MaiffaInes

note

16 /20

Maiffa resserra son imper’ contre son corps, comme pour se tasser dans un trop mince cocon qui lui permettait de se protéger du mal qui l’entoure. Elle était en pleine rue, illuminé par un réverbère proche, elle raffermit sa prise sur son revolver. Elle sursautait à la moindre ombre, et au moindre bruit, y compris quand sa compagne, une jeune orpheline de même pas quinze ans, relâchait un souffle un brin trop fort.
Que leur étaient-elles donc arrivées ? Découvrons le ensemble.

Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

15 /20

Dans le futur lointain, il n’y a que la guerre… Et Games Workshop qui continue de faire fructifier Warhammer 40000.
Même si « fructifier », de l’avis d’un nombre non négligeable de fans de la saga, ne serait peut-être pas le terme à employer pour Dawn of War III. Qu’importe ! L’appel du combat reprend de plus belle, sous une forme inédite pour la série : celle d’un 4X, où, comme on peut s’en douter, c’est le versant « eXterminer » qui est le plus important.
A tel point que l’on serait plus en présence d’un jeu plutôt résolument tactique, où l’aspect gestion des 4X vient seconder un seul but : l’éradication totale des autres factions.
Et, ma foi, ce n’est pas une mauvaise formule ! Enfilez une combinaison de Space Marines et sautez dans un module de débarquement pour voir de quoi il en retourne, ami Lecteur.
Attention cependant : tout sur la planète vous sera hostile !
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Critique

note

17 /20

Arkane a prouvé avec la licence Dishonored que les Français peuvent arriver à percer sur la scène vidéoludique internationale.
Prey peut sembler une bête curieuse au premier abord, n’ayant pratiquement rien à voir avec le jeu du même nom. En vérité, il faut rechercher l’origine de Prey bien plus loin, car on tient là vraiment le successeur spirituel – ou la redite d’une autre manière ? – de System Shock 2 : un lieu dans l’espace dévasté par une menace alien, avec un gameplay qui s’en rapproche beaucoup…
Et, comme Bioshock en son temps, Prey montre qu’il est bon élève en nous offrant une expérience de qualité.
Ajustez votre combinaison, ami Lecteur, branchez quelques neuromods et explorons prudemment Talos I…
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

14 /20

Valkyria Chronicles ! Sorti sur Steam en 2015, il avait ainsi pu être accessible à un plus grand nombre de joueurs, et les amateurs de tactique auraient eu raison de s’y pencher.
Les années passent, et point de portage de la suite, laquelle s’est nichée sur la PSP et non pas sur la PS3. Un choix impliquant des limitations techniques, nuisant à une suite qui n’avait guère besoin de ça.
En effet, malgré un accueil chaleureux de la part de la critique et d’excellentes ventes au début, le résultat commercial a tout de même amené à ce que le troisième épisode ne sorte pas du Japon…
Rentrez dans le tank, ami Lecteur, et examinons les raisons de cette demi-débâcle.

Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

8 /20

Beaucoup de séries de jeux vidéos sont comme les civilisations : elles ont leur âge d’or, avant qu’une autre ne vienne les éclipser, et que leur tour de briller ne revienne.
La légende de Duke Nukem a certainement marqué les années 90 : un héros viril à l’excès décimant des aliens caricaturaux et ne cachant pas son goût pour les femmes bien faites, le tout dans de l’action effrénée.
Il y a bien eu des spin-off depuis Duke Nukem 3D, mais rien d’aussi marquant que celui-ci et pas de réel retour du Roi sur PC !
La légende a bien continué, sous forme de vaporware, de développeur en développeur, finissant par éclore en catastrophe après plus de dix ans. Retour sur une des plus magistrales chutes de piédestal…
Pas besoin d’accrocher vos ceintures, ami Lecteur.
Aronaar

note

16 /20

Pillars of Eternity s’était présenté comme le renouveau, en esprit au moins, des CRPG. Sa suite avait un lourd poids sur les épaules, étant donné le succès du premier, et un nouveau kickstarter accumulant les millions avait de quoi nourrir de belles promesses !
Oubliez toute idée de révolution : si Deadfire change de cap niveau ambiance, il reste confortablement, pour le meilleur et le critiquable, fort proche de son aîné.
De quelle manière ? Mettez votre plus beau chapeau de pirate, hissez la grand’voile, et allons découvrir cela ensemble, ami Lecteur !
ChatNoirRetro

note

18 /20

Plongeons-nous dans le contexte : Nous sommes en 1990, Nintendo s'apprête à sortir sa dernière-née : la Super Nintendo Entertainment System (abrégé en SNES). Mais comme toute bonne console qui se respecte un minimum, il lui faut un jeu de lancement. Nintendo conçoit donc un nouveau jeu mettant à l'honneur le célèbre plombier qui fit un succès phénoménal quelques années auparavant. L'équipe de Nintendo travaille alors sur ce jeu. Après 3 ans de développement, le jeu sort enfin. Et c'est ainsi qu'est né Super Mario World. Il devient rapidement l'un des plus gros succès de la console. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des meilleurs jeux de tous les temps; mais est-ce à juste titre ? C'est ce que nous allons voir…
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

8 /20

La Pologne a su nous offrir de formidables choses sur le plan vidéoludique- il n’y a qu’à voir CDProjekt, qui a fait fructifier la saga The Witcher d’un « petit » RPG à un open-world plébiscité par des millions de joueurs.
Chrome, développé en 2003 par Techland (Dying Light, Call of Juarez, Dead Island…) est plutôt à ranger dans la catégorie des vilaines choses qu’on va garder sous le tapis pour ne plus les regarder.
C’est quelque chose qui arrive lorsqu’on joue aux savants fous, à vouloir hybrider un peu de gènes de Deus Ex et un FPS se passant pas mal dehors !
Réglez vos implants bioniques à l’intensité maximale, ami Lecteur, et explorons les entrailles de Chrome…
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

17 /20

Depuis l’Atari 2600, la saga des Aliens a été la source de toute une panoplie de titres vidéoludiques- dont une bonne part dans le domaine de l’action, forcément tentant lorsqu’on peut incarner un Marines armé jusqu’aux dents, un Prédator en mode « traqueur impitoyable » et évidemment, les joyeux xénomorphes.
Tout cela avec plus ou moins de succès, jusqu’à Colonial Marines, lequel est un cas d’école de ce qu’il ne faut pas faire comme FPS, horrifique ou non.
Heureusement, Alien Isolation est d’une toute autre trempe. En totale résonance avec l’esprit de la trilogie originale, c’est une aventure de survie angoissante que l’on vous promet, dans un cadre oppressant à souhait…
Une promesse avérée ? Equipez-vous de votre détecteur de mouvement et venez le découvrir sans faire un bruit, ami Lecteur…
Aronaar

note

16 /20

Lorsqu’une série perd en popularité, il existe plusieurs solutions pour faire qu’elle survive tout en diminuant les frais. Pour Big N, la solution est simple, la même que pour Dual Destinies : se contenter de publier le jeu en une seule langue.
Autant le préciser tout de suite, même si vous êtes un grand assidu des Ace Attorney, vous ne pourrez profiter de Spirit of Justice que si vous possédez un bon niveau d’anglais.
Toutefois, si la langue n’est pas une barrière pour vous, ami Lecteur, vous constaterez que la série, pour moins florissante commercialement parlant qu’elle soit, n’a pas perdu la main avec Spirit of Justice.
Prenez un magatama et découvrez pourquoi !
MaiffaInes

note

5 /20

Alors, aujourd’hui, je voulais vous parler de la série des Dangerous Dave, une ancienne licence de jeu de plateforme horrifique. Mais je me doute que vous en avez rien à faire, alors à la place, on va parler de drague et d’histoire de cul. Non, pas ce genre d’histoires, même le Donjon de Naheulbeuk n’en voudrait pas. Non, le genre de truc plus nul que nulle. Le dessous des abysses… Attention, on va parler des Pick Up Artist…
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

9 /20

Humble Bundle, c’est formidable. Chaque semaine, pour un maigre dollar, vous pouvez avoir droit à plusieurs jeux, et régulièrement, de qualité, parfois des hits en leur temps.
Et de temps à autre, vous avez des thématiques où l’on retrouve des jeux comme Sakura Beach, un jeu que je me suis évidemment empressé d’installer…
« C’est vilain de mentir, Patron… »
… que je me suis empressé d’installer, écrivais-je, par curiosité morbide et peut-être un brin masochiste, le jeu étant tellement éloigné de mes centres d’intérêt.
Mais la vie (ou la morte-vie), c’est de nouvelles expérience ; celle-ci vaut-elle le coup, ami Lecteur ?
Emmenez votre maillot de bain, débranchez votre cerveau et allons batifoler sur la plage pour le savoir.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

11 /20

Un jour du début des années 2000, une sorcière faisait bouillir un chaudron à Kemco.
« Nyah ! L’infiltration a le vent en poupe, il nous faut une recette pour ce genre ! Voyons… Une généreuse base d’ersatz de Splinter Cell… Des morceaux de Metal Gear, à volonté… Quelques zestes de Tenchu… Une bonne dose de clichés… Hm, il manque quelque chose. J’ai trouvé ! »
La sorcière ajouta une bimbo blonde en habits affriolants, et le chaudron crépita : le concept de Rogue Ops était né.
Un jeu où la véritable infiltration a consisté à piquer des idées à la concurrence avec quelques timides touches de personnalisation, pour un résultat voué à l’obscurité. Mais des ténèbres peut surgir de précieuses leçons, alors, ami Lecteur, accompagnez-moi donc pour une aventure… Particulière !
Lurcal

Par Lurcal, dans Articles des membres Jeu Analyse

Bonjour/Bonsoir à tous ! Je me lance sur cette rubrique de RomStation et je viens pour présenter ce cher jeu qu'est Kantai Collection, ou Kancolle !
Certains le connaissent sûrement déjà, d'autres n'en ont jamais entendu parler. Dans les deux cas, je vous invite à me rejoindre sur les eaux tumultueuses pour prendre part à ces batailles navales !



Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Jeu Critique

note

18 /20

Depuis New Super Mario Bros. Wii, les Mario 2D se suivent et se ressemblent, créant une certaine lassitude chez les joueurs bien rodés au genre de la plate-forme. Surtout que les évolutions paraissent minimes quand on compare aux premiers Mario, œuvres majeures ayant bercé plusieurs générations. Et voilà que pour les 30 ans du plombier, Nintendo réunit tous les épisodes 2D en un jeu, un éditeur de niveau à la fois ergonomique et inventif : Super Mario Maker ! Après un passage remarqué sur Wii U, nous avons droit à une version portable. Cela vaut-il le coup de repasser à la caisse ?
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

14 /20

La seconde Guerre Mondiale, une page ô combien ténébreuse de l’Histoire, mais ô combien exploitée dans la sphère des jeux vidéos.
Autant le dire tout de suite, l’approche retenue par le Saboteur est un peu surprenante. Cette sorte de GTA-like légèrement hybridé d’Assassin’s Creed prend avec le contexte historique bien des libertés, emballées dans un voile de légèreté.
Cette audace paye, mais pas se s’en assortir de plusieurs chausse-trappes pour notre ami le Saboteur.
Cela vaut-il le coup d’y mettre le pied ? Prenez quelques bâtons de dynamite, ami Lecteur, et inspectons cela.
Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Jeu Critique

note

18 /20

Cela faisait dix ans que l’on n’avait pas eu de Mario 3D majeur, dans la droite lignée de Super Mario 64 qui avait marqué son époque et le monde du jeu vidéo. Un tel retour se faisait terriblement désirer tout en ayant quelque crainte. Mario serait-il toujours à la hauteur après des épisodes sympa sans plus et des New sans âme ? Après une refonte du concept dans le dernier Zelda, Mario ne partirait-il pas vers des horizons qui lui feraient perdre son identité lui aussi ? Annoncé au lancement de la Switch, Super Mario Odyssey avait déjà surpris avec ses univers singuliers. Montez à bord de l’Odyssey, et mettons le cap vers les contrées du Mario de la Switch. Un excellent jeu, oh oui.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

16 /20

« Télégramme de Dunwall, Patron. Apparemment, ce serait encore une histoire de déshonneur ou je ne sais quoi…
- Rien de tel que d’assassiner des gens en période de Noël ! Je pars tout de suite, Bob. »
Dishonored avait prouvé que les français, cocorico, pouvaient eux aussi prétendre à créer un jeu d’infiltration capable d’être populaire dans le monde entier.
Qui dit gros succès dit grosse motivation pour réaliser une suite, et nous voici donc avec un Dishonored 2 promettant de tout mieux faire- une promesse plaçant la barre haut, et comme le disait la chanson dans le premier, plus ils sont grands, plus dure est la chute.
Heureusement, grâce à un Blink bien calculé, Dishonored 2 ne tombe pas de bien haut- mais assez, peut-être, pour chuter en-dessous du niveau d’excellence auquel il prétend.
Enquête en mode furtif…
Aronaar
Un court préambule, ami Lecteur, pour vous préciser ma position par rapport à ce nouvel épisode.
Comme beaucoup d’autres, j’ai été déçu par l’épisode précédent, trop prisonnier de la saga originale dont il reprenait le schéma et les scènes fortes, sans parvenir à développer son « propre » background : le flou quasi-total sur la façon dont le Premier Ordre a connu une telle montée en puissance est particulièrement préjudiciable.
Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Jeu Critique

note

15 /20

Qui aurait cru en 2007 qu’un simple PNJ de Mario aurait droit à son propre spin-off ? Apparu dans les Galaxy dans des situations plus ou moins saugrenues, un simple Toad affublé d’une lampe frontale eut alors droit à ses propres niveaux dans le sympathique Super Mario 3D World. Hélas ils étaient peu nombreux et voilà que l’on se retrouve avec ce qui semble être un énorme DLC vendu à part. Ça vaut quand même le coup ?
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

14 /20

Chez Nintendo, les remakes, plus qu’un concept, c’est une pratique prolifique.
Une démarche compréhensible au vu de l’âge d’or de big N qui contient moult titres à remettre au goût du jour, tant pour les « anciens » que les nouvelles générations de gamer.
Après un Shadow Dragon (FE1) laxiste sur DS, un Heroes of Light and Shadow (FE3) bien plus abouti mais hélas pas sorti en Europe, Intelligent Systems remet les couverts pour l’épisode le plus atypique de la saga, Gaiden, renommé en Echoes.
Gaiden utilisait une formule qui ne fut jamais reprise dans la série, et lorsqu’on joue à Echoes, on peut comprendre pourquoi… Remontez l’horloge de Mila afin d’en comprendre les raisons !
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

16 /20

Pris d’une soudaine inspiration, Aronaar déclara :
« Par mon présent Edit, qu’un RPG divertissant apparaisse dans ces ténèbres ! »
Et, coup de bol, c’était le jour de la sortie de Tyranny, qui apparut donc devant lui avec un plop sonore. La Liche examina le dos de la boîte et éclata d’un rire méphistophélique.
Il rédigea une courte note pour Bob : il partait séant conquérir le monde pour le Mal, au lieu d’être un héros droit dans ses bottes !
Après un Pillars of Eternity possiblement pas aussi rénovateur pour le C-RPG occidental qu’on le dit, Paradox et Obsidian souhaitent donc nous faire vivre une aventure atypique où le Mal l’emporte, avec nous pour planter les derniers clous de la tyrannie.
Concept, sinon original, du moins peu courant et séduisant !
Tyranny se montre-t-il donc à la hauteur de ce changement de perspective ?
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

16 /20

Les légendes Nintendoïennes racontent que fut un temps, un studio à l’emblème de l’abeille produisait les Mario Party.
Durant cet âge mythique, les plateaux de jeu avaient de l’importance et les petites étoiles n’existaient pas. Tout le monde jouait chacun son tour, et c’était tout aussi bien.
Nous sommes en l’an 2007, et Hudson signe avec cette version DS son deuxième et dernier épisode Mario Party sur console portable, après un opus GBA raté car sans mode multijoueur.
Le dernier également à jouir d’un vrai succès sur ce support ! Attrapez un D10 et quelques champignons, ami Lecteur, nous allons comprendre pourquoi.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

13 /20

Vous êtes-vous jamais demandé, ami Lecteur, ce que cela donnerait si l’on secouait ensemble du Painkiller avec quelques doses d’ambiance Wolfenstein et Doom, dans un habillage très arcade en pleine première guerre mondiale ?
Probablement pas, mais voici le résultat : Necrovision !
Une production sponsorisée par les camarades de 1C nous ayant déjà offert Death to Spies, Necrovision essaie de nous raconter une histoire tout en nous abreuvant de soldats des puissances centrales et créatures maléfiques à dézinguer.
Le résultat est… Surprenant.
Surprenant comment ? Prenez une baïonnette et du white spirit : le sang coule à flot dans ce jeu.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

15 /20

Dans un monde parfois trop normé, que ce soit dans les jeux vidéos ou ailleurs, il est rafraîchissant de trouver de temps à autre un petit OVNI comme Koudelka.
En effet, on ne s’attend pas intuitivement à voir mélangés un RPG avec un aspect survival-horror !
Le résultat ? Pas un mix entre Resident Evil et Final Fantasy, mais un jeu atypique probablement pas à la hauteur de ce qu’espéraient ses créateurs, et qui aurait peut-être été oublié sans les suites spirituelles qui ont vu le jour.
Prenez un morceau de fromage et du whisky pour m’accompagner dans la découverte de ce drôle d’hybride…
Annatar78
Que représente pour vous l’ère de la 32-bits ? Cette période que vous avez probablement connu, a vus l’apparition du support CD ainsi que des premiers jeux en 3D. Alors que SEGA et Nintendo se disputaient le marché des consoles de salon, que Sony était encore relégué en tant que fabriquant de téléviseurs et que Philips tentait de conquérir le marché avec son CD-I, un concept allait faire parler de lui. Plus qu’une simple idée, le système 3DO allait révolutionner le jeu-vidéo à sa manière, bien que celui-ci fût pour beaucoup incompris. Retournons en 1993, date à laquelle le projet 3DO vit le jour. Ce dossier a été écrit en 2013.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Film Critique

note

13 /20

Comme un des virus qu’elle affectionne tant, la série des Resident Evil continue de se répandre inlassablement. Après un RE7 tentant une formule moins tape à l’œil et plus chargée en atmosphère qu’en action explosive, un RE Final Chapter venant couronner une série de films sévèrement essoufflée sur la fin, nous voici avec Vendetta dans le monde des films d’animation !
Degeneration était très oubliable, Damnation était amusant, et Vendetta est…
Mais vous ne croyez pas que je vais vous le dire tout de suite, ami Lecteur ?
Sachez pour le moment que je n’avais aucune attente particulière par rapport à cette production, et en avant pour la dissection !
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

Sorti en 1991 sur Amiga et Atari ST puis sur de nombreux autres supports les années suivantes, Another World, conçu par Eric Chahi (Heart of Darkness), est considéré aujourd’hui comme un monument du jeu vidéo. Plus connu sous le nom de Out of this World en Amérique du Nord, le jeu nous plonge sur une planète hostile où le joueur aura pour objectif de s’échapper afin de retourner sur sa bonne vieille Terre.
Je parlerai ici à la fois de la version d’origine que j’ai testé sur Super Nes et de l’édition 15ème anniversaire sur PC.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

9 /20

« Patron, Patron ! C’est terrible ! Les Etats-Unis ont été envahis !
- Encore ? bailla la Liche. Par des aliens, je suppose ?
- Juste les Nord-Coréens. C’est terrible ! répéta Bob.
- Oui, bon, on se passera de hamburgers et de séries surmédiatisées un moment. Les américains finissent toujours par gagner dans leurs productions, je ne vais pas m’en occuper.
- Mais, et Game of Thrones ? »
Aronaar médita la question un moment, et soupira.
« Bon, admettons. Cela ne peut être pire que Colonial Marines… »
Homefront ! Comment, vous ne vous en souvenez pas ? Je ne saurai vous blâmer, ami Lecteur. Le studio qui l’a produit a disparu l’année même de sa distribution commerciale.
Pourquoi un si funeste destin ? Venez avec moi le découvrir, et n’oubliez pas votre pilule de mutisme.
Paxdu92

note

14 /20

Il est toujours bon de dépoussiérer ses vieilles affaires, histoire de donner un coup de neuf à un élément du passé et constater qu’il n’a plus vraiment sa place. Et dans le jeu vidéo, les remakes sont monnaie courante. Après tout, le premier épisode de Fire Emblem avait eu droit à son remake sur DS, pourquoi pas le suivant avec toutes les récentes avancées ? Après l’ombre du dragon, l’ombre de Valentia… et après y avoir joué, cet épisode ferait justement mieux de rester dans l’ombre.
Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Série Critique

note

15 /20

L’homme de tout temps a mis à profit son imagination pour expliquer les choses, créant des créatures fabuleuse et des divinités enchanteresses. Et il est toujours intéressant de voir comment une autre civilisation s’approprie et traite les mythes et cultures qui ne sont pas les siens. C’est justement le cas ici, où je vais vous présenter le monde fictif qu’est Lodoss, fameux OAV des années 90 qui a un univers pour le moins classique et déjà vu mais qui n’est pas dénué d’intérêt…
Annatar78

Par Annatar78, dans Articles des membres Film Critique

Quel délice de se perdre un court instant dans la poésie de Miyasaki. Loin d'être attiré, au premier abord, par les films d'animation japonais, je dois reconnaître qu'une poignée d'entre eux m'ont tout de même transporté par delà les rêves et l’enchantement que pouvait procurer l'imaginaire de l'enfant que j'étais. Au sommet de cette pyramide, indétrônable depuis tant d'années : Le Voyage de Chihiro. Cet article risque de ne contenir aucune once d'objectivité. Maintenant que vous êtes prévenus, entamons ensemble ce voyage au pays de Miyasaki.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

16 /20

« Mais Patron, puisque je vous dis que c’est pas fait pour moi, assassiner les gens…
- Vous vous sous-estimez, Bob. Vous vous en êtes très bien sorti la dernière fois. Et maintenant, vous allez disposer d’un atout imparable pour gagner encore plus d’argent ! »
La Liche ménagea le suspens un moment, puis sortit un coffret qu’elle ouvrit lentement.
« Des… Pièces de monnaie ? fit le séide, très incertain sur l’utilité de la chose.
- Vous doutez, c’est normal. Enfilez votre costume… »
Après un Contracts vraiment pas probant, le tueur au code-barre revient à la charge dans une itération qui se veut plus aboutie. Mais à côté des nouveautés, s’affranchit-elle assez des défauts de ses prédécesseurs pour réveiller l’intérêt de l’assassin virtuel qui sommeille en vous ?
Réponse corde de piano à la main.
Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Jeu Critique

note

15 /20

Le Mario de papier revient pour une cinquième aventure, achevant d’un bon coup de marteau (et de peinture) une Wii U à l’agonie. Un Paper Mario que l’on ne pensait pas voir car sortant bien tardivement et hélas reprenant la formule de son prédécesseur Sticker Star qui avait déçus bon nombre de personnes. Mais peut-être que le passage à la HD et les nouveautés apportées sauront rectifier le tir ? Verdict avec un peu d’encre sur du papier… numérique bien sûr.
ziggourat

Par ziggourat, dans Articles des membres Film Critique

James Baldwin, vous connaissez ? Non ? Moi non plus...
Et pourtant, après ce documentaire vous aurez probablement envie de le lire. Voici donc " I Am not your negro" documentaire retraçant les pensées (écrites ou dites) de l'auteur concernant les mouvements des droits civiques des afro américain. Il a été témoin des luttes de nombreux individus : Malcom X, Martin luther king et Medgar Evers.
Nous verrons de magnifiques images et vidéos d'archives, des échanges, des débats, mais aussi des luttes...
Un documentaire réalisé par "Raoul Pereck" et sorti en 2017 en france.
ziggourat

Par ziggourat, dans Articles des membres Jeu Critique

note

16 /20

Il des gens qui m’impressionnent pour tout un tas de raison. Dans le milieux du jeux vidéo; il gens qui se disent que malgré les années qui passent, certains jeux restent indémodables. Dans les faits, le gameplay et les graphismes prennent généralement un coup de vieux. Alors, qu'on j'ai entendu parlé pour la première fois d'un remake d'un jeu master system datant de 1989, je n'y attendais pas grand chose, au mieux, un portage qui lisse le jeu pour rendre le jeu supportable visuellement.
Je me suis bien planté, et c'est tant mieux.
Annatar78

Par Annatar78, dans Articles des membres Film Critique

Les films de science-fiction sont à l'honneur ces dernières années. L'année 2017 ne fait pas exception avec la sortie de l’inattendu Life – Origine Inconnue. On peut se réjouir d'une véritable originalité entre tous ces films de science-fiction qui nous parviennent, car finalement il y a peu de points communs entre un Gravity, un Seul sur Mars ou encore un Passengers avec Life – Origine Inconnue.
Life – Origine Inconnue nous est vendu comme un film de science-fiction orienté horreur. Qu'en est-il réellement ?
Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Film Critique

note

14 /20

Salam aleykoum les loukoums ! Quand on aime un art il est toujours intéressant d‘en connaitre son histoire, ses origines. Ayant une affection pour les films d’animation je me suis alors demandé quel était le premier. Après une petite recherche il s’agit d’El Apostol, un film Argentin de 1917 ! Mais le film est introuvable et je vais donc plutôt vous parler des Aventure du prince Ahmed (Die Abenteuer des Prinzen Achmed), réalisé en 1926 par la célèbre (dans le milieu) Lotte Reiniger ! L’un des premiers films d’animation et le premier à être encore bien conservé. Alors voyons un peu ce que ça donne, en espérant que ça n’ait pas trop pris la poussière, ou le sable dans le cas qui nous intéresse, après un petit détour historique.
Aronaar
La saga Alien a laissé une grande marque sur le cinéma, ne serait-ce qu’avec la figure terrifiante du xénomorphe rentrée dans la culture. Prédateur vicieux, plusieurs fois qualifié de parfait, hautement adaptable et agressif, empli du symbolisme de la violence sexuelle…
Définitivement pas le genre de bestiole qu’on a envie de croiser au détour d’un couloir de vaisseau mal éclairé (ou nulle part ailleurs, en définitive).
Inutile de s’appesantir trop longtemps sur le fait que le retour de la saga avec Prométheus a, disons, divisé les fans, lorsqu’il n’a pas créé des réactions très chargées en émotions négatives !
Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Jeu Critique

note

16 /20

Voilà 20 ans que la série des petits monstres de poche existe. Assez d’années pour voir de nombreux épisodes, des canoniques aux spin-off en passant par les nombreux produits dérivés. Et parce que la série ne prend pas de vacances, voilà que pour fêter le coup sort une nouvelle génération, la septième, placé sous le signe du soleil (et de la lune) des îles paradisiaques d’Alola. Alors, révolution pour l’occasion ou bonne version de plus ?
Paxdu92

note

17 /20

Ouvrez vos yeux ! … Ouvrez vos yeux !!! (ça vaudrait mieux sinon je ne sais pas comment vous faites pour lire). Réveillez-vous ! Et non, il ne s’agit pas d’un slogan de témoin de Jéhovah mais la nouvelle phrase d’accroche de la princesse Zelda. Il faut dire qu’on aura attendu cet épisode pendant presque toute l’existence de la Wii U ! Maintenant sorti, il est enfin temps de juger ce que vaut le fameux open world si intriguant, qui aurait fait pleuvoir une flopée de notes dithyrambiques chez les professionnels. Cependant je ne suis pas encore très convaincu, allons voir plus en détail ce que vaut le dernier jeu de la Wii U… et le premier de la Switch.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

6 /20

Salutations, ami lecteur émérite ! Avez-vous apprécié le dernier discours du camarade Staline ? Je suis sûr que oui !
Mais installez-vous confortablement, il me faut vous parler d’une autre merveille soviétique, ô combien méconnue. Une merveille à laquelle, vraiment, personne ne s’attendait : The Stalin Subway. Le concept d’un FPS ayant pour thème le métro dans un univers post-apocalyptique, on connaît, mais dans la mère Russie, avec le nom de notre bien-aimé guide accolé, n’est-ce pas intriguant ?
Vous ne savez pas à quel point ! Prenez un verre de vodka, je l’ai frelaté moi-même, et allons découvrir cette surprise…
Spéciale.
Aronaar

note

9 /20

Resident Evil est une franchise qui, par certains aspects, me fascine, un peu dans le sens d’un plaisir coupable. Née avec une histoire de série B et des dialogues à haute valeur de mousse ajoutée (« You were almost a Jill sandwich ! »), codificatrice du survival-horror préférant tout montrer par rapport à une horreur plus psychologique à la Silent Hill, il semblait assez inévitable qu’avec son succès, la célèbre série vidéoludique doive passer par le prisme déformant la transformant en saga cinématographique.
Inutile de s’étendre trop sur les périls d’une telle adaptation. Les exemples sont connus et nombreux, entre autres Super Mario Bros le film, Street Fighter, Mortal Kombat, etc. Entre les deux domaines, on n’utilise pas la même grammaire, et la « traduction » peut se révéler désastreuse- parfois, elle ne devrait juste pas être tentée !
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

15 /20

Les gardiens des temples des différents domaines créatifs s’écroulent, des projets et des gens qui seraient autrefois restés dans l’ombre peuvent maintenant se faire connaître, pour le meilleur, le moyen et l’infâme.
Fallout Resurrection se situe dans la gamme des créations passionnées, véritable Fallout classique fanmade réalisée en dix ans sur du temps libre, et traduit plus récemment dans la langue de Shakespeare.
Désigné comme Fallout 1.5 à raison, il nous fait revivre l’ère d’anthologie de la série gratuitement… Avec succès ?
Suivez-moi dans un autre coin des terres désolées pour le découvrir, et gardez toujours une main sur votre arme.
ziggourat

Par ziggourat, dans Articles des membres Jeu Critique

note

14 /20

Fallout, une saga qui m'a envoyé du rêve lorsque j'étais plus jeune...et qui m'en envoie encore rien qu'en y pensant. J'ai joué des centaines d'heures au 3eme opus sur différent supports.
Je rêve d'un vrai remake du 2, New Vegas m'avait foutu une claque au niveau des factions... J'ai même essayé et apprécié le spin-off hack and slah sur ps2 juste pour son univers.
Bref, Fallout, c'est ma came. Et lorsque l'E3 est arrivé avec le trailer du 4eme opus...j'ai pensé : "Prenez mon fric les gars ! La HYPE ! LA HYPE DE FOU ! " Et bien non.
Fallout 4 est un des rares jeux qui me fait passer par toutes les émotions possible, j'oscille entre l'ennui total, la frustration et des moments d’extase en quelques secondes. Je vais donc tenter d'expliquer pourquoi ici.
Paxdu92

Par Paxdu92, dans Articles des membres Manga Critique

Quand on parle de comic, on a souvent l’image des super héros qui vient en tête tant on nous bassine les oreilles avec les adaptations Marvel au cinéma. Il serait dommage d’ignorer ce qu’il y a à coté : la bande dessinée américaine souvent méconnue et proposant des œuvres indépendantes. Bone est de cela et plus encore, il est surtout connu pour être le symbole de l’auto édition. Cette œuvre aux nombreuses récompenses a su piquer ma curiosité pour sa forme peu conventionnelle. Ainsi, lecteur, venez donc dans la forêt sans retour, vous n’en sortirez pas de si tôt.
Annatar78

Par Annatar78, dans Articles des membres Film Analyse

Dans l'espace, personne ne vous entendra crier. C'est ainsi que commençait la saga Alien en 1979 avec la sortie du premier film de la franchise : Alien le huitième passager. Je vous propose un dossier en quatre parties sur chacun des films de la franchise en attendant l'arrivée, toujours retardé au moment ou j'écris ces lignes, du cinquième volet.
Aronaar

Par Aronaar, dans Articles des membres Jeu Critique

note

16 /20

« Bob ! Cornegidouille, où êtes-vous ? Je savais que j’aurai dû mémoriser un sort d’Air Pur avant devenir ici, cela devrait être illégal d’y avoir autant de brouillard. »
La Liche secoua la tête. Il savait bien qu’il avait « proposé » à son séide d’aller à Silent Hill, mais c’était il y a des années !
Sa réflexion fut interrompue par un bruit de statique dans son crâne. Puis le claquement caractéristique de cisailles géantes…
Aronaar s’enfuit sans demander son reste.

Silent Hill 2 ! D’après mes (modestes) recherches, on le considère souvent comme le summum de la franchise, une perle du survival-horror- ou même carrément le meilleur du genre, et quel que soit le genre, une telle place est régulièrement disputée.
Là où Capcom donne dans le jumpscare, Konami verse dans le malaise psychologique. La formule tient-elle toujours bon ?
Mettez vos feux de brouillard avant, et tâchons de le découvrir.