Nanoman6666

Uploadeur
  • Compteur de contenus

    1 622
  • Inscription

  • Dernière visite

Nanoman6666 a gagné pour la dernière fois le 16 janvier 2016

Nanoman6666 a eu le contenu le plus aimé !


Réputation sur la communauté

567

À propos de Nanoman6666

  • Date de naissance 09/11/1999
  • Genre
    Homme
  • Intérêts
    Tous les jeux vidéos, mais mes jeux préférés sont:
    -Touhou
    -Metal Slug
    -Phoenix Wright Ace Attorney
    -Dangan-Ronpa
    -Test Drive
    -Tous les jeux pourris qui existent (Je m'amuse bien à faire le béta-testeur durant ces jeux, ou à imaginer l'esprit du/des développeur(s) quand il(s) a/ont créé(s) le jeu)
    -...
  1. Bon anniversaire, dans ce cas .
  2. Une creepypasta n'est pas censée être vraie, la majorité sont totalement inventées, mais elles sont juste censées faire peur, un peu comme les légendes urbaines...
  3. Au moins, on peut dire que la blague d'Itachi est tombée à l'eau! Merci, c'est tout pour moi o/ .
  4. Oula, la blague de personnes calées en chimie ! J'avoue qu'elle est pas mal trouvée (en gros, pour ceux qui ont pas compris, monoxyde = O et dihydrogène = H2 donc monoxyde de dihydrogène = H2O ) ^^.
  5. Peut-être un Pokémon en Super Deformed? (Pokémon SD) Ou alors une ancienne licence de GameFreak qui renait (comme Pulseman). Ou alors une nouvelle licence...
  6. Shinrei Jusatsushi Taromaru

    Résumer "Psychic Killers Taromaru", aka "Shinrei Jusatsushi Taromaru" ou encore "Spiritual Assassin Taromaru", à une simple comparaison avec un jeu comme "Shinobi" serait, malgré tout le respect que je porte à la franchise Sega, extrêmement réducteur. Car "Taro", pour les intimes, qu'ils soient collectionneurs ou simples adorateurs de la Saturn, c'est un peu le jeu de tous les superlatifs. D'une part, sa réalisation est hors normes. Habile mélange de 2D pour les personnages et ennemis, de 3D pour nombre de décors et effets, le jeu balance une belle gifle dès le début, au moindre gamer qui aurait la chance de tâter du pad sur le titre de Time Warner Interactive. Quelques noms me viennent à l'esprit au moment d'évoquer des jeux qui exploitent à merveille la 32 bits de Sega: celui-ci en fait clairement partie. Non content de constituer une réussite visuelle indéniable, de posséder un cachet médiavalo-ninjo-samouraï pizza cats (rayer la mention inutile) inimitable, le jeu prend toute sa dimension en mouvement. Parcourir une tripotée de zones, basculer d'une ambiance à une autre, sans aucun temps de chargement, il faut le voir pour le croire ! Une prouesse qu'il est important de contextualiser, alors que presque 20 ans après la sortie de "Psychic Killers", et malgré les nombreuses évolutions technologiques, le loading est plus que jamais de mise. En parlant de réalisation, un mot sur le son, des musiques dans le ton mais qui ne resteront pas forcément dans les annales du genre. Elles font le job, en somme, de même que les bruitages, convenables la plupart du temps. Reste cette intro courte et efficace, elle met de suite dans le mood. D'autre part, au niveau du contenu en lui-même, le jeu impose le respect. Plus de 25 boss à affronter, certains sont gigantesques et bien vicieux dans la manière d'en venir à bout ! A chaque combat, une approche différente. Un rappel du travail titanesque accompli par Hiroshi Iuchi, géniteur de "puzzle shooters" d'anthologie. L'un des plus grands maîtres au moment de créer des combats intelligemment pensés, qui a officié chez Konami puis longtemps au sein de Treasure avant de rejoindre Time Warner...puis de repartir chez Treasure, afin de diriger le projet d'un shoot'em up, un certain "Radiant Silvergun". Puis de re-quitter Treasure, bref, un peu instable le mec, mais un génie du graphic et du game design, nonobstant. Un CV à faire pâlir tous ses collègues. De "Gunstar Heroes" à "Ikaruga" (dont il signe également la bande son), de "Gradius V" à "Alien Soldier". Un seul mot face à un tel parcours, un tel sans-faute: respect ! "Shinrei Jusatsushi Taromaru" est à essayer si l'on cherche une expérience totale, curieuse, furieuse, sans concessions. Pour peu que l'on soit collectionneur et que l'on ait ce type de budget, il est à posséder. Pour les autres, le titre de Time Warner restera au pire un mystère total, au mieux ce jeu obscur à la jaquette tout aussi énigmatique.
  7. Frontschweine

    Si la majorité des précédents produits de Canal+ Multimedia pouvait prêter à sourire, la même société surprend là où on ne l'attendait plus avec un amusant jeu tactique, Hogs of War : Les Cochons de Guerre. Visiblement très inspiré de la fameuse série des Worms, le passage à la 3D apporte ici un peu de sang neuf à une mécanique de jeu dont l'intérêt s'est souvent limité à la convivialité de son Multijoueur. Malgré un équipement moins loufoque que celui des belliqueux lombrics, vos cochons de guerre disposent quand même d'un arsenal militaire très complet : du simple fusil à la grenade en passant par l'indispensable dynamite, mais sans mouton-kamikaze, hélas. Côté originalité, un système de promotion permettra de spécialiser ses soldats quadrupèdes au gré des missions réussies (espion, toubib, artilleur ou ingénieur). Ainsi, un soigneur pourra par exemple s'occuper des blessés pour peu qu'on lui ait octroyé cette compétence. Un point particulièrement intéressant puisqu'il influe directement sur les tactiques de jeu, et il vous faudra donc composer avec les différentes aptitudes, armes et points de vie de chaque unité. Enfin, le ton général des Cochons de Guerre est complètement orienté burlesque et, malgré le thème, ouvertement antimilitariste.
  8. C'est pas un réup, mais un up de la version US (les versions EU et JAP sont déjà sur RS).
  9. Très bon article, mais je voudrais ajouter un point supplémentaire: la première console à cartouches interchangeables n'était pas l'Atari 2600 mais la Fairchild Channel F, mais l'Atari 2600 a permit de démocratiser ce support, ayant mieux marché que sa concurrente de chez Fairchild.
  10. Guy Roux Manager: Planète Foot

    En Allemagne, ils ont les «Bundesliga Manager»; en Grande-Bretagne, ils ont «Championship Manager»; et en France, on a «Guy Roux Manager». Cette série de jeux de gestion d'équipe de football éditée par Domark a tout de même duré plus de quinze ans ! Ce premier volet a été conçu pour l'Amiga, et cela se voit, les menus sont tout sauf ergonomiques. De gros boutons colorés occupent tout l'écran, de telle sorte que l'on ne sait pas trop où cliquer. Dans les défauts, il y a aussi la durée de la génération d'une saison, et là, c'est courant dans cette série: plusieurs longues minutes sur PC, et c'était apparemment beaucoup plus sur Amiga. Quoiqu'il en soit, il y a déjà pas mal d'options et de fonctionnalités, les plus courageux y trouveront peut-être leur bonheur. «Championship Manager» est un premier jet pas encore convaincant («Premier Manager» était bien plus agréable à utiliser), heureusement la série va se bonifier au cours du temps.
  11. You have to buy it...
  12. Merci Sharlugo pour la jaquette, elle est sympa, je l'upload ASAP.
  13. Oui, j'avais remarqué que certains demandaient un header et d'autres non, donc j'en ai appliqué un sur la rom originelle en conséquence si le hack en demandait un avant de patcher celle ci avec le patch. De toute façon, j'ai testé chaque jeu et chacun fonctionne parfaitement.
  14. You can't, it's only multiplayer for this game...
  15. Je vais le dire tout de suite: Duke Nukem 3D sur PSP a été refusé car il ne se lançait pas car, dans l'archive du jeu, il n'y avait pas l'iso de celui-ci... Mais je rajoute les deux autres à l'index, et tu as aussi upload Soldier of Fortune sur PS2 et non sur PSP comme tu le dit, c'est normal?