

La scène la plus flagrante selon moi est la scène où Tetsuo se fait agresser dans sa chambre par les 3 enfants qui se cachent sous la forme d’un teddybear, d’un lapin en peluche et d’une mini voiture. Dans cette scène, ces jouets tente de le tuer, les murs sont des Lego et il se noie dans du lait...on est d’accord, c’est censé représenter l’enfance. C’est à la vu du sang, preuve du monde des adultes que les monstres se dissipent, criant qu’ils ont peurs mais peur de quoi ? d’être adulte.

 

Voici la scène en vidéo pour vous faire une idée de ce que j’avance :

 

Pour ce qui est de Kei, c’est une fille révolutionnaire qui tente de faire tomber le gouvernement en place. Elle symbolise la révolte des jeunes qui ont subit l’après guerre (l’auteur est anarchiste dans mes souvenirs) mais possède à la fois une certaine maturité. Ces idées politiques sont claires et est le personnage féminin forte du film, sans être pour autant schwarzenegger, ni une femme constamment en détresse. Si les enfants l’ont choisit pour se battre contre Tetsuo, ce n’est pas pour rien.

Il est intéressante de faire le lien entre Kei et le chef des rebelles, qui se rapproche d’un lien entre père et Fille...mais comme je n’ai pas lu le manga, c’est très flou pour moi.

 

maxresdefault.thumb.jpg.24f2880025cd1c5e8738d296825c74a8.jpg

Le film prend le temps pour parler de philosophie entre deux scènes d'action !

 

                 Je Suis Tetsuo

 

L’article commençant à trop durer, je vais aller à l’essentiel sur les défauts d’Akira. Le premier point concerne la VF, non sur le doublage en soi qui est très bon et qui a bénéficié d’un grand soi pour l’époque mais plutôt sur la traduction.

La version Française a une mauvaise tendance à être dans le hors- sujet, ce qui fait perdre le sens d’un passage. Par exemple, lorsque Kaneda et ses copains se font gifler par le prof de sport, il crie « Discipline » et les élèves répondent « Merci pour cette enseignement » en VO, ce qui montre l’éducation ultra répressif de cette société. Cependant, en VF, le prof crie « La Ferme » et les élèves l’insulte directement sans le « Merci », ce qui fait sauter tout le propos sur l’éducation. Ce genre d’erreur est très présent dans la VF, un autre exemple est lorsque Kei recherche le chef des rebelles et que Kaneda lui dit qu’elle devrait ce livrer à la police en VO mais dans la VF, Kaneda lui parle de leurs relations...c’est une VF plutôt incohérente.

 

Un autre défaut propre à la VF est le fameux « Kénéda » au lieu de « Kaneda » ou encore Lady Miyako qui à la voix...d’un homme alors que c’est une femme mais j’ai cru aussi sur le coup que c’était un homme. La Dybex (distributeur du film) ont changés tout cela dans la réédition du DVD mais le mixage est dégueulasse, je vous conseille la vidéo de MisterFox qui à consacré un « Parlons VF » sur Akira au même moment où j’écris ces lignes et qui approfondit les exemples.

 

Le Saviez-Vous ? Quand Akira rencontre Kanye West !

 

Vous le savez probablement mais le clip « Stronger » de Kanye West, en collaboration avec les Daft Punk font de nombreuses références à Akira. Plusieurs plans du film sont repris à l’identique dans le clip. Il n'est pas étonnant que les Daft Punk y soient mêlés car ce sont des gros fans de Japanimation !

 

vlcsnap-2019-06-05-13h29m27s582.thumb.png.645910c38fc7cdf64bdbb6c335f6bb15.png1771919707_KanyeWest2.jpg.09497d2bc3af53c863b7f26535986a5e.jpg

Le clip est un véritable hommage à Akira !

 

Le deuxième défaut concerne sa fin, pour éviter de spoiler, disons simplement que pas grand nombre à compris la fin...dont moi. Les fans hardcore du manga reproche que la fin n’a pas vraiment de sens.

 

Révélation

comme la prière des gamins devant Akira pour arrêter Tetsuo qui se transforme en gros bébé dégueulasse, donnant un côté Deus-Ex Machina à l’intrigue.

 

Certain dirons même qu’il conclut trop rapidement les choses, c’est peut-être un peu vrai mais à l’époque le manga n’était pas fini, du coup pas évident pour son auteur de conclure le film, mais personnellement il conclut magnifiquement le film.

 

Le Saviez-Vous ? Merci Jodorowsky !

 

Alejandro Jodorowsky, réalisateur du film El Topo (1970) à donner la fin du film Akira à Katsuhiro Ōtomo qui ne savait pas comment conclure le film. Jodorowsky, apparemment saoul lui invente une histoire sur le tas, dessine le tout sur une nappe et la donne à Ōtomo, il oublie tout le lendemain (les joies de la gueule de bois). Un jour, il reçoit une lettre d Ōtomo à sa grande surprise, qui le remercie d’avoir donner la fin d’Akira.

Maintenant je comprend pourquoi on ne comprend pas la fin 😆

 

Le dernier point concerne le fait que le film reprend très peu d’élément du manga : un tiers des personnages ont étés conservés, le développement personnel pour certains personnages sont mis de côté et l’intrigue est simplifié. Il y a d’autre éléments qui n’a pas été mis en avant comme la drogue ou tout simplement qui ont été enlevé comme les esclaves sexuelles de Tetsuo.

Pour ma part, tout est question de goût, il faut pas oublier qu’il s’agit d’une adaptation et que 2 heures c’est court par rapport au manga. Certains puristes préfère le manga pour son développement quitte à défoncer le film alors que l’ambiance et les thématiques sont là !

 

vlcsnap-2019-06-05-15h11m50s936.thumb.png.2360c29306f105ec68d4b8dcfdce01c1.png

Tetsuo qui profite des soldes pour s'habiller comme un dieu !

 

          Conclusion

 

Vous l’aurez compris, Akira est un film qu’il faut voir au moins une fois dans sa vie ! Malgré tout ces qualités et son équipe de choc, le film a été un échec commercial au Japon car il est sorti un jour qui est l’équivalent d’un dimanche soir à 22H chez nous. Cependant, il a eu son petit succès chez nous au cinéma et a été un carton au USA.

Il m’est impossible de tout dire sur Akira tellement c’est un film vaste et complexe, de même que c’est un film qui nécessite plusieurs visionnages pour vraiment l’apprécié à sa juste valeur.

Akira aura droit à son adaptation live pour le 21 mai 2021, réaliser par Taika Waititi (Thor Ragnarok) et produit par Leonardo DiCaprio, mais d’ici là, on aura le temps de revoir pleins de fois Akira.

 

 

vlcsnap-2019-06-05-13h20m14s992.thumb.png.b1fdd87eb2240cb25078ea40ecb2301c.png

N'empêche, cette moto est vraiment classe !

 



9 Comments


Recommended Comments

On m'a venté ce film comme étant un pilier de l'animation jap'. Comme une oeuvre a voir impérativement tellement c'est bien.

 

Je vais pas te le cacher je me suis fais chier... 

Je n'ai absolument rien compris à la fin, j'imagine qu'il y avait un message à comprendre, mais là j'ai vraiment rien compris.

 

Je suis tout de même épaté par la qualité de l'animation du film, vu l'époque c'est une prouesse !

 

By the way, très bon article 😉

 

 

Edited by Major72

Share this comment


Link to comment
il y a 18 minutes, Major72 a dit :

On m'a venté ce film comme étant un pilier de l'animation jap'. Comme une oeuvre a voir impérativement tellement c'est bien.

 

Je vais pas te le cacher je me suis fais chier... 

Je n'ai absolument rien compris à la fin, j'imagine qu'il y avait un message à comprendre, mais là j'ai vraiment rien compris.

J'ai un ami qui m'a fait la même remarque. En effet le film est nul, il fait l'impasse sur des éléments clef du manga. C'est un problème que je remarque sur beaucoup de films adaptant un manga, ils veulent à tout pris résumer en 1h30 une histoire qui cour sur une 10aine de tomes au minimum.

Share this comment


Link to comment

Salut @Major72 et @Pyran 🙂 

 

D'abord, merci pour vos commentaire ^^

Pour ce qui est d'Akira, la 1er fois que je l'avais vu, j'avoue que je ne l'avais pas trop apprécié. C'est seulement lors de mon second visionnage que j'ai commencer à l'aimer, je pense qu'il fait partie de ces films qui "ne laisse pas faire" et qu'il faut plusieurs visionnages pour vraiment l'apprécier.

La fin en elle- même est loin d'être évident à comprendre (quand on sait en plus que Alejandro Jodorowsky était saoule quand il a donner la fin à Katsuhiro Ōtomo) après je dirais qu'elle est très psychologique mais je n'ai pas vraiment compris.

Je pense qu'il est question de l'acceptation de Soi et de la maturité, Tetsuo s'accepte enfin comme il est par le fameux "Je suis Tetsuo" , il a réussi à s'affranchir de ses "parents" et c'est vu comme une mort, celui de l'enfance….je vais peut-être loin et ce n'est que ma théorie 😅

 

@Pyran dire que le film est "nul" est un terme un peu fort je trouve. Je n'ai pas lu le manga (je vais peut-être le lire) mais j'ai beaucoup entendu dire que le film fait l'impasse sur beaucoup d'élément du manga. Comme tu l'a dit, il n'est pas évident de tout résumer en 2H, d'autant qu' Ōtomo ne savait même pas comment son manga allait finir alors qu'il était en train de faire le film. C'est un problème assez récurrent que je traiterai avec les remakes d'Evangelion, cependant, je pense que le film à pour but de proposer une vision différente de l'œuvre, certes plus simple mais différent et c'est ce qui rend intéressant une adaptation, sinon on se contenterai du manga. 

 

Sinon encore merci de donner vos avis car c'est toujours plaisant de discuter/Débattre sur les animé 🙂 

 

Erratum: Lady Miyako est vraiment un homme, la Dybex c'est planté lors de son redoublage en lui donnant une voix de fille….Bravo les gars 😆

 

Edited by SweetBloodegde

Share this comment


Link to comment

perso, j'ai détesté le personnage principal, il est antipathique et j'ai donc détesté voir le film... même si pourtant, c'est exactement mon genre de film, que j'ai bien vu le côté phylo (que j'adore normalement), que l'animation était génial, ect... ben, Juste le perso principal m’empêche d'apprécier le film et de réfléchir sur la phylo...

Share this comment


Link to comment

@SweetBloodegde justement tu n'adapte pas une œuvre si tu ne prend que la moitié de l'intrigue. J'exagère mais quitte à faire un anime une série aurait été plus approprié, ou alors ne parler que d'une partie ou encore une histoire en marge du manga.

Share this comment


Link to comment

Salut @Gaga46 et re @Pyran 🙂 

 

C'est vrai qu'adapter Akira à moitié c'est toujours incompréhensible mais je ne peux pas vraiment en débattre parce que je n'ai pas lu le manga. Cependant, je comprend ta position (tu as l'air d'avoir lu le manga), j'ai ressentie ça avec d'autres adaptations (jeux vidéo, film etc...) comme Gunnm par rapport à l'OAV auquel il manque plein d'éléments mais c'est encore un cas différent.

De nos jours, une série aurait été plus approprié pour une bonne adaptation mais après peut-être que l'auteur n'a pas voulu tout refaire comme le manga (1er film donc pas beaucoup d'expérience; Il voit peut-être plus le film comme une expérience en tant que réalisateur etc...). Quand on sait qu'il n'a quasiment pas fait de film, l'idée d'être réalisateur ne lui plaisait peut-être pas tant que ça.

Après je respecte ton avis vis à vis du film, je suis pas un fan hardcore du film je te rassure ^^

 

Pour ce qui est de Kaneda, je peux comprendre qu'il ne sois pas apprécié par tous, c'est quand même un gars qui colle après une fille et s'imagine une relation qui n'existe pas (du moins dans le film), ou encore le fait qu'il fait son dur auprès de tout le monde. Dans mon cas, j'aime bien son côté naif qui montre plus un mec qui ne sais rien de la vie qu'autre chose.

 

Tout ça pour dire que les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas 😉

Share this comment


Link to comment

Oui après il faut le remettre dans le contexte de l'époque, ayant lu le manga plusieurs fois (il reste l'un de mes préférés, j'ai les grands formats en 6 tomes) je trouve dommage que le film ne soit pas plus proche de l’œuvre originale, surtout que le résultat est difficilement compréhensible sans avoir lu le manga.

 

Pour ce qui concerne Kaneda je trouve qu'il n'a pas tellement d'importance dans le sens où l'histoire n'est pas exclusivement centrée sur lui. Le moteur du manga est cette espèce de relation amour/haine entre Tetsuo et lui, ainsi que les relations entre les autres groupes (les enfants, les révolutionnaires, l'armée).

 

Du coup comme tu lis le manga tu pourra nous faire un billet dessus après 😉 . Il me semble qu'il y a plusieurs noms ayant un sens en japonais et qui se retranscrit sur les personnages, comme Akira (il Nezu, le politicien qui aide les révolutionnaires, qui veux dire rat).

Share this comment


Link to comment
Il y a 13 heures, Pyran a dit :

Du coup comme tu lis le manga tu pourra nous faire un billet dessus après 😉 . Il me semble qu'il y a plusieurs noms ayant un sens en japonais et qui se retranscrit sur les personnages, comme Akira (il Nezu, le politicien qui aide les révolutionnaires, qui veux dire rat).

 

Je ne l'ai pas encore lu ^^ par contre je pense que je vais le lire, je pense prendre la version classique (les 6 tomes que tu parle). Les recherches que j'ai fait pour ce film était très intéressant et il n'est pas impossible que j'en fasse un article car il a l'aire d'avoir du contenu. Après je ne pense que cela se fera tout de suite car j'ai d'autres animes que je voudrai parler et qui sont reporté depuis trop longtemps, de même que le prochaine article sera différent de ce que j'ai l'habitude de faire (j'aime bien les nouvelles expérience ^^ )

Share this comment


Link to comment