Test du jeu "Toy Story 2 : Buzz l'Éclair à la rescousse !" (PS1)

ChatNoirRetro

2185 views

Plongeons-nous dans le contexte : En 1999 sort le film "Toy Story 2", produit par les studios Pixar et réalisé par John Lasseter, déjà connus pour leur travail sur "1001 pattes", ainsi que sur le premier Toy Story. Le film devient naturellement un grand succès et, comme pour le premier opus, a droit à divers produits dérivés de toute sorte, dont des jeux vidéos. C'est ainsi qu'est imaginé le jeu dont on va parler aujourd'hui. Produit par Traveller's Tales, société ayant déjà produit l'adaptation vidéo-ludique du premier film, et édité par Activision, le jeu sort sur toutes les machines de l'époque : PC, N64, Dreamcast, PS1... Et c'est cette dernière version que j'ai testé. Ce jeu vaut-il le coup d'être joué ? C'est ce qu'on va voir immédiatement... C'est parti !   

 

romstagliouf2.PNG.80b80de1237027e7d035636f49df405d.PNG

Dans ce jeu, nous incarnons Buzz l'Éclair, l'un des héros du film, chargé de sauver Woody, son meilleur ami, kidnappé par un collectionneur. Comme dans le matériau de base, quoi.

 

Le jeu ouvre donc sur une bande-annonce du film, précédée du nom des développeurs et de l'éditeur; ça annonce tout de suite la couleur. Nous voici ensuite au menu principal du jeu. Ni une ni deux, je lance tout de suite la partie et commence le premier niveau. Et là, NOSTALGIE ! Eh oui, j'avais déjà joué à ce jeu étant plus jeune, et me revoici plongé à nouveau dans ce monde coloré et jouissif. Car ce que l'on remarque tout de suite, c'est que ce jeu possède une bande-son au top, ainsi que des graphismes...relativement jolis à voir (certains modèles 3D sont tout de même assez moches). Malheureusement, c'est vite le désenchantement lorsqu'on découvre l'horreur de la maniabilité et surtout...de la CAMÉRA !!! Non, sans rire, l'affreuse caméra de ce jeu sera votre pire cauchemar dans ce dernier; surtout lors des phases de plateformes précises où elle n'en manquera pas une pour se coincer comme une sotte dans des endroits inappropriés; ce qui n'est vraiment pas compensé par la maniabilité extrêmement lourde de Buzz qui vous fera chuter bien plus d'une fois lors des phases de plateformes en hauteur, qui représentent environ 90% des séances de plateformes du jeu. Autant dire que ce jeu deviendra un véritable calvaire lors de ces moments-là. Mais pour notre plus grand plaisir, les développeurs auront pensé à inclure un mode de caméra alternatif qui, au lieu de constamment se placer dans le dos du perso' central, restera fixe et pourra être déplacée manuellement par le joueur. Seulement, ce mode-là pourra désavantager considérablement le joueur à plusieurs moments; il faudra donc switcher entre caméra active et caméra passive afin de jouer dans les meilleures conditions possibles, mais ce n'est évidemment pas pratique du tout. Autant donc se contenter de la caméra de base pour éviter de passer continuellement par le menu d'option afin de juste changer de caméra.

    

romstagliouf9.PNG.eaf0a279145dfd5ac1a203983ff200f8.PNG

Les niveaux du jeu sont toujours entrecoupés d'extraits du film, sans doute pour nous inciter à aller voir celui-ci...


Bref, avant de m'aventurer dans le niveau, je suis le tuto à l'entrée de ce dernier afin de découvrir les différents éléments de gameplay que le jeu propose. Buzz, en plus bien évidemment de son saut et double-saut classiques, possède donc un laser, servant naturellement de moyen de défense de base, pouvant être chargé dans le but de vaincre plus rapidement ses ennemis. Buzz peut également se servir d'une attaque tournoyante, pouvant être utilisée afin de contrer les projectiles que l'on nous envoie, et pouvant elle aussi être chargée de la même manière que le laser. Enfin, une vue à la première personne est possible en appuyant sur L1; d'ici, le joueur pourra ainsi locker ses diverses cibles en appuyant sur R1. On a donc là une ribambelle de mouvements que le joueur devra utiliser à travers le jeu pour espérer progresser. De plus, Buzz peut s'accrocher à certaines cordes afin de glisser le long de celles-ci de façon à atteindre des endroits inaccessibles normalement. Il est également à noter que l'on pourra récolter de multiples power-ups, à débloquer ou non; tels qu'un bouclier d'invincibilité temporaire, un grappin permettant d'accéder à des zones trop en hauteur, ou encore des bottes d'accélération permettant de traverser plus rapidement un terrain. Et, croyez-moi, je suis encore loin d'avoir énuméré tous les éléments de gameplay du soft. C'est dire si ce jeu offre pas mal d'idées sympathiques...

 

romstagliouf3.PNG.22affc133d7d72666aefade1ddc1d825.PNGromstagliouf4.PNG.1676ad7ed39dbc8ee7530f39efb0cee9.PNGromstagliouf5.PNG.5058d3e527cf14b38a8723987acd75bd.PNG

On retrouvera avec plaisir les différents personnages du film, avec leur voix françaises.

 

Mais bon, assez parlé, je me lance désormais dans le niveau ! Donc, que faut-il faire concrètement dans ce jeu ? Eh bien, c'est très simple : il s'agit d'explorer de nombreux mondes semi-ouverts variés afin d'accomplir des objectifs pour collecter des jetons Pizza Planet, au nombre de 5 par niveau, permettant d'accéder à la suite du jeu...wait, cela me dit grandement quelque chose... Eh oui, ce jeu est (si vous ne vous en êtes pas rendu compte) un énième clone de Super Mario 64, comme on en trouvait souvent sur la PlayStation 1 à l'époque. De ce fait, il reprend pas mal des éléments de ce jeu, comme, par exemple, les PNJ à qui on peut parler afin de recevoir des conseils ou un collectible après avoir accompli une mission; les différentes "étoiles" à récupérer dans chaque niveau; ou encore les manières dont on peut les récupérer. Mais seulement, là où dans Super Mario 64, les différentes méthodes afin d'obtenir les étoiles sont souvent diversifiées, ici, les moyens seront toujours les mêmes ou presque dans CHAQUE niveau : Battre un boss; résoudre une énigme; ramener 5 objets à un PNJ; gagner une course ou un défi contre-la-montre et ramener 50 pièces à un autre PNJ. Voilà, voilà; pas plus de variété que ça, et c'est vraiment dommage. D'autant plus que, à force d'avoir l'impression de refaire toujours les mêmes choses, cela pourrait éventuellement provoquer un sentiment de lassitude envers certains joueurs, ce qui est vraiment un comble pour une copie d'un jeu qui savait un tant soit peu se renouveler. Néanmoins, les développeurs auront tout de même tenté de rattraper le coup en proposant quelques phases de gameplay originales et des environnements assez variés donnant légèrement envie au joueur d'aller jusqu'au bout. On peut dire que c'est déjà ça de pris...

 

1431304605_romstagliouf10(2).thumb.jpg.a4c25c9f3081b543bc2197b60e1e32d1.jpg     

Parés pour une phase de plateforme chiante ?

 

Quoi qu'il en soit, j'avance dans le niveau et parviens à le terminer complètement. J'enchaîne avec le second, et je passe finalement au troisième niveau du jeu qui a l'air un peu différent... Effectivement, on aura l'occasion, durant ce jeu, d'affronter des big boss tous les 3 niveaux, obligatoires à vaincre afin de passer à la suite. Ces derniers seront beaucoup plus coriaces que les mini-boss ordinaires des autres niveaux, et nécessiteront de ce fait un minimum de tactique (sauf pour le "boss final"; là, j'avoue, j'ai juste foncé dans le tas comme un idiot). Du même coup, on pourra là-aussi retrouver les principaux antagonistes du film. Cool, non ?

 

D'ailleurs, tant que l'on parle du film d'origine ayant engendré cette adaptation, pourquoi ne pas ouvrir une parenthèse (toutefois toujours en concordance avec le sujet initial, rassurez-vous) afin de parler du rapport film-jeu ? En effet, ce jeu est partiellement fidèle à l'ambiance et à la trame du film : références subtiles qui feront plaisir aux plus grands fans, mêmes personnages (du moins la plupart), niveaux...plus ou moins en corrélation avec les lieux du film... Bref, il respecte très bien le matériau de base. Que demander de plus sur ce point-là ? 

 

romstagliouf6.PNG.9d70cba17a72d920e2c619c82b6a6195.PNG

Vous souvenez-vous de ce moment dans le film, où nos héros affrontent un slime géant vivant dans une poubelle ? Moi non plus. 

 

Parlons maintenant de la difficulté. L'une des très nombreuses choses que j'aie pu constater lors de ma partie fut le fait que la difficulté soit dans l'ensemble relativement progressive : au fur des niveaux, les énigmes retournent petit à petit le cerveau (les premières sont réellement niveau maternelle, tandis que les dernières se feront presque au pif), les objets à ramener sont de mieux en mieux cachés, les pièces se font de plus en plus rares et les défis donnent de moins en moins le droit à l'erreur. Par contre, les phases de plateformes et de boss seront assez irrégulières en terme de difficulté. Tantôt ridiculement facile, tantôt péniblement ardu, certaines séquences de plateformes se montreront vraiment punitives à la moindre faute; de même pour différents boss qui ne cesseront de nous attaquer non-stop, sachant d'autant plus que le jeu aura la très fâcheuse tendance de nous remettre directement dans le feu de l'action à chaque mort, après que les ennemis nous aient furieusement descendu la barre de vie. Heureusement, on retrouvera partout dans les niveaux des piles permettant de recharger notre santé ainsi que des vies, nous en donnant ainsi à abondance afin d'éviter le redoutable game over. Bref, une difficulté légèrement irrégulière en général, mais judicieusement compensée par des bonus à foison.  

 

romstagliouf7.PNG

Vers l'infini et au-delà !

 

Bon, finalement, j'avance dans le jeu à grand pas et parvient à le compléter à 100%, avec les 50 jetons au total. Temps de jeu au total ? Moins d'une demi-douzaine d'heures. Oui, ce jeu n'est vraiment pas très long à finir complètement. Enfin, lors d'une première partie, le joueur pourra passer davantage de temps pour finir le jeu en explorant de fond en comble les niveaux pour être sûr de ne rien rater (comme ce fut le cas pour moi), mais les parties postérieures se feront avec une plus grande rapidité. Aucun bonus une fois le jeu fini, il ne restera plus au joueur qu'à revoir les bandes-annonces débloquées... Néanmoins, on reprendra quand même plaisir à refaire plusieurs fois le jeu, malgré ses contrôles insupportables et une répétitivité ostensible. Car en réalité, ce jeu est vraiment agréable à parcourir, peu importe ses défauts évidents, car des qualités claires et nettes seront toujours là pour contrebalancer le tout. 

 

En bref :

 

Toy Story 2 n'est pas un jeu particulièrement mémorable en soi, mais il possède quand même le mérite d'être plaisant à faire et à refaire, ne serait-ce que pour ses musiques, ses niveaux variés ou ses originalités au niveau du gameplay. Même s'il possède des gros défauts gâchant quelque peu l'appréciation globale du jeu, tels que la caméra effroyable, la maniabilité beaucoup trop lourde pour un jeu de plateformes ou même la redondance des objectifs, ce jeu pourra toujours plaire aux joueurs les plus casuals ou aux plus grands fans du film dont il est tiré. En résumé, un bon petit jeu bien sympathique, à tester au moins une fois juste pour voir.

 

Note :      

12/20 

 



3 Comments


Recommended Comments

Je ne m’attendais pas à voir un test sur ce jeu. Bon article en tout cas ! 🙂

J'ai joué à la version N64 il n'y a pas très longtemps, en Juillet 2017 pour être exacte puisque je me rappel avoir fait le niveau de l'appartement de Hal le soir du 14. ^^ J'ai vraiment bien aimé au début et, comme tu l'as dis, le jeu est répétitif dans ses objectifs ce qui a finit par me lasser voir m'exaspérer dans les deux derniers niveaux... dommage.
Il y a de l'idée, oui mais assez peu et rien de bien vraiment transcendant. Tu n'as pas vraiment parlé du level design, alors que c'est un point essentiel des jeux de plate formes 😛. En l'occurrence il est ici plutôt bon et vraiment intéressant dans son approche "zone urbaine à taille de jouet"... sorte de Chibi Robot avant l'heure.
Pour ça que j'ai beaucoup aimé le début, un p'tit mario 64 like bien fait avec une maison visitable de fond en comble a quelque chose d'assez jouissif. J'ai bien aimé la ruelle tout en verticalité aussi, mais d'autres niveaux sont assez pénible (l'ascenseur...) voir inintéressant (le tarmac... une étendu vide et tout sur le coté).
D'ailleurs, tu parles des powers-up sans préciser que certain sont requis dans d'anciens niveaux, ce qui incite à les revisiter (mais c'est assez peu intéressant).

La bande son dans l'ensemble ne m'avait pas marqué plus que ça, mais elle donnait une bonne l'ambiance. ^^ D'ailleurs il n'y a pas de doublage sur la version N64 (et les cinématiques se résument à des screenshots du film... donc j'en conclue que la version PS1 est supérieur).
Par contre je n'ai pas souvenir d'avoir eut des problèmes de caméra ou à de très rares moments. ça c'est le truc qui ne me dérange jamais dans les jeux vidéos bizarrement...

Après pour le reste je suis d'accord avec toi, même si je trouve la note un poil trop sévère alors que pour un jeu à licence il ne s'en tire pas trop mal. ^^
 

Edited by Paxdu92

Share this comment


Link to comment

Merci pour ton retour ^^

 

Il y a 14 heures, Paxdu92 a dit :

Il y a de l'idée, oui mais assez peu et rien de bien vraiment transcendant. Tu n'as pas vraiment parlé du level design, alors que c'est un point essentiel des jeux de plate formes 😛. En l'occurrence il est ici plutôt bon et vraiment intéressant dans son approche "zone urbaine à taille de jouet"... sorte de Chibi Robot avant l'heure.

 

En effet, j'ai malencontreusement omis de parler du level-design ><' C'est vrai que l'idée d'un monde relativement banal du point de vue d'un jouet n'est vraiment pas inintéressante, malgré des bizarreries d'échelle à certains moments; t cela est somme toute assez bien exploité : On glisse sur une corde à linge afin d'atteindre une plateforme, on grimpe sur une plante, on se sert d'une balance comme d'un trampoline, d'un skateboard comme d'un propulseur, etc... 

 

Promis, je n'oublierai pas de parler de ça lors de mon prochain test *clin d'œil exagéré* 

 

Il y a 14 heures, Paxdu92 a dit :

Pour ça que j'ai beaucoup aimé le début, un p'tit mario 64 like bien fait avec une maison visitable de fond en comble a quelque chose d'assez jouissif. J'ai bien aimé la ruelle tout en verticalité aussi, mais d'autres niveaux sont assez pénible (l'ascenseur...) voir inintéressant (le tarmac... une étendu vide et tout sur le coté).

 

Ça, il y en a pour tous les goûts. C'est pour cela que j'admire la diversité des niveaux : un coup, on nous permet d'explorer la maison d'Andy; un coup, on infiltre une cage d'ascenseur en passant par les bouches d'aération; un coup, on escalade les échafaudages d'un chantier... Personnellement, j'ai bien aimé le niveau du tarmac : il a beau être vaste, j'ai justement apprécié d'explorer toute l'étendue et de récupérer chaque pièce et bonus qui traînait sur le terrain, et en me servant de l'avion central afin d'accéder aux zones en hauteur sur le coté; je trouvais que c'était une bonne idée. À l'inverse, j'ai détesté (bon, OK, le mot est peut-être un peu fort) le niveau de la ruelle, justement pour sa verticalité que je trouvais peu inspirée et redondante (après, le niveau ne se résume heureusement pas qu'à de l'ascension, mais même). C'est l'une des choses de ce jeu que je trouve remarquable : arriver à imaginer des niveaux très variés pouvant plaire ou déplaire à tout le monde.

 

Il y a 14 heures, Paxdu92 a dit :

D'ailleurs, tu parles des powers-up sans préciser que certain sont requis dans d'anciens niveaux, ce qui incite à les revisiter (mais c'est assez peu intéressant).

 

J'ai hésité à en parler car, comme tu le dis toi-même, c'est assez peu intéressant, voire TRÈS peu intéressant : sur une dizaine de niveau, il n'y en a que 3 qui seront à refaire obligatoirement avec les power-ups, dont 1 qui permet vraiment de le redécouvrir. Donc, ouais, au départ, je trouvais le concept sympa, mais c'est finalement trop peu utilisé par le jeu.

 

Il y a 14 heures, Paxdu92 a dit :

D'ailleurs il n'y a pas de doublage sur la version N64 (et les cinématiques se résument à des screenshots du film... donc j'en conclue que la version PS1 est supérieur).
Par contre je n'ai pas souvenir d'avoir eut des problèmes de caméra ou à de très rares moments. ça c'est le truc qui ne me dérange jamais dans les jeux vidéos bizarrement...

 

J'avais moi-aussi testé la version N64 il y a quelque temps; je n'avais fait que le premier niveau, l'absence de doublage rendait le jeu effectivement assez vide, et les "cinématiques" étaient oubliables. En revanche, pour la caméra, je me souviens qu'elle n'était aussi horrible que dans la version PS1. A contrario, les contrôles étaient pires. À la limite, il faudrait que je me refasse la version 64 afin de comparer les 2 versions, car je sais qu'il y a des différences notables entre les 2, notamment un échange de musique entre 2 niveaux.    

 

Il y a 14 heures, Paxdu92 a dit :

Après pour le reste je suis d'accord avec toi, même si je trouve la note un poil trop sévère alors que pour un jeu à licence il ne s'en tire pas trop mal. ^^

 

La note de 12/20 prend surtout compte du fait que, malgré des qualités flagrantes, il n'y a rien de vraiment spécifique à ce jeu qui le fait se démarquer de la concurrence, plus ses défauts évidents. Après, pour moi, 12 n'est pas une mauvaise note du tout pour ce jeu. Pour un jeu à licence, c'est clair qu'il s'en sort magistralement bien (en même temps, Traveller's Tale est un studio compétent), mais il est clair et net qu'il y a mieux comme jeu à licence. Je ne sais pas combien tu lui mettrais, mais pour moi, cette note lui va parfaitement.

 

En tout cas, Merci pour ton commentaire ;3        

Share this comment


Link to comment

Salut ^^

 

C'est un jeu qui m'avais marqué étant plus jeune, je l'avais réclamé à mes parents et je l'avais eu, par contre, je ne sais plus pourquoi je voulais autant ce jeu 😅

Globalement, je suis assez d'accord avec toi : jeu très varié, niveau plus ou moins vaste, répétitif (mais ça ne me gêne pas trop comme défaut^^) ou encore une super bande-son (surtout dans l'appartement du collectionneur).

J'en est gardé de très bon souvenir, Il faudrait que je me le refasse prochainement.

 

Bref, c'était encore un très bon test 🙂 

 

Share this comment


Link to comment